Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Tornade de néant

Tornade de néant

vendredi 11 janvier 2019 - 9:25

Une tornade de néant souffle sur la France politico-médiatique. La fureur polémique s’y est installé en permanence et souffle comme un cyclone destructeur. M. Luc Ferry aurait, soi-disant, invité les forces de l’ordre à « tirer » sur les gilets jaunes. De fait il n’a jamais dit une chose pareille. Il a parlé de « faire usage de leurs armes » de maintien de l’ordre, sous-entendu, non létales. Le propos est donc totalement différent de ce qu’assène la tempête médiatique. Il n’empêche, ses paroles, bien que détournées, sont d’une grande maladresse, surtout pour un philosophe. Le silence est parfois d’or. Et puis on a eu aussi la tempête Jouanno. Cette dame est une pure créature de Nicolas Sarkozy. Par quel tour de passe-passe invraisemblable s’est-elle retrouvée au cœur d’un cyclone autour du « grand débat » de M. Macron? La fidélité est parfois une belle aventure, certes un peu ringarde, mais qui mérite d’être tentée. M. Duhamel provoque un tollé sur twitter en parlant d’un « fleuve de haine » alimenté par le Pen et Mélenchon. D’ailleurs, la hantise du fascisme est de retour comme jamais. La France dite « d’en haut » nage dans une hypocrisie monstrueuse, toujours la même. Elle fait semblant de s’offusquer, de s’indigner, et de se contorsionner de rage devant la poussée lepéniste dans les sondages. Mais cette ascension fulgurante, c’est elle qui l’encourage, une fois de plus, en offrant une tribune quasi permanente au parti lepéniste sur les télévisions françaises. Elle prépare ainsi, 3 ans et demi à l’avance, le second tour des présidentielles Macron/le Pen espérant assurer  la réélection du premier. Toute cette crise de folie trouve d’ailleurs son origine dans les profondeurs d’un système politique ruiné par la personnalisation outrancière du pouvoir, quintessence de l’abêtissement de masse, qui agite la fièvre des passions (amoureuses ou haineuses) et détruit peu à peu la raison, l’intelligence et le débat d’idées. Elle trouve sa source profonde dans l’abolition de fait de la démocratie française et la mise à l’écart du pays des décisions qui le concernent. Pendant ce temps là, plus personne ne parle des vrais problèmes, dette publique, chômage, insécurité, maîtrise des migrations, crise de l’école, etc. Et chaque matin, on se demande: quelle seront les polémiques du jour?

Maxime TANDONNET

©