Valeurs Actuelles relais de brèves

Sandrine Rousseau préconise la fermeture des aéroports et des supermarchés en cas de coupures de courant

Les coupures de courant sont redoutées pour le mois de janvier. Si l’Etat prévoit de conserver l’électricité dans les hôpitaux, notamment pour protéger les patients sous respirateur artificiel, l’avenir de ceux bénéficiant du même dispositif à domicile est plus questionné. Lundi 5 décembre, le porte-parole d’Enedis a indiqué que ces patients étaient « non-prioritaires », voire « éventuellement délestables ». De quoi provoquer un tollé dans la sphère politique. Sandrine Rousseau est d’ailleurs revenue sur ce sujet au micro de BFMTV mardi 6 décembre. La députée Europe Écologie-Les Verts (EELV) estime qu’en cas de coupures de courant, il serait préférable d’« éteindre tout ce qui n’est pas absolument indispensable », notamment les aéroports, « plutôt qu’un respirateur artificiel ».

« L’accès à la santé », une priorité

Celle qui se décrit comme éco-féministe a encore jugé que des supermarchés pourraient être aussi concernés : « On pourrait éteindre des supermarchés. » « La question est de savoir ce qui est vital », insiste-elle sur BFMTV. Sandrine Rousseau estime qu’il s’agit en l’occurrence de « l’accès à la santé » : « Les hôpitaux doivent absolument être préservés. Je pense que tout le monde est d’accord là-dessus. » Contrairement au ministre de l’Éducation Pap Ndiaye, qui a indiqué que les écoles pourraient fermer le matin en cas de délestage, Sandrine Rousseau considère aussi que « l’accès à l’éducation est prioritaire et que cela fait partie des arbitrages que nous devons faire ».

Le coup de gueule de Macron

Depuis Tirana en Albanie, mardi, Emmanuel Macron a haussé le ton après les propos du porte-parole d’Enedis dénonçant un « débat absurde » : « Le rôle des autorités publiques, des entreprises publiques, ce n’est pas de transférer la peur, ni de gouverner par la peur. » Vantant « le grand modèle énergétique de la France », le président de la République a rappelé que le « rôle du gouvernement, des ministres, des opérateurs » est de travailler pour justement « fournir de l’énergie ». De son côté, la Première ministre Élisabeth Borne s’est voulue rassurante lors des questions au gouvernement mardi : « Contrairement à ce que des propos maladroits ont pu laisser penser, nos hôpitaux seront toujours alimentés en électricité et les personnes malades à domicile seront toujours prises en charge », a-t-elle enfin promis.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles