Valeurs Actuelles relais de brèves

[Vidéo] Laïcité : pour Cazeneuve, Mélenchon fait une “manipulation de l’Histoire” en déplorant “la haine des musulmans”

« Il y a dans ce pays, fabriquée, alimentée par tout un courant d’idées, une haine des musulmans déguisée en laïcité. » Les mots de Jean-Luc Mélenchon avaient cristallisé les débats il y a deux ans, mais cela ne l’avait pas empêché de les répéter à plusieurs reprises au fil des années. Cette accusation fait d’ailleurs encore réagir à l’heure actuelle. Ce dimanche 4 décembre, Bernard Cazeneuve est revenu sur les propos du chef de La France insoumise (LFI), au micro de Radio J. L’ancien Premier ministre a estimé que Jean-Luc Mélenchon ne faisait « non pas une confusion historique » mais « une manipulation de l’Histoire et de la réalité car la République en France ne persécute pas nos compatriotes de confession musulmane ». 

Des propos menant à la « confrontation » ?

Bernard Cazeneuve a toutefois estimé qu’il pouvait « exister dans la République des discriminations » ou le « sentiment de discriminations » subies par une partie des musulmans. Il a poursuivi sur Radio J : « Il peut exister des policiers qui, par leur comportement, témoignent d’une forme de racisme. » Avant de rappeler que cela lui est arrivé de « prendre des sanctions à l’égard de ces policiers » lorsqu’il était ministre de l’Intérieur sous François Hollande.

Mais Bernard Cazeneuve a repris qu’il n’y a « pas de consubstantialité de la discrimination, du racisme, de la violence et de la police » en France. « La République est précisément cette force incarnée par des institutions, qui a pour but ultime et fondamental de combattre toutes ces discriminations », a-t-il insisté. Pour lui, « s’il y a un ensemble d’institutions » qui protègent les musulmans, « ce sont bien les institutions républicaines ». Bernard Cazeneuve a alors assuré que « laisser penser le contraire » signifierait vouloir « organiser dans la communauté musulmane un ressentiment destiné à atteindre l’objectif de la confrontation de tous contre tous ». L’ex-Premier ministre a enfin prévenu : « C’est ce à quoi conduira cette parole si elle devait s’amplifier, se généraliser et être prise au premier degré. »

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles
Valeurs Actuelles relais de brèves

[Vidéo] Laïcité : pour Cazeneuve, Mélenchon fait une “manipulation de l’Histoire” en déplorant “la haine des musulmans”

« Il y a dans ce pays, fabriquée, alimentée par tout un courant d’idées, une haine des musulmans déguisée en laïcité. » Les mots de Jean-Luc Mélenchon avaient cristallisé les débats il y a deux ans, mais cela ne l’avait pas empêché de les répéter à plusieurs reprises au fil des années. Cette accusation fait d’ailleurs encore réagir à l’heure actuelle. Ce dimanche 4 décembre, Bernard Cazeneuve est revenu sur les propos du chef de La France insoumise (LFI), au micro de Radio J. L’ancien Premier ministre a estimé que Jean-Luc Mélenchon ne faisait « non pas une confusion historique » mais « une manipulation de l’Histoire et de la réalité car la République en France ne persécute pas nos compatriotes de confession musulmane ». 

Des propos menant à la « confrontation » ?

Bernard Cazeneuve a toutefois estimé qu’il pouvait « exister dans la République des discriminations » ou le « sentiment de discriminations » subies par une partie des musulmans. Il a poursuivi sur Radio J : « Il peut exister des policiers qui, par leur comportement, témoignent d’une forme de racisme. » Avant de rappeler que cela lui est arrivé de « prendre des sanctions à l’égard de ces policiers » lorsqu’il était ministre de l’Intérieur sous François Hollande.

Mais Bernard Cazeneuve a repris qu’il n’y a « pas de consubstantialité de la discrimination, du racisme, de la violence et de la police » en France. « La République est précisément cette force incarnée par des institutions, qui a pour but ultime et fondamental de combattre toutes ces discriminations », a-t-il insisté. Pour lui, « s’il y a un ensemble d’institutions » qui protègent les musulmans, « ce sont bien les institutions républicaines ». Bernard Cazeneuve a alors assuré que « laisser penser le contraire » signifierait vouloir « organiser dans la communauté musulmane un ressentiment destiné à atteindre l’objectif de la confrontation de tous contre tous ». L’ex-Premier ministre a enfin prévenu : « C’est ce à quoi conduira cette parole si elle devait s’amplifier, se généraliser et être prise au premier degré. »

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles