Valeurs Actuelles relais de brèves

[Nay] Les projets vertigineux de Mme Hidalgo

Le tribunal administratif saisi par Mme Hidalgo a tranché en faveur de la Préfecture de police qui s’opposait à ses projets d’aménagement des abords de la tour Eiffel en vue des jeux Olympiques de 2024. La maire de Paris dénonçait un excès de pouvoir de l’ex-préfet Didier Lallement, sa bête noire.

Sous la présidence Hollande, une loi en 2017 a confié au maire de Paris la responsabilité de la circulation, de la verbalisation du stationnement payant et de la fourrière. Seules les voies de circulation jugées “structurantes” – soit environ 20 % d’entre elles – restent sous le contrôle du préfet de police, lequel demeure l’exécutif du Conseil de Paris sur les sujets de sécurité. Et c’est à ce titre qu’il y siège. Et non pas comme le représentant de l’État.

Le préfet Lallement n’a pas dépassé ses prérogatives. Tout ce qu’il y a autour du Trocadéro et de la tour Eiffel est de sa compétence. Mme Hidalgo a refusé d’en tenir compte. L’abus de pouvoir, c’est elle qui le commet.

Son projet : végétaliser tout l’espace entre le Trocadéro et l’École militaire, y compris les voies de circulation des deux côtés de la Seine et le pont d’Iéna. Pour aller de Vincennes à Neuilly, on ne pourrait plus passer par le centre de Paris. D’où les risques d’embolie dans toute la capitale.

Et l’impossibilité pour le préfet d’accomplir sa mission de sécurité comme organiser rapidement les secours en cas d’attentat, de crise sociale violente, d’incendie… Au moment de l’embrasement de Notre-Dame, les pompiers avaient mis beaucoup de temps pour arriver sur les lieux, bloqués par les travaux, les pistes cyclables et les voitures.

Derrière son projet, Mme Hidalgo veut se servir des jeux Olympiques pour réduire plus encore la circulation automobile. « C’est antihaussmannien », explique Didier Lallement. Au XIXe siècle, il s’agissait de pouvoir entrer dans la ville par de larges avenues, pour des motifs militaires et économiques.

Aujourd’hui, Anne Hidalgo fait l’inverse. Elle joue l’étouffement. Les couloirs de bus sont supprimés pour créer des pistes cyclables. Sa conception est très idéologique. La capitale doit être la ville du quart d’heure : tout à proximité et on se déplace à vélo.

Question : Paris sera-t-il prêt à temps pour l’ouverture des Jeux ? La maire doit revoir ses plans. Elle comptait sur ces nouveaux espaces pour y organiser les cérémonies de distribution de médailles.

La Concorde sera transformée en stade olympique. Ses abords seront interdits à la circulation.

En réalité, la grande interrogation porte sur la cérémonie d’ouverture. Les 206 délégations devraient voguer sur la Seine à bord de péniches ou de barges depuis l’île de la Cité jusqu’à la tour Eiffel. Jusqu’ici toutes ces cérémonies ont eu lieu dans des stades fermés, car plus faciles à sécuriser et contrôler.

Cet événement en zone ouverte est donc une première. Le monde entier avait plaisir à admirer les athlètes défiler derrière leur drapeau. Debout sur un bateau, ils seront immobiles donc passifs. Rien qui suggère ou mette en valeur leur discipline. On le sait, le public ne pourra pas stationner sur les ponts pour regarder le spectacle. Sur les quais longeant la Seine, la foule sera cantonnée par tranches séparées d’au moins 100 mètres. On imagine les effectifs de police nécessaires qu’il va falloir réunir pour la surveillance d’un tel événement. Ceux qui ont des revendications pourraient avoir de mauvaises idées. Certaines délégations voudront peut-être renoncer.

La Seine n’étant pas un bassin mais un fleuve, il peut y avoir des turbulences pendant le défilé.

La Concorde sera transformée en stade olympique. Ses abords seront interdits à la circulation. Sur le périphérique, des voies seront réservées aux seuls athlètes. Sortir ou entrer dans la capitale sera un cauchemar pour ses habitants.

Un projet fou. Mme Hidalgo avait gagné le concours. Elle était seule candidate. D’autres capitales avaient renoncé, à cause du coût.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles