Call Ways ® presse magazine » De la violence quotidienne

De la violence quotidienne

samedi 17 juin 2017 - 18:36

Par Philippe:

Bonjour Maxime,

Mais qui est responsable? L’Etat en premier! Nos politiques les premiers sont responsables de cette violence. Depuis plusieurs années nos politiques s’expriment avec la violence verbale. Plus de débat « on tweet »  » Les réseaux sociaux sont un ramassis de violences verbales et la violences verbales mène toujours à la violence physique. Lorsque l’on voit des émissions style ‘ONPC » où, lorsque les protagonistes ne sont pas d’accord avec les idées de l’invité, on le lynche, on l’insulte, la violence verbale est partout. Je vois lors de mes déplacements dans les entreprises, lors de désaccord la violence verbale fuse dans tous les sens. Mais pour qu’il y ai débat, il faut avoir un minimum de culture littéraire, historique, géographique. Mais comme l’on nivelle par le bas au niveau de l’éducation nationale, que l’on nivelle vers le bas avec des émissions de télé débiles, que l’on nivelle vers le bas avec de la désinformation permanente, on ne peut faire qu’un peuple de crétins, une populace crétine facilement manipulable.
Le comble: le journaliste de l’AFP qui, tout de suite, a diffusé les photos sur les réseaux sociaux. Où chacun commentait avec une certaine haine. Nous sommes en régression.
Cela est comparable aux jugements qui se déroulaient sur la place publique au Moyen-Age où le peuple criait « Coupable, la mort,! » et se gargarisait de voir le sang du décapité, les membres du démembré, tirés par les chevaux. Ils ne cherchaient pas à savoir si il était coupable, l’individu était livré à la vindicte populaire. Le peuple se rassasiait de cette violence.
Nous sommes dans les mêmes effets, le peuple veut ses jeux, ses sacrifiés, son taux d’hémoglobine pour être satisfait. Lorsque l’on voit les mouvements féministes qui veulent la parité, mais ne sont nullement choqués lorsque des ados regardent sur les réseaux une pornographie hyper violente où les femmes sont humiliées; considérées comme de vulgaires objets sexuelles, Que des gamins font des viols collectifs et disent que ce n’est pas un viol, que les filles aiment cela. Que des gamins peuvent tuer ou brûler vif une ados. Lorsque une bande de Bobos gauchos friqués voulaient que l’on aille « rouler des pelles » aux policiers, et qu’aujourd’hui ils veulent la têtes de ces mêmes policiers et trouvent normal qu’ils se fassent tabasser; cela vous montre le taux de régression de notre pays.
Le peuple ne réfléchit plus. Il se laisse manipuler.
Le peuple ne s’est même pas aperçu lors de ces élections qu’il a perdu sa souveraineté, que le pouvoir médiatique et financier a choisi pour lui, ceux qui nous dirigeront pour les cinq prochaines années.
Cette violence sera de plus en plus présente. Le déclin d’un pays, d’une civilisation se fait toujours dans la violence, la barbarie et la mort.

Philippe


©