Call Ways ® presse magazine

ALERTE INFO

dimanche 17 septembre 2017 - 15:00

Chat perché

Octobre 1963, le choix du spationaute est dans la balance. Nous sommes quatorze matous, clochards des rues de Paris, choisis pour une drôle d’expérience. Un petit voyage dans l’espace pour devenir le premier chat astronaute. Un…

[Vidéo] Juan Pablo Montoya explose un record au volant d’une Bugatti Chiron

dimanche 17 septembre 2017 - 14:32

La Bugatti Chiron a battu un record. Le constructeur français a annoncé, lundi 11 septembre que son bolide est passé de 0 à 400 km en 41,96 secondes. Juan Pablo Montoya était au volant. La performance a ét&eacu…

[Reportage] A Cléon, Renault électrise sa production

dimanche 17 septembre 2017 - 13:30

Si les véhicules à batterie totalisent moins d’un pour-cent du marché, le constructeur produit déjà ses propres moteurs électriques à Cléon. Latelier électrique de l’usine Renau…

« Je suis là », Marisol TOURAINE « Grand témoin » de La Nouvelle République

dimanche 17 septembre 2017 - 13:07

Marisol TOURAINE a répondu aux questions de Pierre CALMEILLES, journaliste de La Nouvelle République, pour la page « Grand Témoin », publiée dans la NR Dimanche ce dimanche 17 septembre. Elle y […]

[Le Reflex Industrie] Liaison souterraine

dimanche 17 septembre 2017 - 10:55

D’un côté, un terminal méthanier d’une capacité totale d’environ 570 000 m3 flambant neuf, de l’autre la centrale nucléaire de Gravelines. Entre les deux, un tunnel de 5 km qui passe sous…

La drôle de "trappe" du F-35, le bateau semi-rigide de SEAir, des vêtements évolutifs… Le top 3 des vidéos de la semaine

dimanche 17 septembre 2017 - 10:00

Quelles vidéos vous ont le plus intéressé ? Voici le top 3 des vidéos de l’industrie les plus vues cette semaine sur le site de L’Usine Nouvelle. Quelle est cette drôle de « trappe » relevée sur le F-35 de Lockheed Martin ? Afin de l’aider lors de certaines phases de décollage, le F-35 de Lockheed Martin dispose d’une […] 

Le label MSC veut renforcer son image auprès des consommateurs de poisson

dimanche 17 septembre 2017 - 08:30

A l’occasion de son vingtième anniversaire, le label britannique MSC, dédié à la pêche durable, renforce ses efforts en direction des consommateurs finaux. A vingt ans, le label MSC (Marine Stewardship Council), dédié à la durabilité de la pêche, veut renforcer sa position dans un univers marqué par l’essor de […] 

Iraq : la tenue unilatérale d’un referendum au Kurdistan nuit à la lutte contre Daech, selon le chef de l’ONU

dimanche 17 septembre 2017 - 07:00

Alors que le Parlement de la région du Kurdistan, dans le nord de l’Iraq, a approuvé vendredi l’organisation d’un referendum sur l’indépendance le 25 septembre, le Secrétaire général des Nations Unies a appelé les dirigeants iraquiens à « aborder cette question avec patience et retenue ».

Exploitation et abus sexuels : « pas ici, pas maintenant, plus jamais » – Jane Holl Lute

dimanche 17 septembre 2017 - 07:00

A la veille d’une réunion de haut-niveau sur la prévention de l’exploitation et des abus sexuels, la Coordinatrice spéciale sur l’amélioration de la réponse des Nations Unies sur cette question, Jane Holl Lute, a expliqué à ONU Info combien il est important de mobiliser la communauté internationale pour combattre ce fléau.

L’idée de taxer les multinationales du numérique divise l’Union européenne

samedi 16 septembre 2017 - 15:59

TALLINN (Reuters) – L’idée d’imposer plus fortement et plus efficacement les multinationales du numérique rencontre des résistances, comme l’a montré samedi 16 septembre la réunion des ministres des Finances de l’Union européenne. Les pays de petite taille sont les plus réticents à imposer une telle mesure. La France, par la […] 

[Chronique RH] Manager, c’est ce que ne fera jamais aucune machine

samedi 16 septembre 2017 - 13:00

C’était à l’occasion d’une conférence organisée par Renaissance numérique et Randstadt. Le panel devisait de l’impact de l’intelligence artificielle sur les relations de travail, quand la…

Conservatisme ou évolution

samedi 16 septembre 2017 - 12:33

Le parti républicain doit-il s’ancrer dans le conservatisme ou s’adapter aux évolutions de la société?  Voici la question – difficile – posée par Atlantico hier soir… Et mes réponses. 1-​Ce 15 septembre, Jean François Copé a déclaré à propos …

Le TDH n°6 est en ligne

samedi 16 septembre 2017 - 12:19

C’est la rentrée mais mais nos studieux rédacteurs n’ont pas ménagé leurs efforts cet été pour produire notre 6ème numéro du Temps des Hélices ou TDH. Au sommaire de ce 6ème volet: Il est téléchargeable dans notre menu « L’AJBS/Le …
Cet article
Le TDH n°6 est en ligne est apparu en premier sur AJBS.

[Muses Industrielles] "Pourquoi les oiseaux meurent" un premier roman aux allures de (fausse) fable écologique

samedi 16 septembre 2017 - 10:55

Premier roman de Victor Pouchet, « Pourquoi les oiseaux meurent » se joue des gens pour mieux imposer son tempo. Entre odyssée sur la Seine et fable écologique, il suit un jeune homme voulant résoudre un mystère. On y voyage entre deux eaux, entre deux vérités à la dérive.  Pourquoi décide-t-on un matin que ce qui se […] 

[Vidéo] 30 jours de navigation sur un porte-conteneurs en accéléré

samedi 16 septembre 2017 - 10:30

JeffHK, embarqué à bord d’un porte-conteneurs durant trente jours, a filmé son périple. La vidéo en time-laps publiée sur Youtube montre le navire voguer à travers les océans, s’amarrer à des ports et affronter des orages. Quand une caméra est embarquée trente jours durant sur un porte-conteneurs navigant sur […] 

General Motors veut faire tester ses voitures autonomes par le public

samedi 16 septembre 2017 - 10:00

SAN FRANCISCO (Reuters) – Cruise Automation, la filiale de General Motors spécialisée dans la voiture autonome, a annoncé vendredi 15 septembre vouloir faire tester ses services au grand public, un projet qui n’en est qu’à un stade préliminaire. La filiale de General Motors spécialisée dans le véhicule autonome, Cruise Automation, a […] 

Coworking, bureaux mutualisés, fablabs…Pourquoi les tiers lieux se développent aussi vite

samedi 16 septembre 2017 - 10:00

Dans une note de synthèse, publiée le 14 septembre, l’institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (IAU) fait le point sur le développement des tiers lieux. 620 coworkings, Fablabs, ateliers …

Dix sites industriels à visiter à l’occasion des journées du patrimoine

samedi 16 septembre 2017 - 09:00

A l’occasion des 34e journées du patrimoine, samedi 16 et dimanche 17 septembre, la rédaction de ‘l’Usine Nouvelle a sélectionné dix sites industriels et artisanaux exceptionnellement ouverts au public pour…

Top, Flop, Francfort 2017, Renault-Nissan, Levothyrox…l’actu de la semaine en un coup d’œil

samedi 16 septembre 2017 - 07:32

Le salon automobile de Francfort ouvre ses portes dans l’ombre du dieselgate, la crise du Levothyrox inquiète les consommateurs depuis l’été, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi met le turbo… L’Usine Nouvelle vous résume l’actualité de la semaine. Les infos à retenir L’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi vise 14 millions de […] 

La couche d’ozone devrait se rétablir au milieu du siècle

samedi 16 septembre 2017 - 07:00

Les Nations Unies célèbrent samedi la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone (16 septembre) et les 30 ans du Protocole de Montréal.

Le problème de moteur de l’A350-1000 résolu, Airbus va poursuivre les essais

vendredi 15 septembre 2017 - 17:32

PARIS (Reuters) – Le motoriste Rolls-Royce ayant résolu un problème qui avait perturbé les essais en vol de l’A350-1000, Airbus compte démarrer des tests sur longue distance sur l’A350-1000, deuxième version de son dernier modèle, ont annoncé vendredi 15 septembre les deux groupes. Une série de tests de la fiabilité de […] 

RetailTech : voici les 15 start-up sélectionnées pour la troisième promotion Lafayette Plug and Play

vendredi 15 septembre 2017 - 16:52

L’accélérateur des Galeries Lafayette a annoncé le 12 septembre 2017 le nom des lauréats de son programme d’incubation. A la une de cette troisième promotion : analyse de données en magasins,…

TIGF se rêve en producteur de biométhane

vendredi 15 septembre 2017 - 16:43

Le transporteur et stockeur de gaz français TIGF veut se diversifier. Il va investir dans les installations de biométhane de son territoire et s’intéresser de près au captage de CO2. GRTGaz n’est pas le seul tran…

Airbus prépare la nouvelle génération de satellites d’observation de la Terre

vendredi 15 septembre 2017 - 16:41

Airbus se positionne sur le marché en forte croissance des satellites et services d’observation de la Terre. Les futurs satellites Pléiades NEO, offrant des images avec une résolution de 30 cm, seront lancés en 2020.    Les satellites Pleiades s’offrent une nouvelle jeunesse. Destinés à offrir des services d’observation de la Terre, […] 

Pourquoi tous les constructeurs automobiles se lancent dans le moteur hybride 48 volts

vendredi 15 septembre 2017 - 16:39

Moins cher qu’un hybride complet et presque aussi performant qu’un diesel, l’hybridation 48 volts permettrait d’atteindre les objectifs de CO2 fixés en Europe et en Chine. Une solution à peu près aussi perfo…

Ex Monoprix, Pascale Cartier prend la tête d’un réseau de magasins bio, La Vie Saine [Exclusif LSA]

vendredi 15 septembre 2017 - 16:00

Ancienne directrice de l’offre alimentaire et parfumerie de Monoprix partie en janvier dernier, Pascale Cartier a décidé de se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat. Elle a repris, avec deux fonds d’investissement, le réseau de distribution de magasins bio La Vie Saine. 

[Francfort] Dans l’automobile, la révolution passera par le moteur

vendredi 15 septembre 2017 - 15:57

Contraints par l’évolution des normes et le déclin du diesel, les constructeurs automobiles adaptent les motorisations. Avec les équipementiers en embuscade. Plus d’un siècle que le moteur à combustion int…

Le coût du Grand Paris Express dérape à grande vitesse à 35 milliards d’euros

vendredi 15 septembre 2017 - 15:56

Une information exclusive de Mobilettre indique que le coût du futur métro automatique d’Ile-de-France aurait déjà augmenté de 13 milliards d’euros. 35 milliards d’euros, c’est le coût annoncé lors d’une réunion interministérielle pour le coût du Grand Paris Express. L’estimation initiale de 2010 […] 

Toujours plus de pays européens favorables à la taxation sur le chiffre d’affaires de Google, Amazon, Facebook et les autres

vendredi 15 septembre 2017 - 15:00

La France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie semblent résolus à taxer les grandes entreprises du numérique. Quatre nouveaux pays devraient également soutenir l’initative. De quoi lui donner plus de p…

Pour la Cour des comptes, Fret SNCF continue de dérailler

vendredi 15 septembre 2017 - 14:36

Fret SNCF est dans l’œil du cyclone. Un endettement record malgré une activité fortement réduite. Les sages de la rue Cambon ont adressé un référé au gouvernement. Quel été pour…

Après l’ouragan Irma, les Super U de Saint Martin et Saint Barth rouvrent « en conditions dégradées »

vendredi 15 septembre 2017 - 14:25

Touchés le 8 septembre par l’Ouragan Irma, les quelques supermarchés U situés dans les Caraïbes viennent de redémarrer leur activité, dans des conditions très difficiles, avec des horaires réduits, tout comme l’assortiment, faute d’approvisonnements nécessaires. 

Carlos Ghosn dévoile un plan (ambitieux) pour le véhicule électrique, autonome et connecté

vendredi 15 septembre 2017 - 14:22

Carlos Ghosn, le patron de Renault, Nissan et Mitsubishi a dévoilé le contenu du nouveau plan stratégique qui occupera l’Alliance pour les six années à venir. Toujours plus. L’Alliance Renault-Nissan-Mitsu…

L’innovation dans le paiement, socle de l’émergence du live retail

vendredi 15 septembre 2017 - 14:11

Puisque le consommateur évolue à une vitesse et dans une proportion qui obligent les marques à empiler les études, les retailers doivent emboîter le pas sur les nouveaux modes de consommation. En proposant des modes …

[En direct] Fin de vie pour la sonde Cassini

vendredi 15 septembre 2017 - 12:42

Suivez en direct l’ultime plongeon de Cassini. La sonde spatiale va terminer sa vie dans l’atmosphère de Saturne, transmettant d’ultimes données aux scientifiques. Vingt ans après le début de la mission Cassini-Huygens, celle-ci va prendre fin. Plus précisément, la sonde Cassini va terminer sa vie mais l’étude des ultimes […] 

Discours à l’Allianz Forum, Berlin

vendredi 15 septembre 2017 - 12:29

Auf Deutsch et en français, le discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, Allianz Forum – Berlin, Vendredi 15 septembre 2017.

La norme Afnor consacrée aux produits halal est à peine publiée et déjà critiquée

vendredi 15 septembre 2017 - 12:20

Publiée ce vendredi, une norme volontaire Afnor, destinée aux entreprises, suggère des bonnes pratiques de fabrication pour transformer des produits halal. Mais elle provoque déjà des levées de boucliers, notamment de la part des certicateurs halal et d’associations musulmanes, qui ont défini leur propre charte. Au sein de l’industrie […] 

« Mauvaise graine »

vendredi 15 septembre 2017 - 12:07

« Deux siècles d’histoire de la justice des enfants » en librairie […]

Des indicateurs au vert pour le bio sur le 1er semestre 2017 mais…

vendredi 15 septembre 2017 - 12:01

Les produits bio poursuivent leur forte croissance et séduisent toujours plus de consommateurs au premier semestre 2017, selon les chiffres publiés ce 15 septemrbe par l’Agence Bio. Si tous les indicateurs sont au vert, il ne faut pas occulter les soucis d’approvisionnements, problématiques pour certaines denrées. 

Miliboo, le geek du meuble, ouvre une deuxième boutique à Lyon

vendredi 15 septembre 2017 - 10:36

La PME du meuble vient d’inaugurer un deuxième magasin au coeur de Lyon, rue Grolée. Trois ans après celle de Paris, la boutique de Paris se veut moins « techno » et plus chaleureuse. Le groupe est toujours en perte sur le dernier exercice.  

Eramet inaugure EcoTitanium, une usine de fabrication de titane par recyclage

vendredi 15 septembre 2017 - 10:02

Le groupe Eramet inaugure, vendredi 15 septembre, la dernière-née de ses usines. EcoTitanium, basée à Saint-Georges-de-Mons (Puy-de-Dôme), est annoncée comme la première unité européenne d&r…

[L’industrie c’est fou] La roue qui simplifie vos trajets à vélo

vendredi 15 septembre 2017 - 07:45

La Copenhagen wheel est une roue arrière rendant n’importe quel vélo hybride. Elle stocke de l’énergie lorsque le cycliste freine ou lors des descentes afin de la relâcher lorsque l’effort devient plus compliqué. La roue connectée qui rend n’importe quel vélo hybride. La Copenhagen wheel comporte simplement un petit moteur, de […] 

[Vidéo] Des avions luttent pour atterrir dans la tempête

vendredi 15 septembre 2017 - 07:31

Ce n’est pas toujours facile d’être pilote, surtout par temps de tempête. A l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, des rafales de vent ont soufflés à plus de 130 km/h venant perturber l’atterrissage de plusieurs avions. Avec des rafales de vents atteignant plus de 130 km/h, il n’était pas aisé d’atterrir à […] 

Renault Nissan veut doubler ses synergies avec Mitsubishi d’ici à 2022

vendredi 15 septembre 2017 - 07:07

PARIS (Reuters) – Renault Nissan a annoncé vendredi 15 septembre viser un doublement de ses synergies annuelles, à dix milliards d’euros d’ici à 2022, grâce à l’arrivée de Mitsubishi au sein de l’alliance et à une accélération de la convergence entre les partenaires. L’alliance Renault Nissan a annoncé […] 

Le Conseil de sécurité condamne le tir de missile balistique « hautement provocateur » de la Corée du Nord

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

Suite au tir de missile balistique mené jeudi par la République populaire démocratique de Corée (RPDC), les membres du Conseil de sécurité ont tenu vendredi après-midi des consultations urgentes pour aborder ce dernier acte « hautement provocateur » de Pyongyang.

Le Bangladesh submergé par l’afflux de réfugiés et 240.000 enfants auraient fui l’Etat de Rakhine, au Myanmar

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

La situation humanitaire continuait de se dégrader ce vendredi au Bangladesh, étranglé par l’afflux de plus de 390.000 Rohingyas musulmans fuyant les violences dans l’Etat de Rakhine, au Myanmar, ont indiqué des agences humanitaires à Genève.

L’ONU vise la parité homme-femme pour 2028

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

Si les Nations Unies n’ont pas élu une Secrétaire générale en 2017, elles ont choisi un dirigeant déterminé à faire de la parité au sein de l’Organisation une réalité.

Journée de la paix : le chef de l’ONU appelle à faire preuve de solidarité envers les réfugiés et les migrants

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

A l’occasion de la Journée internationale de la paix, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a souligné la nécessaire solidarité dont chacun d’entre nous doit faire preuve envers les réfugiés et les migrants.

Syrie : après trois ans de siège, un convoi routier d’aide humanitaire de l’ONU arrive à Deir Ez-Zor

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

Un premier convoi routier d’aide humanitaire est entré dans la ville syrienne de Deir Ez-Zor, a annoncé l’ONU vendredi à Genève. Selon Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), cette assistance fournie par les Nations unies permettra de venir en aide à quelque 15.000 familles de Deir Ez-Zor.

Journée de la démocratie : un expert de l’ONU appelle à la démocratisation des médias

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

La démocratie et l’autodétermination sont cruciales pour la prévention des conflits nationaux, régionaux et internationaux, mais elles sont menacées par la diffusion de ‘fausses nouvelles’ et d’informations incomplètes et le politiquement correct, a affirmé vendredi, l’Expert indépendant des Nations Unies sur la promotion d’un ordre international démocratique, Alfred de Zayas.

Centrafrique : le HCR préoccupé par les violences provoquant des déplacements massifs

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dite vivement préoccupée vendredi par la poursuite des violences en République centrafricaine (RCA), qui provoque de nouveaux déplacements massifs.

Corée du Nord : le chef de l’ONU condamne un nouveau tir de missile balistique

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a condamné vendredi le nouveau tir de missile balistique par la République populaire démocratique de Corée (RPDC) le 15 septembre.

La faim dans le monde progresse de nouveau, mue par les conflits et le changement climatique, selon l’ONU

vendredi 15 septembre 2017 - 07:00

Après une régression constante durant plus d’une décennie, la faim dans le monde progresse de nouveau touchant 815 millions de personnes en 2016, soit 11% de la population mondiale, selon le dernier rapport annuel des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale et la nutrition publié vendredi.

[Voiture connectée] Data, IA, cloud… comment Adobe souhaite transformer l’expérience à bord

vendredi 15 septembre 2017 - 06:56

Adobe surfe sur le potentiel de la voiture connectée. Le fournisseur de solutions a annoncé le 11 septembre 2017 le lancement d’une nouvelle solution, à base de data, d’intelligence artificielle et de machine learning, pour aider les constructeurs automobile à renforcer l’expérience utilisateur. Le point avec Axel Heyenga.   D’ici […] 

Engie a reçu des offres fermes pour sa centrale à charbon australienne de Loy Yang B

vendredi 15 septembre 2017 - 06:34

MELBOURNE/SYDNEY (Reuters) – Engie a reçu des offres définitives de la part d’Alinta Energy et de Delta Electricity pour sa centrale à charbon Loy Yang B en Australie, a-t-on appris vendredi de deux personnes proches du dossier. Engie a reçu des offres pour sa centrale à charbon australienne de Loy Yang B. Suite à l’annonce de la fermeture de […] 

Vous cherchez un métier d’avenir ? Devenez risk manager

vendredi 15 septembre 2017 - 06:25

La fonction de risk manager est mieux reconnue dans les entreprises, selon le baromètre 2017 de l’Association du management des risques et des assurances de l’entreprise (Amrae). Plus souvent rattachée à la direction g&…

[Vidéo] Renault imagine la Symbioz, une voiture à vivre

vendredi 15 septembre 2017 - 06:00

Le groupe français Renault donne à voir sa vision de la mobilité de demain avec Symbioz, un véhicule qui devient une pièce supplémentaire dans le domicile. Retrouvez l’interview vidéo de Stéphane Janin, directeur du design des concept-cars de Renault.  C’est l’une des curiosités de la 67e édition du salon […] 

Des preuves d’incendies datant de l’ère glaciaire retrouvées au coeur des Alpes

jeudi 14 septembre 2017 - 21:00

Si les incendies de végétation sont communs en été sous les latitudes tropicales ou méditerranéennes, il est inattendu de découvrir des preuves d’incendies en haute montagne et de surcroît à une époque glaciaire. Cependant, de telles preuves ont été découvertes dans le massif du Queyras (Alpes, France) à 2 240 m d’altitude. Une étude internationale […]

Journées européennes du patrimoine : programme du ministère de la Culture et de Matignon

jeudi 14 septembre 2017 - 20:53

Journées européennes du patrimoine : programme du ministère de la Culture et de Matignon

Journées européennes du patrimoine 2017

jeudi 14 septembre 2017 - 20:44

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine, l’Hôtel de Matignon ouvrira ses portes au public. Dans le cadre de ces Journées, placées cette année sous le thème « Jeunesse et patrimoine », et en plus de la visite des salons et du bureau du Premier ministre, des ateliers seront installés dans le parc de Matignon afin de […]

Nestlé prend le contrôle des établissements de torréfaction de haut de gamme Blue Bottle Coffee

jeudi 14 septembre 2017 - 19:40

LONDRES/LOS ANGELES (Reuters) – Nestlé a annoncé jeudi 14 septembre l’acquisition d’une participation majoritaire dans la chaîne américaine Blue Bottle Coffee, faisant ainsi son entrée sur le marché des établissements de torréfaction de haut de gamme. Nestlé prend une participation majoritaire dans la chaîne […] 

Hyperloop One séduit dix chantiers potentiels à travers le monde

jeudi 14 septembre 2017 - 18:27

La start-up américaine Hyperloop One accélère dans ses projets de tunnel dépressurisé. Elle annonce avoir remporté dix marchés potentiels. Pas moins de 10 tunnels autour de la planète. C’est ce qu’Hyperloop One vient d’annoncer jeudi 14 septembre, en révélant avoir remporté l’intérêt de […] 

La belle récolte française de blé assombrie par un marché chargé

jeudi 14 septembre 2017 - 17:38

L’ombre de la Russie plane sur le marché du blé, au sein duquel la France compte reprendre du poil de la bête grâce à une récolte satisfaisante tant en termes de quantités que de qualité. Le r…

34ème Journées européennes du Patrimoine

jeudi 14 septembre 2017 - 17:22

Deux siècles d’histoire de la justice des enfants à découvrir à l’Hôtel de Bourvallais […]

"Le marché des colorants alimentaires naturels est en forte croissance", raconte Philippe Lavielle, le PDG de Fermentalg

jeudi 14 septembre 2017 - 17:08

La biotech française Fermentalg, spécialiste des microalgues destinées à la nutrition et la santé, a convaincu le japonais Dic, leader mondial des pigments et colorants, de participer à son augmentation de capi…

Les syndicats de Nokia reçus à Bercy

jeudi 14 septembre 2017 - 16:40

PARIS (Reuters) – Une semaine après l’annonce du projet du groupe finlandais de supprimer près de 600 emplois en France, les représentants des syndicats de Nokia ont été reçus  jeudi 14 septembre à Bercy par Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat à l’Economie. S’ils disent avoir été entendus, ils […] 

Après un an de test avec Cdiscount, Chronopost déploie la livraison le dimanche

jeudi 14 septembre 2017 - 16:12

La filiale de livraison express de la Poste lancera le 19 novembre prochain un service de livraison le dimanche dans 1 000 villes en France. Ce déploiement fait suite au test mené pendant un an avec l’e-commerçant…

Toupargel lance son plan stratégique Oxygène 2020

jeudi 14 septembre 2017 - 15:31

Le spécialiste de la livraison de produits à domicile, Toupargel, qui subit une érosion de son modèle depuis plusieurs années, a décidé de lancer un plan stratégique : Oxygène 2020, …

RSE : l’ANIA, Coop de France, la FCD et la FEEF lancent un outil d’évaluation

jeudi 14 septembre 2017 - 15:20

Ce nouvel outil, baptisé Valorise et lancé le 14 septembre 2017, va permettre aux fournisseurs et aux distributeurs de s’autoévaluer en ligne et dresser un état des lieux de leur démarche RSE. Lire l’arti…

San Diego Airport unveils the world’s largest e-paper installation

jeudi 14 septembre 2017 - 14:47

The San Diego airport new rental car center building installed the world’s largest e-paper installation called Dazzle. Design team Ueberall International used more then 2,000 solar-powered E Ink Prism tiles to create Dazzle.

The art program manager …

La Smart Fortwo prendra un sérieux virage électrique à l’horizon 2020

jeudi 14 septembre 2017 - 14:44

Le groupe Daimler a annoncé que son usine Smart à Hambach (Moselle) ne produirait plus que des Fortwo électriques à l’horizon 2020 pour les marchés européen et nord-américain. Le site pourrait &eac…

Elon Musk promet de dévoiler les contours de "la bête" Tesla Semi fin octobre

jeudi 14 septembre 2017 - 14:43

La fin du suspens est proche. Tesla s’apprête à révéler au public son semi-remorque électrique et autonome avec un mois de retard sur le calendrier initialement fixé. Comme à son habitude, Elon Musk distille les informations sur les prochains lancements de sa marque au compte-goutte et via les réseaux sociaux. Cette fois-ci le patron […] 

Rolls-Royce dévoile un navire de patrouille autonome

jeudi 14 septembre 2017 - 14:33

Rolls-Royce a présenté, mardi 12 septembre, un navire de patrouille autonome. Le bateau s’adresse aux forces marines, afin de réduire les coûts liés aux équipages. Il s’agit de la première déclinaison militaire des travaux du motoriste.  Rolls-Royce franchit un nouveau cap dans la navigation sans équipage. Le motoriste […] 

Rolls-Royce dévoile un navire de patrouille autonome

jeudi 14 septembre 2017 - 14:33

Rolls-Royce a présenté, mardi 12 septembre, un navire de patrouille autonome. Le bateau s’adresse aux forces marines, afin de réduire les coûts liés aux équipages. Il s’agit de la première déclinaison militaire des travaux du motoriste.  Rolls-Royce franchit un nouveau cap dans la navigation sans équipage. Le motoriste […] 

Remise du rapport économique sur la France en 2017

jeudi 14 septembre 2017 - 13:35

Angel Gurria, secrétaire général de l’ Organisation de coopération et de développement économique (OCDE),  a présenté la nouvelle étude économique sur la France à Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, le 14 septembre.

Technoplus Industries s’empare de SDMS et double sa taille

jeudi 14 septembre 2017 - 13:00

Spécialisée dans les composants mécaniques critiques, Technoplus Industries a annoncé jeudi 14 septembre son rachat du spécialiste de la chaudronnerie SDMS. De quoi doubler sa taille et peser désormais 26 milli…

[Francfort] Ces constructeurs chinois qui veulent vendre des voitures en Europe

jeudi 14 septembre 2017 - 12:37

Chery, Borgward, Wey… Peu nombreux, les constructeurs chinois présents à Francfort témoignent de l’intérêt porté au marché européen. Mais les incursions restent encore prudentes. Ils o…

[Vidéo] Le monomoteur de la start-up française Elixir Aircraft débute ses premiers vols

jeudi 14 septembre 2017 - 12:03

Fin août, l’Elixir a effectué son premier vol. Le monomoteur biplace développé par la start-up rochelaise Elixir Aicraft débute ses premiers vols  afin que les livraisons commencent au premier semestre 2018, explique Aeronewstv. Le monomoteur de la start-up rochelaise Elixir Aircraft a débuté ses premiers vols d’essai depuis […] 

[Dossier] Soitec, la française des puces

jeudi 14 septembre 2017 - 11:44

Le champion mondial du silicium sur isolant offre une alternative française et européenne à la technologie américaine dans la course de la loi de Moore. L’essor de l’internet des objets et l’appétit de la Chine dans les semi-conducteurs favorisent le décollage de sa technologie de puces électroniques. Création de start-up, […] 

Les industriels dans le viseur de la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes

jeudi 14 septembre 2017 - 11:28

Les dix dernières entreprises du palmarès Ethics and Boards sur la féminisation des instances dirigeantes étaient conviées pour une demi-journée de sensibilisation à l’égalité professionnelle. Simple invitation à laquelle Maurel et Prom et Sartorius Stedim Biotech n’ont pas répondues et ont par la suite […] 

Un mois d’août pire que juillet pour les PGC

jeudi 14 septembre 2017 - 11:19

Après avoir signé un mois de juillet particulièrement mauvais, les PGC-FLS ont enregistré sur le mois d’août des résultats encore plus mauvais avec une quasi-stabilité du chiffre d’affaires et une nouvelle baisse importante des volumes.  

Un mois d’août pire que juillet pour les PGC

jeudi 14 septembre 2017 - 11:19

Après avoir signé un mois de juillet particulièrement mauvais, les PGC-FLS ont enregistré sur le mois d’août des résultats encore plus mauvais avec une quasi-stabilité du chiffre d’affaires et une nouvelle baisse importante des volumes.  

Doux va engager un plan de 100 millions d’euros pour réorienter ses activités industrielles

jeudi 14 septembre 2017 - 10:55

Le groupe volailler Doux est en situation très difficile au Moyen-Orient où il perd beaucoup d’argent. Il annonce un plan de 100 millions d’euros sur quatre ans pour retrouver des marges de manœuvre. Le groupe volailler Doux basé à Châteaulin (Finistère) a annoncé dans un communiqué publié à l’issue d’un […] 

"Le glyphosate est la matière active qui apporte le plus de solutions", assure le porte-parole de Glyphosate France

jeudi 14 septembre 2017 - 10:15

Alors que le sort du glyphosate est débattu à Bruxelles et que l’association environnementale Générations Futures assure, ce jeudi, avoir retrouvé cet herbicide controversé dans des aliments, l’indu…

"Le glyphosate est la matière active qui apporte le plus de solutions, avec le meilleur profil toxicologique et éco-toxicologique", assure Emilien Guillot-Vignot, de Glyphosate France

jeudi 14 septembre 2017 - 10:15

Alors que le sort du glyphosate est débattu à Bruxelles et que l’association environnementale Générations Futures assure, ce jeudi, avoir retrouvé cet herbicide controversé dans des aliments, l’indu…

Arianespace signe le premier contrat d’Ariane 6 avec l’Esa pour lancer quatre satellites Galileo

jeudi 14 septembre 2017 - 10:14

PARIS (Reuters) – Arianespace a annoncé, jeudi 14 septembre, le tout premier contrat de lancement pour Ariane 6 conclu avec l’Agence spatiale européenne (Esa). L’accord porte sur le lancement de quatre satellites de Galileo, le GPS européen. Arianespace a signé le premier contrat de lancement pour Ariane 6. Le constructeur en a fait l’annonce jeudi 14 […] 

Arianespace signe le premier contrat d’Ariane 6 avec l’Esa pour lancer quatre satellites Galileo

jeudi 14 septembre 2017 - 10:14

PARIS (Reuters) – Arianespace a annoncé, jeudi 14 septembre, le tout premier contrat de lancement pour Ariane 6 conclu avec l’Agence spatiale européenne (Esa). L’accord porte sur le lancement de quatre satellites de Galileo, le GPS européen. Arianespace a signé le premier contrat de lancement pour Ariane 6. Le constructeur en a fait l’annonce jeudi 14 […] 

Discours de M. Edouard Philippe au 50ème anniversaire de l’Association des Journalistes de l’Information Sociale

jeudi 14 septembre 2017 - 09:49

 
Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
50ème anniversaire de l’Association des Journalistes de l’Information Sociale
Au Sénat
Jeudi 14 septembre 2017
 
Seul le prononcé fait foi
 
La France est un pays de grandes transformations sociales. Je sais que dans le titre de votre table-ronde de tout à l’heure, vous utilisez le terme de « bascule ». Vous ne m’en voudrez pas si je lui préfère celui de transformation qui est chère au Président de la République et qui dit plus et mieux que le terme de « réforme » oh combien galvaudé. La « grande bascule », c’est plutôt celle que vous êtes en train de connaître, celle des « 50 ans ». J’ignore si cet âge fatidique est plus supportable à plusieurs, dans une belle et grande association comme la vôtre, que dans la vie de tous les jours. Vous me direz.
 
Donc la France est un grand pays de transformations sociales.
Je ne vais pas citer toutes les dates qui ont marqué la construction du modèle social français. Vous les connaissez aussi bien que moi. Peut-être ne serions-nous pas tous d’accord sur les plus importantes. Mais, je suis à peu près convaincu que nous citerions les mêmes.
 
La France est aussi un pays de visionnaires. L’un ne va pas sans l’autre. J’ai d’ailleurs rendu hommage à certains d’entre eux dans mon discours de politique générale. Je pense évidemment à Jacques Chaban-Delmas. Je pense aussi à Michel Rocard. Là encore, la liste n’est pas exhaustive. Elle ne se limite pas à des responsables politiques. Elle pourrait accueillir bien d’autres noms célèbres qui ont construit notre vision de « la question sociale » : Hugo, Zola, Proudhon, Bourdieu, Robert Castel.
 
Je me souviens d’une réflexion de Marc Bloch. Vous la trouverez dans son ouvrage l’Etrange défaite, plus précisément dans le chapitre qui s’intitule L’examen de conscience d’un Français.
 
Bloch écrit ceci : « Se former une idée claire des besoins sociaux et s’efforcer de la répandre, c’est introduire un grain de levain nouveau, dans la mentalité commune ; c’est se donner une chance de la modifier un peu et, par suite, d’incliner en quelque mesure, le cours des événements qui sont réglés en dernière analyse, par la psychologie des hommes ».
 
Si je la cite c’est qu’elle montre que ces transformations ne « tombent pas du ciel ». Qu’elles sont souvent le fruit d’une maturation, d’une « d’instruction » comme on dit dans le langage juridique, de « dossiers sociaux » dans le cadre du débat public.
 
Dans ce processus de maturation, votre rôle est éminent. Vous le nourrissez de vos analyses, de vos indignations, de vos comparaisons internationales, du recul nécessaire pour comprendre des questions qui sont, en général, débattues à chaud. J’ose espérer que c’est aussi un peu grâce à nous, responsables publics, si de temps en temps, on parvient à un introduire dans le débat quelques « grains de levain nouveau ».
 
Après une campagne présidentielle très riche, – pas seulement en rebondissements, mais en analyses et en propositions-, ce levain a je crois, germé. L’opinion française a pris conscience, avec un peu plus de stupeur ou d’indignation que d’habitude, de l’extrême dureté de certaines réalités. Elle a aussi pris conscience de la nécessité d’inventer, d’essayer autre chose. Et peut-être aussi d’arrêter de faire semblant d’essayer.
 
Et puis, il y a l’inquiétude. L’inquiétude de voir disparaître un modèle social auquel nous sommes tous attachés. L’inquiétude aussi de voir se perpétuer, s’aggraver, des situations insupportables. Ces situations, journalistes spécialisés, élus, parents, responsables d’associations, nous les connaissons malheureusement trop bien.
 
C’est la permanence d’un chômage de masse dans notre pays alors qu’ailleurs, dans des économies comparables à la nôtre, ce chômage dit « structurel » a baissé voire, dans certains cas, disparu.
Ce sont des centaines de milliers de jeunes que la France ne parvient plus à doter du « bagage nécessaire » pour s’insérer dans l’emploi.
Ce sont des séniors, des mamans isolées, des commerçants ayant fait faillite, des personnes qui souffrent d’un handicap qui, après un accident de la vie, quel qu’il soit, décrochent, sombrent, perdent espoir parce que la France ne parvient pas à leur offrir une deuxième ou une troisième chance.
Ce sont ainsi des millions de familles françaises, qui résident souvent dans les mêmes villes et les mêmes campagnes, qui n’ont plus l’impression d’habiter la « même France » que les autres. 
Ces situations, nous les connaissons trop bien. Nous en parlons très bien aussi sur les plateaux de télévision, dans les réunions publiques, depuis trop longtemps. Certains partis les exploitent  malheureusement trop bien, également depuis trop longtemps. Je ne vais pas dresser ici le tableau social de notre pays.
 
Je dirais simplement que la France de 2017 est une France où le modèle républicain est encore riche d’innombrables succès mais où les enfants pauvres sont trop souvent condamnés à le rester ; où les jeunes issus de milieux modestes ont moins de chances que les autres de réussir des études supérieures ; où les employés ne deviennent que trop rarement cadres. Je pourrais multiplier ainsi à l’infini les exemples de ce que le Président de la République a appelé, durant la campagne, « les assignés à résidence » aussi bien socialement que géographiquement.
 
Face à ce constat, il y a, au fond, deux solutions. La première consiste à adapter le modèle à la marge, à traiter les symptômes – à « endormir le patient » – puis à croiser les doigts pour que son état ne dégénère pas.
 
Et puis il y a une autre solution. Plus exigeante, c’est certain. Plus difficile à expliquer, c’est indéniable. Une solution qui demande plus d’efforts aussi, qui bouscule des habitudes.
Cette solution, celle que le président de la République a proposée aux Français, consiste à transformer. Non pas à adapter ou à rafistoler, mais à « transformer », c’est-à-dire à changer de logique, à réparer ce qui doit l’être, à essayer ce qui a fonctionné ailleurs, à arrêter ce qui ne marche plus, tout en conservant bien sûr le noyau dur  de notre modèle social, ce qui en fait le prix, la spécificité. Et je dirais : « le cœur ». Dans tous les sens du terme.
 

 
Transformer, d’accord, mais pour quoi faire ?
 
D’abord transformer pour libérer. Attention, les mots ont leur importance. Je n’ai pas dit « libéraliser ». Mais « libérer ». Libérer qui, libérer de quoi ? Libérer les quartiers sensibles et les zones rurales pauvres du déterminisme social. Libérer un jeune sans qualification, un sénior licencié, une maman isolée du spectre du chômage de longue durée et de la pauvreté. 
Libérer aussi l’énergie de ceux qui veulent créer une entreprise, exploiter leur chance et leurs talents. Libérer les entreprises – là encore, attention aux raccourcis- les millions d’entreprises, en général petites, artisanales, qui ne demandent qu’une chose très simple, de bon sens : adapter leur organisation à leur carnet de commandes.
 
Ensuite transformer pour protéger. Protéger qui ? Les plus fragiles, évidemment. Mais protéger aussi ceux qui aujourd’hui vont bien. Ceux qui sont en bonne santé, qui ont un emploi ou un commerce. Et qui demain, feront peut-être face à un coup dur: une maladie grave ou chronique, le décès d’un proche, un accident invalidant, un licenciement au mauvais moment, une faillite. La vie, malheureusement, ne manque pas d’imagination en ce domaine. À nous d’en avoir autant pour anticiper ces risques voire mieux, pour les éviter quand c’est possible. 
 
Enfin transformer pour sécuriser. Sécuriser une insertion dans l’emploi. Un projet académique. Sécuriser un parcours professionnel dont on sait qu’il est désormais non rectiligne, non linéaire, « accidenté » parfois. Sécuriser aussi, je me place cette fois du côté d’un petit patron, une situation délicate, qui n’est agréable pour personne, comme une rupture de contrat. Sécuriser un environnement administratif grâce à des mesures de simplification.
 
Cette liberté, cette protection, cette sécurité sont les conditions du succès républicain dans un monde ouvert, imprévisible, chaotique. Un monde qu’il n’est pas question ici de glorifier ou de rejeter en bloc, mais dont nous devons tenir compte. Cela n’empêche pas – le président s’y emploie sur la scène internationale et en Europe- d’essayer de le transformer, de l’orienter dans un sens ou dans un autre. Mais, en attendant, nous devons le regarder tel qu’il est si nous voulons protéger les Français de façon efficace. Ceux d’aujourd’hui et ceux de demain.
Parce qu’il n’est pas question que de nous. Parce que s’il y a bien un désir partagé, c’est celui du bonheur de nos enfants.
 

 
La transformation a déjà commencé. Vous êtes sans doute nombreux à avoir couvert, commenté, critiqué le contenu des 5 ordonnances que j’ai présentées le 31 août dernier avec Muriel Pénicaud, dont je tiens ici à saluer l’engagement et la vision. Je peux évidemment tout entendre – « Il est bon, il est sain que dans un pays libre, les philosophies sociales contraires se combattent librement » écrivait Marc Bloch, encore lui, dans L’Etrange défaite avant d’ajouter quelques lignes plus loin « Le malheur de la patrie commence quand la légitimité de ces heurts n’est pas comprise ». Je comprends donc la légitimité de la critique. Je l’entends, je l’accepte. Je la trouve même nécessaire. Parce qu’au fond, c’est grâce à cette confrontation d’arguments que la vérité se construit et s’impose.
Alors je m’efforce de répondre aux critiques avec honnêteté, précision, rigueur. Calme aussi. C’est pourquoi je me permets d’insister aujourd’hui sur trois points :
 
D’abord, rien n’a été caché, tout a été dit. Dit durant la campagne présidentielle. Dit durant les élections législatives. Dit durant les discussions que nous avons eues avec les représentants syndicaux. Dit durant le débat parlementaire, extrêmement riche d’ailleurs. Il n’y a pas eu, comme cela arrive parfois, de double discours. Mais un seul discours. En privé comme en public. Les Français puis leurs représentants au Parlement nous ont donné un mandat très clair. 
Ensuite, la concertation a été une vraie concertation. Franche, directe, « patiente ». Loyale aussi. Elle a permis, je crois, de respecter tout le monde. Chacun a pu expliquer sa position, faire valoir son avis. Sur certains points, le texte a d’ailleurs évolué. 
Il n’est pas exactement celui que nous aurions présenté au Parlement si nous avions voulu le faire adopter dès l’été. Je me réjouis de ces évolutions. J’y vois une garantie supplémentaire de « prise directe » avec la réalité. Et ça, nous le devons aux organisations syndicales et patronales – toutes les organisations- qui ont joué le jeu.
 
Enfin, ces ordonnances s’inscrivent pleinement dans les objectifs que je viens de détailler : libérer, protéger, sécuriser. Je ne vais pas dresser la liste des 36 mesures. Je prendrai seulement quelques exemples. 
On libère : on libère le dialogue social dans des millions de petites entreprises ; on libère l’action de la branche en l’étendant à d’autres domaines ; on libère les capacités d’adaptation de l’entreprise face aux évolutions de son marché. 
 
On sécurise : on sécurise les plans de départ volontaire, la rupture de contrat devant la justice prud’homale, les procédures de reclassement, l’exercice du mandat syndical, on sécurise aussi le recours au télétravail.
Enfin on protège : on protège le salarié qui effectue un travail pénible ; on étend à des millions de salariés potentiels, le bénéfice de droits et de protections supplémentaires. 
Ces ordonnances adressent au  fond plusieurs messages. Ces messages, quels sont-ils ?
Premier message : performances économique et sociale ne s’opposent pas mais se renforcent ; 
Deuxième message : un meilleur dialogue social permet de construire de meilleures règles qui facilitent le travail et l’implication de tous ; 
Troisième message : notre compétitivité dépend de l’innovation, de la qualité des produits et des services, de notre réactivité, autant de facteurs qui nécessitent que chacun se sente respecté, ait une capacité d’initiative et de parole, de l’atelier jusqu’au conseil d’administration. A cet égard, cette année entre en application une évolution majeure dans notre pays : les salariés seront représentés au conseil d’administration de tous les groupes d’au moins 1000 salariés ; nous allons avoir plus d’un millier d’administrateurs salariés. Je souhaite que cette évolution fasse l’objet d’un suivi et d’une évaluation avec l’ensemble des partenaires sociaux pour que nous soyons en mesure d’en tirer tous les enseignements pour une nouvelle étape. 
On peut évidemment débattre à l’infini sur le point de savoir si on ne pouvait pas plus libérer d’un côté ou plus protéger de l’autre. Mais ces ordonnances forment un tout cohérent, un « bloc » comme aurait dit Clémenceau.
C’est grâce à cette cohérence qu’elles modifient à la fois profondément et harmonieusement, l’environnement de travail de millions d’entreprises et de salariés.
 
C’est exactement la même logique, la même cohérence qui a prévalu lorsque, le 5 septembre dernier, j’ai présenté à Dijon des mesures en faveur des indépendants.
 
On libère la création d’entreprises grâce à des mesures fiscales fortes ou à la suppression de taxes injustes et incompréhensibles.
On sécurise : les revenus des indépendants (compensation totale de la hausse de la CSG, coup de pouce pour 75% des travailleurs indépendants) ; on sécurise leurs démarches administratives (doublement des plafonds de chiffres d’affaires des microentreprises) ; on sécurise le paiement de leurs cotisations (en leur permettant d’en ajuster le montant mois après mois).
On protège enfin : c’est l’objectif de la suppression du RSI et de la gestion de ses prestations par le régime général. Je ne reviens pas sur les erreurs qui  ont émaillé sa courte existence. Je n’accuse personne. Je dis : voilà un exemple où au lieu de proroger indéfiniment un dispositif insatisfaisant, nous avons choisi de le transformer radicalement. 

 
Une deuxième phase de transformations va maintenant s’ouvrir. Cette deuxième phase prolonge la précédente, elle l’amplifie même sur certains points. Toujours dans le but de libérer, de protéger et de sécuriser. Cette deuxième phase comprend deux volets principaux :
 
Le premier volet qui, en fait, est un double volet, est celui de la compétence. Pourquoi la compétence ? 
Parce que c’est le meilleur bouclier contre le chômage et pour cette raison, c’est le premier « droit du travailleur ». La compétence, c’est aussi ce qu’une Nation a de plus précieux. Que fait-on quand on possède quelque chose de précieux ? On en prend soin, on l’entretient, on y investit.
 
Nous allons donc investir, en particulier dans la formation professionnelle. Le président de la République a pris un engagement très clair : celui de former 1 million de demandeurs d’emplois d’ici la fin du quinquennat. Comme nous allons investir beaucoup d’argent, nous voulons être sûrs que cet argent soit employé efficacement. Donc, nous allons réformer en profondeur notre système de formation professionnelle. Nous n’allons pas le faire seuls, bien entendu, mais avec l’aide de tous les acteurs concernés : organisations syndicales, régions, professionnels de l’enseignement, entreprises.Quel est l’objectif ? Il est de garantir une totale transparence sur la qualité des formations, sur leur capacité à accompagner leurs bénéficiaires vers un emploi stable. Non pour stigmatiser, mais pour informer et pour orienter. Nous allons surtout mettre un terme à une incroyable injustice, celle qui consiste à former toujours plus ceux qui le sont déjà très bien, depuis leur plus jeune âge !
 
L’autre chantier, c’est celui de l’apprentissage. Je ne crois pas utile d’en vanter ici les mérites. C’est une « voie royale » pour l’insertion. Une voie royale dont nous avons perdu le chemin alors que d’autres pays l’empruntent massivement, depuis de nombreuses années et avec succès. 
Le second volet concerne la réforme de l’assurance chômage. Comme je le disais tout à l’heure, ce volet prolonge et complète le mouvement que nous avons engagé au sujet du statut des indépendants.Il consiste à étendre le bénéficie de l’assurance chômage aux indépendants et aux salariés démissionnaires (une fois tous les 5 ans). Ce faisant, on voit bien, avec cet exemple, comment on protège et on libère à la fois. On étend une protection. Et grâce à l’extension de cette protection, on libère l’initiative de ceux, nombreux, qui aimeraient mener un projet personnel mais qui n’osent pas se lancer par manque de sécurité. Avec cette réforme, nous aurons certainement à discuter avec les partenaires sociaux de la gouvernance de l’assurance chômage.
 
Sur ces deux volets, nous allons donc engager la concertation. Par nous, j’entends le président de la République tout d’abord puis moi ensuite et enfin, la ministre du Travail. Nous allons prendre le temps de la mener sérieusement, avec rigueur, avec respect, avec méthode. L’objectif est de présenter un projet de loi au Parlement au printemps en vue d’une adoption définitive à l’été.

 
D’autres transformations prendront le relais toujours dans le but d’adapter notre modèle social à la fois aux nouvelles urgences et aux nouveaux besoins.
 
C’est la réforme des retraites. Le but, vous le connaissez : faire en sorte qu’un euro cotisé ouvre des droits identiques pour tous. Alors, bien sûr, on ne démarre pas d’une page blanche. Il y a une histoire dont nous devons tenir compte. Mais cela ne doit pas nous empêcher de construire l’avenir. Et cet avenir s’appelle « équité ». On ne dénonce personne, on n’enlève rien à personne, on garantit seulement les mêmes droits à tous. Je ne vois meilleure définition de la « justice sociale ». Comme vous le savez, un décret publié au journal officiel de mardi dernier, a créé la fonction de « Haut-commissaire en charge de la réforme des retraites ». Son titulaire sera très prochainement désigné. Le suspense est, je crois, limité. 
Je pourrais aussi vous parler du futur plan de lutte contre les déserts médicaux, de la suppression du reste à charge pour les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives. Je pourrais vous parler de la « révolution copernicienne » de la prévention dans le domaine de la santé. Par un curieux paradoxe, en France nous sommes très forts pour soigner les maladies, mais moins forts pour les éviter. Or, le meilleur traitement c’est encore celui dont on n’a pas besoin parce que durant son existence, on a eu accès aux bonnes informations, on a reçu les bonnes incitations pour cesser un comportement à risques. 
J’ai bien conscience que ces initiatives chamboulent quelques habitudes idéologiques. J’entends certains qui s’interrogent : ce projet social est-il de droite ? Est-il de gauche ? Ce projet social est, je crois, tout simplement républicain, c’est-à-dire responsable, solidaire, pérenne.
 
Alors oui, j’ai besoin de vous. Nous avons besoin de vous. Non pour nous tresser des lauriers, mais pour nourrir des débats souvent très techniques et pourtant éminemment politiques. Peu importe, au fond, l’opinion que vous défendez. Je l’ai dit, elles sont toutes nécessaires, toutes légitimes.
 
Ce qui compte, c’est la vérité. Vérité des chiffres, vérité du quotidien, vérité historique aussi. Sans ce cadre, sans cette exactitude des faits, sans les exemples étrangers d’échec ou de réussite, sans ces petits « grains de levain », la démocratie sociale ne peut s’épanouir sereinement. Or, je crois profondément que sérénité – des décisions, des débats- et vérité sont liées. Donc, un grand merci à vous tous de créer les conditions de cette sérénité, en nous nourrissant de vérités, parfois pas toujours très agréables à entendre, mais toujours utiles.

Discours de M. Edouard Philippe au 50ème anniversaire de l’Association des Journalistes de l’Information Sociale

jeudi 14 septembre 2017 - 09:49

 
Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
50ème anniversaire de l’Association des Journalistes de l’Information Sociale
Au Sénat
Jeudi 14 septembre 2017
 
Seul le prononcé fait foi
 
La France est un pays de grandes transformations sociales. Je sais que dans le titre de votre table-ronde de tout à l’heure, vous utilisez le terme de « bascule ». Vous ne m’en voudrez pas si je lui préfère celui de transformation qui est chère au Président de la République et qui dit plus et mieux que le terme de « réforme » oh combien galvaudé. La « grande bascule », c’est plutôt celle que vous êtes en train de connaître, celle des « 50 ans ». J’ignore si cet âge fatidique est plus supportable à plusieurs, dans une belle et grande association comme la vôtre, que dans la vie de tous les jours. Vous me direz.
 
Donc la France est un grand pays de transformations sociales.
Je ne vais pas citer toutes les dates qui ont marqué la construction du modèle social français. Vous les connaissez aussi bien que moi. Peut-être ne serions-nous pas tous d’accord sur les plus importantes. Mais, je suis à peu près convaincu que nous citerions les mêmes.
 
La France est aussi un pays de visionnaires. L’un ne va pas sans l’autre. J’ai d’ailleurs rendu hommage à certains d’entre eux dans mon discours de politique générale. Je pense évidemment à Jacques Chaban-Delmas. Je pense aussi à Michel Rocard. Là encore, la liste n’est pas exhaustive. Elle ne se limite pas à des responsables politiques. Elle pourrait accueillir bien d’autres noms célèbres qui ont construit notre vision de « la question sociale » : Hugo, Zola, Proudhon, Bourdieu, Robert Castel.
 
Je me souviens d’une réflexion de Marc Bloch. Vous la trouverez dans son ouvrage l’Etrange défaite, plus précisément dans le chapitre qui s’intitule L’examen de conscience d’un Français.
 
Bloch écrit ceci : « Se former une idée claire des besoins sociaux et s’efforcer de la répandre, c’est introduire un grain de levain nouveau, dans la mentalité commune ; c’est se donner une chance de la modifier un peu et, par suite, d’incliner en quelque mesure, le cours des événements qui sont réglés en dernière analyse, par la psychologie des hommes ».
 
Si je la cite c’est qu’elle montre que ces transformations ne « tombent pas du ciel ». Qu’elles sont souvent le fruit d’une maturation, d’une « d’instruction » comme on dit dans le langage juridique, de « dossiers sociaux » dans le cadre du débat public.
 
Dans ce processus de maturation, votre rôle est éminent. Vous le nourrissez de vos analyses, de vos indignations, de vos comparaisons internationales, du recul nécessaire pour comprendre des questions qui sont, en général, débattues à chaud. J’ose espérer que c’est aussi un peu grâce à nous, responsables publics, si de temps en temps, on parvient à un introduire dans le débat quelques « grains de levain nouveau ».
 
Après une campagne présidentielle très riche, – pas seulement en rebondissements, mais en analyses et en propositions-, ce levain a je crois, germé. L’opinion française a pris conscience, avec un peu plus de stupeur ou d’indignation que d’habitude, de l’extrême dureté de certaines réalités. Elle a aussi pris conscience de la nécessité d’inventer, d’essayer autre chose. Et peut-être aussi d’arrêter de faire semblant d’essayer.
 
Et puis, il y a l’inquiétude. L’inquiétude de voir disparaître un modèle social auquel nous sommes tous attachés. L’inquiétude aussi de voir se perpétuer, s’aggraver, des situations insupportables. Ces situations, journalistes spécialisés, élus, parents, responsables d’associations, nous les connaissons malheureusement trop bien.
 
C’est la permanence d’un chômage de masse dans notre pays alors qu’ailleurs, dans des économies comparables à la nôtre, ce chômage dit « structurel » a baissé voire, dans certains cas, disparu.
Ce sont des centaines de milliers de jeunes que la France ne parvient plus à doter du « bagage nécessaire » pour s’insérer dans l’emploi.
Ce sont des séniors, des mamans isolées, des commerçants ayant fait faillite, des personnes qui souffrent d’un handicap qui, après un accident de la vie, quel qu’il soit, décrochent, sombrent, perdent espoir parce que la France ne parvient pas à leur offrir une deuxième ou une troisième chance.
Ce sont ainsi des millions de familles françaises, qui résident souvent dans les mêmes villes et les mêmes campagnes, qui n’ont plus l’impression d’habiter la « même France » que les autres. 
Ces situations, nous les connaissons trop bien. Nous en parlons très bien aussi sur les plateaux de télévision, dans les réunions publiques, depuis trop longtemps. Certains partis les exploitent  malheureusement trop bien, également depuis trop longtemps. Je ne vais pas dresser ici le tableau social de notre pays.
 
Je dirais simplement que la France de 2017 est une France où le modèle républicain est encore riche d’innombrables succès mais où les enfants pauvres sont trop souvent condamnés à le rester ; où les jeunes issus de milieux modestes ont moins de chances que les autres de réussir des études supérieures ; où les employés ne deviennent que trop rarement cadres. Je pourrais multiplier ainsi à l’infini les exemples de ce que le Président de la République a appelé, durant la campagne, « les assignés à résidence » aussi bien socialement que géographiquement.
 
Face à ce constat, il y a, au fond, deux solutions. La première consiste à adapter le modèle à la marge, à traiter les symptômes – à « endormir le patient » – puis à croiser les doigts pour que son état ne dégénère pas.
 
Et puis il y a une autre solution. Plus exigeante, c’est certain. Plus difficile à expliquer, c’est indéniable. Une solution qui demande plus d’efforts aussi, qui bouscule des habitudes.
Cette solution, celle que le président de la République a proposée aux Français, consiste à transformer. Non pas à adapter ou à rafistoler, mais à « transformer », c’est-à-dire à changer de logique, à réparer ce qui doit l’être, à essayer ce qui a fonctionné ailleurs, à arrêter ce qui ne marche plus, tout en conservant bien sûr le noyau dur  de notre modèle social, ce qui en fait le prix, la spécificité. Et je dirais : « le cœur ». Dans tous les sens du terme.
 

 
Transformer, d’accord, mais pour quoi faire ?
 
D’abord transformer pour libérer. Attention, les mots ont leur importance. Je n’ai pas dit « libéraliser ». Mais « libérer ». Libérer qui, libérer de quoi ? Libérer les quartiers sensibles et les zones rurales pauvres du déterminisme social. Libérer un jeune sans qualification, un sénior licencié, une maman isolée du spectre du chômage de longue durée et de la pauvreté. 
Libérer aussi l’énergie de ceux qui veulent créer une entreprise, exploiter leur chance et leurs talents. Libérer les entreprises – là encore, attention aux raccourcis- les millions d’entreprises, en général petites, artisanales, qui ne demandent qu’une chose très simple, de bon sens : adapter leur organisation à leur carnet de commandes.
 
Ensuite transformer pour protéger. Protéger qui ? Les plus fragiles, évidemment. Mais protéger aussi ceux qui aujourd’hui vont bien. Ceux qui sont en bonne santé, qui ont un emploi ou un commerce. Et qui demain, feront peut-être face à un coup dur: une maladie grave ou chronique, le décès d’un proche, un accident invalidant, un licenciement au mauvais moment, une faillite. La vie, malheureusement, ne manque pas d’imagination en ce domaine. À nous d’en avoir autant pour anticiper ces risques voire mieux, pour les éviter quand c’est possible. 
 
Enfin transformer pour sécuriser. Sécuriser une insertion dans l’emploi. Un projet académique. Sécuriser un parcours professionnel dont on sait qu’il est désormais non rectiligne, non linéaire, « accidenté » parfois. Sécuriser aussi, je me place cette fois du côté d’un petit patron, une situation délicate, qui n’est agréable pour personne, comme une rupture de contrat. Sécuriser un environnement administratif grâce à des mesures de simplification.
 
Cette liberté, cette protection, cette sécurité sont les conditions du succès républicain dans un monde ouvert, imprévisible, chaotique. Un monde qu’il n’est pas question ici de glorifier ou de rejeter en bloc, mais dont nous devons tenir compte. Cela n’empêche pas – le président s’y emploie sur la scène internationale et en Europe- d’essayer de le transformer, de l’orienter dans un sens ou dans un autre. Mais, en attendant, nous devons le regarder tel qu’il est si nous voulons protéger les Français de façon efficace. Ceux d’aujourd’hui et ceux de demain.
Parce qu’il n’est pas question que de nous. Parce que s’il y a bien un désir partagé, c’est celui du bonheur de nos enfants.
 

 
La transformation a déjà commencé. Vous êtes sans doute nombreux à avoir couvert, commenté, critiqué le contenu des 5 ordonnances que j’ai présentées le 31 août dernier avec Muriel Pénicaud, dont je tiens ici à saluer l’engagement et la vision. Je peux évidemment tout entendre – « Il est bon, il est sain que dans un pays libre, les philosophies sociales contraires se combattent librement » écrivait Marc Bloch, encore lui, dans L’Etrange défaite avant d’ajouter quelques lignes plus loin « Le malheur de la patrie commence quand la légitimité de ces heurts n’est pas comprise ». Je comprends donc la légitimité de la critique. Je l’entends, je l’accepte. Je la trouve même nécessaire. Parce qu’au fond, c’est grâce à cette confrontation d’arguments que la vérité se construit et s’impose.
Alors je m’efforce de répondre aux critiques avec honnêteté, précision, rigueur. Calme aussi. C’est pourquoi je me permets d’insister aujourd’hui sur trois points :
 
D’abord, rien n’a été caché, tout a été dit. Dit durant la campagne présidentielle. Dit durant les élections législatives. Dit durant les discussions que nous avons eues avec les représentants syndicaux. Dit durant le débat parlementaire, extrêmement riche d’ailleurs. Il n’y a pas eu, comme cela arrive parfois, de double discours. Mais un seul discours. En privé comme en public. Les Français puis leurs représentants au Parlement nous ont donné un mandat très clair. 
Ensuite, la concertation a été une vraie concertation. Franche, directe, « patiente ». Loyale aussi. Elle a permis, je crois, de respecter tout le monde. Chacun a pu expliquer sa position, faire valoir son avis. Sur certains points, le texte a d’ailleurs évolué. 
Il n’est pas exactement celui que nous aurions présenté au Parlement si nous avions voulu le faire adopter dès l’été. Je me réjouis de ces évolutions. J’y vois une garantie supplémentaire de « prise directe » avec la réalité. Et ça, nous le devons aux organisations syndicales et patronales – toutes les organisations- qui ont joué le jeu.
 
Enfin, ces ordonnances s’inscrivent pleinement dans les objectifs que je viens de détailler : libérer, protéger, sécuriser. Je ne vais pas dresser la liste des 36 mesures. Je prendrai seulement quelques exemples. 
On libère : on libère le dialogue social dans des millions de petites entreprises ; on libère l’action de la branche en l’étendant à d’autres domaines ; on libère les capacités d’adaptation de l’entreprise face aux évolutions de son marché. 
 
On sécurise : on sécurise les plans de départ volontaire, la rupture de contrat devant la justice prud’homale, les procédures de reclassement, l’exercice du mandat syndical, on sécurise aussi le recours au télétravail.
Enfin on protège : on protège le salarié qui effectue un travail pénible ; on étend à des millions de salariés potentiels, le bénéfice de droits et de protections supplémentaires. 
Ces ordonnances adressent au  fond plusieurs messages. Ces messages, quels sont-ils ?
Premier message : performances économique et sociale ne s’opposent pas mais se renforcent ; 
Deuxième message : un meilleur dialogue social permet de construire de meilleures règles qui facilitent le travail et l’implication de tous ; 
Troisième message : notre compétitivité dépend de l’innovation, de la qualité des produits et des services, de notre réactivité, autant de facteurs qui nécessitent que chacun se sente respecté, ait une capacité d’initiative et de parole, de l’atelier jusqu’au conseil d’administration. A cet égard, cette année entre en application une évolution majeure dans notre pays : les salariés seront représentés au conseil d’administration de tous les groupes d’au moins 1000 salariés ; nous allons avoir plus d’un millier d’administrateurs salariés. Je souhaite que cette évolution fasse l’objet d’un suivi et d’une évaluation avec l’ensemble des partenaires sociaux pour que nous soyons en mesure d’en tirer tous les enseignements pour une nouvelle étape. 
On peut évidemment débattre à l’infini sur le point de savoir si on ne pouvait pas plus libérer d’un côté ou plus protéger de l’autre. Mais ces ordonnances forment un tout cohérent, un « bloc » comme aurait dit Clémenceau.
C’est grâce à cette cohérence qu’elles modifient à la fois profondément et harmonieusement, l’environnement de travail de millions d’entreprises et de salariés.
 
C’est exactement la même logique, la même cohérence qui a prévalu lorsque, le 5 septembre dernier, j’ai présenté à Dijon des mesures en faveur des indépendants.
 
On libère la création d’entreprises grâce à des mesures fiscales fortes ou à la suppression de taxes injustes et incompréhensibles.
On sécurise : les revenus des indépendants (compensation totale de la hausse de la CSG, coup de pouce pour 75% des travailleurs indépendants) ; on sécurise leurs démarches administratives (doublement des plafonds de chiffres d’affaires des microentreprises) ; on sécurise le paiement de leurs cotisations (en leur permettant d’en ajuster le montant mois après mois).
On protège enfin : c’est l’objectif de la suppression du RSI et de la gestion de ses prestations par le régime général. Je ne reviens pas sur les erreurs qui  ont émaillé sa courte existence. Je n’accuse personne. Je dis : voilà un exemple où au lieu de proroger indéfiniment un dispositif insatisfaisant, nous avons choisi de le transformer radicalement. 

 
Une deuxième phase de transformations va maintenant s’ouvrir. Cette deuxième phase prolonge la précédente, elle l’amplifie même sur certains points. Toujours dans le but de libérer, de protéger et de sécuriser. Cette deuxième phase comprend deux volets principaux :
 
Le premier volet qui, en fait, est un double volet, est celui de la compétence. Pourquoi la compétence ? 
Parce que c’est le meilleur bouclier contre le chômage et pour cette raison, c’est le premier « droit du travailleur ». La compétence, c’est aussi ce qu’une Nation a de plus précieux. Que fait-on quand on possède quelque chose de précieux ? On en prend soin, on l’entretient, on y investit.
 
Nous allons donc investir, en particulier dans la formation professionnelle. Le président de la République a pris un engagement très clair : celui de former 1 million de demandeurs d’emplois d’ici la fin du quinquennat. Comme nous allons investir beaucoup d’argent, nous voulons être sûrs que cet argent soit employé efficacement. Donc, nous allons réformer en profondeur notre système de formation professionnelle. Nous n’allons pas le faire seuls, bien entendu, mais avec l’aide de tous les acteurs concernés : organisations syndicales, régions, professionnels de l’enseignement, entreprises.Quel est l’objectif ? Il est de garantir une totale transparence sur la qualité des formations, sur leur capacité à accompagner leurs bénéficiaires vers un emploi stable. Non pour stigmatiser, mais pour informer et pour orienter. Nous allons surtout mettre un terme à une incroyable injustice, celle qui consiste à former toujours plus ceux qui le sont déjà très bien, depuis leur plus jeune âge !
 
L’autre chantier, c’est celui de l’apprentissage. Je ne crois pas utile d’en vanter ici les mérites. C’est une « voie royale » pour l’insertion. Une voie royale dont nous avons perdu le chemin alors que d’autres pays l’empruntent massivement, depuis de nombreuses années et avec succès. 
Le second volet concerne la réforme de l’assurance chômage. Comme je le disais tout à l’heure, ce volet prolonge et complète le mouvement que nous avons engagé au sujet du statut des indépendants.Il consiste à étendre le bénéficie de l’assurance chômage aux indépendants et aux salariés démissionnaires (une fois tous les 5 ans). Ce faisant, on voit bien, avec cet exemple, comment on protège et on libère à la fois. On étend une protection. Et grâce à l’extension de cette protection, on libère l’initiative de ceux, nombreux, qui aimeraient mener un projet personnel mais qui n’osent pas se lancer par manque de sécurité. Avec cette réforme, nous aurons certainement à discuter avec les partenaires sociaux de la gouvernance de l’assurance chômage.
 
Sur ces deux volets, nous allons donc engager la concertation. Par nous, j’entends le président de la République tout d’abord puis moi ensuite et enfin, la ministre du Travail. Nous allons prendre le temps de la mener sérieusement, avec rigueur, avec respect, avec méthode. L’objectif est de présenter un projet de loi au Parlement au printemps en vue d’une adoption définitive à l’été.

 
D’autres transformations prendront le relais toujours dans le but d’adapter notre modèle social à la fois aux nouvelles urgences et aux nouveaux besoins.
 
C’est la réforme des retraites. Le but, vous le connaissez : faire en sorte qu’un euro cotisé ouvre des droits identiques pour tous. Alors, bien sûr, on ne démarre pas d’une page blanche. Il y a une histoire dont nous devons tenir compte. Mais cela ne doit pas nous empêcher de construire l’avenir. Et cet avenir s’appelle « équité ». On ne dénonce personne, on n’enlève rien à personne, on garantit seulement les mêmes droits à tous. Je ne vois meilleure définition de la « justice sociale ». Comme vous le savez, un décret publié au journal officiel de mardi dernier, a créé la fonction de « Haut-commissaire en charge de la réforme des retraites ». Son titulaire sera très prochainement désigné. Le suspense est, je crois, limité. 
Je pourrais aussi vous parler du futur plan de lutte contre les déserts médicaux, de la suppression du reste à charge pour les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives. Je pourrais vous parler de la « révolution copernicienne » de la prévention dans le domaine de la santé. Par un curieux paradoxe, en France nous sommes très forts pour soigner les maladies, mais moins forts pour les éviter. Or, le meilleur traitement c’est encore celui dont on n’a pas besoin parce que durant son existence, on a eu accès aux bonnes informations, on a reçu les bonnes incitations pour cesser un comportement à risques. 
J’ai bien conscience que ces initiatives chamboulent quelques habitudes idéologiques. J’entends certains qui s’interrogent : ce projet social est-il de droite ? Est-il de gauche ? Ce projet social est, je crois, tout simplement républicain, c’est-à-dire responsable, solidaire, pérenne.
 
Alors oui, j’ai besoin de vous. Nous avons besoin de vous. Non pour nous tresser des lauriers, mais pour nourrir des débats souvent très techniques et pourtant éminemment politiques. Peu importe, au fond, l’opinion que vous défendez. Je l’ai dit, elles sont toutes nécessaires, toutes légitimes.
 
Ce qui compte, c’est la vérité. Vérité des chiffres, vérité du quotidien, vérité historique aussi. Sans ce cadre, sans cette exactitude des faits, sans les exemples étrangers d’échec ou de réussite, sans ces petits « grains de levain », la démocratie sociale ne peut s’épanouir sereinement. Or, je crois profondément que sérénité – des décisions, des débats- et vérité sont liées. Donc, un grand merci à vous tous de créer les conditions de cette sérénité, en nous nourrissant de vérités, parfois pas toujours très agréables à entendre, mais toujours utiles.

Discours de M. Edouard Philippe au 50ème anniversaire de l’Association des Journalistes de l’Information Sociale

jeudi 14 septembre 2017 - 09:49

 
Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
50ème anniversaire de l’Association des Journalistes de l’Information Sociale
Au Sénat
Jeudi 14 septembre 2017
 
Seul le prononcé fait foi
 
La France est un pays de grandes transformations sociales. Je sais que dans le titre de votre table-ronde de tout à l’heure, vous utilisez le terme de « bascule ». Vous ne m’en voudrez pas si je lui préfère celui de transformation qui est chère au Président de la République et qui dit plus et mieux que le terme de « réforme » oh combien galvaudé. La « grande bascule », c’est plutôt celle que vous êtes en train de connaître, celle des « 50 ans ». J’ignore si cet âge fatidique est plus supportable à plusieurs, dans une belle et grande association comme la vôtre, que dans la vie de tous les jours. Vous me direz.
 
Donc la France est un grand pays de transformations sociales.
Je ne vais pas citer toutes les dates qui ont marqué la construction du modèle social français. Vous les connaissez aussi bien que moi. Peut-être ne serions-nous pas tous d’accord sur les plus importantes. Mais, je suis à peu près convaincu que nous citerions les mêmes.
 
La France est aussi un pays de visionnaires. L’un ne va pas sans l’autre. J’ai d’ailleurs rendu hommage à certains d’entre eux dans mon discours de politique générale. Je pense évidemment à Jacques Chaban-Delmas. Je pense aussi à Michel Rocard. Là encore, la liste n’est pas exhaustive. Elle ne se limite pas à des responsables politiques. Elle pourrait accueillir bien d’autres noms célèbres qui ont construit notre vision de « la question sociale » : Hugo, Zola, Proudhon, Bourdieu, Robert Castel.
 
Je me souviens d’une réflexion de Marc Bloch. Vous la trouverez dans son ouvrage l’Etrange défaite, plus précisément dans le chapitre qui s’intitule L’examen de conscience d’un Français.
 
Bloch écrit ceci : « Se former une idée claire des besoins sociaux et s’efforcer de la répandre, c’est introduire un grain de levain nouveau, dans la mentalité commune ; c’est se donner une chance de la modifier un peu et, par suite, d’incliner en quelque mesure, le cours des événements qui sont réglés en dernière analyse, par la psychologie des hommes ».
 
Si je la cite c’est qu’elle montre que ces transformations ne « tombent pas du ciel ». Qu’elles sont souvent le fruit d’une maturation, d’une « d’instruction » comme on dit dans le langage juridique, de « dossiers sociaux » dans le cadre du débat public.
 
Dans ce processus de maturation, votre rôle est éminent. Vous le nourrissez de vos analyses, de vos indignations, de vos comparaisons internationales, du recul nécessaire pour comprendre des questions qui sont, en général, débattues à chaud. J’ose espérer que c’est aussi un peu grâce à nous, responsables publics, si de temps en temps, on parvient à un introduire dans le débat quelques « grains de levain nouveau ».
 
Après une campagne présidentielle très riche, – pas seulement en rebondissements, mais en analyses et en propositions-, ce levain a je crois, germé. L’opinion française a pris conscience, avec un peu plus de stupeur ou d’indignation que d’habitude, de l’extrême dureté de certaines réalités. Elle a aussi pris conscience de la nécessité d’inventer, d’essayer autre chose. Et peut-être aussi d’arrêter de faire semblant d’essayer.
 
Et puis, il y a l’inquiétude. L’inquiétude de voir disparaître un modèle social auquel nous sommes tous attachés. L’inquiétude aussi de voir se perpétuer, s’aggraver, des situations insupportables. Ces situations, journalistes spécialisés, élus, parents, responsables d’associations, nous les connaissons malheureusement trop bien.
 
C’est la permanence d’un chômage de masse dans notre pays alors qu’ailleurs, dans des économies comparables à la nôtre, ce chômage dit « structurel » a baissé voire, dans certains cas, disparu.
Ce sont des centaines de milliers de jeunes que la France ne parvient plus à doter du « bagage nécessaire » pour s’insérer dans l’emploi.
Ce sont des séniors, des mamans isolées, des commerçants ayant fait faillite, des personnes qui souffrent d’un handicap qui, après un accident de la vie, quel qu’il soit, décrochent, sombrent, perdent espoir parce que la France ne parvient pas à leur offrir une deuxième ou une troisième chance.
Ce sont ainsi des millions de familles françaises, qui résident souvent dans les mêmes villes et les mêmes campagnes, qui n’ont plus l’impression d’habiter la « même France » que les autres. 
Ces situations, nous les connaissons trop bien. Nous en parlons très bien aussi sur les plateaux de télévision, dans les réunions publiques, depuis trop longtemps. Certains partis les exploitent  malheureusement trop bien, également depuis trop longtemps. Je ne vais pas dresser ici le tableau social de notre pays.
 
Je dirais simplement que la France de 2017 est une France où le modèle républicain est encore riche d’innombrables succès mais où les enfants pauvres sont trop souvent condamnés à le rester ; où les jeunes issus de milieux modestes ont moins de chances que les autres de réussir des études supérieures ; où les employés ne deviennent que trop rarement cadres. Je pourrais multiplier ainsi à l’infini les exemples de ce que le Président de la République a appelé, durant la campagne, « les assignés à résidence » aussi bien socialement que géographiquement.
 
Face à ce constat, il y a, au fond, deux solutions. La première consiste à adapter le modèle à la marge, à traiter les symptômes – à « endormir le patient » – puis à croiser les doigts pour que son état ne dégénère pas.
 
Et puis il y a une autre solution. Plus exigeante, c’est certain. Plus difficile à expliquer, c’est indéniable. Une solution qui demande plus d’efforts aussi, qui bouscule des habitudes.
Cette solution, celle que le président de la République a proposée aux Français, consiste à transformer. Non pas à adapter ou à rafistoler, mais à « transformer », c’est-à-dire à changer de logique, à réparer ce qui doit l’être, à essayer ce qui a fonctionné ailleurs, à arrêter ce qui ne marche plus, tout en conservant bien sûr le noyau dur  de notre modèle social, ce qui en fait le prix, la spécificité. Et je dirais : « le cœur ». Dans tous les sens du terme.
 

 
Transformer, d’accord, mais pour quoi faire ?
 
D’abord transformer pour libérer. Attention, les mots ont leur importance. Je n’ai pas dit « libéraliser ». Mais « libérer ». Libérer qui, libérer de quoi ? Libérer les quartiers sensibles et les zones rurales pauvres du déterminisme social. Libérer un jeune sans qualification, un sénior licencié, une maman isolée du spectre du chômage de longue durée et de la pauvreté. 
Libérer aussi l’énergie de ceux qui veulent créer une entreprise, exploiter leur chance et leurs talents. Libérer les entreprises – là encore, attention aux raccourcis- les millions d’entreprises, en général petites, artisanales, qui ne demandent qu’une chose très simple, de bon sens : adapter leur organisation à leur carnet de commandes.
 
Ensuite transformer pour protéger. Protéger qui ? Les plus fragiles, évidemment. Mais protéger aussi ceux qui aujourd’hui vont bien. Ceux qui sont en bonne santé, qui ont un emploi ou un commerce. Et qui demain, feront peut-être face à un coup dur: une maladie grave ou chronique, le décès d’un proche, un accident invalidant, un licenciement au mauvais moment, une faillite. La vie, malheureusement, ne manque pas d’imagination en ce domaine. À nous d’en avoir autant pour anticiper ces risques voire mieux, pour les éviter quand c’est possible. 
 
Enfin transformer pour sécuriser. Sécuriser une insertion dans l’emploi. Un projet académique. Sécuriser un parcours professionnel dont on sait qu’il est désormais non rectiligne, non linéaire, « accidenté » parfois. Sécuriser aussi, je me place cette fois du côté d’un petit patron, une situation délicate, qui n’est agréable pour personne, comme une rupture de contrat. Sécuriser un environnement administratif grâce à des mesures de simplification.
 
Cette liberté, cette protection, cette sécurité sont les conditions du succès républicain dans un monde ouvert, imprévisible, chaotique. Un monde qu’il n’est pas question ici de glorifier ou de rejeter en bloc, mais dont nous devons tenir compte. Cela n’empêche pas – le président s’y emploie sur la scène internationale et en Europe- d’essayer de le transformer, de l’orienter dans un sens ou dans un autre. Mais, en attendant, nous devons le regarder tel qu’il est si nous voulons protéger les Français de façon efficace. Ceux d’aujourd’hui et ceux de demain.
Parce qu’il n’est pas question que de nous. Parce que s’il y a bien un désir partagé, c’est celui du bonheur de nos enfants.
 

 
La transformation a déjà commencé. Vous êtes sans doute nombreux à avoir couvert, commenté, critiqué le contenu des 5 ordonnances que j’ai présentées le 31 août dernier avec Muriel Pénicaud, dont je tiens ici à saluer l’engagement et la vision. Je peux évidemment tout entendre – « Il est bon, il est sain que dans un pays libre, les philosophies sociales contraires se combattent librement » écrivait Marc Bloch, encore lui, dans L’Etrange défaite avant d’ajouter quelques lignes plus loin « Le malheur de la patrie commence quand la légitimité de ces heurts n’est pas comprise ». Je comprends donc la légitimité de la critique. Je l’entends, je l’accepte. Je la trouve même nécessaire. Parce qu’au fond, c’est grâce à cette confrontation d’arguments que la vérité se construit et s’impose.
Alors je m’efforce de répondre aux critiques avec honnêteté, précision, rigueur. Calme aussi. C’est pourquoi je me permets d’insister aujourd’hui sur trois points :
 
D’abord, rien n’a été caché, tout a été dit. Dit durant la campagne présidentielle. Dit durant les élections législatives. Dit durant les discussions que nous avons eues avec les représentants syndicaux. Dit durant le débat parlementaire, extrêmement riche d’ailleurs. Il n’y a pas eu, comme cela arrive parfois, de double discours. Mais un seul discours. En privé comme en public. Les Français puis leurs représentants au Parlement nous ont donné un mandat très clair. 
Ensuite, la concertation a été une vraie concertation. Franche, directe, « patiente ». Loyale aussi. Elle a permis, je crois, de respecter tout le monde. Chacun a pu expliquer sa position, faire valoir son avis. Sur certains points, le texte a d’ailleurs évolué. 
Il n’est pas exactement celui que nous aurions présenté au Parlement si nous avions voulu le faire adopter dès l’été. Je me réjouis de ces évolutions. J’y vois une garantie supplémentaire de « prise directe » avec la réalité. Et ça, nous le devons aux organisations syndicales et patronales – toutes les organisations- qui ont joué le jeu.
 
Enfin, ces ordonnances s’inscrivent pleinement dans les objectifs que je viens de détailler : libérer, protéger, sécuriser. Je ne vais pas dresser la liste des 36 mesures. Je prendrai seulement quelques exemples. 
On libère : on libère le dialogue social dans des millions de petites entreprises ; on libère l’action de la branche en l’étendant à d’autres domaines ; on libère les capacités d’adaptation de l’entreprise face aux évolutions de son marché. 
 
On sécurise : on sécurise les plans de départ volontaire, la rupture de contrat devant la justice prud’homale, les procédures de reclassement, l’exercice du mandat syndical, on sécurise aussi le recours au télétravail.
Enfin on protège : on protège le salarié qui effectue un travail pénible ; on étend à des millions de salariés potentiels, le bénéfice de droits et de protections supplémentaires. 
Ces ordonnances adressent au  fond plusieurs messages. Ces messages, quels sont-ils ?
Premier message : performances économique et sociale ne s’opposent pas mais se renforcent ; 
Deuxième message : un meilleur dialogue social permet de construire de meilleures règles qui facilitent le travail et l’implication de tous ; 
Troisième message : notre compétitivité dépend de l’innovation, de la qualité des produits et des services, de notre réactivité, autant de facteurs qui nécessitent que chacun se sente respecté, ait une capacité d’initiative et de parole, de l’atelier jusqu’au conseil d’administration. A cet égard, cette année entre en application une évolution majeure dans notre pays : les salariés seront représentés au conseil d’administration de tous les groupes d’au moins 1000 salariés ; nous allons avoir plus d’un millier d’administrateurs salariés. Je souhaite que cette évolution fasse l’objet d’un suivi et d’une évaluation avec l’ensemble des partenaires sociaux pour que nous soyons en mesure d’en tirer tous les enseignements pour une nouvelle étape. 
On peut évidemment débattre à l’infini sur le point de savoir si on ne pouvait pas plus libérer d’un côté ou plus protéger de l’autre. Mais ces ordonnances forment un tout cohérent, un « bloc » comme aurait dit Clémenceau.
C’est grâce à cette cohérence qu’elles modifient à la fois profondément et harmonieusement, l’environnement de travail de millions d’entreprises et de salariés.
 
C’est exactement la même logique, la même cohérence qui a prévalu lorsque, le 5 septembre dernier, j’ai présenté à Dijon des mesures en faveur des indépendants.
 
On libère la création d’entreprises grâce à des mesures fiscales fortes ou à la suppression de taxes injustes et incompréhensibles.
On sécurise : les revenus des indépendants (compensation totale de la hausse de la CSG, coup de pouce pour 75% des travailleurs indépendants) ; on sécurise leurs démarches administratives (doublement des plafonds de chiffres d’affaires des microentreprises) ; on sécurise le paiement de leurs cotisations (en leur permettant d’en ajuster le montant mois après mois).
On protège enfin : c’est l’objectif de la suppression du RSI et de la gestion de ses prestations par le régime général. Je ne reviens pas sur les erreurs qui  ont émaillé sa courte existence. Je n’accuse personne. Je dis : voilà un exemple où au lieu de proroger indéfiniment un dispositif insatisfaisant, nous avons choisi de le transformer radicalement. 

 
Une deuxième phase de transformations va maintenant s’ouvrir. Cette deuxième phase prolonge la précédente, elle l’amplifie même sur certains points. Toujours dans le but de libérer, de protéger et de sécuriser. Cette deuxième phase comprend deux volets principaux :
 
Le premier volet qui, en fait, est un double volet, est celui de la compétence. Pourquoi la compétence ? 
Parce que c’est le meilleur bouclier contre le chômage et pour cette raison, c’est le premier « droit du travailleur ». La compétence, c’est aussi ce qu’une Nation a de plus précieux. Que fait-on quand on possède quelque chose de précieux ? On en prend soin, on l’entretient, on y investit.
 
Nous allons donc investir, en particulier dans la formation professionnelle. Le président de la République a pris un engagement très clair : celui de former 1 million de demandeurs d’emplois d’ici la fin du quinquennat. Comme nous allons investir beaucoup d’argent, nous voulons être sûrs que cet argent soit employé efficacement. Donc, nous allons réformer en profondeur notre système de formation professionnelle. Nous n’allons pas le faire seuls, bien entendu, mais avec l’aide de tous les acteurs concernés : organisations syndicales, régions, professionnels de l’enseignement, entreprises.Quel est l’objectif ? Il est de garantir une totale transparence sur la qualité des formations, sur leur capacité à accompagner leurs bénéficiaires vers un emploi stable. Non pour stigmatiser, mais pour informer et pour orienter. Nous allons surtout mettre un terme à une incroyable injustice, celle qui consiste à former toujours plus ceux qui le sont déjà très bien, depuis leur plus jeune âge !
 
L’autre chantier, c’est celui de l’apprentissage. Je ne crois pas utile d’en vanter ici les mérites. C’est une « voie royale » pour l’insertion. Une voie royale dont nous avons perdu le chemin alors que d’autres pays l’empruntent massivement, depuis de nombreuses années et avec succès. 
Le second volet concerne la réforme de l’assurance chômage. Comme je le disais tout à l’heure, ce volet prolonge et complète le mouvement que nous avons engagé au sujet du statut des indépendants.Il consiste à étendre le bénéficie de l’assurance chômage aux indépendants et aux salariés démissionnaires (une fois tous les 5 ans). Ce faisant, on voit bien, avec cet exemple, comment on protège et on libère à la fois. On étend une protection. Et grâce à l’extension de cette protection, on libère l’initiative de ceux, nombreux, qui aimeraient mener un projet personnel mais qui n’osent pas se lancer par manque de sécurité. Avec cette réforme, nous aurons certainement à discuter avec les partenaires sociaux de la gouvernance de l’assurance chômage.
 
Sur ces deux volets, nous allons donc engager la concertation. Par nous, j’entends le président de la République tout d’abord puis moi ensuite et enfin, la ministre du Travail. Nous allons prendre le temps de la mener sérieusement, avec rigueur, avec respect, avec méthode. L’objectif est de présenter un projet de loi au Parlement au printemps en vue d’une adoption définitive à l’été.

 
D’autres transformations prendront le relais toujours dans le but d’adapter notre modèle social à la fois aux nouvelles urgences et aux nouveaux besoins.
 
C’est la réforme des retraites. Le but, vous le connaissez : faire en sorte qu’un euro cotisé ouvre des droits identiques pour tous. Alors, bien sûr, on ne démarre pas d’une page blanche. Il y a une histoire dont nous devons tenir compte. Mais cela ne doit pas nous empêcher de construire l’avenir. Et cet avenir s’appelle « équité ». On ne dénonce personne, on n’enlève rien à personne, on garantit seulement les mêmes droits à tous. Je ne vois meilleure définition de la « justice sociale ». Comme vous le savez, un décret publié au journal officiel de mardi dernier, a créé la fonction de « Haut-commissaire en charge de la réforme des retraites ». Son titulaire sera très prochainement désigné. Le suspense est, je crois, limité. 
Je pourrais aussi vous parler du futur plan de lutte contre les déserts médicaux, de la suppression du reste à charge pour les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives. Je pourrais vous parler de la « révolution copernicienne » de la prévention dans le domaine de la santé. Par un curieux paradoxe, en France nous sommes très forts pour soigner les maladies, mais moins forts pour les éviter. Or, le meilleur traitement c’est encore celui dont on n’a pas besoin parce que durant son existence, on a eu accès aux bonnes informations, on a reçu les bonnes incitations pour cesser un comportement à risques. 
J’ai bien conscience que ces initiatives chamboulent quelques habitudes idéologiques. J’entends certains qui s’interrogent : ce projet social est-il de droite ? Est-il de gauche ? Ce projet social est, je crois, tout simplement républicain, c’est-à-dire responsable, solidaire, pérenne.
 
Alors oui, j’ai besoin de vous. Nous avons besoin de vous. Non pour nous tresser des lauriers, mais pour nourrir des débats souvent très techniques et pourtant éminemment politiques. Peu importe, au fond, l’opinion que vous défendez. Je l’ai dit, elles sont toutes nécessaires, toutes légitimes.
 
Ce qui compte, c’est la vérité. Vérité des chiffres, vérité du quotidien, vérité historique aussi. Sans ce cadre, sans cette exactitude des faits, sans les exemples étrangers d’échec ou de réussite, sans ces petits « grains de levain », la démocratie sociale ne peut s’épanouir sereinement. Or, je crois profondément que sérénité – des décisions, des débats- et vérité sont liées. Donc, un grand merci à vous tous de créer les conditions de cette sérénité, en nous nourrissant de vérités, parfois pas toujours très agréables à entendre, mais toujours utiles.

Lecture: Philippe Séguin, par Arnaud Teyssier, Perrin 2017

jeudi 14 septembre 2017 - 09:03

Demain sort en librairie la biographie de Philippe Séguin par l’historien M. Arnaud Teyssier, qui l’a bien connu et fut l’un de ses conseillers à la présidence de l’Assemblée nationale. Je recommande chaleureusement cet ouvrage  passionnant et fondamental pour la …


5/1 1691234567891011121314151617181920212223242550751001 169