Valeurs Actuelles relais de brèves

“Cauchemar” : la contrôleuse générale des prisons françaises appelle le gouvernement à “affronter la réalité” de la surpopulation carcérale

Le problème n’est pas nouveau, mais il persiste et s’amplifie. Comme le fait savoir Franceinfo ce samedi 12 novembre, le taux d’occupation des prisons françaises atteint 119,2% selon les derniers chiffres officiels. En effet, celles-ci comptent 72 530 détenus pour 60 650 places officielles. Une surpopulation carcérale qu’a pointée du doigt Dominique Simonnot, la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL). Cette dernière a en effet évoqué un « cauchemar » et appelé le gouvernement à « affronter la réalité » de ce fléau et à « faire preuve de courage politique ». Selon elle, une loi sur la régulation carcérale devrait même être écrite pour pallier ce phénomène.

Cafards, punaises de lit et absence d’intimité

Espérant que l’Etat fasse « preuve de courage politique », Dominique Simmonot a rappelé que la situation s’était nettement empirée depuis son arrivée en 2020, où le taux d’occupation dépassait légèrement les 100 %. Après une visite à la maison d’arrêt de Bordeaux-Gradignan en juillet dernier, la contrôleuse des prisons a adressé des recommandations d’urgence au gouvernement, détaillant ses constatations. « J’ai vu des gens à trois par cellule avec 0,8 m2 d’espace vital par être humain », a-t-elle relayé, alors que cette prison est occupée à plus de 200%. Certains détenus sont ainsi contraints de dormir sur des matelas, respirant « des petits cafards au milieu de la poussière ». D’autres prisonniers se plaignent de boutons de punaises de lit, ou de manque d’intimité aux toilettes à cause duquel ils « frôlent l’occlusion ». Dénonçant des conditions de détention « inhumaines », Dominique Simonnot regrette l’inaction des pouvoirs publics qui se contentent de dure que de nouvelles prisons vont « sortir de terre » dès lors que l’une d’elles est épinglée par la CGLPL. « Les détenus ne peuvent pas attendre dans ces conditions », a insisté la contrôleuse.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles