Call Ways ® presse magazine tabloïd news » La surprise des élections européennes?

La surprise des élections européennes?

dimanche 12 mai 2019 - 11:38

Voici mes réponses au site Atlantico, qui m’interrogeait sur la remontée de LR dans la campagne des élections européennes: une interview, largement reprise sur la toile, notamment dans les « informations Google » d’hier, pour des raisons et selon des mécanismes (algorithme) qui m’échappent totalement. 

1-Alors que les sondages concernant la liste LR montrent une inflexion positive, la personnalité de François-Xavier Bellamy semble séduire également les médias. Après la Une du Figaro Magazine, l’Obs consacrait un portait à la nouvelle figure du parti « un regard d’un bleu transparent comme un gage de sincérité ». De ce point de vue, ne peut-on pas voir le succès de François Xavier Bellamy comme le miroir de ce qui peut être reproché à Laurent Wauquiez ? 

On peut en effet parler d’un « phénomène » Bellamy qui se traduit par la bonne tenue de la liste LR dans les sondages. La tête de liste LR apporte une image de la vie politique qui est aux antipodes de ce que les Français reprochent depuis si longtemps à leur classe politique. Il donne toute l’apparence de l’honnêteté, de la conviction, de la quête d’élévation dans la réflexion, mais aussi de la courtoisie et du refus du sectarisme. Par-dessus tout, il offre l’image d’un homme qui n’est pas obsédé par sa carrière politique mais s’engage dans un objectif de bien commun. Le contraste est donc exacerbé avec la vision que les Français se font aujourd’hui des personnalités politiques. Ce contraste s’applique-t-il à Laurent Wauquiez en particulier ? Il me semble être beaucoup plus général, englobant l’ensemble des personnalités qui incarnent, sur le plan médiatique la vie politique française, y compris le président, ses ministres, et l’ensemble des leaders des partis politiques, de gauche, de droite ou lepéniste. Bellamy se présente, aux yeux de nombreux Français comme un homme simple et modeste, désintéressé, une sorte « d’anti-narcisse » à l’heure ou la politique française est dévastée par l’ivresse narcissique.

2– Du point de vue des électeurs de droite, pourrait on également considérer le succès relatif de la liste menée par le jeune philosophe comme une opportunité pour faire barrage à Laurent Wauquiez ? 

 C’est la première fois depuis 2012 et la défaite de Nicolas Sarkozy aux présidentielles, que LR donne une autre image que celle d’un champ de bataille entre rivaux pour l’accession à l’Elysée. En vérité, la présence en tête de liste de M. Bellamy exerce un effet consensuel sur le mouvement. Nous assistons à des ralliements qui n’avaient rien d’évident quelques mois auparavant, comme ceux de Mme Pécresse ou de M. Estrosi. De fait, M. Bellamy ne représente pas une menace en vue des présidentielles pour ces personnalités : trop jeune, inexpérimenté et peut-être trop honnête. Il est difficile d’affirmer que cette tête de liste puisse apparaître comme une opportunité pour faire barrage à M. Wauquiez. Dès lors qu’il en a été lui-même l’initiateur, un relatif succès ne pourrait que lui profite … En revanche, la présence de M. Bellamy en tête de liste a l’avantage de la neutralité dans la bataille qui se livre en coulisse pour la conquête de l’Elysée. Elle a permis la trêve à laquelle nous assistons.

3- Comment envisager ce qui pourrait advenir, suite aux européennes, en cas d’un score qui aurait pu être considéré comme inespéré pour les LR au début de la campagne ?

Le score de LR est devenu l’un des enjeux  essentiels du scrutin.  C’est déjà un succès en soi ! Un bon résultat de LR ouvrirait une perspective d’issue à la crise politique française. En mai 2017, tout laissait prévoir un quinquennat Macron extrêmement difficile : élection par défaut, faiblesse des soutiens politiques, fragilité du positionnement central, inexpérience, extrême précarité d’un pouvoir fondé sur la surexposition médiatique d’une image personnelle…  La chute risque de se poursuivre dans les trois ans qui viennent. La période 2022 pourrait ainsi se révéler chaotique, entre une présidence honnie de l’immense majorité de la population et une candidature lepéniste viscéralement refusée par 80% des Français. Un bon score aux Européennes de la liste LR, introduisant une troisième force dans le paysage politique français offrirait une porte de sortie à la catastrophe annoncée… Mais encore faut-il que le sens du bien commun l’emporte durablement chez les dirigeants LR sur les rivalités d’ambitions élyséennes. Une réouverture des hostilités après la trêve des Européennes serait désastreuse. Le message Bellamy montre la voie : travail de fond avant les guerres d’ego, intérêt de la France avant les obsessions narcissiques et le choix de la candidature aux présidentielles doit se faire au dernier moment en fonction des circonstances. Telles sont les clés su succès. Sauront-ils les saisir ?

©