Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Brexit, une autre approche

Brexit, une autre approche

jeudi 23 juin 2016 - 11:46

imagesY87S0SEXBrexit, or not Brexit? Il me semble d’abord que les menaces brandies envers les Britanniques, s’ils votaient pour les Brexit, sont une infamie. Je n’arrive pas à comprendre à quel niveau de bêtise, d’inculture, d’anomie, il faut en arriver pour insulter ou menacer ainsi le peuple qui a versé des fleuves de sang au côté des Poilus, pour défendre la terre de France en 1914-1918 et la Nation, la seule en Europe occidentale, qui a tenu tête au nazisme et au fascisme, seule pendant un an, avant de les terrasser. Car c’est bien aux Anglais et à Winston Churchill que nous devons la liberté et la démocratie. La crétinerie  ambiante à Bruxelles558666803 et à Paris est quelque chose qui me dépasse, m’horrifie. Quant au fond, il me semble que le référendum britannique n’a pas l’importance vitale que lui donnent les commentaires. Selon moi, l’enjeu n’est plus de « sortir » de l’Union européenne mais de la « construire » sur des bases nouvelles, à la fois infiniment plus fortes et plus souples. Car l’Union européenne est morte depuis plusieurs années, dans l’aveuglement et la cécité générale. La crise grecque, les coups tordus de Mme Merkel et M. Junker avec les migrants et la Turquie, les dérogations phénoménales consenties à la Grande-Bretagne (sur l’immigration) sont la preuve que l’esprit de l’Europe, comme « union politique toujours plus étroite entre les peuples« , est depuis longtemps disparu. Il en reste une bureaucratie écervelée et des juridictions, un corps de « directive », de « règlements » et de jurisprudences qui court toujours, comme un canard décapité. Mais l’âme de l’Europe, le projet, l’idée politique d’une Europe unifiée est d’ores et déjà par terre. Or, dans un monde en ébullition, un XXIe siècle qui s’annonce encore plus épouvantable que le précédent, dominé par des géants de milliards d’habitants, les nations européennes, qui ont une histoire et une culture communes, tellement imbriquées, ont le devoir de s’unifier pour survivre, avec le Royaume-Uni bien entendu. Tel est le défi de l’avenir, non pas sortir de l’Europe, mais la bâtir sur des fondements nouveaux.

Maxime TANDONNET


©