Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Verdun, la France, champ de ruines

Verdun, la France, champ de ruines

dimanche 15 mai 2016 - 5:34

XVM860e09d4-1752-11e6-a38d-8a6c5a1589e5 (2)La logorrhée haineuse de certains socialistes à la suite du renoncement au concert de Black M aux cérémonies de Verdun est consternante: « fasciste, raciste, ordre moral, nauséabond », etc. Mais le triomphalisme arrogant des édiles du FN est tout aussi indigne: « victoire! » proclament-ils, comme pour bien exciter un peu plus les esprits. On se demande bien quelle victoire, quand après une polémique de trois jours, notre pays donne le sentiment d’être un champ de ruines.

  • La mémoire de Verdun a été depuis cent ans, un socle et symbole de l’unité nationale. Jamais, en un siècle, la moindre polémique n’est survenue sur le deuil collectif de la Nation. Aujourd’hui, pour la première fois depuis 1918, le pacte sanglant de Verdun est déchiré en mille morceaux. Bravo à nos politiques, à nos gouvernants, en principe responsables de l’unité de la Nation.
  • La faillite des élites françaises, médiatiques, universitaires, politiques, donne le vertige. Elles paraissent dans l’incapacité de comprendre que des millions de Français puissent être choqués à l’idée de voir la cérémonie commémorative du martyre de 700 000 jeunes gens, sur un site consacré au deuil et au recueillement, ainsi dévoyée en spectacle ludique et festif. [Un concert de rap, de rock ou de techno est-il désormais envisageable lors d’une cérémonie patriotique sur les ruines d’Oradour-sur-Glane?]  Je pense tout simplement que les élites françaises dans leur globalité, ont perdu les outils de la connaissance ou du jugement permettant de sentir ce malaise.
  • Le climat de soumission qui s’est installé sur la France est préoccupant. Le silence des associations d’anciens combattants est particulièrement étrange. De quoi ont-elles peur?  Un mot du souvenir français ou des « gueules cassées », les seules autorités morales habilitées à se prononcer au nom des morts de Verdun et de leurs descendants aurait pu apaiser les esprits. Il n’est pas venu.
  • La dramatique destruction de la politique française: entre les excités du parti socialiste et du Front national, que reste-t-il? Le néant absolu: une douzaines de personnages ivre de leur ego, obsédés par leur destin personnel, noyés dans l’obsession des présidentielles. Les ténors de la politique française se sont montrés totalement absents du psychodrame, tout à leur bataille de coqs, laissant le champ libre aux extrémistes de droite comme de gauche.
  • Bien sûr, outre les quelques voix dissidentes, courageuses et clairvoyantes qui se exprimées, rarissimes, à l’image de l’hebdomadaire Marianne, la seule satisfaction tient à la levée de boucliers venue de la Nation dans ses profondeurs et qui s’est exprimée sur Internet. Mais dès lors que cette sensibilité ne trouve pas d’expression politique, sur quoi peut-elle bien déboucher? C’est la grande question.

Maxime TANDONNET

 


©