Générer de la dette

GÉNÉRER DE LA DETTE. Telle semble être sa mission en France du président de la république française, le discours d’Emmanuel Macron en témoigne. Le peuple se crispe. Preuve que l’objectif sera atteint.

Meilleur placement = 16% sur découvert fin de mois côté client ET commerce.

Comment ?
Le pouvoir d’achat du consommateur impacte directement le pouvoir de vente du commerce des biens et des services. La crise a fortement modifié la consommation des ménages européens fragilisés par la baisse de leur pouvoir d’achat et la montée du chômage.

En 2009,

  • 73% affirment ainsi que leur pouvoir d’achat est sous contraintes,
  • 52% affirment que leur situation financière s’est dégradée depuis 2009,
    selon l’Observatoire Cetelem de la consommation.
  • 85% des français comparent les prix
  • 78% achètent malins.
  • 59% négocient les prix

En 2017,

  • 27% des Français dont les revenus mensuels sont inférieurs à 1.500€ par mois dépassent leur autorisation de découvert tous les mois
  • 64% au moins une fois par an
    • 13% des Français dont les revenus dépassent les 3.000€ / mois sont concernés par ce phénomène
    • 51% au moins une fois dans l’année.

En France les dépenses contraintes sont plus importantes que dans les autres pays européens en raison du poids de l’immobilier (loyers ou crédit immobilier), représentant entre un quart et un tiers du budget des ménages en moyenne.

Dix ans plus tard, toutes les mesures d’impôts et de taxation ajoutées à celles déjà instaurées conduisent à former un flux tendu de la dette court terme.

  • Vu du Peuple, le discours long terme est inaudible : 80% des français (au pic) soutiennent le mouvement des #GiletsJaunes.
  • Vu du décideur, c’est remplir sa mission laquelle cible qui peut encore payer, ceux d’en bas sont secourus par les ONG, humanitaires et autres associations solidaires, ceux d’en haut sont au soleil du paradis fiscal. (ressenti du peuple en jaune)

Décalage

D’un coté, le raisonnement est budgétaire au plan quinquennal, décennal, de l’autre à la trésorerie mensuelle, ou quotidienne.
Gagner du temps avec la division populaire, lancer des mesures inatteignables, enfermer le peuple dans une fake alternative, « pas d’écologie sans taxe ».

La dette à court terme étant l’objectif, ne surtout pas taxer les gros tankers ni l’aviation de fret beaucoup plus polluants puisqu’ils traversent la planète, le but de la dette à court terme n’est pas là, l’écologie ici est l’argument destiné à faire diversion, voire divertir.

Sauver la planète.

Les grands événements météorologiques, incendies, inondations, grands vents, redistribuent les cartes en terme de sécurité, d’accès à l’eau potable et à la culture alimentaire.

À terme, de grands flux migratoires se formeront massivement avec tous les déséquilibres sociétaux que celà engendre déjà à moindre échelle.

Les modes de packaging, consommations, transports actuels sont polluant. Le continent plastique, déplace les grandes zones d’évaporation conduisant à une sécheresse inattendue sur la côte ouest des Amériques et à des désordres puissants. Les fines particules plastiques tuent faunes flores et monde vivant aquatique, alimentant un très grande nombre de populations vivant de la pêche artisanale et industrielle. Mauvais signe pour la santé à l’ensemble des consommateurs.

La France macronienne ne sauvera ni la planète, ni les fins de mois des peuples endettés de force.

PRM

Author: Redaction