Maxime Tandonnet

L’esprit néo-totalitaire

Le Figaro: « La mairie de Paris-Centre a-t-elle cédé sous la pression d’activistes LGBT ? Elle devait accueillir ce dimanche un colloque dédié «aux nouveaux enjeux des parents», avec une table ronde sur «la fabrique de l’enfant transgenre» autour du Dr. Caroline Eliacheff, pédopsychiatre, et de la psychanalyste Céline Masson. Des intervenants qualifiés publiquement de «chercheurs aux positions controversées» par la mairie qui se dit «engagée contre toutes les discriminations et contre la transphobie».

Nous vivons l’époque d’une nouvelle idéologie sans doute minoritaire quantitativement mais dominante au sens où elle accapare les milieux dirigeants et influents dans le monde occidental: elle se fonde sur le libre arbitre dans un monde où chacun est son propre dieu revendiquant le droit absolu d’autodéfinir son identité en déterminant soi-même sa résidence par delà les frontières, son nom ou encore, son sexe. Elle est le produit d’un monde sans dieu et réalise la prophétie de Nietzche: devient ce que tu es. Comme toutes les idéologies totalitaires, elle vise à engendrer cet homme neuf, apuré de toutes les contraintes de la culture et de la civilisation et ainsi infiniment malléable: d’où son acharnement à favoriser la table rase, le nivellement et le déclin scolaire. Mais surtout, elle vise à combattre, à détruire, à tuer par tous les moyens tout ce qui lui fait obstacle. D’où la décision de la mairie de Paris de s’opposer à la prise de parole de Caroline Eliacheff et Céline Masson. On se croirait revenu au temps des régimes totalitaires du XXe siècle, à la chasse à l’opposant ou au dissident.

MT

Lire la suite sur le blog perso de Maxime Tandonnet ...

Author: Redaction