kit de presse Pierre Muzas editeur digital

Ukraine, Taïwan, essai de réflexion sur le déclin occidental

L’invasion de Taïwan par l’armée chinoise est, de l’avis des experts, une question de mois ou d’années mais elle aura lieu de toute façon. Dans les années 1990 et 2000, après la chute du communisme soviétique, l’occident prétendument vainqueur de la guerre froide s’est voulu le gendarme du monde. D’où les interventions militaires en apparence victorieuses en Serbie, en Afghanistan, en Irak ou en Libye sous la bannière des Etats-Unis. Ces succès militaires étaient en trompe-l’œil et masquaient un affaiblissement dans les profondeurs. Après le désastre irakien provoqué par l’intervention américaine en 2003 suivi d’un immense chaos au Moyen-Orient, pendant l’été 2021 l’évacuation de Kaboul par les Américains a pris la dimension emblématique d’une immense tragédie. Même si l’occident demeure en principe un géant économique et militaire, ce géant a des pieds d’argile. Il a montré sa faiblesse et sa fébrilité en paniquant face à l’épidémie de covid19. Une telle terreur ostensible devant la mort est le signe qu’on est prêt à tout, y compris à se soumettre comme esclave. Cela n’a pas échappé aux dictateurs. Les leaders occidentaux donnent aujourd’hui une piètre image, entre un président américain montrant des signes de gâtisme avérés, un chancelier allemand indécis, fadasse et inconnu, un PM britannique empêtré dans les scandales… sans parler des autres… Les dictatures ou systèmes totalitaires ne s’arrêtent que lorsqu’ils trouvent en face d’eux des personnages qui leur inspirent le respect ou la crainte. Poutine aurait-il attaqué l’Ukraine s’il avait eu en face de lui un président US respectable de type Reagan, un PM britannique en pleine possession de ses moyens ou ne serait-ce qu’en Allemagne une Mme Merkel? Rien de moins certain. C’est l’un des mystères de notre époque: pourquoi les démocraties depuis quelque temps, ne savent plus se donner autre chose que des leaders fantasques et débiles. Demain, la Chine s’apprête à attaquer Taïwan. M. Biden déclare ne pas avoir d’inquiétude. Mais il faut bien voir (selon moi!) que le phénomène est global, il signe l’affaiblissement de l’occident qui se retrouvera dans quelques décennies marginalisé et démuni face à la toute puissance chinoise, indienne, et la vertigineuse poussée démographique africaine (4 milliards d’habitants en 2100).

MT

Author: Redaction