Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Magouilles politichiennes

Magouilles politichiennes

samedi 23 mai 2020 - 6:39

Un nouveau groupe parlementaire, le neuvième, vient d’être créé par l’aile gauche « macroniste ». La plupart des commentaires annoncent la fin de la majorité LREM et en font un événement politique. Absurde : ces soi-disant parlementaires doivent tout à l’élection présidentielle. Ils n’ont aucun ancrage, aucun mérite, aucun charisme, aucune vision et nulle autre obsession que leur réélection future dans la foulée de celle de M. Macron. Ce cinéma hypocrite n’a pas une once d’intérêt.

L’air du temps pue la magouille politichienne. Il est fortement question d’un changement de Premier ministre. Dans le système politique français, il n’y a qu’un seul authentique responsable: l’occupant de l’Elysée qui pavoise jour après jour à la télévision et multiplie les coups médiatiques et les annonces en guise de politique.  Lui seul à vocation à assumer et à partir si quelqu’un doit payer. Changer de Premier ministre n’est rien d’autre, dans ce système bancal, qu’une opération de communication supplémentaire en vue de l’élection présidentielle. De même, quelques articles de presse se font les échos de l’idée de dissoudre la Chambre. Je n’y crois guère, mais si une telle opération avait lieu, il faudrait y voir un coup dans la perspective de la présidentielle de 2022.

La France est par terre: 30 000 morts du covid, des milliers de personnes âgées sacrifiées, une économie dévastée, des millions de jeunes sur le carreau et dans la détresse, des libertés saccagées. Je ne partage pas l’idée selon laquelle l’écroulement de la France est une vue de l’esprit et une traduction de la haine de soi. Non, l’écroulement de la France a bien eu lieu, surtout comparé à l’Allemagne, et toute la gestion de la crise du covid, marquée par l’aveuglement, les mensonges, les volte-face, le mépris, est bien le résultat d’une faillite particulière de la classe dirigeante française.

Que dans ces conditions de malheur collectif, des individus puissent songer à leur élection (une candidate s’est déjà déclarée deux ans à l’avance!) ou réélection à l’Elysée est d’une médiocrité indicible. Cette obsession élyséenne n’est rien d’autre que la poursuite d’une perversion du régime politique français qui substitue la démence narcissique au bien commun, à l’intérêt général, au destin national. Quand j’en parle à des amis politiques, ils me disent outrés: « mais il faut bien incarner! » Incarner quoi? La bêtise humaine? Je suis pour la destruction de ce système mégalomaniaque et la restauration d’une démocratie libérale fondée sur le seul service de la France.

Maxime TANDONNET

©