Call Ways ® presse magazine tabloïd news » Impressions du Japon

Impressions du Japon

vendredi 9 novembre 2018 - 14:47

Ci-joints quelques clichés du Japon. L’impression qui s’en dégage, à l’occasion d’un second séjour, à la fois universitaire et touristique, est celle d’un parfait contraste avec l’atmosphère délétère qui pèse sur la France apparente, la France dite d’en haut. Ici au Japon, tout est calme et serein. Les villes, jusqu’au moindre quartier des plus vastes mégapoles, sont parfaitement sûres. Nous l’avons oublié depuis longtemps, mais pour une femme, pouvoir sortir à tout heure et à tout endroit, habillée comme elle le veut, et même avec des objets de valeur ou une somme d’argent, en sécurité absolue, c’est une vraie liberté, une vraie richesse de civilisation. Respect, propreté, civilité, discipline, tolérance, conscience professionnelle,  sont les maîtres mots d’une société fondamentalement paisible. La beauté des paysages d’automne est indescriptible, à l’image des Temples d’or et d’argent dans l’écrin des feuillages rouges des érables. L’amour du travail, la passion du devoir qui imprègne la vie de tous, jusque chez les écoliers, est un véritable art de vivre. La plupart des Japonais n’ont pas de religion précise et se retrouvent à la fois dans le shintoïsme, le bouddhisme et le christianisme pour certains, mais leur existence quotidienne est imbibée de mysticisme: le divin est partout, dans l’amour du travail bien fait, le respect absolu de la vie naturelle et des objets, dans le respect, l’intérêt et l’hospitalité qu’ils témoignent envers le visiteur. Ce soir (il est 22H30 ici), un peu par curiosité, j’ai voulu jeter un coups d’œil sur les actualités françaises. Quelle pouvait bien être la polémique du jour me suis-je demandé. La guerre d’Algérie? La colonisation? Les années 1930? Le nationalisme? Eh bien non, pan, raté: la nouvelle crise d’hystérie collective du jour était sur Pétain! De plus en plus original… Une bonne petite polémique lancée pour faire oublier la sinistre réalité du chaos et de l’impuissance,  et la horde déchaînée, beuglante, qui se jette sur l’os à ronger. Les milliers de kilomètres jouent comme un effet loupe qui grossit démesurément l’invraisemblable médiocrité de notre grand-guignol politico-médiatique, jusqu’à la caricature, jusqu’au ridicule…

Maxime TANDONNET

 

 

 

©