« Purge d’Halloween » : quand l’État réagira-t-il enfin ?

Le 1 novembre 2018

Une nouvelle fois la commune de Montgeron, dans ma circonscription, a été le théâtre de violences intolérables : vingt individus masqués ont volé des engins pyrotechniques dans un magasin et des bouteilles d’acide ont été lancées sur des policiers par des mineurs.

Hier soir et cette nuit l’Essonne a connu des scènes de guérilla urbaine, des jets de pierres, des agressions, des vols, des véhicules incendiés, des pillages, des milices armées et des attaques au mortier sur nos forces de l’ordre.

Depuis des mois, je ne cesse d’alerter et d’écrire au ministère de l’intérieur concernant les sous-effectifs de nos commissariats, le manque criant de matériel ou encore le laxisme judiciaire. A chaque fois des réponses convenues mais aucune action sérieuse !

La mise en œuvre de la police dite « sécurité du quotidien » au cours des derniers mois n’a été qu’une opération de communication et est un fiasco total. Sur les trois dernières promotions de sortie d’école de gardien de la paix, 16 élèves ont été affectés à l’Essonne, dont 15 à Corbeil-Essonnes dans le cadre des « Quartiers de Reconquête Républicaine », alors que tout le département est déficitaire ! Les élus savaient que ce n’était que poudre aux yeux. Le résultat est là.

Cette nuit, nos policiers, qui ne manquent pas de courage, ce sont retrouvés, en raison de la démission de l’État, encore une fois démunis.

Nos forces de l’ordre doivent être respectées, l’État doit réaffirmer son rôle en matière de sécurité et leur donner les moyens d’agir.

C’est pourquoi, j’appelle le gouvernement à réagir le plus rapidement possible en instaurant :

- un couvre-feu pour les mineurs à chaque fois que cela sera nécessaire,

- des peines plancher pour toutes agressions de policiers, gendarmes, ambulanciers ou pompiers, conduisant à de la prison ferme ou à une mention au casier judiciaire en cas d’outrage,

- dans le code pénal un article définissant un cadre d’usage légitime des armes, permettant d’assurer la présomption de légitime défense des forces de l’ordre dans des cas précis.

Plus généralement, je recommande à Monsieur Castaner la lecture du projet sécurité de Debout la France, bâti avec des policiers et des magistrats afin de rétablir l’ordre dans notre pays.
 

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout la France

Slider Accueil: 
non

Relais de brève

Lire la suite sur le site relayé...

Author: Redaction