Exposition « Détenues » : portraits de femmes en détention

La photographe Bettina Rheims est partie à la rencontre en 2014 de femmes incarcérées au sein de quatre établissements pénitentiaires français*. De ces échanges, sont nés une soixantaine de portraits photographiques exposés pour partie au château de Vincennes puis de Cadillac, deux lieux historiques ayant accueilli des femmes et des jeunes filles.

Exposition « Détenues » : portraits de femmes en détentionExposition « Détenues » : portraits de femmes en détentionEncouragé par Robert Badinter et soutenu par l’administration pénitentiaire, le projet de Bettina Rheims a fait le choix d’une absence de décor. Un tabouret et un simple mur blanc constituaient le studio de la photographe. Les femmes volontaires s’y installaient après un temps d’échanges. « Je ne voulais pas que ça ait l’air d’un reportage. Je voulais que la détention se lise dans leurs yeux » précise Bettina Rheims**. De ce dispositif sont nés des portraits sobres qui expriment, tour à tour, la douleur, l’espièglerie, la joie, la force, la colère, le vide, le besoin de séduire, la provocation... « Je pouvais, peut-être, pendant quelques heures, ouvrir une fenêtre et les aider à retrouver quelque chose de cette estime de soi dont elles disaient pour beaucoup qu’elles l’avaient perdue, qu’on ne les regardait pas, qu’elles avaient le sentiment de ne plus être des femmes. » Avec ces portraits émouvants, singuliers et qui respectent la dignité de ces femmes, Bettina Rheims a sans doute réussi son pari. Chaque modèle, dont on ne connaît rien du passé judiciaire, a reçu un tirage ainsi que le livre « Détenues » paru chez Gallimard.

Infos pratiques

 

 

 


* Le projet a été mené à Lyon-Corbas, Poitiers-Vivonne, Rennes et Roanne dans le cadre d’une convention avec la Direction de l'administration pénitentitiaire.

** Fondation M6, entretien avec Nathalie Renoux.

Author: Redaction