Confinement, un autre discours

Il me paraît urgent, vital, crucial, d’appeler l’attention de tous les lecteurs ou visiteurs de ce site sur la remarquable interview du docteur Gérald Kierzek, urgentiste, publiée ce matin dans le Figaro Vox, pour l’honneur de la médecine et la dignité des Français et la survie de notre pays.

Brefs extraits: « Ce qui m’agace, c’est le discours anxiogène permanent, laissant croire que l’hôpital ne pourra soigner les Français ; donnons-lui les moyens plutôt que de regarder passivement des courbes d’hospitalisation monter. Idem pour les courbes de tests d’ailleurs: on gère une épidémie de courbes de tests positifs au lieu de gérer un nombre de patients. Tous les médecins de terrain, généralistes en particulier, et les données de surveillance épidémiologiques comme le Réseau Sentinelles , montrent un plateau haut de cas mais pas de débordement justifiant une panique, accentuée par des modèles mathématiques ne prenant pas en compte la contagiosité et dangerosité en vie réelle puisqu’ils se fondent uniquement sur le taux de reproduction et pas l’immunité. Et je ne parle pas des variants ou «mutants» qui alimentent cette peur inutilement[…]

Le confinement est une mesure radicale et moyenâgeuse. Si vous enfermez tout le monde, vous diminuez bien sûr la transmission mais de manière temporaire. Vous enfermez le virus au sein des familles, ce qui n’empêche pas les contaminations intrafamiliales ou dans des clusters (EHPAD, lieux de soins,…) et les décès des plus fragiles. Mais surtout au déconfinement, quand vous soulevez le couvercle, la tendance repart et sans mesure visant à éradiquer le virus, les épisodes de confinement-déconfinement deviennent cycliques avec le fameux stop-and-go. »

Author: Redaction