Valeurs Actuelles relais de brèves

Comment l’État sous-traite la gestion de l’immigration clandestine aux associations militantes 

L’État français, premier financeur de l’immigration clandestine ? C’est en tout cas ce qu’indique une enquête parue samedi 17 décembre dans Le Figaro. Selon le quotidien, c’est en effet l’argent public qui, à travers les subventions aux associations militantes, mais aussi les aides juridiques et l’attribution de logements, donne les moyens à l’immigration clandestine de s’organiser dans l’Hexagone.

« Le choix de sous-traiter la gestion des immigrés à des associations diverses et variées a été fait depuis très longtemps », explique l’ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration, Patrick Stefanini, également auteur d’un ouvrage sur la question. « Pour des raisons idéologiques, sous l’influence de la gauche, mais en partie aussi pour des raisons budgétaires. On s’est dit que ça permettrait d’économiser les deniers de l’État », poursuit-il, prédisant que ce calcul est en réalité « totalement erroné ».

750 millions d’euros en 2021

Climade, Utopia 56, SOS Méditerranée… Quand l’État ne les mandate pas directement, les associations qui s’occupent des migrants bénéficient de subventions, locales ou nationales, versées par des collectivités publiques dans diverses proportions. La plupart ont un point commun : la conviction qu’un pays n’a pas à choisir qui s’installe sur son sol.

« Le paradoxe de notre politique publique, c’est que des associations postulent à des missions que l’État veut leur confier alors qu’elles sont philosophiquement contre », reconnaît Didier Leschi, directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), organe responsable de l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés sur notre territoire. Selon Le Figaro, en 2021, près de 1 350 associations ont été subventionnées ou rémunérées, pour plus de 750 millions d’euros, au titre des crédits de la mission Immigration, asile et intégration.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles