Call Ways ® presse magazine tabloïd news

ALERTE INFO

mardi 30 octobre 2018 - 11:45

Réforme de l’État : pour être « plus accessible et plus efficace »

30 octobre 2018

Réforme de l’État : pour être « plus accessible et plus efficace »

Dématérialisation des démarches, recours aux contractuels, plan de transformation des ministères, rénovation du patrimoine immobilier de l’État et bien d’autres sujets étaient au programme du 2e Comité interministériel de la transformation publique (CITP) qui s’est tenu le 29 octobre 2018.

 
Le 2e Comité interministériel de la transformation publique (CITP) s’est tenu le 29 octobre sous la présidence du Premier ministre, en présence de plusieurs ministres dont Gérald Darmanin, Mounir Mahjoubi et Olivier Dussopt, des directeurs d’administration centrale, et des chefs de projet qui piloteront les plans de transformation dans chaque ministère.

Aujourd’hui, 45% des Français perçoivent une dégradation de la qualité des services publics. Par ailleurs, la succession des réformes de l’Etat depuis 20 ans a parfois conduit les agents publics à perdre de vue le sens de leurs missions. Ce constat souligne le fait qu’il y a aujourd’hui urgence à rendre l’Etat « plus accessible et plus efficace », a déclaré le Premier ministre.

Le 2e CITP marque une nouvelle étape de ce processus, engagé depuis un an avec le lancement d’Action publique 2022 en octobre 2017 et le 1er CITP en février 2018.

Lors du comité, chaque ministère a présenté son plan de transformation. Au total, près de 75% des propositions du rapport CAP22 sont reprises dans ces plans. Le président de la République et le Premier ministre suivront personnellement leur état d’avancement tous les 3 mois. « Notre objectif est de continuer d’afficher un haut niveau d’ambition, d’identifier les objets de transformation, d’être transparent sur la façon dont on fonctionne et d’accompagner la transformation de l’action publique », a rappelé Édouard Philippe.
Des outils tranversaux pour accompagner ces transformations
Une Agence nationale des mobilités et des reconversions sera créée au 2nd semestre 2019 pour faciliter les mobilités au sein de la fonction publique et vers le secteur privé.

Un fonds d’accompagnement RH doté d’au moins 50 millions d’euros par an co-financera les transformations RH des ministères (dispositifs indemnitaires, coaching, bilans de compétences…).

Enfin, une Université de la transformation publique sera lancée le mois prochain pour donner aux chefs de projets la formation et l’accompagnement sur mesure dont ils ont besoin.

La dématérialisation de nouvelles démarches
Le Premier ministre a également annoncé la dématérialisation de nouvelles démarches « pour simplifier la vie quotidienne des Français » : ordonnances médicales (expérimentation en 2019), inscription sur les listes électorales (en 2019), inscription scolaire dans les collèges et lycées (d’ici 2020), création d’entreprise (en 2021), procédure judiciaire… L’objectif est d’atteindre 100% des démarches en ligne en 2022.

Enfin, un important volet des annonces concerne le patrimoine immobilier de l’Etat. 1 milliard d’euros sur 5 ans sera notamment consacré à la rénovation des cités administratives vieillissantes.

Des transformations qui s’ajoutent à celles déjà engagées depuis 1 an

  • Chantiers de restructuration importants dans plusieurs ministères ;
  • « Droit à l’erreur » (loi Essoc), pour restaurer la confiance des usagers dans leurs services publics ;
  • Création du Fonds pour la transformation de l’action publique, doté de 700 M€ sur 5 ans, pour investir dans des projets publics innovants (17 projets déjà sélectionnés) ;
  • Dématérialisations de plusieurs démarches : demandes de CMU, marchés publics.

Le recours aux contractuels dans la fonction publique :
Le Gouvernement souhaite développer le recours aux contractuels pour « donner plus de choix aux employeurs publics comme aux individus », a déclaré le secrétaire d’État Olivier Dussopt.

Les modalités de cette évolution fait partie des sujets concertés avec les organisations syndicales depuis février, dans le cadre de la préparation de la réforme de la fonction publique qui sera présentée au premier semestre 2019.

Il n’y aura pas de remise en cause du statut : « nous voulons le moderniser, l’assouplir (…) il ne s’agit pas d’opposer un modèle à l’autre ».

Le 12 décembre prochain, le président de la République et le Premier ministre réuniront les 1 800 managers publics de l’administration centrale et déconcentrée pour « partager avec eux les objectifs, les moyens, le calendrier, et les modalités de la transformation de l’action publique. »

Réforme de l’État : pour être "plus accessible et plus efficace"

Dématérialisation des démarches, recours aux contractuels, plan de transformation des ministères, rénovation du patrimoine immobilier de l'État et bien d'autres sujets étaient au programme du 2e Comité interministériel de la transformation publique (CITP) qui s'est tenu le 29 octobre 2018.
 
Le 2e Comité interministériel de la transformation publique (CITP) s’est tenu le 29 octobre sous la présidence du Premier ministre, en présence de plusieurs ministres dont Gérald Darmanin, Mounir Mahjoubi et Olivier Dussopt, des directeurs d’administration centrale, et des chefs de projet qui piloteront les plans de transformation dans chaque ministère.

Aujourd'hui, 45% des Français perçoivent une dégradation de la qualité des services publics. Par ailleurs, la succession des réformes de l’Etat depuis 20 ans a parfois conduit les agents publics à perdre de vue le sens de leurs missions. Ce constat souligne le fait qu'il y a aujourd'hui urgence à rendre l’Etat "plus accessible et plus efficace", a déclaré le Premier ministre.

Le 2e CITP marque une nouvelle étape de ce processus, engagé depuis un an avec le lancement d'Action publique 2022 en octobre 2017 et le 1er CITP en février 2018.

Lors du comité, chaque ministère a présenté son plan de transformation. Au total, près de 75% des propositions du rapport CAP22 sont reprises dans ces plans. Le président de la République et le Premier ministre suivront personnellement leur état d’avancement tous les 3 mois. "Notre objectif est de continuer d'afficher un haut niveau d'ambition, d'identifier les objets de transformation, d’être transparent sur la façon dont on fonctionne et d'accompagner la transformation de l'action publique", a rappelé Édouard Philippe.

Des outils tranversaux pour accompagner ces transformations

Une Agence nationale des mobilités et des reconversions sera créée au 2nd semestre 2019 pour faciliter les mobilités au sein de la fonction publique et vers le secteur privé.

Un fonds d’accompagnement RH doté d’au moins 50 millions d'euros par an co-financera les transformations RH des ministères (dispositifs indemnitaires, coaching, bilans de compétences…).

Enfin, une Université de la transformation publique sera lancée le mois prochain pour donner aux chefs de projets la formation et l’accompagnement sur mesure dont ils ont besoin.

La dématérialisation de nouvelles démarches

Le Premier ministre a également annoncé la dématérialisation de nouvelles démarches "pour simplifier la vie quotidienne des Français" : ordonnances médicales (expérimentation en 2019), inscription sur les listes électorales (en 2019), inscription scolaire dans les collèges et lycées (d’ici 2020), création d'entreprise (en 2021), procédure judiciaire… L'objectif est d'atteindre 100% des démarches en ligne en 2022.

Enfin, un important volet des annonces concerne le patrimoine immobilier de l'Etat. 1 milliard d'euros sur 5 ans sera notamment consacré à la rénovation des cités administratives vieillissantes.

Des transformations qui s'ajoutent à celles déjà engagées depuis 1 an

  • Chantiers de restructuration importants dans plusieurs ministères ;
  • "Droit à l’erreur" (loi Essoc), pour restaurer la confiance des usagers dans leurs services publics ;
  • Création du Fonds pour la transformation de l’action publique, doté de 700 M€ sur 5 ans, pour investir dans des projets publics innovants (17 projets déjà sélectionnés) ;
  • Dématérialisations de plusieurs démarches : demandes de CMU, marchés publics.

Le recours aux contractuels dans la fonction publique :

Le Gouvernement souhaite développer le recours aux contractuels pour "donner plus de choix aux employeurs publics comme aux individus", a déclaré le secrétaire d'État Olivier Dussopt.

Les modalités de cette évolution fait partie des sujets concertés avec les organisations syndicales depuis février, dans le cadre de la préparation de la réforme de la fonction publique qui sera présentée au premier semestre 2019.

Il n’y aura pas de remise en cause du statut : "nous voulons le moderniser, l'assouplir (...) il ne s'agit pas d'opposer un modèle à l'autre".

Le 12 décembre prochain, le président de la République et le Premier ministre réuniront les 1 800 managers publics de l’administration centrale et déconcentrée pour "partager avec eux les objectifs, les moyens, le calendrier, et les modalités de la transformation de l'action publique."
-->

Quatre centres commerciaux en projet chez Apsys [Mapic 2018]

mardi 30 octobre 2018 - 11:30

La foncière qui se donne pour slogan de "rendre la ville et la vie plus belles" illustrera ce dessein au Mapic, salon professionnel de l’immobilier commercial, en présentant ses projets Eden à Servon (77), Steel &…

Quatre centres commerciaux en projet chez Apsys, pour les années 2020 [Mapic 2018]

mardi 30 octobre 2018 - 11:30

La foncière qui se donne pour slogan de "rendre la ville et la vie plus belles" illustrera ce dessein au Mapic, salon professionnel de l’immobilier commercial, en présentant ses projets Eden à Servon (77), Steel &…

[Dieselgate] Rupert Stadler, l’ancien patron d’Audi congédié, est libéré

mardi 30 octobre 2018 - 11:12

Le 30 octobre, un tribunal de Munich a annoncé la libération de Rupert Stadler, l’ancien président du directoire d’Audi soupçonné d’implication dans le « dieselgate ». Début octobre, le groupe automobile Volkswagen congédiait définitivement l’ancien patron. Rupert Stadler, ancien président du directoire […] 

Feelunique enrichit la marketplace de La Redoute avec 4000 produits de beauté

mardi 30 octobre 2018 - 11:10

La Redoute et le spécialiste de la beauté Feelunique ont noué un partenariat afin d’enrichir l’offre hygiène-beauté de laredoute.fr. Via la marketplace du spécialiste de la mode en ligne, le pure …

En novembre, c’est le mois de l’économie sociale et solidaire

mardi 30 octobre 2018 - 10:51

Services à la personne, culture, sport, insertion, développement durable, entrepreneuriat… l’économie sociale et solidaire (ESS) représente plus de 10 % de l’emploi en France. Découvrez le programme de la 11e édition du mois de l’ESS.

Le Français Delair rachète l’Américain Airware pour devenir un champion mondial du drone industriel

mardi 30 octobre 2018 - 10:40

Fort de sa récente levée de fonds, l’entreprise toulousaine Delair rachète l’Américain Airware. Elle compte ce faisant devenir un champion mondial du drone, en étendant ses activités à l’international ainsi que sur de nouveaux marchés comme celui de la construction. Elle récupère également l’autre pionnier […] 

La Normandie investit dans un projet hydrolien au Raz Blanchard

mardi 30 octobre 2018 - 10:32

Naval Group a jeté l’éponge. Qu‘à cela ne tienne. L’écossais Simec Atlantis et la région Normandie créent la co-entreprise Normandie Hydrolienne pour exploiter le potentiel de 2GW d’&eac…

Dans le Tarn, une unité de méthanisation "à la ferme" raccordée au réseau de distribution

mardi 30 octobre 2018 - 10:15

Le projet Biométharn, réalisé à Aiguefonde (Tarn), est la première unité de méthanisation « à la ferme » d’Occitanie raccordée au réseau de distribution de GRDF. Un investissement de 3 millions d’euros, qui devrait être suivi de nombreux autres. L’usine Biométharn, montée par Pierre et […] 

Decathlon déploie le service « essayer et payer après » dans ses magasins

mardi 30 octobre 2018 - 09:58

Après la phase de test, l’enseigne spécialiste des articles de sport déploie plus massivement le service de test gratuit des produits signés Decathlon. Les clients ne seront débités que s’ils d&ea…

Decathlon déploie le service « essayer et payer après » depuis le magasin

mardi 30 octobre 2018 - 09:58

Après la phase de test, l’enseigne spécialiste des articles de sport déploie plus massivement le service de test gratuit des produits signés Decathlon. Les clients ne seront débités que s’ils d&ea…

Epicerie en ligne : l’indien BigBasket sur le point de lever 400 millions de dollars

mardi 30 octobre 2018 - 09:51

Ce tour de table pourrait porter la valorisationde de la start-up à un montant compris entre 1,5 et 2 milliards de dollars. Lire l’article

Les trésoriers d’entreprise se préparent à une nouvelle ère financière

mardi 30 octobre 2018 - 09:48

Remontée des taux d’intérêt, fin du programme de rachat de dette par la Banque centrale européenne… L’année 2019 s’annonce riche en rebondissements pour les trésoriers d’entreprise…

Nicolas Dupont-Aignan invité de RFI/France 24

mardi 30 octobre 2018 - 09:37

Mardi, octobre 30, 2018 – 19:15

Nicolas Dupont-Aignan invité de RFI/France 24

mardi 30 octobre 2018 - 09:36

Slider Accueil: non

Dans les batteries, BASF et Nornickel font bon ménage

mardi 30 octobre 2018 - 09:07

L’eldorado que représente l’essor des batteries électriques aiguise les appétits. Le chimiste allemand BASF a annoncé la construction prochaine, à Harjavalta, en Finlande, d’une usine de production d…

La Retailtech française a levé 58 millions d’euros au 3ème trimestre 2018 [Tableau interactif]

mardi 30 octobre 2018 - 08:44

Dolead, Lemon Way et Izicap figurent en tête du classement des tours de table de la retailtech française au troisième trimestre 2018. Tour d’horizon des levées de fonds repérées par Spring Invest, fonds d’investissement spécialiste de l’accélération des start-up de la retailtech.

 

Le sort d’Ascoval devra se jouer sans Vallourec

mardi 30 octobre 2018 - 08:28

Alors que le gouvernement doit réunir le 31 octobre toutes les parties prenantes pour échanger sur le sort d’Ascoval, il a demandé au potentiel repreneur Altifort de présenter une offre sans Vallourec, principal client et actionnaire de l’aciérie en redressement judiciaire. Le feuilleton se poursuit pour l’aciérie d’Ascoval à […] 

[L’industrie c’est fou] Icône de la robotique, le serpent continue d’inspirer les chercheurs

mardi 30 octobre 2018 - 07:30

Début octobre, les acteurs de la robotique était réunis à Madrid (Espagne) à l’occasion de l’International Conference on Intelligent Robots and Systems. Des chercheurs japonais ont notamment présenté un serpent-robot, thème récurrent dans le secteur. Le biomimétisme est un genre très foisonnant dans la […] 

A 0,4%, la croissance française décevante au 3e trimestre

mardi 30 octobre 2018 - 06:57

La croissance de l’économie française a accéléré moins que prévu au troisième trimestre malgré un rebond de la consommation des ménages et un investissement toujours dynamique des entreprises, selon la première estimation publiée mardi 30 octobre par l’Insee. En Europe comme en France, la croissance est à […] 

À Turku, le premier paquebot au GNL

mardi 30 octobre 2018 - 06:30

Sur le chantier naval finlandais de Meyer Turku, le « Costa Smeralda » de Costa, propulsé au GNL, prend forme. Les premiers essais en mer démarreront au printemps. Reportage. Sous d’épais nuages et l…

À Turku, le premier paquebot au GNL

mardi 30 octobre 2018 - 06:30

Sur le chantier naval finlandais de Meyer Turku, le « Costa Smeralda » de Costa, propulsé au GNL, prend forme. Les premiers essais en mer démarreront au printemps. Reportage. Sous d’épais nuages et l…

Employeurs : l’agenda de novembre de vos obligations sociales

mardi 30 octobre 2018 - 00:00

L’employeur doit effectuer certaines déclarations sociales à différentes échéances (mensuelle, trimestrielle, annuelle ou ponctuelle). […]

Déclaration du Premier ministre lors de la rencontre avec les élus d’Alsace

lundi 29 octobre 2018 - 21:58

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre

Rencontre avec les élus d’Alsace
 

Lundi 29 octobre 2018

Hôtel de Matignon

 

Seul le prononcé fait foi

 

Bonjour,

J’ai souhaité réunir aujourd’hui à l’Hôtel de Matignon les élus alsaciens et singulièrement les deux présidents des Conseils départementaux et le président du Conseil régional de la région Grand-Est.

Cette réunion que nous venons d’organiser s’inscrit dans la continuité des engagements qui ont été pris par le Président de la République lors de l’installation de la Conférence nationale des territoires. Le cap que nous nous étions fixé en matière institutionnelle au début du mandat présidentiel, était de prendre acte des profonds changements qui étaient intervenus dans l’organisation territoriale de la France au cours du quinquennat précédent : création de grandes régions, transformation des périmètres des établissements publics de coopération intercommunale. Ces transformations ont bouleversé le paysage local et ont imposé aux élus locaux, qu’ils soient intercommunaux ou régionaux, de s’adapter, de mettre en place de nouvelles politiques publiques, de consacrer beaucoup de temps, beaucoup d’énergie et souvent beaucoup de talent à ce nouveau cap.

Le Président de la République a indiqué très clairement qu’il ne s’agissait pas, après ce big bang intervenu au cours du mandat précédent, de créer un nouveau désordre, un nouveau big bang ou de détricoter ce qu’il avait été auparavant. Mais il a indiqué qu’il souhaitait, dès lors que les élus locaux y étaient prêts, dès lors qu’ils étaient volontaires, que puisse être possible de modifier les organisations locales pour prendre en compte les spécificités de chaque territoire. Autrement dit, nous passions d’une logique du big bang permanent à une logique du «cousu main» lorsque c’était possible et lorsque c’était nécessaire.

Accompagner les initiatives locales, ça a été, s’agissant de la région Grand-Est et de l’Alsace, entendre et comprendre ce désir d’Alsace exprimé par les Alsaciens et par les élus.

Nous avons d’abord souhaité, une fois que ces revendications, ces demandes ont été formulées, créer les conditions d’un dialogue aussi apaisé que possible.

C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à la fin janvier 2018 au préfet de la région Grand-Est, Jean-Luc MARX, de mener un exercice de concertation sur cette question institutionnelle de l’Alsace et de me faire part de ses propositions.

Le préfet, après avoir consulté en Alsace et dans l’ensemble de la région Grand-Est, a retenu un certain nombre de solutions et notamment une solution de rapprochement consistant à marier les deux départements dans un nouvel ensemble, lequel se verrait confier dans le cadre du pouvoir de différenciation, prévu par la réforme constitutionnelle, des compétences essentielles au vu de son caractère transfrontalier très marqué.

Sur la base de ce rapport rendu public parce que nous avons souhaité qu’il soit versé au débat public, j’ai demandé à Jacqueline GOURAULT de recevoir l’ensemble des élus et de faire des propositions avec les élus, de lancer les discussions pour aboutir à la meilleure solution envisageable. C’est ce qu’elle a fait en se rendant à plusieurs reprises en Alsace, en consultant l’ensemble des acteurs institutionnels, les élus locaux bien entendu, les parlementaires, les présidents d’établissements publics de coopération intercommunale, les associations de maires et les forces économiques du territoire. Et je voudrais, puisqu’elle est ici à mes côtés, lui rendre hommage pour la qualité de l’écoute, la qualité du travail réalisé, la qualité de la confiance qu’elle a su, je crois, faire naître avec l’ensemble des parties prenantes en Alsace et dans le Grand-Est en général.

Elle a travaillé en liens étroits avec les autres ministres concernés – le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER, la ministre des Transports, Elisabeth BORNE – pour tester toutes les hypothèses de différenciation avant la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle. Le dialogue approfondi qu’elle a mené, nous a permis d’aboutir à une déclaration commune que nous venons de signer avec Jean ROTTNER,  Brigitte KLINKERT et Frédéric BIERRY.

Cette déclaration commune, c’est, je l’ai dit, du « cousu main ». C’est la volonté de faire de la collectivité d’Alsace une collectivité en avance par rapport à ce que pourra être le schéma institutionnel demain, c’est-à-dire de partir de la base des compétences départementales des deux départements alsaciens pour créer une collectivité dotée de compétences particulières et supplémentaires.

Le travail que nous avons lancé s’inscrit dans quatre grandes têtes de chapitres : d’abord la dimension transfrontalière du projet de nouvelle collectivité, qui vise à construire un cadre de coopération plus efficace et plus propice dans l’esprit, qui a d’ailleurs été défendu par le député WASERMAN dans son rapport de mai 2018, sur la renégociation du traité de l’Elysée. L’idée, c’est de prendre en compte la spécificité à la fois géographique et historique de ce territoire alsacien et de confier une responsabilité à cette collectivité en matière de dialogue et en matière d’organisation transfrontalière.

Le renforcement du bilinguisme, qui n’est pas une spécificité des deux départements alsaciens mais qui est une très forte particularité. Nous voulons faire en sorte que l’Etat confie un certain nombre de compétences à la collectivité ainsi créée pour qu’elle puisse participer au développement du bilinguisme et du multilinguisme puisque l’ensemble de ces objectifs figurent au programme des deux présidents.

Dans le cadre de la loi NOTRe, la nouvelle collectivité pourra développer un soutien aux activités du territoire et participer aux actions menées par l’Agence de développement d’Alsace. La collectivité d’Alsace leur donnera la politique du tourisme sur son territoire, en lien avec les autres collectivités territoriales.

Et puis enfin, dans le cadre des mobilités qui sont là aussi un enjeu considérable et un atout considérable pour l’Alsace, le Gouvernement a accepté de faire un pas en avant significatif en transférant son réseau de routes nationales, et notamment l’autoroute A35, à la nouvelle collectivité.

Autant de champs dans lesquels nous avons cherché à faire du « cousu main » pour l’Alsace, comme nous voulons le faire pour l’ensemble des territoires dans la logique de différenciation. Le premier socle de compétences pourra être complété par le législateur grâce au principe de différenciation inscrit dans le projet de révision constitutionnelle. Vous comprenez bien que l’objectif, c’est de faire d’ores et déjà, avant la révision constitutionnelle de la collectivité d’Alsace, une collectivité dotée de pouvoirs supplémentaires et particuliers. Bien entendu, une fois le projet de révision constitutionnelle adapté, il sera possible pour l’Alsace comme d’ailleurs pour tous les autres territoires, de pousser cette logique de différenciation si elle le souhaite et dans le respect là encore de la règle constitutionnelle et de la loi.

Cette déclaration commune que nous avons signée, qui est un document d’une dizaine de pages, est à la fois l’aboutissement d’un processus de discussion, de négociation à certains égards, mais est aussi un commencement en ce qu’elle marque le début de la construction du nouveau modèle.

Juridiquement, elle se  traduira par la création de la collectivité européenne d’Alsace par décret en Conseil d’Etat si les assemblées délibérantes des deux Conseils départementaux en décident ainsi. Bien entendu, il leur appartient d’abord de se prononcer.

De façon concomitante et à l’horizon du 1er janvier 2021, il appartiendra au législateur d’adopter un texte permettant de doter cette nouvelle collectivité des compétences particulières et supplémentaires dont nous voulons la doter. L’objectif, c’est donc de tenir les engagements que nous avons pris ensemble, de faire en sorte que tout cela devienne une réalité au 1er janvier 2021.

Je voudrais terminer en disant que le cadre que nous avions fixé au début de nos discussions, est un cadre qui a été respecté ; la pérennité, l’intégrité de la région Grand-Est, la prise en compte des spécificités du territoire et de la collectivité d’Alsace, le souci d’un travail collectif en bonne intelligence, en discutant avec les élus, en procédant de manière itérative, en organisant et en construisant la confiance.

Je dois dire qu’aujourd’hui, au moment où nous avons signé cette déclaration commune, je suis d’abord très reconnaissant aux trois présidents qui ont mené les débats avec nous, très reconnaissant à madame Jacqueline GOURAULT de la qualité du travail effectué et très confiant sur la capacité que nous aurons progressivement à respecter les principes et à faire en sorte que nous puissions in concreto donner la souplesse nécessaire aux territoires qui la demandent, pour pouvoir avancer. Je me méfie des grands discours en la matière mais je crois beaucoup aux réalisations et aux engagements pris par chacun. Nous avons là l’opportunité de prendre en compte des spécificités locales tout en respectant les principes importants que nous nous sommes fixés.

Je vous remercie.

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE Premier ministre – Rencontre avec les élus d’Alsace – 29.10.2018

Déclaration du Premier ministre lors de la rencontre avec les élus d’Alsace

lundi 29 octobre 2018 - 21:58

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre

Rencontre avec les élus d’Alsace
 

Lundi 29 octobre 2018

Hôtel de Matignon

 

Seul le prononcé fait foi

 

Bonjour,

J’ai souhaité réunir aujourd’hui à l’Hôtel de Matignon les élus alsaciens et singulièrement les deux présidents des Conseils départementaux et le président du Conseil régional de la région Grand-Est.

Cette réunion que nous venons d’organiser s’inscrit dans la continuité des engagements qui ont été pris par le Président de la République lors de l’installation de la Conférence nationale des territoires. Le cap que nous nous étions fixé en matière institutionnelle au début du mandat présidentiel, était de prendre acte des profonds changements qui étaient intervenus dans l’organisation territoriale de la France au cours du quinquennat précédent : création de grandes régions, transformation des périmètres des établissements publics de coopération intercommunale. Ces transformations ont bouleversé le paysage local et ont imposé aux élus locaux, qu’ils soient intercommunaux ou régionaux, de s’adapter, de mettre en place de nouvelles politiques publiques, de consacrer beaucoup de temps, beaucoup d’énergie et souvent beaucoup de talent à ce nouveau cap.

Le Président de la République a indiqué très clairement qu’il ne s’agissait pas, après ce big bang intervenu au cours du mandat précédent, de créer un nouveau désordre, un nouveau big bang ou de détricoter ce qu’il avait été auparavant. Mais il a indiqué qu’il souhaitait, dès lors que les élus locaux y étaient prêts, dès lors qu’ils étaient volontaires, que puisse être possible de modifier les organisations locales pour prendre en compte les spécificités de chaque territoire. Autrement dit, nous passions d’une logique du big bang permanent à une logique du «cousu main» lorsque c’était possible et lorsque c’était nécessaire.

Accompagner les initiatives locales, ça a été, s’agissant de la région Grand-Est et de l’Alsace, entendre et comprendre ce désir d’Alsace exprimé par les Alsaciens et par les élus.

Nous avons d’abord souhaité, une fois que ces revendications, ces demandes ont été formulées, créer les conditions d’un dialogue aussi apaisé que possible.

C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à la fin janvier 2018 au préfet de la région Grand-Est, Jean-Luc MARX, de mener un exercice de concertation sur cette question institutionnelle de l’Alsace et de me faire part de ses propositions.

Le préfet, après avoir consulté en Alsace et dans l’ensemble de la région Grand-Est, a retenu un certain nombre de solutions et notamment une solution de rapprochement consistant à marier les deux départements dans un nouvel ensemble, lequel se verrait confier dans le cadre du pouvoir de différenciation, prévu par la réforme constitutionnelle, des compétences essentielles au vu de son caractère transfrontalier très marqué.

Sur la base de ce rapport rendu public parce que nous avons souhaité qu’il soit versé au débat public, j’ai demandé à Jacqueline GOURAULT de recevoir l’ensemble des élus et de faire des propositions avec les élus, de lancer les discussions pour aboutir à la meilleure solution envisageable. C’est ce qu’elle a fait en se rendant à plusieurs reprises en Alsace, en consultant l’ensemble des acteurs institutionnels, les élus locaux bien entendu, les parlementaires, les présidents d’établissements publics de coopération intercommunale, les associations de maires et les forces économiques du territoire. Et je voudrais, puisqu’elle est ici à mes côtés, lui rendre hommage pour la qualité de l’écoute, la qualité du travail réalisé, la qualité de la confiance qu’elle a su, je crois, faire naître avec l’ensemble des parties prenantes en Alsace et dans le Grand-Est en général.

Elle a travaillé en liens étroits avec les autres ministres concernés – le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER, la ministre des Transports, Elisabeth BORNE – pour tester toutes les hypothèses de différenciation avant la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle. Le dialogue approfondi qu’elle a mené, nous a permis d’aboutir à une déclaration commune que nous venons de signer avec Jean ROTTNER,  Brigitte KLINKERT et Frédéric BIERRY.

Cette déclaration commune, c’est, je l’ai dit, du « cousu main ». C’est la volonté de faire de la collectivité d’Alsace une collectivité en avance par rapport à ce que pourra être le schéma institutionnel demain, c’est-à-dire de partir de la base des compétences départementales des deux départements alsaciens pour créer une collectivité dotée de compétences particulières et supplémentaires.

Le travail que nous avons lancé s’inscrit dans quatre grandes têtes de chapitres : d’abord la dimension transfrontalière du projet de nouvelle collectivité, qui vise à construire un cadre de coopération plus efficace et plus propice dans l’esprit, qui a d’ailleurs été défendu par le député WASERMAN dans son rapport de mai 2018, sur la renégociation du traité de l’Elysée. L’idée, c’est de prendre en compte la spécificité à la fois géographique et historique de ce territoire alsacien et de confier une responsabilité à cette collectivité en matière de dialogue et en matière d’organisation transfrontalière.

Le renforcement du bilinguisme, qui n’est pas une spécificité des deux départements alsaciens mais qui est une très forte particularité. Nous voulons faire en sorte que l’Etat confie un certain nombre de compétences à la collectivité ainsi créée pour qu’elle puisse participer au développement du bilinguisme et du multilinguisme puisque l’ensemble de ces objectifs figurent au programme des deux présidents.

Dans le cadre de la loi NOTRe, la nouvelle collectivité pourra développer un soutien aux activités du territoire et participer aux actions menées par l’Agence de développement d’Alsace. La collectivité d’Alsace leur donnera la politique du tourisme sur son territoire, en lien avec les autres collectivités territoriales.

Et puis enfin, dans le cadre des mobilités qui sont là aussi un enjeu considérable et un atout considérable pour l’Alsace, le Gouvernement a accepté de faire un pas en avant significatif en transférant son réseau de routes nationales, et notamment l’autoroute A35, à la nouvelle collectivité.

Autant de champs dans lesquels nous avons cherché à faire du « cousu main » pour l’Alsace, comme nous voulons le faire pour l’ensemble des territoires dans la logique de différenciation. Le premier socle de compétences pourra être complété par le législateur grâce au principe de différenciation inscrit dans le projet de révision constitutionnelle. Vous comprenez bien que l’objectif, c’est de faire d’ores et déjà, avant la révision constitutionnelle de la collectivité d’Alsace, une collectivité dotée de pouvoirs supplémentaires et particuliers. Bien entendu, une fois le projet de révision constitutionnelle adapté, il sera possible pour l’Alsace comme d’ailleurs pour tous les autres territoires, de pousser cette logique de différenciation si elle le souhaite et dans le respect là encore de la règle constitutionnelle et de la loi.

Cette déclaration commune que nous avons signée, qui est un document d’une dizaine de pages, est à la fois l’aboutissement d’un processus de discussion, de négociation à certains égards, mais est aussi un commencement en ce qu’elle marque le début de la construction du nouveau modèle.

Juridiquement, elle se  traduira par la création de la collectivité européenne d’Alsace par décret en Conseil d’Etat si les assemblées délibérantes des deux Conseils départementaux en décident ainsi. Bien entendu, il leur appartient d’abord de se prononcer.

De façon concomitante et à l’horizon du 1er janvier 2021, il appartiendra au législateur d’adopter un texte permettant de doter cette nouvelle collectivité des compétences particulières et supplémentaires dont nous voulons la doter. L’objectif, c’est donc de tenir les engagements que nous avons pris ensemble, de faire en sorte que tout cela devienne une réalité au 1er janvier 2021.

Je voudrais terminer en disant que le cadre que nous avions fixé au début de nos discussions, est un cadre qui a été respecté ; la pérennité, l’intégrité de la région Grand-Est, la prise en compte des spécificités du territoire et de la collectivité d’Alsace, le souci d’un travail collectif en bonne intelligence, en discutant avec les élus, en procédant de manière itérative, en organisant et en construisant la confiance.

Je dois dire qu’aujourd’hui, au moment où nous avons signé cette déclaration commune, je suis d’abord très reconnaissant aux trois présidents qui ont mené les débats avec nous, très reconnaissant à madame Jacqueline GOURAULT de la qualité du travail effectué et très confiant sur la capacité que nous aurons progressivement à respecter les principes et à faire en sorte que nous puissions in concreto donner la souplesse nécessaire aux territoires qui la demandent, pour pouvoir avancer. Je me méfie des grands discours en la matière mais je crois beaucoup aux réalisations et aux engagements pris par chacun. Nous avons là l’opportunité de prendre en compte des spécificités locales tout en respectant les principes importants que nous nous sommes fixés.

Je vous remercie.

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE Premier ministre – Rencontre avec les élus d’Alsace – 29.10.2018

Déclaration du Premier ministre lors de la rencontre avec les élus d’Alsace

lundi 29 octobre 2018 - 21:58

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre

Rencontre avec les élus d’Alsace
 

Lundi 29 octobre 2018

Hôtel de Matignon

 

Seul le prononcé fait foi

 

Bonjour,

J’ai souhaité réunir aujourd’hui à l’Hôtel de Matignon les élus alsaciens et singulièrement les deux présidents des Conseils départementaux et le président du Conseil régional de la région Grand-Est.

Cette réunion que nous venons d’organiser s’inscrit dans la continuité des engagements qui ont été pris par le Président de la République lors de l’installation de la Conférence nationale des territoires. Le cap que nous nous étions fixé en matière institutionnelle au début du mandat présidentiel, était de prendre acte des profonds changements qui étaient intervenus dans l’organisation territoriale de la France au cours du quinquennat précédent : création de grandes régions, transformation des périmètres des établissements publics de coopération intercommunale. Ces transformations ont bouleversé le paysage local et ont imposé aux élus locaux, qu’ils soient intercommunaux ou régionaux, de s’adapter, de mettre en place de nouvelles politiques publiques, de consacrer beaucoup de temps, beaucoup d’énergie et souvent beaucoup de talent à ce nouveau cap.

Le Président de la République a indiqué très clairement qu’il ne s’agissait pas, après ce big bang intervenu au cours du mandat précédent, de créer un nouveau désordre, un nouveau big bang ou de détricoter ce qu’il avait été auparavant. Mais il a indiqué qu’il souhaitait, dès lors que les élus locaux y étaient prêts, dès lors qu’ils étaient volontaires, que puisse être possible de modifier les organisations locales pour prendre en compte les spécificités de chaque territoire. Autrement dit, nous passions d’une logique du big bang permanent à une logique du «cousu main» lorsque c’était possible et lorsque c’était nécessaire.

Accompagner les initiatives locales, ça a été, s’agissant de la région Grand-Est et de l’Alsace, entendre et comprendre ce désir d’Alsace exprimé par les Alsaciens et par les élus.

Nous avons d’abord souhaité, une fois que ces revendications, ces demandes ont été formulées, créer les conditions d’un dialogue aussi apaisé que possible.

C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à la fin janvier 2018 au préfet de la région Grand-Est, Jean-Luc MARX, de mener un exercice de concertation sur cette question institutionnelle de l’Alsace et de me faire part de ses propositions.

Le préfet, après avoir consulté en Alsace et dans l’ensemble de la région Grand-Est, a retenu un certain nombre de solutions et notamment une solution de rapprochement consistant à marier les deux départements dans un nouvel ensemble, lequel se verrait confier dans le cadre du pouvoir de différenciation, prévu par la réforme constitutionnelle, des compétences essentielles au vu de son caractère transfrontalier très marqué.

Sur la base de ce rapport rendu public parce que nous avons souhaité qu’il soit versé au débat public, j’ai demandé à Jacqueline GOURAULT de recevoir l’ensemble des élus et de faire des propositions avec les élus, de lancer les discussions pour aboutir à la meilleure solution envisageable. C’est ce qu’elle a fait en se rendant à plusieurs reprises en Alsace, en consultant l’ensemble des acteurs institutionnels, les élus locaux bien entendu, les parlementaires, les présidents d’établissements publics de coopération intercommunale, les associations de maires et les forces économiques du territoire. Et je voudrais, puisqu’elle est ici à mes côtés, lui rendre hommage pour la qualité de l’écoute, la qualité du travail réalisé, la qualité de la confiance qu’elle a su, je crois, faire naître avec l’ensemble des parties prenantes en Alsace et dans le Grand-Est en général.

Elle a travaillé en liens étroits avec les autres ministres concernés – le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER, la ministre des Transports, Elisabeth BORNE – pour tester toutes les hypothèses de différenciation avant la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle. Le dialogue approfondi qu’elle a mené, nous a permis d’aboutir à une déclaration commune que nous venons de signer avec Jean ROTTNER,  Brigitte KLINKERT et Frédéric BIERRY.

Cette déclaration commune, c’est, je l’ai dit, du « cousu main ». C’est la volonté de faire de la collectivité d’Alsace une collectivité en avance par rapport à ce que pourra être le schéma institutionnel demain, c’est-à-dire de partir de la base des compétences départementales des deux départements alsaciens pour créer une collectivité dotée de compétences particulières et supplémentaires.

Le travail que nous avons lancé s’inscrit dans quatre grandes têtes de chapitres : d’abord la dimension transfrontalière du projet de nouvelle collectivité, qui vise à construire un cadre de coopération plus efficace et plus propice dans l’esprit, qui a d’ailleurs été défendu par le député WASERMAN dans son rapport de mai 2018, sur la renégociation du traité de l’Elysée. L’idée, c’est de prendre en compte la spécificité à la fois géographique et historique de ce territoire alsacien et de confier une responsabilité à cette collectivité en matière de dialogue et en matière d’organisation transfrontalière.

Le renforcement du bilinguisme, qui n’est pas une spécificité des deux départements alsaciens mais qui est une très forte particularité. Nous voulons faire en sorte que l’Etat confie un certain nombre de compétences à la collectivité ainsi créée pour qu’elle puisse participer au développement du bilinguisme et du multilinguisme puisque l’ensemble de ces objectifs figurent au programme des deux présidents.

Dans le cadre de la loi NOTRe, la nouvelle collectivité pourra développer un soutien aux activités du territoire et participer aux actions menées par l’Agence de développement d’Alsace. La collectivité d’Alsace leur donnera la politique du tourisme sur son territoire, en lien avec les autres collectivités territoriales.

Et puis enfin, dans le cadre des mobilités qui sont là aussi un enjeu considérable et un atout considérable pour l’Alsace, le Gouvernement a accepté de faire un pas en avant significatif en transférant son réseau de routes nationales, et notamment l’autoroute A35, à la nouvelle collectivité.

Autant de champs dans lesquels nous avons cherché à faire du « cousu main » pour l’Alsace, comme nous voulons le faire pour l’ensemble des territoires dans la logique de différenciation. Le premier socle de compétences pourra être complété par le législateur grâce au principe de différenciation inscrit dans le projet de révision constitutionnelle. Vous comprenez bien que l’objectif, c’est de faire d’ores et déjà, avant la révision constitutionnelle de la collectivité d’Alsace, une collectivité dotée de pouvoirs supplémentaires et particuliers. Bien entendu, une fois le projet de révision constitutionnelle adapté, il sera possible pour l’Alsace comme d’ailleurs pour tous les autres territoires, de pousser cette logique de différenciation si elle le souhaite et dans le respect là encore de la règle constitutionnelle et de la loi.

Cette déclaration commune que nous avons signée, qui est un document d’une dizaine de pages, est à la fois l’aboutissement d’un processus de discussion, de négociation à certains égards, mais est aussi un commencement en ce qu’elle marque le début de la construction du nouveau modèle.

Juridiquement, elle se  traduira par la création de la collectivité européenne d’Alsace par décret en Conseil d’Etat si les assemblées délibérantes des deux Conseils départementaux en décident ainsi. Bien entendu, il leur appartient d’abord de se prononcer.

De façon concomitante et à l’horizon du 1er janvier 2021, il appartiendra au législateur d’adopter un texte permettant de doter cette nouvelle collectivité des compétences particulières et supplémentaires dont nous voulons la doter. L’objectif, c’est donc de tenir les engagements que nous avons pris ensemble, de faire en sorte que tout cela devienne une réalité au 1er janvier 2021.

Je voudrais terminer en disant que le cadre que nous avions fixé au début de nos discussions, est un cadre qui a été respecté ; la pérennité, l’intégrité de la région Grand-Est, la prise en compte des spécificités du territoire et de la collectivité d’Alsace, le souci d’un travail collectif en bonne intelligence, en discutant avec les élus, en procédant de manière itérative, en organisant et en construisant la confiance.

Je dois dire qu’aujourd’hui, au moment où nous avons signé cette déclaration commune, je suis d’abord très reconnaissant aux trois présidents qui ont mené les débats avec nous, très reconnaissant à madame Jacqueline GOURAULT de la qualité du travail effectué et très confiant sur la capacité que nous aurons progressivement à respecter les principes et à faire en sorte que nous puissions in concreto donner la souplesse nécessaire aux territoires qui la demandent, pour pouvoir avancer. Je me méfie des grands discours en la matière mais je crois beaucoup aux réalisations et aux engagements pris par chacun. Nous avons là l’opportunité de prendre en compte des spécificités locales tout en respectant les principes importants que nous nous sommes fixés.

Je vous remercie.

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE Premier ministre – Rencontre avec les élus d’Alsace – 29.10.2018

Déclaration du Premier ministre lors de la rencontre avec les élus d’Alsace

lundi 29 octobre 2018 - 21:58

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE, Premier ministre

Rencontre avec les élus d’Alsace
 

Lundi 29 octobre 2018

Hôtel de Matignon

 

Seul le prononcé fait foi

 

Bonjour,

J’ai souhaité réunir aujourd’hui à l’Hôtel de Matignon les élus alsaciens et singulièrement les deux présidents des Conseils départementaux et le président du Conseil régional de la région Grand-Est.

Cette réunion que nous venons d’organiser s’inscrit dans la continuité des engagements qui ont été pris par le Président de la République lors de l’installation de la Conférence nationale des territoires. Le cap que nous nous étions fixé en matière institutionnelle au début du mandat présidentiel, était de prendre acte des profonds changements qui étaient intervenus dans l’organisation territoriale de la France au cours du quinquennat précédent : création de grandes régions, transformation des périmètres des établissements publics de coopération intercommunale. Ces transformations ont bouleversé le paysage local et ont imposé aux élus locaux, qu’ils soient intercommunaux ou régionaux, de s’adapter, de mettre en place de nouvelles politiques publiques, de consacrer beaucoup de temps, beaucoup d’énergie et souvent beaucoup de talent à ce nouveau cap.

Le Président de la République a indiqué très clairement qu’il ne s’agissait pas, après ce big bang intervenu au cours du mandat précédent, de créer un nouveau désordre, un nouveau big bang ou de détricoter ce qu’il avait été auparavant. Mais il a indiqué qu’il souhaitait, dès lors que les élus locaux y étaient prêts, dès lors qu’ils étaient volontaires, que puisse être possible de modifier les organisations locales pour prendre en compte les spécificités de chaque territoire. Autrement dit, nous passions d’une logique du big bang permanent à une logique du «cousu main» lorsque c’était possible et lorsque c’était nécessaire.

Accompagner les initiatives locales, ça a été, s’agissant de la région Grand-Est et de l’Alsace, entendre et comprendre ce désir d’Alsace exprimé par les Alsaciens et par les élus.

Nous avons d’abord souhaité, une fois que ces revendications, ces demandes ont été formulées, créer les conditions d’un dialogue aussi apaisé que possible.

C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à la fin janvier 2018 au préfet de la région Grand-Est, Jean-Luc MARX, de mener un exercice de concertation sur cette question institutionnelle de l’Alsace et de me faire part de ses propositions.

Le préfet, après avoir consulté en Alsace et dans l’ensemble de la région Grand-Est, a retenu un certain nombre de solutions et notamment une solution de rapprochement consistant à marier les deux départements dans un nouvel ensemble, lequel se verrait confier dans le cadre du pouvoir de différenciation, prévu par la réforme constitutionnelle, des compétences essentielles au vu de son caractère transfrontalier très marqué.

Sur la base de ce rapport rendu public parce que nous avons souhaité qu’il soit versé au débat public, j’ai demandé à Jacqueline GOURAULT de recevoir l’ensemble des élus et de faire des propositions avec les élus, de lancer les discussions pour aboutir à la meilleure solution envisageable. C’est ce qu’elle a fait en se rendant à plusieurs reprises en Alsace, en consultant l’ensemble des acteurs institutionnels, les élus locaux bien entendu, les parlementaires, les présidents d’établissements publics de coopération intercommunale, les associations de maires et les forces économiques du territoire. Et je voudrais, puisqu’elle est ici à mes côtés, lui rendre hommage pour la qualité de l’écoute, la qualité du travail réalisé, la qualité de la confiance qu’elle a su, je crois, faire naître avec l’ensemble des parties prenantes en Alsace et dans le Grand-Est en général.

Elle a travaillé en liens étroits avec les autres ministres concernés – le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel BLANQUER, la ministre des Transports, Elisabeth BORNE – pour tester toutes les hypothèses de différenciation avant la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle. Le dialogue approfondi qu’elle a mené, nous a permis d’aboutir à une déclaration commune que nous venons de signer avec Jean ROTTNER,  Brigitte KLINKERT et Frédéric BIERRY.

Cette déclaration commune, c’est, je l’ai dit, du « cousu main ». C’est la volonté de faire de la collectivité d’Alsace une collectivité en avance par rapport à ce que pourra être le schéma institutionnel demain, c’est-à-dire de partir de la base des compétences départementales des deux départements alsaciens pour créer une collectivité dotée de compétences particulières et supplémentaires.

Le travail que nous avons lancé s’inscrit dans quatre grandes têtes de chapitres : d’abord la dimension transfrontalière du projet de nouvelle collectivité, qui vise à construire un cadre de coopération plus efficace et plus propice dans l’esprit, qui a d’ailleurs été défendu par le député WASERMAN dans son rapport de mai 2018, sur la renégociation du traité de l’Elysée. L’idée, c’est de prendre en compte la spécificité à la fois géographique et historique de ce territoire alsacien et de confier une responsabilité à cette collectivité en matière de dialogue et en matière d’organisation transfrontalière.

Le renforcement du bilinguisme, qui n’est pas une spécificité des deux départements alsaciens mais qui est une très forte particularité. Nous voulons faire en sorte que l’Etat confie un certain nombre de compétences à la collectivité ainsi créée pour qu’elle puisse participer au développement du bilinguisme et du multilinguisme puisque l’ensemble de ces objectifs figurent au programme des deux présidents.

Dans le cadre de la loi NOTRe, la nouvelle collectivité pourra développer un soutien aux activités du territoire et participer aux actions menées par l’Agence de développement d’Alsace. La collectivité d’Alsace leur donnera la politique du tourisme sur son territoire, en lien avec les autres collectivités territoriales.

Et puis enfin, dans le cadre des mobilités qui sont là aussi un enjeu considérable et un atout considérable pour l’Alsace, le Gouvernement a accepté de faire un pas en avant significatif en transférant son réseau de routes nationales, et notamment l’autoroute A35, à la nouvelle collectivité.

Autant de champs dans lesquels nous avons cherché à faire du « cousu main » pour l’Alsace, comme nous voulons le faire pour l’ensemble des territoires dans la logique de différenciation. Le premier socle de compétences pourra être complété par le législateur grâce au principe de différenciation inscrit dans le projet de révision constitutionnelle. Vous comprenez bien que l’objectif, c’est de faire d’ores et déjà, avant la révision constitutionnelle de la collectivité d’Alsace, une collectivité dotée de pouvoirs supplémentaires et particuliers. Bien entendu, une fois le projet de révision constitutionnelle adapté, il sera possible pour l’Alsace comme d’ailleurs pour tous les autres territoires, de pousser cette logique de différenciation si elle le souhaite et dans le respect là encore de la règle constitutionnelle et de la loi.

Cette déclaration commune que nous avons signée, qui est un document d’une dizaine de pages, est à la fois l’aboutissement d’un processus de discussion, de négociation à certains égards, mais est aussi un commencement en ce qu’elle marque le début de la construction du nouveau modèle.

Juridiquement, elle se  traduira par la création de la collectivité européenne d’Alsace par décret en Conseil d’Etat si les assemblées délibérantes des deux Conseils départementaux en décident ainsi. Bien entendu, il leur appartient d’abord de se prononcer.

De façon concomitante et à l’horizon du 1er janvier 2021, il appartiendra au législateur d’adopter un texte permettant de doter cette nouvelle collectivité des compétences particulières et supplémentaires dont nous voulons la doter. L’objectif, c’est donc de tenir les engagements que nous avons pris ensemble, de faire en sorte que tout cela devienne une réalité au 1er janvier 2021.

Je voudrais terminer en disant que le cadre que nous avions fixé au début de nos discussions, est un cadre qui a été respecté ; la pérennité, l’intégrité de la région Grand-Est, la prise en compte des spécificités du territoire et de la collectivité d’Alsace, le souci d’un travail collectif en bonne intelligence, en discutant avec les élus, en procédant de manière itérative, en organisant et en construisant la confiance.

Je dois dire qu’aujourd’hui, au moment où nous avons signé cette déclaration commune, je suis d’abord très reconnaissant aux trois présidents qui ont mené les débats avec nous, très reconnaissant à madame Jacqueline GOURAULT de la qualité du travail effectué et très confiant sur la capacité que nous aurons progressivement à respecter les principes et à faire en sorte que nous puissions in concreto donner la souplesse nécessaire aux territoires qui la demandent, pour pouvoir avancer. Je me méfie des grands discours en la matière mais je crois beaucoup aux réalisations et aux engagements pris par chacun. Nous avons là l’opportunité de prendre en compte des spécificités locales tout en respectant les principes importants que nous nous sommes fixés.

Je vous remercie.

Déclaration de M. Édouard PHILIPPE Premier ministre – Rencontre avec les élus d’Alsace – 29.10.2018

Procès de l’abattoir de Mauléon : un jugement non dissuasif

lundi 29 octobre 2018 - 19:29

Le tribunal de Pau a rendu ce lundi 29 octobre sa décision concernant les faits qui ont été filmés à l’abattoir de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques) en mars 2016.
en lire plus

Comment les constructeurs automobiles pourraient "renforcer la prime à la conversion"

lundi 29 octobre 2018 - 19:20

A l’issue d’une réunion avec plusieurs représentants de constructeurs automobiles, Bruno Le Maire et François de Rugy ont confirmé la piste d’une surprime à la conversion, supportée par les fabricants de voitures. Sans oublier les véhicules d’occasion. La décision définitive doit être prise « d’ici […] 

Bernard Monot : la Commission européenne contre la volonté du peuple italien.

lundi 29 octobre 2018 - 19:14

Slider Accueil: non

Bruno Le Maire, parrain de la 11ème édition de la Semaine de la finance solidaire

lundi 29 octobre 2018 - 18:50

 

Aux Etats-Unis, Transdev obligé d’arrêter son projet de navette scolaire autonome

lundi 29 octobre 2018 - 18:30

L’administration fédérale américaine a décidé d’arrêter le projet de navette scolaire lancé par Transdev dans une commune de Floride. Alors qu’elle devait durer six semaines, l’expérimentation a été stoppée au bout de cinq, apparemment pour des raisons de sécurité. En septembre dernier, […] 

La start-up française Citio propose un outil d’optimisation des flux des transports en commun

lundi 29 octobre 2018 - 18:17

La start-up française Citio, née au sein de RATP Dev, propose des outils d’analyse de données et d’optimisation des flux des lignes de transport en commun aux collectivités et opérateurs de transport. L’objectif étant d’améliorer le confort des passagers et le fonctionnement des bus, tramways et métros. Citio a officiellement […] 

Démarrage repoussé pour la bioraffinerie de Total… mais feuille de route maintenue

lundi 29 octobre 2018 - 18:00

Initialement annoncée pour l’été 2018, la mise en service de la bioraffinerie de Total à La Mède (Bouches-du-Rhône) a été reportée au 1er trimestre 2019, selon la direction financi&egr…

Le Royaume-Uni va taxer les géants du numérique à partir de 2020

lundi 29 octobre 2018 - 17:58

Le 29 octobre, le gouvernement britannique a annoncé l’instauration en 2020 d’une taxe qui concernera les géants du numérique comme Amazon, Facebook et Google. Cette mesure devrait perturber les négociations entre le Royaume-Uni et les États-Unis sur de nouveaux accord commerciaux, en contexte de Brexit. Le gouvernement britannique a annoncé le […] 

Les cinq chiffres-clés à retenir du contrat de filière "Industriels de la mer"

lundi 29 octobre 2018 - 17:30

Dans la foulée d’Euronaval, Hervé Guillou, président du comité stratégique de filière et président du GICAN, a signé le 29 octobre avec le gouvernement un contrat de filière « Industriels de la mer ». Voilà ce qu’il contient en cinq chiffres-clés. 4 secteurs C’est le nombre de secteurs qui […] 

En Nouvelle Calédonie, la réouverture du site de Kouaoua de la Société Le Nickel

lundi 29 octobre 2018 - 17:00

Fermé depuis le 6 août, le centre minier de Kouaoua en Nouvelle Calédonie a rouvert le 25 octobre. Il était temps pour la Société Le Nickel (SNL), filiale d’Eramet, qui estime la contribution du site essen…

EasyJet repousse à 2030 son objectif de déploiement d’avions de ligne électriques

lundi 29 octobre 2018 - 16:39

Le 29 octobre, EasyJet a repoussé de 2027 à 2030 son objectif d’utilisation d’avions de ligne à propulsion électrique. Des essais en vol sont prévus en 2019 avec un moteur électrique fabriqué par la start-up américaine Wright. Les constructeurs aéronautiques sont aussi dans la course pour développer cette technologie. […] 

Microsoft lance Maquette, un logiciel de création et prototypage en réalité virtuelle

lundi 29 octobre 2018 - 16:30

Après Google et Facebook, c’est au tour de Microsoft de sortir un logiciel de création 3D pensé pour la réalité virtuelle. L’outil en question se nomme Maquette et est disponible en beta fermée. Il semble se destiner à l’idéation et au prototypage. Microsoft a discrètement lancé la semaine dernière un nouvel […] 

Le géant chinois Tianqi se fait une place chez SQM et devient leader du lithium

lundi 29 octobre 2018 - 16:30

La Cour constitutionnelle chilienne a rendu son verdict. Le chinois Tianqi, géant du lithium, est autorisé à acheter 24% de la société minière SQM, son concurrent, et se positionne en leader sur le march&eacute…

Pour une fédération des acteurs européens de l’IA

lundi 29 octobre 2018 - 16:00

Le monde de l’IA est aujourd’hui dominé par les GAFAM américains et les BATX chinois, mais qu’en est-il de l’Europe – est-elle en mesure de concurrencer ces géants technologiques sur le terrain de l’IA? La question est cruciale quand on sait que tous les secteurs économiques sont impactés par l’IA et que celle-ci ne cesse de […] 

Comment l’Etat veut faire bouger la fonction publique

lundi 29 octobre 2018 - 15:30

Le Premier ministre a présenté lundi 29 octobre les grandes lignes de la transformation de l’Etat. Déconcentration, responsabilisation, efficacité sont au programme. S’il l’exécutif réit&egrav…

L’impardonnable insulte macronienne à l’amitié franco-allemande

lundi 29 octobre 2018 - 15:03

A l’instar de son prédécesseur Jacques Chirac qui avait préféré participer à la commémoration de Trafalgar plutôt qu’à celle d’Austerlitz, et qui restera convaincu jusqu’à la mort que la seule date méritant d’être retenue dans l’Histoire de France est …

La prime à la conversion renforcée? Le gouvernement demande aux constructeurs automobiles de participer

lundi 29 octobre 2018 - 15:00

Faire participer les constructeurs automobiles à la prime à la conversion des véhicules, c’est le souhait du gouvernement. Lundi 29 octobre après-midi, les ministres de l’Économie et de la Transition écologique rencontrent les dirigeants de plusieurs entreprises. Renforcer les aides pour les voitures hybrides rechargeables fait partie des […] 

La prime à la conversion renforcée? Le gouvernement demande aux constructeurs automobiles de participer

lundi 29 octobre 2018 - 15:00

Faire participer les constructeurs automobiles à la prime à la conversion des véhicules, c’est le souhait du gouvernement. Lundi 29 octobre après-midi, les ministres de l’Économie et de la Transition écologique rencontrent les dirigeants de plusieurs entreprises. Renforcer les aides pour les voitures hybrides rechargeables fait partie des […] 

La prime à la conversion renforcée? Le gouvernement demande aux constructeurs automobiles de participer

lundi 29 octobre 2018 - 15:00

Faire participer les constructeurs automobiles à la prime à la conversion des véhicules, c’est le souhait du gouvernement. Lundi 29 octobre après-midi, les ministres de l’Économie et de la Transition écologique rencontrent les dirigeants de plusieurs entreprises. Renforcer les aides pour les voitures hybrides rechargeables fait partie des […] 

Ouverture d’un Maison Dépôt à Hénin-Beaumont

lundi 29 octobre 2018 - 14:35

Le Groupe Conforama ouvre ce lundi 29 octobre 2018 un nouveau magasin Maison Dépôt à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Lire l’article

Quelle place pour les renouvelables dans le contrat de filière Industriels de la Mer

lundi 29 octobre 2018 - 14:30

Le comité de filière Industriels de la mer a signé son contrat d’objectifs. Il doit conduire à la création de 10 000 emplois et porter de 30 à 33 milliards d’euros le chiffre d’affaires annuel…

Damien Lempereur sur LCI

lundi 29 octobre 2018 - 14:24

Video of jkxKEwgW8gs

Slider Accueil: non

[En vidéo] Kanawa, le nouveau câble sous-marin déployé par Orange pour connecter la Guyane

lundi 29 octobre 2018 - 13:45

Pour sécuriser l’accès à internet et augmenter la capacité du réseau de la Guyane française, Orange a déployé un nouveau câble entre la Martinique et Kourou (Guyane française). L’Usine Nouvelle s’est rendue à une des étapes de l’installation du câble : l’atterrissement. Cette phase permet […] 

L’industrie de la viande fait de la résistance

lundi 29 octobre 2018 - 13:15

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, l’industrie de la viande reste la première industrie agroalimentaire française avec 26 000 entreprises et 99 000 salariés employés. Même si dans les allées du Salon International de l’Agroalimentaire, qui se tenait la semaine dernière à Villepinte, la viande n’avait pas la cote, les […] 

L’industrie de la viande fait de la résistance

lundi 29 octobre 2018 - 13:15

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, l’industrie de la viande reste la première industrie agroalimentaire française avec 26 000 entreprises et 99 000 salariés employés. Même si dans les allées du Salon International de l’Agroalimentaire, qui se tenait la semaine dernière à Villepinte, la viande n’avait pas la cote, les […] 

L’industrie de la viande fait de la résistance

lundi 29 octobre 2018 - 13:15

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, l’industrie de la viande reste la première industrie agroalimentaire française avec 26 000 entreprises et 99 000 salariés employés. Même si dans les allées du Salon International de l’Agroalimentaire, qui se tenait la semaine dernière à Villepinte, la viande n’avait pas la cote, les […] 

[Vidéo] Le satellite franco-chinois CFOSat mis en orbite avec succès

lundi 29 octobre 2018 - 12:40

Lundi 29 octobre, la France et la Chine ont placé en orbite leur satellite d’observation CFOSat. Durant au moins trois ans, il étudiera les océans pour réaliser des prévisions en météorologie marine plus précises et mieux anticiper les tempêtes et cyclones. Certains de ses instruments ont été […] 

Un quart des 16-25 ans sont victimes de cyber-harcèlement lié à la beauté [infographie]

lundi 29 octobre 2018 - 12:37

Selon une étude menée par Rimmel dans 10 pays à travers le monde, un quart des jeunes femmes âgées de 16 à 25 ans ont été victimes de cyber-harcèlement lié à la beauté…

Un quart des 16-25 ans sont victimes de cyber-harcèlement lié à la beauté [infographie]

lundi 29 octobre 2018 - 12:37

Selon une étude menée par Rimmel dans 10 pays à travers le monde, un quart des jeunes femmes âgées de 16 à 25 ans ont été victimes de cyber-harcèlement lié à la beauté…

Action Publique 2022 – Notre stratégie pour la transformation de l’action publique

lundi 29 octobre 2018 - 12:12

Action Publique 2022 – Notre stratégie pour la transformation de l’action publique – 29 octobre 2018

Pernod Ricard rejoint « La Nouvelle Économie des Plastiques »

lundi 29 octobre 2018 - 11:53

Pernod Ricard, numéro 2 mondial des vins et spiritueux, rejoint l’engagement mondial de "La Nouvelle Économie des Plastiques" initié par la Fondation Ellen MacArthur.  Lire l’article

Pernod Ricard rejoint « La Nouvelle Économie des Plastiques »

lundi 29 octobre 2018 - 11:53

Pernod Ricard, numéro 2 mondial des vins et spiritueux, rejoint l’engagement mondial de "La Nouvelle Économie des Plastiques" initié par la Fondation Ellen MacArthur.  Lire l’article

Artificialisation des sols : objectif zéro!

lundi 29 octobre 2018 - 11:32

Le 15 octobre, de très violentes intempéries ont frappé l’Aude et provoqué des inondations catastrophiques : 14 décès, plus de 70 blessés, 126 communes reconnues en état de catastrophe natur…

Artificialisation des sols : objectif zéro!

lundi 29 octobre 2018 - 11:31

Le 15 octobre, de très violentes intempéries ont frappé l’Aude et provoqué des inondations catastrophiques : 14 décès, plus de 70 blessés, 126 communes reconnues en état de catastrophe natur…

Artificialisation des sols : objectif zéro!

lundi 29 octobre 2018 - 11:31

Le 15 octobre, de très violentes intempéries ont frappé l’Aude et provoqué des inondations catastrophiques : 14 décès, plus de 70 blessés, 126 communes reconnues en état de catastrophe natur…

Artificialisation des sols : objectif zéro!

lundi 29 octobre 2018 - 11:31

Le 15 octobre, de très violentes intempéries ont frappé l’Aude et provoqué des inondations catastrophiques : 14 décès, plus de 70 blessés, 126 communes reconnues en état de catastrophe natur…

Des ventes d’habillement encore en baisse en 2018

lundi 29 octobre 2018 - 11:12

Les enseignes de l’habillement ont enregistré en septembre 2018 une baisse très marquée de leur chiffre d’affaires de -19,6%, selon l’alliance du commerce.

 

Bernard Monot | Déplacement dans la Nièvre (58)

lundi 29 octobre 2018 - 11:04

Samedi, novembre 10, 2018 – 18:00

Intel booste encore ses investissements, les portant à un record de 15,5 milliards de dollars

lundi 29 octobre 2018 - 10:43

Pour la troisième fois depuis le début de l’année, Intel revoit à la hausse son budget d’investissement en 2018, le portant à un record historique de 15,5 milliards de dollars. Désormais, le g&eacut…

Yoox Net-à-Porter crée une joint-venture avec Alibaba pour décoller en Chine

lundi 29 octobre 2018 - 10:42

Le bras armé digital du numéro deux mondial du luxe, Richemont, va développer avec l’e-commerçant chinois deux applications e-commerce et deux shop in shop sur la sa plateforme dédiée au luxe Tmall Luxury Pavilion.

 

[Edito] Les usines sont toujours extraordinaires

lundi 29 octobre 2018 - 10:15

Si vous lisez ces lignes, vous n’avez sûrement pas besoin d’être réconcilié avec l’industrie, et vos enfants non plus : ils savent que Zola est mort depuis plus d’un siècle et qu’auj…

L’impact du véganisme sur le comportement des consommateurs [Etude]

lundi 29 octobre 2018 - 10:11

La population végane reste minoritaire en France. Pourtant, ce phénomène a des effets sur le mode de consommation des Français avec de plus en plus de flexitariens ou de végétariens. OpinionWay et 3W.relevanC…

L’impact du véganisme sur le comportement des consommateurs [ETUDE]

lundi 29 octobre 2018 - 10:11

La population végane reste minoritaire en France. Pourtant, ce phénomène a des effets sur le mode de consommation des Français avec de plus en plus de flexitariens ou de végétariens. OpinionWay et 3W.relevanC…

LoopMe lève 17 millions de dollars pour injecter du prédictif dans la pub mobile

lundi 29 octobre 2018 - 10:04

La start-up britannique vise les Etats-Unis où le marché de la publicité mobile est estimé à 232,5 milliards de dollars. Lire l’article

Damien Lempereur sur LCI

lundi 29 octobre 2018 - 09:58

Lundi, octobre 29, 2018 – 13:00

Damien Lempereur sur LCI

lundi 29 octobre 2018 - 09:58

Lundi, octobre 29, 2018 – 13:00

STMicroelectronics franchit le seuil de 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel, une première en huit ans

lundi 29 octobre 2018 - 09:45

Porté par le boom de ses capteurs d’image, ses composants discrets et ses circuits pour l’automobile, STMicroelectronics franchit, pour la première fois depuis huit ans, le seuil de 10 milliards de dollars de chiffre d’a…

Pour le PDG d’Intelsat, les déserts numériques représentent le nouvel eldorado des satellites

lundi 29 octobre 2018 - 09:42

Les opérateurs de satellites vont-ils investir dans la connectivité des déserts numériques ? Le 29 octobre, le PDG d’Intelsat a livré à Reuters sa vision de l’avenir du secteur. Selon lui, les zones rurales et isolées représentent un nouvel eldorado. L’attentisme des opérateurs mobiles pourrait tout de même retarder […] 

[Dossier] La difficile percée des femmes dans la tech

lundi 29 octobre 2018 - 09:00

La domination des hommes s’est imposée dans le numérique, jusqu’aux écoles de code. S’y ajoute la culture start-up et ses codes masculins. Les réseaux se mobilisent pour soutenir les femmes et valoriser leu…