Étiquette : CNRS

Nos ancêtres ont eu le sang chaud juste avant l’extinction du Permien-Trias

Depuis quand a-t-on le sang chaud ? L’âge d’apparition de ce caractère chez les ancêtres des mammifères était jusque-là débattu. Des analyses de datation ont été menées sur 90 fossiles au sein d’une collaboration internationale impliquant notamment le Laboratoire de géologie de Lyon – Terre, planètes, environnement (CNRS/ENS de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1). Les chercheurs ont montré que les espèces à sang chaud sont apparues dans notre lignée au cours du Permien supérieur, il y a 252 à 259 millions d’années. Ce caractère nouveau aurait d’ailleurs favorisé leur survie lors de l’extinction du Permien-Trias, il y a 252 millions d’années. Ces travaux sont publiés le 18 juillet 2017 dans la revue .

Vers une production de « carburant solaire »

Une équipe de chercheurs du Laboratoire d’électrochimie moléculaire (Université Paris Diderot/CNRS) vient de développer un procédé capable de transformer le dioxyde de carbone (CO) en méthane (CH) à l’aide de lumière solaire et d’un catalyseur moléculaire à base de fer. Cette découverte représente une avancée car le CO est une molécule particulièrement inerte, rejetée en quantité massive par les activités humaines et dont l’impact sur le changement climatique est connu. Ces résultats ouvrent une nouvelle voie vers la production de « carburant solaire » et le recyclage du CO. Ces travaux sont publiés dans la revue le 17 juillet 2017.

Le secret des cycles magnétiques des étoiles

Grâce à de nouvelles simulations numériques, des scientifiques du CEA, du CNRS et de l’Université Paris Diderot expliquent pourquoi le champ magnétique du Soleil se renverse tous les onze ans. La découverte d’une loi d’échelle pour la période du cycle magnétique d’une étoile est une première mondiale publiée le 14 juillet 2017 dans et permet de mieux appréhender les phénomènes violents de météorologie spatiale.

La restauration visuelle par thérapie optogénétique à portée de main ?

L’Institut de la Vision (Inserm, Université Pierre et Marie Curie, CNRS) via la fondation Voir & Entendre vient de signer avec l’Agence du département de la Défense des Etats-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies (DARPA) un contrat dont le montant pourra atteindre à terme 25 millions de dollars. Avec l’aide d’un consortium international, les chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’UPMC regroupés au sein de l’Institut de la Vision souhaitent développer un dispositif capable de restaurer la vision par stimulation optogénétique du cortex visuel. Ce projet est baptisé CorticalSight.

Le consortium est coordonné par le Professeur José-Alain Sahel (Institut de la Vision et Université of Pittsburgh School of Medicine). Il est composé de partenaires académiques : Université de Stanford, Friedrich Miescher Institute for Biomedical Research, le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives- Leti ainsi que les entreprises GenSight Biologics, Chronocam and Inscopix. Serge Picaud, Directeur de Recherche Inserm, animera les activités de recherche à l’Institut de la Vision.

Paludisme : un marqueur génétique pour identifier les moustiques « super-propagateurs »

Les moustiques vecteurs du paludisme peuvent maintenant être identifiés plus facilement. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de l’IRD..

Mercure dans l’océan Arctique : quand la toundra sert de passeur

Pourquoi l’océan Arctique et sa faune sont-ils si contaminés par le mercure, alors qu’ils sont éloignés des principales sources de pollution ?

Réserves marines : un réseau mondial insuffisant pour assurer la sécurité alimentaire dans les pays du Sud

Dans un article publié le 10 juillet 2017 dans , des chercheurs de l’EPHE, de l’IRD, de l’Université de Montpellier,…

Première découverte d’une exoplanète pour Sphère

Installé depuis 2014 sur le Très grand télescope (VLT) de l’ESO au Chili, l’instrument européen Sphère vient d’obtenir pour la…

L’ère de l’automatique

Dans notre vie quotidienne, nous sommes entourés de systèmes automatisés : réfrigérateurs qui maintiennent un froid constant, régulateurs de vitesse des voitures, pilotes automatiques des avions, etc. Consacrée à l’analyse, à la maîtrise et au pilotage des systèmes automatisés, naturels ou artificiels, l’automatique fait intervenir des procédés physiques, chimiques ou biologiques combinés aux technologies de l’information et de la communication.

À l’occasion du congrès mondial de l’ (IFAC), qui se déroulera à Toulouse du 9 au 14 juillet 2017, le CNRS a organisé conférence de presse afin de découvrir les dernières recherches menées en automatique, un domaine scientifique aujourd’hui au cœur de nos enjeux de sociétés, dans les transports, l’énergie, l’environnement, la robotique ou la santé.

Biologie moléculaire : à la recherche des ARN circulaires ?

Des chercheurs du Laboratoire d’optique et biosciences (École polytechnique/CNRS/INSERM) ont réussi à percer l’un des mystères entourant les ARN circulaires, ces molécules découvertes en grand nombre ces dernières années et dont le rôle reste débattu. Néanmoins, il a été décrit que les ARN circulaires pouvaient servir soit de transition entre l’ADN et les protéines comme leurs analogues linéaires, soit de molécule régulatrice pour l’expression des gènes dans la cellule. A partir des données de séquençage des ARN d’un organisme, une archée en l’occurrence, les scientifiques ont identifié l’enzyme responsable de la forme circulaire de ces ARN. Ces résultats, récemment publiés dans la revue , devraient faciliter le développement de nouvelles applications en biotechnologie.

Des dinosaures parents-poules

Une méthode inédite d’analyse géochimique d’œufs fossilisés provenant de Chine a montré que les oviraptorosaures couvaient leurs œufs avec leurs corps, à l’instar des oiseaux d’aujourd’hui, et en les maintenant à une température comprise entre 35°C et 40°C. Ce résultat est le fruit d’une collaboration franco-chinoise coordonnée par Romain Amiot du Laboratoire de géologie de Lyon : Terre, planètes et environnement (CNRS/ENS de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1). L’article est publié dans la revue disponible en ligne le 28 juin 2017.

Une nouvelle technique expérimentale pour des matériaux plus résistants aux déformations extrêmes

Une équipe de recherche internationale, rassemblant des chercheurs du Laboratoire d’utilisation des lasers intenses (École polytechnique / CNRS / CEA / UPMC), de l’Université d’Osaka (Japon) et du ROSATOM (Russie) vient de développer une technique expérimentale permettant de déterminer, à l’échelle atomique, le niveau de fracture d’un matériau. Ces travaux, publiés le 3 juin 2017 dans la revue , ont un intérêt pour de nombreux domaines industriels, dont l’aérospatial.

Michel Mortier nommé délégué général à la valorisation du CNRS

Michel Mortier a été nommé délégué général à la valorisation du CNRS par Alain Fuchs, président de l’organisme. Cette fonction permet de renforcer le pilotage et la coordination de l’ensemble des activités de l’organisme en matière de valorisation et de transfert. Michel Mortier était jusqu’ici conseiller du président du CNRS sur les politiques de sites. Il dirige l’Institut de recherche de chimie Paris (CNRS / Chimie ParisTech). Il succède à Nicolas Castoldi, nommé directeur adjoint du cabinet de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Réalisation des premières images polarimétriques de Mueller du col utérin in vivo en bloc opératoire

Des chercheurs du Laboratoire de physique des interfaces et des couches minces (CNRS/École polytechnique) ont réalisé les premières images polarimétriques de col de l’utérus , dans des conditions réelles de bloc opératoire. Ces images, riches d’informations sur la structure des tissus analysés, ont été obtenues avec des temps d’acquisition records et avec une sensibilité jamais atteinte. Ces résultats, publiés en mai 2017 dans , permettront une meilleure détection précoce des cancers du col de l’utérus.

Transitions entre états physiologiques : un risque de mortalité accru pour les espèces saisonnières

Les résultats d’une étude de Julie Landes, doctorante du Muséum National d’Histoire Naturelle, dirigée par des chercheurs des laboratoires Eco-anthropologie et ethnobiologie et Mécanismes adaptatifs et évolution (CNRS/MNHN), et réalisée en collaboration avec l’Institut national d’études démographiques, suggèrent que les remaniements physiologiques liés aux transitions saisonnières génèrent des dommages à l’organisme, augmentant la mortalité des espèces. Pour cette étude, les chercheurs ont analysé près de 17 ans de suivi démographique de microcèbes murins. Ces résultats sont publiés dans la revue le 8 juin.

Interface physique / biologie : former une nouvelle génération de scientifiques, traducteurs et créatifs

Daniel Riveline, directeur de recherche CNRS, fondateur et responsable du master de physique cellulaire de l’Université de Strasbourg, et Karsten Kruse, professeur à l’Université de Genève, co-signent une publication démontrant l’importance de former une nouvelle génération de scientifiques « bilingues », capables de travailler à l’interface entre la physique et la biologie. Cet article qui parait jeudi 22 juin 2017 dans le journal propose des stratégies innovantes pour former ces jeunes chercheurs.

Deux congrès pour mieux comprendre les enjeux du monde contemporain en Asie et au Moyen-Orient

Dans quelques jours, plus d’un millier de chercheurs spécialistes de l’Asie et du Moyen-Orient se réuniront à Paris lors de leurs congrès biennaux.

Première pierre d’un regroupement scientifique autour de la physique et de l’accueil de visiteurs internationaux

Un nouveau bâtiment qui accueillera deux laboratoires de physique : Fluides, automatique et systèmes thermiques (Université Paris-Sud/CNRS) et Physique théorique et modèles statistiques (Université Paris-Sud/CNRS) ainsi que l’Institut Pascal (porté par l’Université Paris-Saclay, l’Université Paris-Sud, le CNRS et le CEA), futur centre d’accueil de visiteurs internationaux, va être construit sur le plateau de Saclay. La première pierre de ce bâtiment est posée ce vendredi 23 juin 2017. Son ouverture est prévue en 2018.

Première pierre d’un regroupement scientifique autour de la physique et de l’accueil de visiteurs internationaux

Un nouveau bâtiment qui accueillera deux laboratoires de physique : Fluides, automatique et systèmes thermiques (Université Paris-Sud/CNRS) et Physique théorique et modèles statistiques (Université Paris-Sud/CNRS) ainsi que l’Institut Pascal (porté par l’Université Paris-Saclay, l’Université Paris-Sud, le CNRS et le CEA), futur centre d’accueil de visiteurs internationaux, va être construit sur le plateau de Saclay. La première pierre de ce bâtiment est posée ce vendredi 23 juin 2017. Son ouverture est prévue en 2018.

Les achats : clé de la réussite pour les collaborations entre startups et grands groupes

Favoriser et faire perdurer les collaborations entre start-ups et grands groupes via les achats c’est la thèse développée par Romaric Servajean-Hilst, chercheur-associé au Centre de recherche en gestion de l’École poly-technique et à l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (CNRS/Ecole polytechnique/Mines Paritech/Institut Mines Télécom) et Hervé Legenvre, directeur de l’Observatoire de la création de valeur de l’European Institut of Purchasing Management (EIPM), dans un rapport intitulé « Partnering with start-up ». Si les collaborations entre startups et grands groupes sont régulièrement envisagées, peu parviennent à perdurer dans le temps.

Comment le phytoplancton domine-t-il les océans ?

La photosynthèse est un processus unique qui, dans le monde vivant, a permis la colonisation des terres et des océans,…

Cristallographie : quand un ordre inattendu émerge d’un matériau nanostructuré

Les pyrochlores sont des matériaux potentiellement utiles pour le confinement des déchets radioactifs ou pour les piles à combustibles. Dans , des chercheurs du CEA, du CNRS et leurs collègues australiens explorent l’organisation cristalline de ces matériaux pour mieux en connaitre leurs caractéristiques mécaniques et leur stabilité sous irradiation.

Conférence de presse : l’ère de l’automatique

Jeudi 29 juin 2017 à 10h

CNRS – 3, rue Michel-Ange, Paris 16
Métro Michel-Ange Auteuil (lignes 9, 10)

Ce que les pupilles nous disent sur le langage

Le sens d’un mot est suffisant pour déclencher une réaction de notre pupille : quand nous lisons ou entendons un mot avec un sens associé à la luminosité (« soleil », « briller », etc.), nos pupilles se rétractent comme si elles étaient effectivement exposées à une plus forte luminosité. Et l’inverse se produit pour un mot dont le sens est associé à l’obscurité (« nuit », « ténèbres », etc.). Ces résultats, publiés le 14 juin 2017 dans par des chercheurs du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/AMU), du Laboratoire parole et langage (CNRS/AMU) et de l’université de Groningen (Pays-Bas), ouvrent une nouvelle voie pour mieux comprendre le traitement du langage par notre cerveau.

Sabrina Fadloun, Communauté Université Grenoble Alpes, remporte le concours national « Ma Thèse en 180 secondes » 2017

La finale nationale 2017 de « Ma thèse en 180 secondes », organisée par la CPU et le CNRS, s’est déroulée le 14 juin à Paris, dans le Studio 104 de la Maison de la Radio. 16 doctorants, issus des universités et regroupements universitaires français, ont présenté leur travail de recherche en 180 secondes chrono.

Nouvelle cartographie des objets célestes les plus lumineux de l’Univers

Une équipe internationale du programme d’observation SDSS () a pu dresser pour la première fois une cartographie 3D des quasars, objets les plus lumineux de l’Univers. C’est la plus grande carte d’objets de l’Univers établie jusqu’à présent par la communauté scientifique, à laquelle ont participé des chercheurs du CEA et du CNRS. Utilisant une technique d’analyse spectroscopique à grande échelle, leurs travaux permettent également de mesurer la vitesse d’expansion de l’Univers, et confirment les prédictions formulées jusqu’ici par le modèle standard de la cosmologie. Ces résultats sont en cours de publication dans et d’ores et déjà consultables sur le site Arxiv.org.

Un test sanguin développé pour détecter une maladie rare neurologique

Des équipes de l’AP-HP en collaboration avec des chercheurs de l’ICM (Inserm/CNRS/UPMC), et la start-up Metafora Biosystems, issue du CNRS,…

Exploiter la diversité génétique du maïs : de l’intérêt de la composition métabolique des feuilles durant le remplissage des grains

Largement cultivée de par le monde, le maïs est une céréale possédant de nombreux atouts agronomiques, parmi lesquels une forte capacité de production. Examinant l’existence d’un lien potentiel entre la physiologie des feuilles et la production de grains, des chercheurs de l’Inra, du CNRS, des universités d’Angers et Paris-Sud, ont mis en évidence que différents marqueurs du métabolisme foliaire reflètent la diversité génétique du maïs. Ces travaux ouvrent la voie à une sélection de variétés à fort rendement en grains. Ils viennent d’être publiés dans la revue .

Succès parasitaire des nématodes à galles, bien plus qu’une simple histoire de sexe

Les nématodes à galles sont des ravageurs importants en agriculture, parmi lesquels excellent les espèces qui se reproduisent de manière strictement asexué, en dépit des avantages génétiques conférés par la reproduction sexuée. Des chercheurs de l’Inra, de l’Université Côte d’Azur, du CEA et du CNRS ont mis en évidence que l’histoire évolutive de ces nématodes et les particularités structurales de leur génome pourraient expliquer une partie de ce succès hors normes. Ces résultats sont publiés le 8 juin 2017 dans la revue .

Conférence de presse : quel avion pour demain ?

Du 19 au 25 juin prochains, amateurs et professionnels de l’aviation feront escale au Bourget pour le 52e Salon international de l’aéronautique et de l’espace. En coulisse, en mettant au point de nouveaux matériaux et procédés de combustion, en jouant sur l’aérodynamisme des appareils ou encore en améliorant la fiabilité des systèmes embarqués, la recherche a permis des avancées technologiques remarquables ces dernières années pour créer des avions moins polluants, plus sûrs et plus résistants.

A l’occasion de la sortie d’un dossier de CNRS Le Journal sur le sujet, le CNRS vous invite à une conférence de presse le jeudi 8 juin à 10h.

Création d’une unité mixte internationale franco-mexicaine en mathématiques

Le CNRS et ses partenaires mexicains, l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM) et le Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología de México (CONACYT), viennent de créer unité mixte internationale (UMI) en mathématiques, le « Laboratoire Solomon Lefschetz – LaSoL ».

L’accélération laser-plasma pour explorer la matière

L’équipe de Jérôme Faure, directeur de recherche CNRS, a développé une source d’électrons inédite basée sur l’accélération laser-plasma à partir d’un système laser aux propriétés uniques mis au point par l’équipe de Rodrigo Lopes-Martens, chercheur à l’École polytechnique, et qui permettra à la fois de sonder et d’imager la matière. Ces travaux, prometteurs pour la recherche fondamentale en physique, ont été menés au Laboratoire d’optique appliquée (École polytechnique/CNRS/ENSTA ParisTech). Ils sont publiés dans la revue de mai 2017.

L’audition des premières baleines

L’organe auditif des premières baleines, les protocètes, vient d’être reconstitué virtuellement par des paléontologues de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier/IRD/EPHE). Ces cétacés aujourd’hui éteints, étaient, malgré des mœurs essentiellement aquatiques, pourvus de membres postérieurs leur permettant de se mouvoir sur la terre ferme. La reconstitution virtuelle de leur cochlée, l’organe siège de l’audition, suggère que leurs capacités auditives étaient très différentes de celles de leurs cousins actuels.

Découverte d’un nouveau système de réparation de l’ADN

Une équipe de chercheurs issus du CNRS, du CEA, des universités Paris Diderot, Paris Descartes, Paris-Sud, Harvard Medical School et Lebanese American University, a découvert un nouveau système de réparation des dommages causés à l’ADN par les dérivés toxiques du glucose appelés glyoxals. Leur fixation sur les guanines (G), l’un des quatre composants A, T, G, C de la séquence d’ADN, entraîne mutations et cancers. La protéine DJ-1, antiparkinson, répare les guanines endommagées par les glyoxals, prévient l’apparition de mutations, et pourrait être la cible de nouveaux agents anticancéreux. Ces résultats sont parus dans la revue , le 8 juin 2017.

Un régime riche en graisse modifie le système de récompense chez l’animal

L’exposition depuis l’enfance à une alimentation riche en graisse favorise l’obésité et augmenterait, au niveau cérébral, la sensibilité du système de récompense à l’âge adulte. Des chercheurs de l’Inra, de l’université de Bordeaux et du CNRS ont analysé, chez l’animal, les mécanismes en jeu dans ces phénomènes. S’ils sont identiques chez l’Homme, ces travaux démontrent qu’une alimentation riche en graisse pourrait conduire à des changements sur le long terme dans les comportements de recherche des récompenses. Ces résultats viennent d’être publiés dans la revue .

Conférence de presse : quel avion pour demain ?

Conférence de presse
Jeudi 8 juin 2017 à 10h
Au CNRS – 3, rue Michel-Ange – Paris 16
Métro Michel-Ange Auteuil (Lignes 9 et 10)

Le calcium des dents révèle ses secrets

Deux études basées sur l’analyse des isotopes du calcium des dents viennent d’apporter de nouvelles données aussi bien sur l’extinction des dinosaures marins que sur l’estimation de l’âge au sevrage chez l’Homme. Ces recherches, menées par des chercheurs du CNRS, de l’ENS de Lyon et de l’Université Claude Bernard Lyon 1, ont été publiées respectivement les 25 et 30 mai 2017 dans et . Elles offrent de nouvelles perspectives pour la recherche en anthropologie et en paléontologie.

Une application inédite dans le domaine du phénotypage des plantes

Une équipe de recherche menée par Emmanuel de Langre, professeur au Laboratoire d’hydrodynamique de l’École polytechnique (CNRS/École polytechnique), vient de développer un dispositif de phénotypage des plantes sans contact et par signature vibratoire. Un brevet, en copropriété École polytechnique/CNRS/Inra, a été déposé dans le cadre du programme de prématuration Vibrophene en vue d’une future utilisation industrielle.

Maladies émergentes : une souche fortement mutante de la bactérie Elizabethkingia à l’origine d’une épidémie au Wisconsin

Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS, en collaboration avec des équipes américaines et australiennes, ont réalisé une caractérisation génomique et évolutive complète de la souche de bactérie à l’origine d’une épidémie qui a touché une soixantaine de personnes dans le Wisconsin en 2015-2016. L’étude révèle que la souche d’ à l’origine de cette épidémie est fortement mutante. Une propriété inhabituelle pour une bactérie, qui pourrait conférer un avantage sélectif à cette souche par ailleurs exceptionnellement résistante à de nombreux antibiotiques. Ces données, publiées le 24 mai 2017 dans la revue , ont été mises à disposition de la communauté scientifique internationale.

Itinéraire bis pour le cholestérol

Le cholestérol joue un rôle central dans de nombreux processus du vivant. Dans une nouvelle étude, une équipe dirigée par Catherine-Laure Tomasetto, directrice de recherche Inserm, à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (Inserm/CNRS/Université de Strasbourg) révèle l’implication de la protéine STARD3 dans la répartition du cholestérol cellulaire. Un peu à la manière d’un scratch moléculaire, cette protéine est capable de former des contacts membranaires entre deux organites cellulaires, ce qui lui permet de transporter du cholestérol d’un organite à l’autre. Ces travaux sont publiés dans la revue .

Hommes/femmes : pas tous égaux face à l’asthme allergique

Des chercheurs menés par Jean-Charles Guéry, du Centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan (Inserm/ Université Toulouse III – Paul Sabatier/ CNRS) apporte un nouvel éclairage sur le possible lien entre les hormones masculines et les différences liées au sexe dans la susceptibilité à l’asthme allergique. Cette étude démontre que les hormones telles que la testostérone, agissent sur le système immunitaire. Les résultats sont parus dans la revue scientifique le 8 mai 2017.

Finale nationale de « Ma thèse en 180 secondes » le 14 juin à la Maison de la Radio à Paris

Les inscriptions sont désormais ouvertes pour assister à la finale nationale 2017 du concours « Ma thèse en 180 secondes », le 14 juin à Paris à partir de 18h30. La soirée, co-animée par Mathieu Vidard et Marie-Charlotte Morin, se tiendra au Studio 104 de la Maison de la Radio. Organisée par la Conférence des présidents d’université (CPU) et le CNRS, cette finale permettra à 16 doctorants venus de toute la France de présenter leur sujet de thèse en trois minutes.

Du contexte au cortex : à la découverte des neurones sociaux

L’existence de nouveaux neurones sociaux vient d’être mise en évidence par des chercheurs de l’Institut de neurosciences des systèmes (Aix-Marseille…

Un nouveau matériau pour purifier le gaz naturel

Les domaines de la séparation et de la purification des gaz demandent des matériaux dont la porosité doit-être parfaitement contrôlée….

Salon Innovatives SHS : dossier de presse

Faire connaître la diversité des savoir-faire et des innovations issues des laboratoires de sciences humaines et sociales (SHS). Faciliter la rencontre et les échanges entre équipes de recherche, monde entrepreneurial et décideurs publics, afin de construire des projets communs et de faciliter les transferts de connaissances et de compétences dans un sens comme dans l’autre. Tels sont les objectifs du salon , organisé par le CNRS, dont la troisième édition se tiendra les 17 et 18 mai 2017 au Parc Chanot, à Marseille. Cette édition accueille une vingtaine de projets étrangers, notamment québécois, et met l’accent sur la santé. D’autres projets exposés concernent la mise en valeur du patrimoine, l’aménagement des territoires, l’éducation, et d’autres expertises. Un salon à découvrir par une visite de presse le mercredi 17 mai 2017.

Une nouvelle piste pour prédire les éruptions solaires ?

Discipline émergente, la météorologie de l’espace porte l’ambition de prédire efficacement les éruptions solaires pour mieux se prémunir de leurs perturbations. Une équipe internationale dirigée par Etienne Pariat, chercheur au Lesia (Observatoire de Paris / CNRS / Université Paris Diderot / UPMC), travaillant sur des modélisations numériques 3D, a mis en évidence un facteur capable de détecter à l’avance un événement éruptif. Ce facteur est associé à l’hélicité magnétique, qui représente le degré de torsion et d’entortillement du champ magnétique. Cette étude est publiée dans le journal du 17 mai 2017.

Projet ICE MEMORY : deuxième expédition sur le glacier de l’Illimani

Collecter des carottes de glace des glaciers les plus exposés au changement climatique et les stocker en Antarctique pour les scientifiques des générations futures : tel est l’objectif d’ICE MEMORY, programme international de sauvegarde de la mémoire des glaciers. Après le colloque organisé à l’UNESCO en mars, la deuxième expédition du projet se déroulera en Bolivie, sur le glacier de l’Illimani (6 400 m), du 22 mai au 18 juin 2017.

Mise en évidence d’un mécanisme d’arrêt de croissance des racines des plantes

Une équipe de recherche du CEA et du CNRS ont mis en évidence un mécanisme d’arrêt de la croissance racinaire des plantes lors d’une carence en phosphate dans le sol. L’exploitation de ces résultats permettrait d’améliorer la résistance de plantes cultivées dans les sols acides ou pauvres en phosphates, ou d’augmenter leurs propriétés d’extraction de métaux polluants. Les résultats de cette étude paraissent dans le 15 mai 2017.

Autisme et déficiences intellectuelles : la communication entre les neurones mise en cause

Une étude collaborative internationale, coordonnée par Frédéric Laumonnier (Unité 930 « Imagerie et Cerveau » Inserm/ Université de Tours) et Yann Hérault de l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (Inserm/ CNRS/ Université de Strasbourg), apporte des données nouvelles et originales sur le rôle physiopathologique des zones de contact entre les neurones dans certains troubles cérébraux. L’étude révèle que la mutation d’un des gènes impliqués dans les déficiences intellectuelles et l’autisme entraine un dysfonctionnement au niveau des synapses, structures essentielles pour la communication neuronale. Les travaux sont parus le 18 avril 2017 dans la revue .

Raphaèle Herbin, Jean-Pierre Nozières, Jean-Marie Tarascon et Jamal Tazi lauréats de la médaille de l’innovation 2017 du CNRS

La médaille de l’innovation 2017 du CNRS est décernée à Raphaèle Herbin, Jean-Pierre Nozières, Jean-Marie Tarascon et Jamal Tazi. Cette récompense leur sera remise le 15 juin 2017 lors d’une cérémonie à la Maison des océans, à Paris. La médaille de l’innovation du CNRS récompense des recherches scientifiques exceptionnelles ayant conduit à une innovation marquante sur le plan technologique, thérapeutique ou social et valorisant ainsi la recherche scientifique française.

Histoire migratoire des peuples Bantous : comment la génomique rend hommage au métissage et éclaire le récit de l’esclavage

Au gré d’un mouvement d’expansion initié il y a 4000 à 5000 ans, les populations de langues bantoues – aujourd’hui 310 millions de personnes – ont progressivement quitté leur berceau originel d’Afrique centrale de l’Ouest pour gagner les régions de l’est et du sud du continent. Grâce à une vaste analyse génomique menée sur plus de 2000 échantillons d’individus issus de 57 populations de toute l’Afrique subsaharienne, des scientifiques de l’Institut Pasteur et du CNRS, associés à un large consortium international, ont pu retracer le chemin migratoire de ces populations, qui était jusqu’alors soumis à controverse. Leur étude révèle en outre que le métissage né des rencontres successives avec les populations locales ont permis aux Bantous d’acquérir des mutations génétiques ayant favorisé leur adaptation à leurs nouveaux environnements. En analysant le génome de plus de 5000 Afro-américains d’aujourd’hui, les chercheurs ont enfin pu retracer l’origine génétique des populations africaines déportées en tant qu’esclaves, et confirmer le Golfe du Bénin et l’Afrique centrale de l’Ouest comme principaux ports de traites négrières vers l’Amérique du Nord. Ces travaux ont été publiés le 5 mai dans la revue .

Visite de presse – salon Innovatives SHS : des chercheurs qui innovent en sciences humaines et sociales

Mercredi 17 mai 2017 de 9h à 11h
Marseille Chanot – Palais de l’Europe
arrêt Rond-Point du Prado (métro 2, bus 21, 22, 23, 44, 45, 83)

Réchauffement climatique : la flore microbienne en danger ?

Les effets néfastes du changement climatique sur les espèces du microbiote intestinal d’un lézard viennent d’être mis en évidence par des chercheurs du laboratoire Évolution et diversité biologique de Toulouse (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/ENSFEA/IRD), de la Station d’écologie théorique et expérimentale (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) et de l’Université d’Exeter (Grande-Bretagne). Cette nouvelle étude à paraître dans la revue démontre l’urgence de mieux comprendre l’impact du climat sur les relations entre espèces afin de les protéger plus efficacement.

Projection du son : la supériorité des Stradivarius remise en question

Des chercheurs de l’Institut Jean Le Rond d’Alembert (CNRS/UPMC) ont montré que les violons récents ont une meilleure projection du son que les violons fabriqués par le célèbre luthier Antonio Stradivarius. Cette étude, publiée dans la revue le 8 mai 2017, révèle également qu’en dépit du prestige de ces anciens violons italiens, les auditeurs préfèrent le son produit par les instruments récents et ne peuvent différencier les deux catégories de violons.

Quand les liquides se bloquent : le mystère de la fécule de maïs élucidé

Certaines suspensions de particules, comme des grains d’amidon dans l’eau, liquides au repos, deviennent brusquement solides lorsqu’elles sont soumises à un écoulement rapide ou à un choc. Ce comportement fascinant, appelé rhéo-épaississement, permet par exemple de « marcher sur l’eau » ou de concevoir des vestes légères et souples mais très résistantes en cas de choc. Des chercheurs de l’Institut universitaire des systèmes thermiques industriels (Aix-Marseille Université/CNRS) ont montré expérimentalement que ce comportement vient d’une transition qui implique le frottement entre les particules et la présence de forces répulsives à courte portée (d’origine électrostatique ou physico-chimique). Cette étude est publiée dans la revue , le 1er mai 2017.

Création d’un institut pluridisciplinaire pour l’étude des migrations

La crise migratoire actuelle en Europe révèle la nécessité de disposer de données scientifiques solides pour aider les pouvoirs publics à prendre des décisions importantes et ce, dans des contextes d’urgence et de situations politiques variés. En réponse à ces préoccupations, l’Inserm et le CNRS ont mobilisé cinq institutions d’enseignement et de recherche (Ined, IRD, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, EHESS et EPHE) dans le but de créer un institut interdisciplinaire pour l’étude des migrations. Il verra le jour en 2019 sur le Campus Condorcet, et regroupera 200 chercheurs. Cette structure sera financée par le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre de l’appel à projets « Instituts Convergences ».

Certains mystères de la domestication animale révélés par les chevaux des Scythes

En étudiant le génome des chevaux des Scythes, une équipe internationale de chercheurs esquisse les relations que ces nomades d’Asie centrale de l’Âge de Fer entretenaient avec leurs montures – et lève le voile sur certains des mystères de la domestication animale. Publiés dans la revue le 28 avril 2017, ces travaux ont été dirigés par Ludovic Orlando, directeur de recherche du CNRS au laboratoire Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/Université Paris Descartes) et professeur au Museum d’histoire naturelle du Danemark.

Conférence de presse – Innovatives SHS : le salon de la valorisation en sciences humaines et sociales

Marseille – mardi 9 mai 2017 à 10h
Campus Joseph Aiguier du CNRS – Bâtiment PH
31, Chemin Joseph Aiguier
Bus 21 ou 47 (arrêt Michelet Bonneaude) / Bus 48 (arrêt Aiguier-CNRS)

Quand l’intelligence artificielle évalue les champions d’échecs

Utilisé par la plupart des fédérations d’échecs, le système Elo classe les joueurs en fonction de leurs résultats. Bien que très efficace, il néglige certains critères pertinents comme la qualité de chaque coup joué. Jean-Marc Alliot de l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (IRIT – CNRS/INP Toulouse/Université Toulouse Paul Sabatier/Université Toulouse Jean Jaurès/Université Toulouse Capitole) propose donc un nouveau système, publié le 24 avril 2017 dans la revue de .