Valeurs Actuelles relais de brèves

Enquête sur les liaisons dangereuses de Bilongo : le député LFI porte plainte contre Valeurs actuelles

Le député de La France insoumise (LFI) Carlos Martens Bilongo porte plainte contre Valeurs actuelles pour « diffamation ». Cette attaque en justice fait suite à une enquête de notre journaliste Antoine You, publiée le 20 novembre dernier, révélant les « liaisons dangereuses de Bilongo », notamment en rapport avec la communauté musulmane du Val-d’Oise.

De « fausses informations délibérément distillées »

« Contrairement aux fausses informations qui ont circulé, il n’a jamais participé à une manifestation à caractère antisémite et n’a jamais fréquenté une mosquée tenue par un imam condamné par les tribunaux de la République », est-il écrit dans un communiqué de presse relayé sur les réseaux sociaux ce vendredi 25 novembre par le député LFI – qui s’est fait connaître après une altercation avec l’élu RN Grégoire de Fournas. Il est aussi rappelé que Carlos Martens Bilongo a « toujours participé à la lutte contre l’antisémitisme et le racisme » en s’efforçant de « créer des ponts dans le strict respect du principe de la laïcité tel qu’il résulte de la loi de 1905 ». Le communiqué indique encore que la diffusion de fausses informations est une « technique ancienne de l’extrême droite antisémite et raciste ».

Dans l’enquête de Valeurs actuelles, il est notamment dit que Carlos Martens Bilongo se serait déjà affiché dans une vidéo aux côtés de Nabil Koskossi, l’organisateur d’une manifestation pro-palestinienne qui a viré à l’émeute antisémite à Sarcelles, en 2014. Mais Carlos Martens Bilongo se serait aussi rendu à la mosquée de Villiers-le-Bel en juillet dernier à l’occasion de la fête de l’Aïd. D’après Europe 1, l’ancien imam de cette mosquée a été condamné en 2020 à dix-huit mois de prison pour apologie du terrorisme. Des liens que dément complètement le député, qui a donc mandaté l’avocat Me Arié Alimi pour déposer plainte, fustigeant les « fausses informations délibérément distillées et diffusées dans la presse d’extrême droite aux seules fins de salir son image ».

D’autres médias et une personnalité visés

Europe 1 et le site web du journaliste et animateur Jean-Marc Morandini sont également attaqués en « diffamation » par Carlos Martens Bilongo, rapporte France info. Le secrétaire général adjoint du syndicat France Police, Bruno Attal, est de son côté visé par une plainte du député pour « injures publiques », après un tweet publié le 6 novembre dernier. « Je remarque que LFI est le seul parti où il n’y a pas de juifs, par contre les antisémites pullulent », avait écrit Bruno Attal sur le réseau social.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles