Valeurs Actuelles relais de brèves

Après le Qatar, le Maroc au cœur d’une enquête sur de la corruption au Parlement européen

Après le « Qatargate », le « Marocgate » ? Alors que les révélations sur l’affaire de corruption et blanchiment d’argent concernant des eurodéputés et l’émirat du Moyen-Orient ont secoué l’actualité européenne ces deniers jours, de nouveaux éléments de l’enquête ont révélé l’implication du Maroc, un autre acteur clé du dossier, rapporte Le Monde, samedi 17 décembre. Le premier lien établi entre le Qatar et le Maroc, c’est Antonio Panzeri, un ancien eurodéputé italien aujourd’hui incarcéré en Belgique dans l’affaire du « Qatargate ».

D’après les enquêteurs, par le biais de l’ONG Fight Impunity qu’il a cofondée, l’ancien élu européen aurait notamment reçu de l’argent en provenance du Maroc afin de défendre les intérêts du royaume du Maghreb au sein des institutions européennes. BFMTV précise que, lors d’une perquisition effectuée au domicile de l’élu à Bruxelles, la police a mis la main sur 700 000 euros en liquide, dont une bonne partie proviendrait du Maroc, selon les aveux de l’assistant de l’eurodéputé.

Un ex-eurodéputé socialiste

Antonio Panzeri n’est cependant pas le seul député européen lié au Maroc dans ces nouvelles révélations. Parmi les autres élus impliqués figure notamment un Français : Gilles Pargneaux, ex-eurodéputé socialiste et président du groupe d’amitié UE-Maroc. Celui-ci a accumulé de nombreux voyages payés par le Maroc, auxquels étaient par ailleurs conviés d’autres députés. Des photos visibles sur le compte Facebook de l’élu le montrent également recevoir des cadeaux.

Lire la suite sur Valeurs Actuelles ...

Author: Valeurs Actuelles