Valeurs Actuelles relais de brèves

“Sono à fond, bouteilles d’alcool balancées partout” : des Toulousains vent debout après une nouvelle rave party

Une rave party a secoué le très calme quartier Paléficat dans le nord-est de Toulouse. Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 décembre, environ 1 000 personnes se sont rassemblées à partir de 22 heures, dans un hangar situé au 38 chemin de Virebent pour faire la fête « sono à fond, bouteilles d’alcool balancées partout », a dénoncé Pascale Noirot, habitante du quartier et présidente de l’association des riverains, auprès d’Actu Toulouse. Des centaines de véhicules ont envahi le quartier au point de bloquer l’entrée des résidents. « Si nous avions dû sortir en voiture pour une urgence, cela nous était impossible de le faire. Idem si les secours avaient dû venir sur place », a déploré Pascale Noirot.

Une lettre adressée au maire de quartier

Vers 9 heures du matin, une trentaine d’agents de la Compagnie départementale d’intervention (CDI), de la brigade motorisée de sécurité routière départementale et de la brigade anticriminalité (BAC), ont finalement délogé les fêtards. Ils ont également « procédé à de multiples verbalisations », a fait savoir une source policière à Actu Toulouse.

C’est la deuxième fête sauvage qui s’organise dans le quartier Paléficat en quinze jours. La présidente de l’association des riverains a donc adressé un courrier au maire de quartier, Maxime Boyer, pour lui demander d’agir dans la mesure du possible. « Nous ne voulons pas supporter ça une fois de plus », a-t-elle déclaré dans sa lettre relayée par Actu Toulouse. Avant de pointer la présence de « squatteurs et la création de points de deal » depuis plusieurs mois.

Un projet urbain d’ampleur

L’un des derniers quartiers ruraux de Toulouse est particulièrement privilégié par les squatteurs ou les organisateurs de fêtes sauvages pour ses bâtiments inoccupés, dans l’attente d’importants projets urbains. Il est en effet prévu que soit construits entre 6 000 et 7 000 logements dans le quartier Paléficat. « Dans la perspective de ce projet, beaucoup de foncier racheté est laissé en jachère », explique encore Pascale Noirot à Actu Toulouse. Selon elle, c’est donc « la porte ouverte » aux rave parties.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles