Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Le mur du çon

Le mur du çon

mardi 24 mai 2016 - 6:31

imagesL’ensemble des commentaires des politiques et du monde médiatique sur l’élection présidentielle autrichienne est d’une affligeante médiocrité. La formule « extrême droite » revient dans toutes les bouches et sous toutes les plumes comme un leitmotiv, et toute réflexion, tout essai de pensée, s’arrête une fois qu’elle a été prononcée .  Il s’est trouvé un politicien des plus respectables, chef de parti centriste pour dire : »C’est la première  fois qu’un homme d’extrême droite serait élu en Europe depuis Hitler ». Ce brave Monsieur en a même oublié ses leçons d’histoire de Terminale: Hitler n’a pas été élu, mais nommé chancelier alors que son parti était minoritaire au Reichtag…  Les évènements de dimanche dernier en Autriche soulèvent des questions gigantesques, sur la manière affligeante dont les Européens ont géré la crise migratoire en 2015, sur l’évolution bureaucratique de l’Union Européenne, ressentie comme coupée des peuples et désormais largement rejetée, sur la représentativité des classes politiques européennes, sur la démocratie, sur la Turquie, sur la désintégration de l’Europe politique impuissante face aux déchirements planétaires qu’elle subit sans rien maîtriser. Tous ces questionnements, ces interrogations sur les bouleversements en cours ont été  noyées dans la formule magique « extrême droite ». Il est tellement plus facile de réduire la réalité à un duel titanesque entre le bien et le mal.  Une fois de plus, les médias français ont ouvert avec délectation, jubilation, grand leur porte au front national qui fanfaronnait sur toutes les chaînes en martelant le mot « patriote », un joli mot chargé d’histoire, ainsi détourné de son sens parce que les autres formations politiques l’ont lâchement, minablement abandonné. Le monde médiatique, rongé par l’hypocrisie et le double-langage, vénère et sublime ce parti qui lui permet de montrer la France en proie elle aussi au démon fascisant et d’étouffer le monde réel dans un fantasmatique combat contre le diable. Le désert absolu: pas un mot, pas une phrase un peu sensé, un peu lucide. Nous n’avons vu et entendu que des politiciens, d’un bout à l’autre de l’échiquier politique, obsédés par la manière dont ils allaient pouvoir récupérer, en faveur de leur image narcissique,  les évènements politiques autrichiens. Triste et dérisoire constat…

Maxime TANDONNET


©