Valeurs Actuelles relais de brèves

Deux des trois mineurs suspects de l’agression d’une vieille dame à Cannes reconnus coupables

L’affaire avait sidéré la France entière par sa violence. Mercredi 30 novembre, trois mineurs ont été jugés pour l’agression d’une octogénaire à Cannes en août dernier, rapporte Le Figaro. Trois mis en cause comparaissaient donc ce mercredi devant le tribunal pour enfants de Grasse lors d’une première audience d’examen de culpabilité à huis clos. Deux ont été reconnus coupables de vol avec violence et maintenues en centre éducatif fermé (CEF) pour les six mois à venir, et le troisième, qui était poursuivi pour complicité de vol avec violence, a été relaxé. « Les éléments du dossier n’ont pas permis de prouver qu’il avait été complice. Si le parquet l’avait poursuivi pour  »Happy slapping » (pratique consistant à filmer l’agression physique d’une personne), il aurait très certainement été condamné », relève auprès du Figaro l’avocat d’Angèle Houin, la victime.

Une agression ultraviolente qui a traumatisé la victime

Alors qu’elle rentrait chez elle après avoir fait quelques courses lundi 29 août, Angèle Houin, 89 ans, avait été frappée par-derrière à la tête par une bande de trois mineurs âgés de 14 ans en pleine rue à Cannes. Cela dans l’unique but de lui dérober son sac à main et une poignée d’euros. Laissée inanimée au sol, elle avait été transportée aux urgences dans un état grave. La scène, filmée par les caméras de vidéosurveillance de sa résidence, avait provoqué une vague d’indignation dans toute la classe politique.

Avant l’audience finale qui se tiendra dans six à neuf mois, la victime doit être convoquée prochainement pour une audience sur intérêts civils. De fait, Me Jawed, son conseil, a demandé la désignation d’un médecin qui doit faire un rapport sur la demande définitive d’indemnisation. « Pour l’instant, cette indemnisation a été provisionnelle, et on nous a donné qu’une partie de la somme », explique l’avocat de l’octogénaire, précisant qu’un préjudice moral et physique subsiste, voire s’aggrave au fil du temps. « Des complications ont été révélées, notamment au niveau des cervicales. Elle se sent très fatiguée, il y a un contrecoup qui est terrible. Elle ne sort presque plus toute seule de chez elle, elle ne sort plus après 16h, elle a des comportements qu’elle n’avait pas avant. Il y a une forme d’insécurité et d’angoisse perpétuelle. Dans la rue, elle se retourne toutes les deux minutes même si elle est accompagnée. » Et de conclure : « Aucune somme d’argent ne pourra rétablir Madame Houin. On ne peut pas rendre une vie brisée. » Les deux accusés encourent cinq ans d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles