Nouvelles du projet : Séminaire de Maurice, octobre 2012

Le premier séminaire national sur le projet d’évaluation des objectifs du Millénaire sur le développement d’ATD Quart Monde s’est tenu début octobre à Beau Bassin, en Île Maurice. Il finalise un projet de deux ans de recherche-action mené par le Département d’Études sociales de l’Institut Cardinal Jean Margéot et par ATD Quart Monde, et financé par la GML Fondation Jospeh Lagesse.

Le séminaire rassemblait trente personnes, dont certaines en situation d’extrême pauvreté, des universitaires, des décideurs politiques, des représentants de différentes ONG et le secteur privé. Le but était de construire une série de propositions communes sur l’éducation, le logement et la participation dans un contexte de politiques de développement national, en utilisant la démarche du Croisement des Savoirs. Ci dessous quelques extraits de leurs propositions :

Portant sur l’éducation :

  • Inscrire la coopération (entre enfants, parents et enseignants) dans le projet de chaque école.
  • Donner la priorité aux investissements pour la petite enfance avec des pédagogies qui incluent les parents, pour que le taux d’échec au Certificate of Primary School [Certificat d’études primaires] soit moins élevé.
  • Investir dans la formation du corps enseignant en s’assurant que le personnel éducatif prenne conscience de la pauvreté.

Portant sur le logement :

  • Il est important que les logements soient de bonne qualité, mais aussi que les programmes de relogement offrent un plan d’intégration générale qui prévoit l’accès à un emploi stable et décent, aux écoles, aux transports publics et aux loisirs.
  • Garantir à chaque famille un espace de vie décent propice à l’intimité et à l’épanouissement de chacun de ses membres. Une famille de sept personnes qui vit dans un deux-pièces est inacceptable.
  • Souvent, les programmes de relogement installent les familles loin des villes, ce qui pose beaucoup de problèmes. Les familles pauvres ne doivent pas être reléguées loin de tout mais doivent plutôt être intégrées dans la vie des villes et villages.


Portant sur la participation :

  • Au tout début d’un projet, il est nécessaire de s’assurer que les personnes en situation d’extrême pauvreté soient intégrées dans toutes les étapes du projet, des prises de décisions et de leurs mises en œuvre.
  • Des personnes compétentes (représentants d’ONG, professionnels, habitants du quartier) devraient jouer un rôle pour mettre en œuvre cette participation. Cela donnerait confiance aux personnes concernées par ces projets et garantirait que leurs attentes soient prises en considération.

En parlant du séminaire, M, un militant de base disait : « maintenant, je suis prêt à aller partager avec les autres ce que j’ai appris ici. Je suis prêt à partir encourager les parents, les enfants et les familles. Je suis prêt à leur dire de ne jamais perdre espoir. Je leur montrerai que même si nous sommes pauvres, nous avons tous quelque chose à l’intérieur de nous à montrer aux ministres et aux universitaires. »

Le 19 décembre, une délégation des participants a présenté au Président de l’Île Maurice, Rajkeswur Purryag, un dossier avec toutes les propositions. Un calendrier des événements passés et futurs concernant le projet est disponible ici.