Valeurs Actuelles relais de brèves

La justice américaine nomme un procureur spécial pour enquêter sur Donald Trump

Aux Etats-Unis, le ministre de la Justice, Merrick Garland, a annoncé la nomination d’un procureur spécial. Cette décision a été communiquée vendredi 18 novembre, comme le relatent plusieurs médias, parmi lesquels Le Monde. Dans le détail, Jack Smith, le procureur indépendant, aura pour tâche de superviser les enquêtes qui concernent l’ancien chef de l’Etat, Donald Trump. Pour rappel, ce dernier, qui s’est récemment déclaré candidat en vue de l’élection présidentielle de 2024, est visé par deux enquêtes distinctes de la justice fédérale. 

Donald Trump a réagi 

Vendredi 18 novembre, à l’occasion d’une conférence de presse, Merrick Garland a annoncé avoir jugé « qu’il était dans l’intérêt du public de nommer un procureur spécial », en raison des « développements récents, notamment l’annonce de la candidature à la prochaine élection présidentielle de l’ex-président et l’intention de candidature de l’actuel président » Joe Biden, comme le relate le quotidien national. De son côté, Jack Smith a promis – par le biais d’un communiqué – qu’il agirait « vite » et « en toute indépendance ».  

Donald Trump a, lui aussi, réagi à cette annonce, lors d’une allocution depuis sa résidence de Mar-a-Lago (Floride), au cours de la soirée du 18 novembre. Selon lui, le procureur « ne va pas enquêter de façon impartiale », indique Le Monde, qui cite ses propos. « Ce terrible abus de pouvoir est le dernier en date dans une longue série de chasses aux sorcières, a estimé l’ex-président. Je subis ces enquêtes […] depuis le jour où je suis descendu de l’escalator de la Trump Tower. » Et de marteler ensuite, pour appuyer ses propos : « Nous ne pouvons pas laisser ces abus atroces perdurer. » 

La première enquête concerne l’assaut conduit contre le Capitole, le 6 janvier 2021, par des partisans de l’ancien chef de l’Etat, comme le rappellent nos confrères. Quant à la seconde enquête, elle porte sur les archives de la Maison-Blanche. En effet, alors qu’une loi force tout président américain à transmettre ses courriels, lettres et autres documents de travail aux archives nationales, au moment de quitter la présidence, Donald Trump avait – quant à lui – emporté plusieurs boîtes contenant des documents.  

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles