Call Ways ® presse magazine tabloïd news » CNRS

Posts Tagged CNRS

lundi 30 janvier 2017 - 0:00

Vers un diagnostic et un traitement précoces et affinés du cancer

L’équipe de Patrizia Paterlini-Bréchot, professeur en biologie cellulaire et oncologie à l’Université Paris Descartes et chercheuse au sein du département « Immunologie, infectiologie et hématologie » de l’Institut Necker Enfants Malades – Centre de médecine moléculaire (Université Paris Descartes/ Inserm / CNRS) a publié un article dans la revue le 6 janvier dernier. Cette publication marque une avancée très nette dans les techniques d’isolement et de caractérisation moléculaire des cellules tumorales circulantes permettant la détection précoce de l’invasion tumorale.

+ Commentaires fermés sur Vers un diagnostic et un traitement précoces et affinés du cancer

jeudi 26 janvier 2017 - 0:00

PYRENE : un robot humanoïde nouvelle génération

PYRENE, la nouvelle recrue du Laboratoire d’analyse et d’architecture des systèmes (LAAS) du CNRS, est un robot humanoïde conçu pour mieux interagir avec son environnement et effectuer des tâches qui nécessitent une certaine force physique. Ses impressionnantes capacités en termes de calcul, d’actionnement et de perception lui permettront d’exécuter tout un ensemble de tâches qui n’étaient pas réalisables avec la génération précédente de robots humanoïdes. Fabriqué par la société espagnole PAL Robotics pour le LAAS-CNRS, ce nouveau robot dispose d’une électronique puissante et de capteurs d’efforts au niveau de ses articulations. Il sera présenté à la communauté scientifique le 9 février 2017 au LAAS-CNRS à Toulouse.

+ Commentaires fermés sur PYRENE : un robot humanoïde nouvelle génération

lundi 23 janvier 2017 - 15:00

Écologie de la santé : pour une nouvelle lecture de nos maux

L’ouvrage « Écologie de la santé : pour une nouvelle lecture de nos maux », rédigé par des chercheurs issus des laboratoires du CNRS ou associés, paraît le 2 février 2017 en librairie. Publié par le cherche midi, en partenariat avec le CNRS, ce livre grand public révèle une nouvelle voie, évolutive et écologique, pour aborder les problèmes de santé. Une approche essentielle face aux risques d’émergence ou ré-émergence de maladies infectieuses.

+ Commentaires fermés sur Écologie de la santé : pour une nouvelle lecture de nos maux

Comment la nicotine agit sur le cerveau des schizophrènes

Plusieurs études rapportent la forte dépendance à la nicotine des patients schizophrènes. Les chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Inserm et de l’ENS sont parvenus à décrypter grâce à un modèle murin, le mode d’action de la nicotine sur les cellules du cortex préfrontal. Ils ont pu visualiser l’effet direct de la nicotine sur le rétablissement de l’activité normale des cellules nerveuses impliquées dans les troubles psychiatriques, comme la schizophrénie. Ces résultats sont parus dans , le 23 janvier 2017.

+ Commentaires fermés sur Comment la nicotine agit sur le cerveau des schizophrènes

vendredi 20 janvier 2017 - 0:00

Les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice

Dresser un état des lieux des recherches dans les domaines juridiques et judiciaires, encourager le débat entre professionnels du droit et chercheurs, réfléchir aux nouveaux défis politiques, économiques, technologiques et sociétaux de notre monde contemporain : tels sont les objectifs des États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice, qui se dérouleront à Paris, au siège du CNRS, du 30 janvier au 2 février 2017. Ils sont organisés par la Mission de recherche Droit et Justice et le secrétariat d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en partenariat avec l’ENM, le CNRS et le ministère de la Justice.

+ Commentaires fermés sur Les États généraux de la recherche sur le Droit et la Justice

jeudi 19 janvier 2017 - 0:00

En avant, en arrière et sur les côtés : les étonnantes capacités d’orientation des fourmis

Une équipe internationale impliquant Antoine Wystrach du Centre de recherche sur la cognition animale (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) a montré que les fourmis étaient capables de se repérer dans l’espace quelle que soit l’orientation de leur corps. Malgré leur cerveau plus petit qu’une tête d’épingle, les fourmis sont ainsi d’excellentes navigatrices utilisant à la fois des repères célestes et terrestres pour mémoriser leur route. L’utilisation de plusieurs aires cérébrales distinctes, qui travaillent néanmoins ensemble, prouve une nouvelle fois que le cerveau des insectes est plus complexe qu’on ne l’imaginait. Ces travaux sont publiés le 19 janvier 2017 dans .

+ Commentaires fermés sur En avant, en arrière et sur les côtés : les étonnantes capacités d’orientation des fourmis

En avant, en arrière et sur les côtés : les étonnantes capacités d’orientation des fourmis

Une équipe internationale impliquant Antoine Wystrach du Centre de recherche sur la cognition animale (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) a montré que les fourmis étaient capables de se repérer dans l’espace quelle que soit l’orientation de leur corps. Malgré leur cerveau plus petit qu’une tête d’épingle, les fourmis sont ainsi d’excellentes navigatrices utilisant à la fois des repères célestes et terrestres pour mémoriser leur route. L’utilisation de plusieurs aires cérébrales distinctes, qui travaillent néanmoins ensemble, prouve une nouvelle fois que le cerveau des insectes est plus complexe qu’on ne l’imaginait. Ces travaux sont publiés le 19 janvier 2017 dans .

+ Commentaires fermés sur En avant, en arrière et sur les côtés : les étonnantes capacités d’orientation des fourmis

En avant, en arrière et sur les côtés : les étonnantes capacités d’orientation des fourmis

Une équipe internationale impliquant Antoine Wystrach du Centre de recherche sur la cognition animale (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) a montré que les fourmis étaient capables de se repérer dans l’espace quelle que soit l’orientation de leur corps. Malgré leur cerveau plus petit qu’une tête d’épingle, les fourmis sont ainsi d’excellentes navigatrices utilisant à la fois des repères célestes et terrestres pour mémoriser leur route. L’utilisation de plusieurs aires cérébrales distinctes, qui travaillent néanmoins ensemble, prouve une nouvelle fois que le cerveau des insectes est plus complexe qu’on ne l’imaginait. Ces travaux sont publiés le 19 janvier 2017 dans .

+ Commentaires fermés sur En avant, en arrière et sur les côtés : les étonnantes capacités d’orientation des fourmis

mercredi 18 janvier 2017 - 0:00

Le CNRS partenaire des Journées nationales de l’innovation en santé

Un bracelet de contrôle des émotions pour les autistes, un « corset virtuel » pour aider les personnes atteintes de scoliose à corriger leur posture, des solutions originales pour détecter les polluants dans l’environnement… Ce sont quelques-unes des innovations que le CNRS présentera sur son stand aux Journées nationales de l’innovation en santé, et dans des émissions de CNRS la radio, en direct et en public depuis l’événement. Pour la 2e année, le CNRS est partenaire de cette manifestation gratuite, qui se déroule du vendredi 27 au dimanche 29 janvier à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris. Organisée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé et Universcience, elle a pour but de faire découvrir à tous les publics les dernières innovations en matière de santé, que ce soit dans le domaine de la prévention, du diagnostic ou des traitements.

+ Commentaires fermés sur Le CNRS partenaire des Journées nationales de l’innovation en santé

Première spectroscopie de 110Zr : ni une sphère, ni une pyramide… mais un ellipsoïde !

Une équipe internationale, conduite par le CEA et ses partenaires de l’institut de recherche japonais RIKEN, a pu déterminer expérimentalement la structure d’un noyau de zirconium très riche en neutrons (Zr), une première qui remet en cause les théories employées jusque-là. Produit par l’accélérateur japonais RIBF et analysé grâce au détecteur MINOS, ce noyau lourd s’avère plus déformé que ce que les modélisations prévoyaient. Ces travaux, menés en collaboration avec le CNRS et les Universités de Lyon et de Paris-Sud, sont publiés le 18 janvier dans et font l’objet d’une suggestion de l’éditeur.

+ Commentaires fermés sur Première spectroscopie de 110Zr : ni une sphère, ni une pyramide… mais un ellipsoïde !

Première spectroscopie de 110Zr : ni une sphère, ni une pyramide… mais un ellipsoïde !

Une équipe internationale, conduite par le CEA et ses partenaires de l’institut de recherche japonais RIKEN, a pu déterminer expérimentalement la structure d’un noyau de zirconium très riche en neutrons (Zr), une première qui remet en cause les théories employées jusque-là. Produit par l’accélérateur japonais RIBF et analysé grâce au détecteur MINOS, ce noyau lourd s’avère plus déformé que ce que les modélisations prévoyaient. Ces travaux, menés en collaboration avec le CNRS et les Universités de Lyon et de Paris-Sud, sont publiés le 18 janvier dans et font l’objet d’une suggestion de l’éditeur.

+ Commentaires fermés sur Première spectroscopie de 110Zr : ni une sphère, ni une pyramide… mais un ellipsoïde !

mardi 17 janvier 2017 - 0:00

Microbiote : un nouvel éclairage sur le devenir des fibres alimentaires dans notre intestin

La dégradation des fibres alimentaires (et notamment des polysaccharides complexes) est une fonction majeure de notre microbiote intestinal que l’on situait jusqu’à présent uniquement dans le côlon. Or, grâce à des approches de métagénomique, des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec le CNRS, révèlent une activité fibrolytique au niveau de l’intestin grêle, plus précisément dans l’iléon. Publiés dans le 16 janvier 2017, ces résultats conduisent à reconsidérer cette fonction de dégradation des fibres alimentaires et son impact sur la santé humaine.

+ Commentaires fermés sur Microbiote : un nouvel éclairage sur le devenir des fibres alimentaires dans notre intestin

vendredi 13 janvier 2017 - 0:00

Cristallographie : la diffraction des électrons localise les atomes d’hydrogène

Les méthodes d’analyse par diffraction sont très utilisées dans les laboratoires, mais elles peinent à étudier des échantillons de taille inférieure au micromètre. Des chercheurs du Laboratoire de cristallographie et sciences des matériaux (CNRS/Ensicaen/Unicaen), du Laboratoire catalyse et spectrochimie (CNRS/Ensicaen/Unicaen) et de l’Académie des Sciences de République Tchèque sont pourtant parvenus à utiliser la diffraction des électrons pour révéler la structure de cristaux nanométriques. Leur méthode est si sensible qu’elle localise même, pour la première fois, la position des atomes d’hydrogène, primordiale pour accéder à la morphologie des molécules ou à la taille des cavités dans les matériaux poreux. Ces travaux, publiés le 13 janvier 2017, font la couverture de la revue .

+ Commentaires fermés sur Cristallographie : la diffraction des électrons localise les atomes d’hydrogène

mercredi 11 janvier 2017 - 0:00

Les babouins produisent des vocalisations comparables aux voyelles

Les babouins produisent des vocalisations comparables aux voyelles. C’est ce qu’ont mis en évidence des chercheurs du Gipsa-Lab (CNRS/Grenoble INP/Université de Grenoble Alpes), du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/AMU) et du Laboratoire d’anatomie de l’Université de Montpellier grâce à des analyses acoustiques de vocalisations, couplées à une étude anatomique des muscles de la langue et à une modélisation des potentialités acoustiques du conduit vocal des singes. Publiées dans le 11 janvier 2017, les données confirment que les babouins sont capables de produire au moins cinq vocalisations ayant les propriétés des voyelles, malgré un larynx élevé, et qu’ils sont capables de les combiner lorsqu’ils communiquent avec leurs partenaires. Les vocalisations des babouins préfigurent ainsi un système de parole chez les primates non humains.

+ Commentaires fermés sur Les babouins produisent des vocalisations comparables aux voyelles

Pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ?

Lorsque nous parlons amicalement à un chien, nous changeons d’intonation comme s’il s’agissait d’un bébé humain. Quelles sont les causes de ce changement ? Le visage attendrissant d’un chiot pourrait expliquer notre comportement, cependant une étude vient de montrer que nous continuons de parler “bébé” à des chiens adultes. De plus, alors que les chiots sont très réactifs au “parler bébé”, les chiens plus âgés n’y prêtent pas plus attention qu’au langage normal. Ces résultats, auxquels ont contribués des chercheurs de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud) basés à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, sont publiés dans la revue . Ils suggèrent que le “parler bébé” est utilisé pour interagir avec un être vivant ne maîtrisant pas la parole. Si nous parlons ainsi à notre chien, c’est parce que nous aimerions qu’un jour il nous réponde… en parlant !

+ Commentaires fermés sur Pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ?

mardi 10 janvier 2017 - 18:00

Identification d’une des clés permettant l’entrée du virus Zika dans les cellules du cerveau

L’équipe d’Ali Amara, directeur de recherche Inserm au laboratoire « Pathologie et virologie moléculaire » (Inserm/CNRS/Université Paris Diderot) décrit, dans un article publié dans , les mécanismes permettant au virus Zika d’infecter les cellules du système nerveux.

+ Commentaires fermés sur Identification d’une des clés permettant l’entrée du virus Zika dans les cellules du cerveau

CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » : nouvelle formule !

Des centaines de jeunes de 17 à 25 ans, étudiants ou engagés dans la vie active, et une trentaine de chercheurs de toutes disciplines se réuniront pour la première fois le 28 janvier 2017 à Caen et à Rennes, pour la nouvelle édition des rencontres « CNRS Jeunes Sciences et Citoyens ». Organisé pendant plus de 25 ans à Poitiers, cet évènement annuel, qui se déroule désormais dans différentes régions de France, permet de débattre sur le devenir de la planète et des sociétés de demain.

+ Commentaires fermés sur CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » : nouvelle formule !

lundi 9 janvier 2017 - 0:00

Peindre vite et bien : les secrets des innovations du 19e siècle

Afin de pouvoir peindre vite avec des effets de texture et de volume exceptionnels, J. M. William Turner et d’autres artistes anglais de sa génération ont bénéficié de la mise au point de gels innovants. Ajoutées à la peinture à l’huile, ces matières, très en vogue au 19e siècle et encore utilisées aujourd’hui, modifient les propriétés de la peinture. Des chercheurs du CNRS, de l’UPMC et du Collège de France ont, pour la première fois, révélé les secrets chimiques de ces mélanges. Le plomb ici sous forme d’acétate est l’un des ingrédients indispensable à la formation de ces gels. Leurs travaux sont publiés le 9 janvier 2017 dans la revue .

+ Commentaires fermés sur Peindre vite et bien : les secrets des innovations du 19e siècle

jeudi 5 janvier 2017 - 0:00

Il y a 360 millions d’années : des récifs dans la tourmente d’une extinction de masse

Depuis l’apparition des organismes multi-cellulaires il y a 540 millions d’années, la vie sur Terre a été frappée par 5 grandes extinctions de masse. Moins populaire que l’extinction qui a marqué la fin du Crétacé et des dinosaures, l’extinction de la fin du Dévonien (- 360 millions d’années) a pourtant rayé de la surface de notre planète 75 % des espèces vivantes. Mais le mode opératoire de cette extinction reste mal connu. Une équipe sino-franco-australienne, impliquant des chercheurs du laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET – CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier / IRD / CNES) à l’Observatoire Midi-Pyrénées, vient de mettre en évidence la réorganisation à l’échelle globale des récifs carbonatés suite à la crise de la fin du Dévonien, événement dit « Hangenberg ». Ces résultats sont publiés dans .

+ Commentaires fermés sur Il y a 360 millions d’années : des récifs dans la tourmente d’une extinction de masse

Il y a 360 millions d’années : des récifs dans la tourmente d’une extinction de masse

Depuis l’apparition des organismes multi-cellulaires il y a 540 millions d’années, la vie sur Terre a été frappée par 5 grandes extinctions de masse. Moins populaire que l’extinction qui a marqué la fin du Crétacé et des dinosaures, l’extinction de la fin du Dévonien (- 360 millions d’années) a pourtant rayé de la surface de notre planète 75 % des espèces vivantes. Mais le mode opératoire de cette extinction reste mal connu. Une équipe sino-franco-australienne, impliquant des chercheurs du laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET – CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier / IRD / CNES) à l’Observatoire Midi-Pyrénées, vient de mettre en évidence la réorganisation à l’échelle globale des récifs carbonatés suite à la crise de la fin du Dévonien, événement dit « Hangenberg ». Ces résultats sont publiés dans .

+ Commentaires fermés sur Il y a 360 millions d’années : des récifs dans la tourmente d’une extinction de masse

mercredi 4 janvier 2017 - 0:00

À Rennes, une nouvelle vision de l’histoire de la mort

De 2011 à 2013, une équipe de l’Inrap a mené, sur prescription de l’État (Drac Bretagne), une fouille préventive intégrale du couvent des Jacobins, futur centre des congrès de Rennes Métropole. Construit en 1369, le couvent, d’obédience dominicaine, devint l’un des lieux d’inhumation de prédilection de l’aristocratie parlementaire rennaise. Environ 900 sépultures y ont été mises au jour par les archéologues, dont celle de Louise de Quengo, dame du XVIIe siècle retrouvée momifiée dans son cercueil de plomb. Aujourd’hui, Rozenn Colleter chercheuse Inrap associée au laboratoire Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) et ses collègues reviennent sur l’étude exhaustive de 606 de ces sépultures et réfutent un processus, admis jusqu’alors, de sécularisation des pratiques funéraires entre le Moyen Âge et l’Époque moderne dans un article publié dans .

+ Commentaires fermés sur À Rennes, une nouvelle vision de l’histoire de la mort

lundi 2 janvier 2017 - 0:00

Ramollir les tumeurs par nanohyperthermie pour mieux les traiter

La lutte contre le cancer est souvent entravée par les résistances physiques des tumeurs et les dommages collatéraux que causent les traitements. Une équipe de chercheurs du CNRS, de l’Inserm, de l’Université Paris Descartes et de l’Université Paris Diderot est cependant parvenue à ramollir des tumeurs malignes en les chauffant. Ce procédé dit de nanohyperthermie les rend plus vulnérables aux produits de traitement. Des nanotubes de carbone sont injectés directement dans les tumeurs puis activés par laser, les tissus sains autour ne sont donc pas affectés. Ces travaux ont été publiés le 1er janvier dans la revue .

+ Commentaires fermés sur Ramollir les tumeurs par nanohyperthermie pour mieux les traiter

jeudi 22 décembre 2016 - 0:00

Médecine régénérative : les cellules sénescentes en renfort de la reprogrammation cellulaire

L’enjeu actuel de la médecine régénérative est de reprogrammer des cellules adultes différenciées vers d’autres destins cellulaires pour pallier une déficience. Des chercheurs de l’Institut Pasteur et du CNRS ont montré que les cellules sénescentes, dont l’apparition est traditionnellement associée au vieillissement, au cancer et à l’inflammation, favorisent de manière inattendue la reprogrammation des cellules vers un état plus embryonnaire. L’atteinte de cet état « non différencié » constitue une première étape pour maîtriser la différenciation de cellules pour en remplacer les défectueuses dans le cas d’une pathologie. Ces résultats sont publiés dans la revue , le 22 décembre 2016.

+ Commentaires fermés sur Médecine régénérative : les cellules sénescentes en renfort de la reprogrammation cellulaire

mercredi 21 décembre 2016 - 0:00

Le « blob » : capable d’apprendre… et de transmettre ses apprentissages

Ni animal, ni plante, ni champignon, le « blob » () est un curieux être rampant composé d’une unique cellule géante. Bien que dépourvu de cerveau, il est capable d’apprendre de ses expériences, comme l’avaient déjà montré des biologistes du Centre de recherches sur la cognition animale (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier). Les mêmes chercheurs ont fait un pas de plus en prouvant qu’il peut transmettre ses apprentissages à un congénère en fusionnant avec lui. Ces nouveaux résultats sont publiés dans la revue le 21 décembre 2016.

+ Commentaires fermés sur Le « blob » : capable d’apprendre… et de transmettre ses apprentissages

mardi 20 décembre 2016 - 0:00

Un contrôle de neurorécepteur par la lumière pour atténuer les symptômes de la douleur chronique

La douleur nous sert de précieux signal d’alarme, mais elle se transforme en véritable maladie lorsqu’elle devient chronique. Une équipe internationale, comprenant des chercheurs du CNRS et de l’Inserm, a identifié et contrôlé un des centres associés aux douleurs chroniques. Ces travaux, publiés le 20 décembre 2016 dans , ont permis d’en soulager les symptômes chez des souris et de montrer la capacité du cerveau d’y remédier.

+ Commentaires fermés sur Un contrôle de neurorécepteur par la lumière pour atténuer les symptômes de la douleur chronique

Quand les défauts deviennent des qualités pour les matériaux

Développés il y a une vingtaine d’années, notamment par l’équipe de Gérard Férey médaille d’or 2010 du CNRS, les matériaux hybrides organiques-inorganiques sont d’abord connus pour leur porosité extrême. Cette propriété remarquable offre une large diversité d’applications dans les domaines de l’énergie, de la santé et du développement durable. Des chercheurs de l’Institut de recherche de chimie Paris (CNRS/Chimie ParisTech) et de l’Université de Cambridge ont dressé un bilan de la recherche qui a révélé de nouvelles propriétés surprenantes chez ces matériaux. Plus leur structure cristalline présente de défauts, plus ils peuvent être performants. Ces travaux sont publiés le 20 décembre dans .

+ Commentaires fermés sur Quand les défauts deviennent des qualités pour les matériaux

Découverte en France du plus vieil insecte mimétique

Une équipe d’entomologistes, de paléoentomologistes et de paléontologues de l’Institut de systématique, évolution et biodiversité (Muséum national d’Histoire naturelle – CNRS – EPHE – UPMC / Sorbonne Universités), de l’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives du CNRS et du Centre de recherche sur la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (Muséum – CNRS – UPMC / Sorbonne Universités) vient de décrire le plus ancien cas de mimétisme avéré chez les insectes dans un article publié dans la revue . Cette nouvelle découverte affine la compréhension de la biodiversité d’il y a 270 millions d’années (Ma).

+ Commentaires fermés sur Découverte en France du plus vieil insecte mimétique

lundi 19 décembre 2016 - 0:00

Des explosions de vésicules par la lumière pour mimer les réactions cellulaires

Les cellules abritent en leur sein une multitude de réactions chimiques dont les scientifiques envient la précision. Une équipe de chercheurs du CNRS et de Bordeaux INP Bordeaux s’est rapprochée de ce niveau de maîtrise en contrôlant l’explosion de polymersomes par irradiation laser. Ces sphères polymères creuses, qui peuvent mimer certaines fonctions cellulaires, réagissent à une longueur d’onde spécifique et libèrent ainsi leur contenu sur commande. Ces travaux ont été publiés dans .

+ Commentaires fermés sur Des explosions de vésicules par la lumière pour mimer les réactions cellulaires

Dilater le temps pour mieux prédire les évènements extrêmes

Dilater les échelles de temps pour explorer les évènements extrêmes de la nature semblait impossible… Cette prouesse est désormais envisageable grâce à une équipe de l’Institut FEMTO-ST (CNRS/UFC/UTBM/ENSMM) qui a utilisé une technique innovante de détection permettant de capturer en temps réel de tels évènements. Cette technique, appliquée pour le moment à la photonique, pourrait aider à la prédiction de vagues scélérates à la surface des océans ou d’autres évènements naturels extrêmes. Ces travaux, menés en collaboration avec des chercheurs finlandais, irlandais et canadiens, sont publiés dans la revue du 19 décembre 2016.

+ Commentaires fermés sur Dilater le temps pour mieux prédire les évènements extrêmes

jeudi 15 décembre 2016 - 0:00

Solvay et le CNRS renforcent leur partenariat scientifique

Solvay et le CNRS ont signé un nouvel accord-cadre de collaboration d’une durée de cinq ans pour relever les défis de la chimie de demain. Cet accord vient prolonger une collaboration historique construite, depuis plus de 40 ans, autour de collaborations scientifiques avec plus de 50 laboratoires du CNRS. Il réaffirme les liens indéfectibles, au cœur des stratégies du CNRS et de Solvay, entre la science, la recherche et l’innovation.

+ Commentaires fermés sur Solvay et le CNRS renforcent leur partenariat scientifique

mercredi 14 décembre 2016 - 0:00

Une étude met en évidence les bénéfices de la stimulation trans-crânienne par courant continu dans le traitement de l’aphasie primaire progressive

La stimulation trans-crânienne par courant direct serait bénéfique dans le traitement de l’aphasie primaire progressive. C’est ce que vient de montrer une étude pré-thérapeutique menée par les équipes du Dr Marc Teichmann, praticien hospitalier au sein du département de neurologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, et d’Antoni Valero-Cabré, directeur de recherche au CNRS, tous deux rattachés à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (AP-HP/CNRS/UPMC/Inserm). Leurs résultats ont été publiés dans la revue le 19 septembre 2016.

+ Commentaires fermés sur Une étude met en évidence les bénéfices de la stimulation trans-crânienne par courant continu dans le traitement de l’aphasie primaire progressive

mardi 13 décembre 2016 - 0:00

Bourses ERC « Consolidator » : le CNRS en tête des organismes européens

Le Conseil européen de la recherche (ERC) annonce les résultats de l’appel « ERC Consolidator Grant 2016 » qui récompense des chercheurs d’excellence ayant entre 7 à 12 ans d’expérience après leur thèse. Au total, toutes disciplines confondues, ce sont 314 projets qui ont été sélectionnés, parmi lesquels 43 projets sont hébergés par la France. Avec 25 lauréats, le CNRS arrive à nouveau en tête de cet appel, suivi par l’université d’Oxford avec neuf lauréats.

+ Commentaires fermés sur Bourses ERC « Consolidator » : le CNRS en tête des organismes européens

Une preuve décisive apportée au modèle hiérarchique de formation des galaxies

Comprendre la formation des galaxies géantes telles que la Voie lactée est l’un des grands enjeux de l’astrophysique contemporaine. Deux modèles sont en compétition, dont le modèle hiérarchique qui stipule que les disques géants se forment par coalescence avec des galaxies plus petites et riches en gaz. Celui-ci vient d’être encore renforcé par les travaux d’une équipe scientifique française menée par une jeune astrophysicienne de l’Observatoire de Paris au laboratoire Galaxies, étoiles, physique et instrumentation – GEPI (Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris Diderot). Ces travaux paraissent dans la revue , le 13 décembre 2016.

+ Commentaires fermés sur Une preuve décisive apportée au modèle hiérarchique de formation des galaxies

lundi 12 décembre 2016 - 19:00

Sommeil paradoxal : ces neurones qui nous paralysent

Lors du sommeil paradoxal, le cerveau inhibe le système moteur, ce qui rend le dormeur complètement immobile. Des chercheurs CNRS travaillant au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/Inserm/Université Jean Monnet) ont identifié une population de neurones responsables de cette paralysie transitoire des muscles. Le modèle animal créé permettra de mieux comprendre l’origine de certains troubles du sommeil paradoxal, en particulier la maladie qui empêche cette paralysie corporelle. Il sera également d’une grande aide pour étudier la maladie de Parkinson, les deux pathologies étant liées. Ces travaux sont publiés le 12 décembre 2016 sur le site de la revue .

+ Commentaires fermés sur Sommeil paradoxal : ces neurones qui nous paralysent

La croissance des émissions de méthane s’accélère depuis 2007

Une équipe de recherche internationale menée par le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, CEA-CNRS-UVSQ) publie un bilan complet des sources et puits de méthane. Selon cette étude, les émissions anthropiques de méthane représentent actuellement environ 60% des émissions planétaires. Publiée conjointement dans et , le 12 décembre 2016, cette étude montre également qu’aucun des scénarios du 5e rapport du GIEC ne reproduit l’évolution récente observée des concentrations de méthane. Ces résultats permettront de mieux évaluer la contribution du méthane à l’effet de serre et au changement climatique.

+ Commentaires fermés sur La croissance des émissions de méthane s’accélère depuis 2007

mercredi 7 décembre 2016 - 16:19

Le vivant comme modèle : le CNRS s’affiche dans le métro

Que ce soit pour concevoir de nouveaux matériaux ou inventer la médecine de demain, les chercheurs du CNRS prennent souvent « Le vivant comme modèle » pour innover. Leurs réalisations sont l’objet d’une exposition conçue par le CNRS, en partenariat avec la RATP, que les usagers du métro parisien pourront découvrir dans le couloir de […]

+ Commentaires fermés sur Le vivant comme modèle : le CNRS s’affiche dans le métro

« Le vivant comme modèle » : le CNRS s’affiche dans le métro

Que ce soit pour concevoir de nouveaux matériaux ou inventer la médecine de demain, les chercheurs du CNRS prennent souvent pour innover. Leurs réalisations sont l’objet d’une exposition conçue par le CNRS, en partenariat avec la RATP, que les usagers du métro parisien pourront découvrir dans le couloir de la station Montparnasse-Bienvenüe, à partir du 5 décembre et pour 2 mois. Elle est aussi présentée sur un site web, enrichie de ressources multimédias (www.cnrs.fr/bioinspiration).

+ Commentaires fermés sur « Le vivant comme modèle » : le CNRS s’affiche dans le métro

mardi 6 décembre 2016 - 0:00

De nouvelles preuves d’un passé humide sur Mars il y a 3,8 milliards d’années

La planète rouge a connu quelques millions d’années d’humidité. Une équipe internationale, comprenant des chercheurs du Laboratoire de planétologie et de géodynamique de Nantes (CNRS/Université de Nantes/Université d’Angers) et de l’Institut d’astrophysique spatiale (CNRS/Université Paris-Sud), a identifié sur Mars des strates sédimentaires d’origine lacustre. Leurs caractéristiques impliquent qu’un climat favorable à l’eau liquide se soit longuement maintenu sur la planète rouge il y a 3,8 milliards d’années. Ces travaux ont été publiés dans .

+ Commentaires fermés sur De nouvelles preuves d’un passé humide sur Mars il y a 3,8 milliards d’années

lundi 5 décembre 2016 - 0:00

Comment réparer l’Homme élastique ?

Le corps des animaux et de l’être humain s’est édifié pour et par le mouvement. La clé de ce mouvement est la capacité du corps, dans son ensemble ou d’un seul de ses éléments, à revenir à sa forme initiale aussi rapidement qu’il s’est déformé. C’est ce qui définit l’élasticité. L’humain dispose d’un capital élastique à la fin de sa croissance qui diminue avec le temps et dans de nombreuses pathologies. La compréhension de ces propriétés est essentielle, à toutes les échelles, pour appréhender le vieillissement et pour réparer et opérer le corps.

+ Commentaires fermés sur Comment réparer l’Homme élastique ?

Une nouvelle technique de détection pour l’astronomie infrarouge

L’équipe du Professeur François Reynaud de l’Institut XLIM (CNRS/Université de Limoges) vient de mettre au point un nouvel instrument qui convertit la lumière infrarouge en fréquences visibles. Appliqué à l’astronomie, il pourrait permettre de détecter et d’observer des objets astrophysiques (étoiles, exoplanètes) qui jusque-là étaient difficilement accessibles. Ces résultats sont publiés le 2 décembre 2016 dans .

+ Commentaires fermés sur Une nouvelle technique de détection pour l’astronomie infrarouge

vendredi 2 décembre 2016 - 0:00

Une molécule pour régénérer les cellules produisant de l’insuline chez les diabétiques

Des chercheurs de l’Inserm sous la direction de Patrick Collombat au sein de l’Unité 1091 « Institut de biologie Valrose » (Inserm/CNRS/Université de Nice Sophia Antipolis) démontrent que le GABA, un neurotransmetteur utilisé parfois en complément alimentaire, pourrait induire la régénération des cellules produisant l’insuline. Cette découverte, réalisée chez la souris et partiellement validée chez l’homme, apportent un nouvel espoir aux patients atteints de diabète de type 1.
Ces travaux sont publiés dans la revue .

+ Commentaires fermés sur Une molécule pour régénérer les cellules produisant de l’insuline chez les diabétiques

Les galaxies massives se nourrissent de nuages géants de gaz froid

Les petites galaxies ne sont pas les seules sources de matière pour leurs congénères les plus imposantes. Une équipe internationale, comprenant des chercheurs de l’Institut d’astrophysique de Paris (CNRS/UPMC), a montré que les plus grosses galaxies de l’univers nagent dans un océan de gaz froid qui les nourrit. Ces travaux ont été publiés dans la revue , suite à des observations réalisées sur la galaxie dite de « la Toile d’Araignée ».

+ Commentaires fermés sur Les galaxies massives se nourrissent de nuages géants de gaz froid

lundi 28 novembre 2016 - 0:00

De nouvelles données précisent le rôle des puits de carbone

Pour la première fois, la dégradation des ciments au fil du temps a été traduite par des chercheurs du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, CEA/CNRS/UVSQ) en termes d’absorption de CO. C’est un nouveau puits de carbone important, en croissance rapide, qui doit désormais être pris en compte.
Les équipes du LSCE ont également mené une analyse de différentes données à l’échelle globale qui a conduit à une estimation du rôle de la végétation et des sols dans la régulation du CO atmosphérique près de deux fois plus précise que précédemment.

+ Commentaires fermés sur De nouvelles données précisent le rôle des puits de carbone

vendredi 25 novembre 2016 - 9:00

La géométrie des zones de subduction : un indicateur du risque de méga-séismes

Les méga-séismes (de magnitude supérieure à 8,5) se produisent très majoritairement sur les failles de subduction, là où une plaque tectonique passe sous une autre plaque. Mais ils ne semblent pas se produire avec la même probabilité tout le long de ces zones. Dans une étude publiée le 25 novembre 2016 dans la revue Science, des chercheurs de l’Université d’Oregon et du laboratoire Géoazur (CNRS/Université Nice Sophia Antipolis/ Observatoire de la Côte d’Azur/IRD) montrent que les méga-séismes se produisent avant tout sur les failles de subduction les plus planes. Ainsi, les Philippines, les Salomon et Vanuatu seraient peu propices aux méga-séismes, contrairement à l’Amérique du Sud, à l’Indonésie ou au Japon par exemple. La découverte de ce nouvel indicateur devrait donc rendre plus pertinentes la surveillance et la prévention du risque sismique et du risque de tsunami.

+ Commentaires fermés sur La géométrie des zones de subduction : un indicateur du risque de méga-séismes

jeudi 24 novembre 2016 - 0:00

La sécurité informatique : entre mythes et réalité

Fuite de données personnelles et espionnage économique, infection de systèmes informatiques sensibles, usurpation d’identité et craintes vis-à-vis des paiements par carte ne sont que quelques exemples qui touchent à la sécurité informatique.

+ Commentaires fermés sur La sécurité informatique : entre mythes et réalité

Les cellules de l’intestin se purgent pour se protéger des bactéries

Si la purge n’est plus autant prescrite qu’il y a quelques siècles, les cellules de l’intestin utilisent pourtant inlassablement ce vieux remède

+ Commentaires fermés sur Les cellules de l’intestin se purgent pour se protéger des bactéries

mercredi 23 novembre 2016 - 0:00

Les sédiments marins archivent les crises du champ magnétique terrestre

Les variations passées de l’intensité du champ magnétique terrestre sont reflétées par la production d’isotopes dans l’atmosphère. Des chercheurs du CNRS, d’Aix Marseille Université et du CEA ont ainsi utilisé un isotope tiré des sédiments marins pour retrouver ces crises géomagnétiques sur une durée particulièrement longue. Le béryllium 10 livre ici une frise qui s’étend sur les 850 000 dernières années, au cours desquelles sa concentration fluctue en fonction de l’intensité du champ magnétique terrestre. Ces travaux, publiés dans la revue , fournissent un nouvel outil pour étudier les variations passées du champ magnétique terrestre et son comportement à venir.

+ Commentaires fermés sur Les sédiments marins archivent les crises du champ magnétique terrestre

mardi 22 novembre 2016 - 0:00

Comment réparer l’Homme élastique ?

Conférence de presse

Le lundi 5 décembre 2016 de 9h à 10h
CNRS – 3, rue Michel-Ange, Paris 16e
Métro Michel-Ange Auteuil (ligne 9, 10)

Le corps des animaux et de l’être humain s’est édifié pour et par le mouvement. La clé de ce mouvement est la capacité du corps, dans son ensemble ou d’un seul de ses éléments, à revenir à sa forme initiale aussi rapidement qu’il s’est déformé. C’est ce qui définit l’élasticité. L’humain dispose d’un capital élastique à la fin de sa croissance qui diminue avec le temps et dans de nombreuses pathologies. La compréhension de ces propriétés est essentielle, à toutes les échelles, pour appréhender le vieillissement et pour réparer et opérer le corps.

+ Commentaires fermés sur Comment réparer l’Homme élastique ?

L’origine du syndrome des cheveux incoiffables identifiée

En 1973, le syndrome rare des cheveux incoiffables ou , a été décrit par un dermatologue toulousain. Plus de 40 ans plus tard, Michel Simon, directeur de recherche Inserm et ses collaborateurs de l' »Unité différenciation épidermique et autoimmunité rhumatoïde » (Inserm/CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) en ont identifié la cause génétique. Ces résultats sont publiés dans la revue .

+ Commentaires fermés sur L’origine du syndrome des cheveux incoiffables identifiée

vendredi 18 novembre 2016 - 0:00

Chicxulub : un cratère unique pour mieux comprendre les surfaces planétaires

Il y a 66 millions d’années, la chute d’un astéroïde dans la péninsule du Yucatán (Mexique) aurait mis fin au règne des dinosaures. Elle créait aussi le cratère d’impact de Chicxulub, le seul cratère connu sur Terre à posséder encore un anneau central, alors que ce type de structure est fréquent à la surface de […]

+ Commentaires fermés sur Chicxulub : un cratère unique pour mieux comprendre les surfaces planétaires

Première mise en évidence de la déformation de Saturne par les effets de marée

En utilisant plusieurs milliers d’images des lunes de Saturne délivrées par la sonde Cassini (NASA/ESA), une équipe internationale menée par un astronome de l’Observatoire de Paris au sein de l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (Observatoire de Paris/CNRS/UPMC/Université Lille 1) , en collaboration avec des chercheurs du CEA, parvient à mettre en […]

+ Commentaires fermés sur Première mise en évidence de la déformation de Saturne par les effets de marée

mardi 15 novembre 2016 - 11:00

Fin du mystère de l’amulette : son altération cachait le secret de sa fabrication

C’est le plus ancien objet fabriqué à la cire perdue : 6000 ans. Le secret de fabrication d’une amulette en cuivre vient d’être élucidé, grâce à une nouvelle approche d’imagerie spectrale de photoluminescence UV/visible. Pureté du cuivre, températures de fusion et de solidification, etc., tous les paramètres de conception de cet objet sont maintenant connus avec précision. Ces travaux ont permis aux scientifiques de percer le mystère de l’invention de la fonte à la cire perdue, une technique à l’origine de la fonderie d’art. Issus d’une collaboration entre chercheurs du CNRS, du ministère de la Culture et de la Communication et du synchrotron SOLEIL, ils font l’objet d’une parution le 15 novembre 2016 dans la revue .

+ Commentaires fermés sur Fin du mystère de l’amulette : son altération cachait le secret de sa fabrication

lundi 14 novembre 2016 - 0:00

Searching for the world’s oldest ice

Why did the rhythm of glaciations suddenly slow down about a million years ago? To answer this question and to better forecast future climate change, a consortium of researchers from 14 institutions, including France’s CNRS and IPEV, have set out to find ice that is at least 1.5 million years old. With €2.2 million funding over three years under the European Horizon 2020 program, this project aims to locate a site in Antarctica that would date back to more than 800,000 years, the maximum age of the ice extracted during the EPICA drilling carried out at Dome C. The studies will begin this year during the austral summer in two regions of Antarctica: one close to the Fuji dome and the other near the Concordia station. The French teams will test a new probe that dates the ice in real time, without the need for coring.

+ Commentaires fermés sur Searching for the world’s oldest ice

A la recherche de la glace la plus ancienne sur Terre

Pourquoi le rythme des glaciations s’est-il brusquement ralenti il y a environ un million d’années ? Pour répondre à cette question et ainsi mieux anticiper l’évolution climatique future, un consortium de chercheurs issus de 14 institutions, parmi lesquelles le CNRS et l’IPEV pour la France, s’est mis en quête d’une glace vieille d’au moins 1,5 million d’années. Financé à hauteur de 2,2 millions d’euros sur trois ans dans le cadre du programme européen H2020, ce projet vise à localiser, en Antarctique, un site permettant de remonter plus loin dans le temps que 800 000 ans, âge maximal de la glace extraite lors du forage EPICA réalisé à Dôme C. Les études commenceront dès cette année durant l’été austral, dans deux régions de l’Antarctique, à proximité du dôme Fuji et de la base Concordia. Les équipes françaises y testeront une sonde inédite qui date la glace en temps réel, sans nécessiter de carottage.

+ Commentaires fermés sur A la recherche de la glace la plus ancienne sur Terre