Robot Optimus Elon Musk

Robotisation: 12 millions de cotisations manqueront d’ici 2040

Elon Musk croit au risque que l’intelligence artificielle ne fasse concurrence à la civilisation humaine et espère, grâce à Neuralink, arriver à une « symbiose » entre les humains et ces technologies.

Réforme du système de retraite, oui mais y incorporer les niches qui y échappent.

Robotisation: 12 millions de cotisations manqueront d’ici 2040 rien qu’en France, Allemagne, Italie, Espagne et UK.
Pérenniser le système de retraite et social sans allonger la durée humaine du labeur.

Quoi travaillent doit supporter aussi les mêmes charges employeur & salariales équivalentes.
La robotisation, assiette oubliée des cotisations.

«L’invention par Elon Musk du robot contribuable».

«Au lieu de vouloir à nouveau tenter de compenser son retard et son manque d’anticipation avec des lignes fiscales Maginot, la France serait plus inspirée de mettre en place un plan formation de salariés capables de répondre aux besoins de l’intelligence artificielle et de la robotique»

Une nouvelle vague de robots est en train de déferler. Dans un monde confronté à des manques de main d’œuvre, les chefs d’entreprise leurs ouvrent plus que jamais les bras.

White Castle pizzas robot
White Castle pizzas robot

En pleine pénurie de main-d’œuvre, ce sont les robots qui vont faire les frites, les chaînes de fast-food s’associent à des start-up pour automatiser leurs cuisines.
Voici un an que White Castle, fast-food centenaire du sud-est de Chicago, accueille un curieux employé qui ne ménage pas sa peine : un friturier robotisé.

Elon Musk de la raréfaction des emplois les moins qualifiés. Selon un rapportde l’Institut Sapiens en 2018, la digitalisation de l’économie et la robotisation de l’emploi menaceraient 2,1 millions d’actifs français et une perte de cotisations nette. #robot #Optimus

« Tesla Bot », qui aura cinq doigts aux mains et une silhouette androgyne noire et blanche.

« Tesla est certainement l’entreprise de robotique la plus importante au monde, parce que les voitures sont des robots semi-conscients sur roues, avec un ordinateur de bord dédié à la conduite autonome », a fait valoir Elon Musk lors d’un événement en ligne sur les avancées de son groupe en matière d’intelligence artificielle. « Cela fait sens de donner à tout ça une forme humanoïde »

Le Tesla Bot sera « amical » et vous pourrez « lui échapper en courant plus vite que lui a priori », a plaisanté Elon Musk. Il a aussi évoqué de « profondes implications pour l’économie », puisque « l’économie est fondée sur le travail ». Il envisage ainsi un monde où l’effort physique ne sera plus obligatoire, mais « un choix ».

La robotisation est « au cœur du projet France 2030 », a dit le président.
Ce plan dévoilé le 12 octobre par le chef de l’État porte sur 30 milliards d’euros d’investissements sur cinq ans pour développer la compétitivité industrielle et les technologies d’avenir en France. Reste la lourde et délicate question de l’emploi. Est-ce que cette automatisation industrielle risque de « détruire » demain tous les emplois industriels humains? Un rapport du Sénat « demain les robots » s’en inquiétait en décembre 2019.

« La mise en place d’une filière française de l’offre robotique et de solutions pour l’industrie du futur, que je porte depuis plusieurs années, permettra également de créer de nouveaux emplois dans ce secteur d’avenir », a-t-elle affirmé. « Nous avons besoin d’usines plus flexibles, capables de se reconfigurer pour faire face à des brutales variations de la demande », souligne Thierry Weil, conseiller au groupe de réflexion « La fabrique de l’industrie » et animateur de la chaire « Futurs de l’industrie et du travail » à Mines Paris, PSL.

Interrogé par QuartzBill Gates, cofondateur de Microsoft, s’exprime à propos de la nouvelle vague d’automatisation qui s’apprête à déferler sur les entreprises. Et qui promet d’avoir un impact fort sur le marché de l’emploi.

Bill Gates est favorable à une taxation des robots qui seraient d’un niveau similaire à celles appliquées aux employés qu’ils remplacent.

L’objectif étant de ralentir le rythme de l’automatisation et de trouver des moyens de financer d’autres types d’emplois. Bref, d’assurer le reclassement des personnes concernées par ces changements. En général des salariés d’un faible niveau de qualification.

L’automatisation est déjà en route

« Il y a plusieurs façons de prendre en compte cette productivité supplémentaire et de générer plus de taxes, explique Bill Gates. Certains sont en faveur de se pencher sur les bénéfices générés par ces gains d’efficacité de la main-d’œuvre. Certains militent directement pour des taxes sur les robots. Je ne pense pas que les sociétés concevant de robots vont être outragées par le fait qu’il y ait une taxe. C’est OK. »

Les abattoirs robotisés

  • Réduire la dépendance en main d’oeuvre immigrée (et le risque lié aux fermetures de frontières), car le besoin en main-d’œuvre est réduit de 30-50%.
    Source: Easynomics 2020

La grande presse en parle