Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Interview de Marisol TOURAINE au Parisien

Interview de Marisol TOURAINE au Parisien

jeudi 23 mai 2019 - 8:07

Affaire Lambert : «Peut-être que la loi est trop complexe», confie Marisol Touraine

Marisol Touraine, ancienne ministre de la Santé, est favorable à la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie. LP/Frédéric Dugit

L’ancienne ministre de la Santé estime que la loi Claeys-Leonetti,
votée alors qu’elle était au gouvernement, est peut-être trop compliquée
et qu’il faut mieux expliquer à la population l’importance des
directives anticipées.

Ministre de la Santé au moment où l’affaire Lambert
a véritablement éclaté, en 2013, Marisol Touraine siège aujourd’hui au
Conseil d’Etat. Si elle se montre prudente, soucieuse de ne pas
instrumentaliser cette histoire tragique, elle s’exprime en faveur d’une
évolution de la loi sur la fin de vie.

La justice a ordonné la reprise des soins pour Vincent Lambert. Qu’en pensez-vous ? 

MARISOL TOURAINE. Je suis très étonnée que la justice suive la position du comité de l’ONU.
Le cadre juridique est pourtant clair et les médecins ont respecté la
loi française telle qu’elle existe. Il est désormais souhaitable que la
Cour de cassation se prononce. La vérité, c’est qu’il n’y a « d’affaire »
Lambert que parce que la famille se déchire.
J’ai le sentiment qu’au fond, certains cherchent à faire reculer les
limites de la loi, à empêcher son application. Mais je ne juge personne.
Je pense à Vincent Lambert. Il a le droit au respect et à la dignité,
l’exposition extrême dont il fait l’objet, n’est ni humainement, ni
éthiquement satisfaisante. Quant à l’attitude militante de l’avocat des
parents, elle m’a choquée. (NDLR : « On a gagné », a-t-il dit, parlant de « remontada »).

Alors ministre de la Santé, vous aviez soutenu Rachel Lambert, l’épouse de Vincent. Est-ce toujours le cas ?

Être
au gouvernement n’empêche pas de faire preuve de compassion et
d’empathie. Aujourd’hui, je lui exprime à nouveau mon soutien. Ce
qu’elle a ressenti lundi soir a dû être terrible. Je le dis en tant que
femme, épouse et mère. Quand j’étais ministre, j’ai fait saisir le
Conseil d’Etat par l’hôpital de Reims pour que les médecins sachent
précisément ce qu’ils avaient le droit de faire ou non. Ensuite j’ai fait évoluer la législation pour introduire la sédation profonde,
qui a d’ailleurs été utilisée lundi pour Vincent Lambert. Elle est
devenue la loi Claeys-Leonetti. Mais aujourd’hui, peut-être est-elle
encore trop complexe.

Faut-il encore faire évoluer la loi ?

Ma
conviction, laissons à chacun le choix de sa fin de vie. Je suis pour
la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie. Quelle loi, quel
dispositif ? Évidemment, la discussion est ouverte. Non ce n’est pas
simple, non ce n’est pas banal. La mort, qui est la chose la plus
commune, doit garder son caractère singulier. J’insiste, ce débat ne
doit pas se faire dans le cadre si tragique de l’affaire Lambert mais
dans un contexte serein.

La France doit-elle enfin se positionner ?

Oui, la société le demande, elle est prête.
L’acharnement n’est pas une bonne chose. Porter de l’amour à ses
proches, c’est parfois savoir les laisser partir. L’affaire Lambert met
aussi en lumière la nécessité de rédiger ses directives anticipées, pour
faire connaître ses dernières volontés. La mesure doit être mieux
expliquée à la population.

©