Valeurs Actuelles relais de brèves

“Twitter files” : des employés ont établi des listes noires et empêché la visibilité de tweets et de comptes entiers

Elon Musk avait promis que de nouvelles informations allaient être dévoilées sur les « Twitter files » – les « dossiers de Twitter » en français. Le patron du réseau social a tenu sa parole, et a mis en lien le compte Twitter de la fondatrice et rédactrice en chef du média The Free Press, Bari Weiss. Cette dernière a fait savoir que des employés de Twitter auraient établi des listes noires de certains utilisateurs, empêché certains tweets de remonter dans la fameuse catégorie tendance et limité activement la visibilité de comptes entiers ou même de sujets d’actualité. Et ce, sans en informer les utilisateurs.

Des personnalités sur liste noire

Sur la plateforme à l’oiseau bleu, Bari Weiss a donné l’exemple d’un docteur de Stanford nommé Dr Jay Bhattacharya. Le scientifique avait déploré sur Twitter que les confinements, mis en place en lien avec la crise du Covid-19, pouvaient nuire aux enfants. « Twitter l’a secrètement placé sur une ‘liste noire des tendances’, ce qui a empêché ses tweets d’être vus par le plus grand nombre », a déclaré la journaliste. L’animateur Dan Bongino aurait lui aussi été placé sur la « liste noire de recherche ». De même pour le militant conservateur Charlie Kirk, dont le compte aurait été accolé à l’étiquette « Ne pas amplifier ». 

Les responsables de Twitter démentent

Bari Weiss a toutefois indiqué que Twitter a nié les faits en bloc. L’ancien responsable de la politique juridique et de la confiance, Vijaya Gadde, et l’ex-chef de produit de Twitter Kayvon Beykpour avaient assuré, en 2018, n’avoir jamais entrepris de telles démarches. « Et nous ne suivons certainement pas l’interdiction basée sur des points de vue politiques ou idéologiques », avaient-ils ajouté, comme le rappelle la journaliste. Pourtant, un ingénieur de Twitter aurait glissé à Bari Weiss que le réseau social contrôlait « pas mal la visibilité » : « Nous contrôlons un peu l’amplification de votre contenu. Et les gens normaux ne savent pas ce que nous faisons », aurait-il fait savoir. Deux autres employés auraient confirmé ces informations à la rédactrice.

Des suspensions sans motifs réels ?

La série de tweets de Bari Weiss fait également état d’un autre exemple frappant concernant le compte Libs of TikTok. Ce compte, lancé en novembre 2020 par une certaine Chaya Raichik, a été suspendu à au moins six reprises cette année pour avoir a priori « enfreint la politique de Twitter contre les ‘attitudes haineuses’ ». 

Pourtant une note interne d’un service du réseau social, connu sous le nom de SIP-PES (Politique d’intégrité du site, Prise en charge de l’escalade des politiques), et composé notamment de l’ex-PDG de Twitter Jack Dorsey et de Vijaya Gadde, faisait savoir à la septième suspension de Libs of TikTok que le compte n’avait en fait « pas directement adopté un comportement contraire à la politique sur les conduites haineuses ». Une photo relayée sur la plateforme avait toutefois révélé l’adresse de Chaya Raichik qui en avait alors informé le réseau. Mais Twitter avait répondu que cette révélation n’« enfreignait (pas) les règles de Twitter ». D’autres informations pourraient prochainement être révélées notamment à travers le compte du journaliste Matt Taibbi, qui a déjà publié il y a une semaine la première partie des « Twitter files ».

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles