Call Ways ® presse magazine » Premier Ministre

Archive en Rubrique Premier Ministre.

dimanche 11 mars 2018 - 19:28

Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, réunira le Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Déroulé &hellip:

Lundi 12 mars 2018 à 17h30, Hôtel de Matignon

Ce comité interministériel sera l’occasion de faire un bilan de la situ…

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel pour la reconstruction de Saint-Barthélemy et Saint-Martin

Entretien avec M. Gilles SIMEONI, président du Conseil exécutif de Corse et M. Jean-Guy TALAMONI, président de l’Assemblée de Corse

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, recevra M. Gilles SIMEONI, président du Conseil exécutif de Corse et M. Jean-Guy TALAMONI, président de l’Assemblée de Corse, en présence de M. Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de Mme Jacqueline GOURAULT …

+ Commentaires fermés sur Entretien avec M. Gilles SIMEONI, président du Conseil exécutif de Corse et M. Jean-Guy TALAMONI, président de l’Assemblée de Corse

vendredi 9 mars 2018 - 20:34

Rectificatif : Agenda prévisionnel de M. Edouard Philippe, Premier ministre, du lundi 12 mars au dimanche 18 mars 2018

Lundi 12 mars 2018
08h30 : Réunion de l’instance de dialogue de la Conférence nationale des territoires
Hôtel de Matignon

14h00 : Entretien avec le bureau de l’Assemblée des départements de France
Hôtel de Matignon

16h30 : Entretien avec M. Gérard CO…

+ Commentaires fermés sur Rectificatif : Agenda prévisionnel de M. Edouard Philippe, Premier ministre, du lundi 12 mars au dimanche 18 mars 2018

Agenda prévisionnel de M. Edouard Philippe, Premier ministre, du lundi 12 mars au dimanche 18 mars 2018

Lundi 12 mars 2018
08h30 : Réunion de l’instance de dialogue de la Conférence nationale des territoires
Hôtel de Matignon

14h00 : Entretien avec le bureau de l’Assemblée des départements de France
Hôtel de Matignon

16h30 : Entretien avec M. Gérard CO…

+ Commentaires fermés sur Agenda prévisionnel de M. Edouard Philippe, Premier ministre, du lundi 12 mars au dimanche 18 mars 2018

Rectificatif : Agenda prévisionnel de M. Edouard Philippe, Premier ministre, du lundi 12 mars au dimanche 18 mars 2018

Lundi 12 mars 2018
08h30 : Réunion de l’instance de dialogue de la Conférence nationale des territoires
Hôtel de Matignon

14h00 : Entretien avec le bureau de l’Assemblée des départements de France
Hôtel de Matignon

16h30 : Entretien avec M. Gérard CO…

+ Commentaires fermés sur Rectificatif : Agenda prévisionnel de M. Edouard Philippe, Premier ministre, du lundi 12 mars au dimanche 18 mars 2018

Chantiers de la Justice : présentation des axes de la réforme

Édouard Philippe et Nicole Belloubet au tribunal de Reims, le 9 mars 2018

9 mars 2018

Chantiers de la Justice : présentation des axes de la réforme

Le 9 mars, Édouard Philippe et Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ont présenté à Reims les principaux axes pour bâtir une justice efficace, rapide et accessible à tous sur l’ensemble du territoire.

 
Lancés le 6 octobre 2017 à Nantes par le Premier ministre et la garde des Sceaux, les Chantiers de la Justice ont préparé une réforme globale de la Justice à travers une large concer­tation de 5 mois.
Les 4 volets de la réforme présentés à Reims permettent d’aborder l’ensemble des enjeux majeurs de la Justice :

  • l’amélioration et la simplification des procédures pénale et civile,
  • la transformation numérique,
  • le sens et l’efficacité des peines,
  • l’adaptation de l’organisation judiciaire.

Parmi les mesures phares présentées par la réforme, on peut citer :

  • la réduction des délais inutiles tout en améliorant le travail des enquêteurs, le parcours des victimes et l’exercice des magistrats ;
  • l’expérimentation d’un tribunal criminel départemental pour les crimes les moins graves dans le but de désengorger les cours d’assises et de limiter la détention provisoire ;
  • le contentieux des tribunaux d’instance et de grande instance sera fusionné mais tous les sites seront maintenus notamment lorsqu’ils seront isolés. Ainsi le justiciable pourra saisir la justice civile ou pénale ou se renseigner sur son litige sur tous les sites judiciaires. Son affaire pourra être jugée plus près de chez lui.

L’ensemble de ces mesures de simplification vise à améliorer le travail des enquêteurs, le parcours des victimes tout en prenant en compte le travail des magistrats. Sur la base de la restitution des chantiers, la concertation se poursuivra avec la présentation détaillée du projet aux organisations syndicales, avant la transmission au Conseil d’État. La projet de loi sera ensuite discuté au Parlement.
 Dossier de presse du 9 mars 2018 : Les chantiers de la Justice

Dossier de presse du 9 mars 2018 : Les chantiers de la Justice
+ Commentaires fermés sur Chantiers de la Justice : présentation des axes de la réforme

Chantiers de la Justice : présentation des axes de la réforme

9 mars 2018 Chantiers de la Justice : présentation des axes de la réforme Le 9 mars 2018 Édouard Philippe et Nicole Belloubet, garde des Sceaux ont présenté à Reims les principaux axes pour bâtir une justice efficace, rapide et accessible à tous sur l’ensemble du territoire. Lancés le 6 octobre 2017 à Nantes par […]

+ Commentaires fermés sur Chantiers de la Justice : présentation des axes de la réforme

jeudi 8 mars 2018 - 20:36

20ème rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

20ème rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

+ Commentaires fermés sur 20ème rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

Discours d’Édouard Philippe à la 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

Seul le prononcé fait foi
Monsieur le Premier ministre, cher Philippe, Mesdames et Messieurs,
La France et le Québec entretiennent depuis toujours des relations qui sont directes, privilégiées, stratégiques, structurelles, mais je dirais aussi des relations de coeur. Depuis plus de 40 ans, nos prédécesseurs – et ils ont eu en la matière bien raison de s’y engager – se sont réunis selon le format des rencontres alternées. Et aujourd’hui, nous venons d’en tenir la 20e édition. Je veux dire qu’elle s’est tenue probablement comme les précédentes dans une atmosphère de chaleur, d’amitié, de décontraction aussi et de détermination car nous partageons l’envie d’avancer dans ce chemin commun que nous nous sommes tracé et que nos prédécesseurs ont tracé.
J’avais ce matin convié Monsieur le Premier ministre à participer, avec un certain nombre de ministres de son gouvernement, au Conseil interministériel de l’égalité entre les femmes et les hommes que je présidais aujourd’hui, le 8 mars, en cette Journée internationale des droits des femmes. Nous y avons notamment évoqué et décidé, avec Madame la Secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, de définir ou, plus exactement, de travailler avec le Québec à la définition d’un indice de l’égalité en se fondant sur l’idée et sur les travaux qui sont bien engagés chez vous, Monsieur le Premier ministre, de nous permettre de créer un outil qui soit un outil de mesure, un outil d’aide à la décision, un outil de comparaison qui permettra d’objectiver les choses et qui permettra l’orientation des actions politiques à la fois nationales et internationales en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.
Je suis convaincu que ce qu’on veut améliorer, il faut d’abord pouvoir le mesurer et que si on veut faire des comparaisons internationales, il faut les faire avec des instruments qui sont robustes et qui sont conformes à la réalité internationale et qui sont partagés. C’est l’objectif que nous avons évoqué ce matin.
Le deuxième point que je retiens de nos échanges, c’est évidemment le climat. Le Québec est très engagé en matière de lutte contre le dérèglement climatique et, avec la France, je dirais que le constat, l’envie, la détermination sont partagés. Nous allons organiser un travail collectif pour étudier les rapprochements possibles entre ce que fait l’Union européenne en matière de marché carbone et le marché que vous avez mis en place avec la Californie et l’Ontario qui est de toute évidence une initiative remarquable, impressionnante et dont nous devons nous inspirer.
Autre mesure très concrète, nous allons débloquer des crédits pour des projets cherchant à réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime. Le transport maritime n’est pas la partie la plus spectaculaire spontanément de la mondialisation mais elle est la partie du commerce et du transport qui est la plus essentielle pour la mondialisation puisque près de 80 à 85 % des échanges physiques de marchandises passent par la mer et par les ports. Tout ce qui peut être fait pour que ce transport de marchandises ait un impact écologique réduit, que ce soit pour les bateaux qui restent à quai ou pour les bateaux qui traversent les océans, est évidemment quelque chose de positif pour la planète et pour le commerce mondial.
Une initiative conjointe qui va permettre de développer la recherche, de prendre des initiatives, qui s’inscrit d’ailleurs dans le bilan d’un certain nombre de rencontres alternées précédentes et qui me semble extrêmement bienvenue, je m’en réjouis, Monsieur le Premier ministre.
Les échanges commerciaux, évidemment, il faut en dire un mot et il en a été question avec le CETA qui amorce une impulsion progressiste sur le plan environnemental et social. La France est évidemment extrêmement vigilante sur ce point avec son plan d’action mais nous considérons qu’il faut que les entreprises soient mieux informées des opportunités offertes par l’accord pour qu’il bénéficie aux entreprises et notamment aux petites et aux moyennes entreprises. Je me réjouis des accords qui ont été signés hier entre incubateurs, notamment parce que ça montre que le CETA, c’est aussi un traité qui va favoriser l’innovation, le développement de l’innovation entre la France et le Québec, mais aussi en France et au Québec.
Cette dynamique dans le numérique, elle est un enjeu considérable, nous l’avons évoquée ce matin, et nous allons poursuivre cet engagement très fort du Québec et de la France à travers le développement d’outils conjoints visant à développer la découvrabilité des contenus francophones sur Internet. Le sens et l’enjeu, eux, sont considérables car il s’agit bien de promouvoir, de défendre la langue française et les contenus en français sur Internet.
Enfin il a été question de la jeunesse qui est un des éléments les plus vifs et les plus prometteurs de la relation entre la France et le Québec. 12 000 étudiants français sont inscrits dans les universités du Québec, 4 500 élèves fréquentent nos établissements scolaires et vous fêterez ce soir, Monsieur le Premier ministre, nous fêterons ensemble, les 50 ans de l’Office franco-québécois de la jeunesse, institution qui a suscité, développé l’amitié entre le Québec et la France et qui nous permet d’envisager l’avenir avec confiance.
Comme l’a indiqué le président de la République, nous favoriserons à l’avenir la venue des étudiants québécois en France dans nos universités, dans nos grandes écoles. Nous avons évoqué ce matin avec Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ce sujet.
Voilà, ces quelques points ne reflètent pas l’ensemble des sujets qui a été évoqué mais il montre, je crois, la richesse et l’enthousiasme qui prévaut dans notre travail collectif, dans notre relation bilatérale et dans l’envie que nous avons de promouvoir pas simplement une histoire commune, pas simplement une responsabilité commune et pour reprendre une formule que je vous ôte de la bouche, Monsieur le Premier ministre, un avenir commun, des projets communs, et une ambition commune !
 Discours d’Édouard Philippe à la 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

+ Commentaires fermés sur Discours d’Édouard Philippe à la 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

Déplacement d’Édouard Philippe à Reims, le vendredi 9 mars 2018

Édouard Philippe, Premier ministre et Mme Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice se rendront à Reims le vendredi 9 mars 2018.
Le Premier ministre et la Garde des Sceaux se rendront au Palais de Justice de Reims. Ils rencontreront les personnels des différents services et présenteront les axes de la réforme de la Justice aux professionnels de la Justice.
 
Déroulé prévisionnel :
16h00 Arrivée du Premier ministre au Palais de Justice
Place Myron Herrick, 51100 ReimsToute presse accréditéeRencontre et échanges avec les personnels des différents services
Palais de JusticePool pressePrésentation des axes de la réforme de la Justice
Pool TV + toute presse accréditée17h30 Arrivée du Premier ministre à la mairie de Reims
9 Place de l’Hôtel de ville, 51100 ReimsToute presse accréditéeAccueil Républicain
9 Place de l’Hôtel de ville, 51100 ReimsToute presse accréditéeEntretien avec Arnaud ROBINET, Maire de ReimsHors presseRencontre et échanges avec les élus du départementHors presse
 
Dispositif presse :

▪ Merci de bien vouloir vous accréditer avant le vendredi 09 mars 2018 à 10h00 à l’adresse suivante : communication@pm.gouv.fr en précisant si vous souhaitez utiliser le bus presse* et de bien vouloir communiquer votre numéro de téléphone portable, votre numéro de carte de presse et de vous munir de celle-ci ainsi que d’une pièce d’identité.
▪ Les journalistes accrédités sont invités à se présenter au plus tard à 15h30 Place Myron Herrick, 51100 ReimsTransports :
▪ Aller : Départ de la Gare de l’Est à 12h58 pour une arrivée à la Gare de Reims à 13h44
▪ Retour : Départ de la Gare de Reims à 18h45 pour une arrivée à la Gare de l’Est à 19h31
* les places étant limitées, seules les personnes ayant fait la demande pourront être véhiculéesPOOL TV : TF1
Contacts : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15 – communication@pm.gouv.fr
 Déplacement d’Édouard Philippe à Reims, le Vendredi 9 mars 2018

+ Commentaires fermés sur Déplacement d’Édouard Philippe à Reims, le vendredi 9 mars 2018

Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes

Dossier de presse – Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes

Un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes

8 mars 2018Un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes

Grande cause du quinquennat, l’égalité entre les femmes et les hommes mobilise aujourd’hui l’ensemble du Gou…

+ Commentaires fermés sur Un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes

Un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes

8 mars 2018Un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes

Grande cause du quinquennat, l’égalité entre les femmes et les hommes mobilise aujourd’hui l’ensemble du Gou…

+ Commentaires fermés sur Un comité interministériel pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes

Signature des statuts du GIP de la Coupe du Monde 2023

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre,
signera les statuts du Groupement d’Intérêt Public de
la Coupe du Monde 2023

Samedi 10 mars 2018
Stade de France

MM. Edouard PHILIPPE, Premier Ministre, Bernard LAPORTE, Président de la FFR et Bill BEAUMONT, Pré…

+ Commentaires fermés sur Signature des statuts du GIP de la Coupe du Monde 2023

mercredi 7 mars 2018 - 19:50

Communiqué de presse – Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Le Premier ministre, la ministre du Travail et la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes ont réuni les partenaires sociaux pour leur présenter des mesures clefs en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes…

+ Commentaires fermés sur Communiqué de presse – Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Communiqué de presse – Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Le Premier ministre, la ministre du Travail et la secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes ont réuni les partenaires sociaux pour leur présenter des mesures clefs en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes…

+ Commentaires fermés sur Communiqué de presse – Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
recevra M. Philippe COUILLARD, Premier ministre du Québec
à l’occasion de la 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

Hôtel de Matignon
Jeudi 08 mars 2018

Dans le cadre de la 20…

+ Commentaires fermés sur 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
recevra M. Philippe COUILLARD, Premier ministre du Québec
à l’occasion de la 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

Hôtel de Matignon
Jeudi 08 mars 2018

Dans le cadre de la 20…

+ Commentaires fermés sur 20ème Rencontre alternée entre les Premiers ministres français et québécois

Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité des femmes et des hommes

Édouard PHILIPPE, Premier ministre réunira un Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité des femmes et des hommes, le Jeudi 8 mars 2018 au Musée Curie, Paris
 
Déroulé prévisionnel :

08h45 Arrivée du Premier ministre et des Mini…

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité des femmes et des hommes

mardi 6 mars 2018 - 17:32

Présentation de la feuille de route sur l’égalité professionnelle, le 07 mars 2018

les orientations du futur plan stratégique du Gouvernement sur l’égalité professionnelle …

+ Commentaires fermés sur Présentation de la feuille de route sur l’égalité professionnelle, le 07 mars 2018

lundi 5 mars 2018 - 20:48

Réforme institutionnelle : Edouard PHILIPPE reçoit les présidents des Assemblées et les présidents des groupes parlementaires pour leur présenter les chantiers

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, recevra les présidents des Assemblées et les présidents des groupes parlementaires pour leur présenter les chantiers de la réforme institutionnelle, Hôtel de Matignon, le 5 mars 2018. Déroulé prévisionnel : Lundi …

+ Commentaires fermés sur Réforme institutionnelle : Edouard PHILIPPE reçoit les présidents des Assemblées et les présidents des groupes parlementaires pour leur présenter les chantiers

dimanche 4 mars 2018 - 18:57

Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 5 mars 2018 au samedi 10 mars 2018

Déroulé de l’agenda en détails …

+ Commentaires fermés sur Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 5 mars 2018 au samedi 10 mars 2018

Mission pluridisciplinaire sur les infractions sexuelles commises à l’encontre des mineurs

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre,
recevra l’avis de la mission pluridisciplinaire sur les infractions sexuelles commises à l’encontre des mineurs

Lundi 5 mars 2018
Hôtel de Matignon

Déroulé prévisionnel :
16h00 : Remise du rapport
Pool TV + pool…

+ Commentaires fermés sur Mission pluridisciplinaire sur les infractions sexuelles commises à l’encontre des mineurs

mercredi 28 février 2018 - 21:22

Déplacement du Premier ministre à Nice Vendredi 2 mars 2018

Le Premier ministre accompagné de M. Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur se rendra d’abord dans le quartier des Moulins, où lui sera présenté un important programme de rénovation urbaine et sociale. Ils iront également à la rencont…

+ Commentaires fermés sur Déplacement du Premier ministre à Nice Vendredi 2 mars 2018

mardi 27 février 2018 - 16:59

Facebook Live du 26 février au Salon de l’Agriculture

Edouard PHILIPPE
Bonjour à tous. Et bienvenue pour cette nouvelle édition qui est exceptionnelle aujourd’hui, d’abord, parce que nous ne sommes pas dans mon bureau à Matignon, nous sommes au Salon de l’Agriculture, que vous voyez derrière nous, et parc…

+ Commentaires fermés sur Facebook Live du 26 février au Salon de l’Agriculture

lundi 26 février 2018 - 15:10

Un nouveau pacte ferroviaire

Dossier de presse – Un nouveau pacte ferroviaire – 26.02.2018

+ Commentaires fermés sur Un nouveau pacte ferroviaire

Présentation de la méthode et du calendrier de la réforme ferroviaire

Seul le prononcé fait foi

Madame la Ministre, Mesdames et Messieurs,

Les Français sont profondément attachés au service public ferroviaire. Chaque jour, il assure le transport de plus de 4 millions de voyageurs dans nos grandes villes et dans nos ter…

+ Commentaires fermés sur Présentation de la méthode et du calendrier de la réforme ferroviaire

Déplacement d’Édouard Philippe au Salon international de l’agriculture du 27 février au 1er mars 2018

Le Premier ministre se rendra, durant trois jours consécutifs, au Salon international de l’agriculture.
Il échangera avec de jeunes lycéens suivant une formation agricole, accompagné de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. A cette occasion, il assistera à la signature d’une convention sur l’enseignement agricole.
Il profitera également de ces visites pour rencontrer des éleveurs, des producteurs, les représentants des principales filières ainsi que les organisations professionnelles agricoles.Déroulé prévisionnel* (Ce déroulé est susceptible d’évoluer)
 
Jour 1 – Mardi 27 février 2018
08h30 Arrivée du Premier ministre
Stand du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – Hall 4Pool presse au plus près puis toute presse accréditéeRencontre et échanges avec des lycéens issus de l’enseignement agricole
Mezzanine du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – Hall 4Tour d’images pour le pool TV et le pool photos en début de rencontreSignature d’une Convention entre Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education Nationale et Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
Stand du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – Hall 4Pool presse au plus près et toute presse accréditée09h15 Déambulation et visites des stands « Cultures et filières végétales »Hall 2Pool presse au plus près puis toute presse accréditée10h15 Déambulation et visites des stands « Elevages et ses filières »
Hall 1Pool presse au plus près puis toute presse accréditée11h00 Questions-Réponses spécial agriculture avec M. Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, en direct sur la page Facebook du Premier ministre
Stand du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – Hall 4Hors presse
 
Jour 2 – Mercredi 28 février 2018
13h15 Rencontres et échanges avec les producteurs locaux de la région Normandie
Stand de la région Normandie – Hall 3Pool presse
 
Jour 3 – Jeudi 1er mars 2018
 
08h00 Rencontre et échanges avec le Comité National des Pêches et des Elevages Marins
Stand France Filière Pêche – Hall 4Tour images pour le pool TV et le pool photos en début de rencontre09h00 Rencontre avec les Organisations Professionnelles Agricoles
Stand du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – Hall 4Tour images pour le pool TV et le pool photos en début de rencontreDispositif presse :
Merci de bien vouloir vous accréditer avant lundi 26 février à 17h00 à : communication@pm.gouv.fr en précisant la ou les séquences à laquelle/auxquelles vous participerez et de bien vouloir nous communiquer votre numéro de carte de presse et vous munir de celle-ci, ainsi que d’une pièce d’identité.
Pour des raisons d’accessibilité sur le site du salon international de l’agriculture, il est impératif de s’accréditer auprès du service de presse du salon, pavillon 4, sur présentation de vos cartes de presse.
Lors de leur arrivée, les journalistes accrédités auprès du service de presse du salon sont invités à récupérer leurs badges Porte L – Paris Expo, 2 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris.Jour 1 :
Les journalistes accrédités sont invités à se présenter au plus tard à 7h45, Porte L – Paris Expo, 2 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris.Jour 2 :
Les journalistes accrédités sont invités à se présenter au plus tard à 12h30, Porte L – Paris Expo, 2 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris.Jour 3 :
Les journalistes accrédités sont invités à se présenter au plus tard à 07h30, Porte L – Paris Expo, 2 Place de la Porte de Versailles, 75015 Paris.
Une note de précision pool vous sera communiquée ultérieurement.POOL TV: FRANCE TV
Contacts : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15communication@pm.gouv.fr
 Déplacement d’Édouard Philippe au Salon international de l’agriculture du 27 février au 1er mars 2018

+ Commentaires fermés sur Déplacement d’Édouard Philippe au Salon international de l’agriculture du 27 février au 1er mars 2018

Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 26 février 2018 au jeudi 1 mars 2018

Lundi 26 février 2018

10h00 Présentation de la méthode et du calendrier de la réforme ferroviaire
Hôtel de Matignon

13h15 Déjeuner avec le Président de la République
Palais de l’Elysée

15h00 Réunion ministérielle présidée par le Chef de l’Etat avec …

+ Commentaires fermés sur Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 26 février 2018 au jeudi 1 mars 2018

Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 26 février 2018 au vendredi 2 mars 2018

Lundi 26 février 2018

10h00 Présentation de la méthode et du calendrier de la réforme ferroviaire
Hôtel de Matignon

13h15 Déjeuner avec le Président de la République
Palais de l’Elysée

15h00 Réunion ministérielle présidée par le Chef de l’Etat avec …

+ Commentaires fermés sur Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 26 février 2018 au vendredi 2 mars 2018

samedi 24 février 2018 - 7:42

Méthode de la réforme du système ferroviaire

Edouard Philippe, Premier ministre,
en présence d’Elisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports
tiendra un point presse sur la réforme du système ferroviaire

Lundi 26 fév…

+ Commentaires fermés sur Méthode de la réforme du système ferroviaire

vendredi 23 février 2018 - 18:48

Présentation de la stratégie du Gouvernement en matière de commerce extérieur

Dossier de presse – Présentation de la stratégie du Gouvernement en matière de commerce extérieur – 23/02/2018

+ Commentaires fermés sur Présentation de la stratégie du Gouvernement en matière de commerce extérieur

Discours du Premier ministre sur la « Stratégie du Gouvernement en matière de commerce extérieur »

Seul le prononcé fait foi

Mesdames et messieurs les ministres,
Monsieur le président de la région des Hauts-de-France, cher Xavier,
Monsieur le président du conseil départemental,
Messieurs les maires,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le direc…

+ Commentaires fermés sur Discours du Premier ministre sur la « Stratégie du Gouvernement en matière de commerce extérieur »

Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation

Dossier de presse – Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation – 23.02.2018

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation

Discours d’Édouard Philippe sur le plan national de prévention de la radicalisation

Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre

Présentation du plan national de prévention de la radicalisation

Lille – 23 février 2018

Seul le prononcé fait foi

Monsieur le ministre d’Etat Gérard COLLOMB,
Madame la Garde des Sceaux Nicole BELLO…

+ Commentaires fermés sur Discours d’Édouard Philippe sur le plan national de prévention de la radicalisation

jeudi 22 février 2018 - 17:43

Prolongation de l’appel à candidature du label Grande cause nationale 2018

Un appel à candidature a été lancé le 29 janvier dernier pour l’obtention du label « Grande cause nationale 2018 ».

Pour laisser le temps aux différents organismes de se mobiliser, nous prolongeons la période de candidature pour une remise le 9 mars 2…

+ Commentaires fermés sur Prolongation de l’appel à candidature du label Grande cause nationale 2018

Nouvelle contractualisation entre l’État et les régions Bretagne et Pays de la Loire

L’Etat s’accorde avec les régions Bretagne et Pays de la Loire pour tracer avec elles les contours d’une nouvelle contractualisation.
Suite à l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des Landes et après échanges avec Madame Christelle MORANÇAIS, présidente du conseil régional Pays de la Loire, et Monsieur Loïg CHESNAIS-GIRARD, président du conseil régional de Bretagne, le Premier Ministre souhaite poursuivre le dialogue avec les élus des Pays de la Loire et de Bretagne pour nourrir les contours d’une nouvelle contractualisation avec chacune des deux régions.
Sur la base des propositions formulées par les collectivités territoriales (projet de « Contrat d’avenir » en Pays de la Loire et de « Pacte d’accessibilité » en Bretagne), ces travaux doivent permettre de faire émerger à court terme des orientations concrètes, en particulier en matière de mobilités, de transition écologique et numérique des territoires ainsi que dans le domaine de l’économie de la connaissance. Sur la base des pistes de travail identifiées par les acteurs locaux et les préfets de région, des premières décisions interviendront avant l’été, à l’occasion d’un point d’étape organisé en présence du Premier Ministre.
Sur le volet « mobilités », une mission d’appui confiée à Monsieur Francis ROL-TANGUY, conseiller maître à la Cour des Comptes, vient d’être lancée par Madame Elisabeth BORNE, ministre chargée des Transports, afin d’accompagner les collectivités territoriales dans l’élaboration d’un « projet stratégique pour les mobilités du Grand Ouest ». La mission devra notamment revoir les orientations du rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, à l’aune des engagements pris par le Gouvernement suite à l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dames-Des-Landes.
Ces travaux se concluront par la signature d’un contrat avec chacune des régions Pays de la Loire et Bretagne, respectant l’esprit du « pacte girondin » annoncé par le Président de la République.Communiqué de presse – Nouvelle contractualisation entre l’État et les régions Bretagne et Pays de la Loire

+ Commentaires fermés sur Nouvelle contractualisation entre l’État et les régions Bretagne et Pays de la Loire

mercredi 21 février 2018 - 19:31

Conférence de presse sur le Grand Paris Express

Déroulé prévisionnel :

09h00 Entretien avec Valérie PECRESSE, présidente de la Région Île-de-France, Gilles CARREZ, député, Patrick OLLIER, président de la Métropole du Grand Paris, Jean-Yves LE BOUILLONNEC, président du conseil de surveillance de la …

+ Commentaires fermés sur Conférence de presse sur le Grand Paris Express

Facebook Live du 20 février 2018

Edouard PHILIPPE, Premier ministre

Bonjour à tous. Bienvenue pour cette nouvelle édition. Ce soir, nous sommes avec Jean-Michel BLANQUER, le ministre de l’Education nationale. On va donc, pendant une demi-heure, parler d’éducation, de réforme du Bacca…

+ Commentaires fermés sur Facebook Live du 20 février 2018

Décès de deux soldats de la force Barkhane au Mali

Le Premier ministre, Édouard PHILIPPE, a appris avec une très grande émotion la mort en opération au Mali de deux soldats de la force Barkhane.

Le Premier ministre tient à saluer solennellement la mémoire de ces deux militaires de l’armée de Terre qui…

+ Commentaires fermés sur Décès de deux soldats de la force Barkhane au Mali

Déplacement dans le Nord

Déroulé prévisionnel :
Le Premier ministre, accompagné de plusieurs membres du Gouvernement, se rendra dans le Nord pour un déplacement de deux jours. Lors de sa visite du bassin minier, il rappellera la détermination de l’Etat à conforter les efforts …

+ Commentaires fermés sur Déplacement dans le Nord

Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

21 février 2018 – ActualitéLe rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesse vient de paraître. Comme chaque année, depuis 2015, il fait apparaître à tra…

+ Commentaires fermés sur Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

21 février 2018 – ActualitéLe rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesse vient de paraître. Comme chaque année, depuis 2015, il fait apparaître à tra…

+ Commentaires fermés sur Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

21 février 2018 – ActualitéLe rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesse vient de paraître. Comme chaque année, depuis 2015, il fait apparaître à tra…

+ Commentaires fermés sur Le rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

Rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

INDICATEUR DE RICHESSES 2017

+ Commentaires fermés sur Rapport 2017 sur les indicateurs de richesses

mardi 20 février 2018 - 11:30

Discours d’Édouard Philippe sur la politique d’intégration

Monsieur le ministre d’Etat, cher Gérard Collomb,
Mesdames et messieurs les parlementaires,
Monsieur le député Aurélien Taché,
Monsieur le maire,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le préfet de région,
Monsieur le délégué interministériel,
Mesdam…

+ Commentaires fermés sur Discours d’Édouard Philippe sur la politique d’intégration

lundi 19 février 2018 - 16:58

Discours d’Édouard Philippe, Premier ministre, devant les sessions nationales 2017-2018 de l’IHEDN et de l’INHESJ

Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
Devant les sessions nationales 2017-2018 de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ)
Ecole militaire, Paris 7ème
Vendredi 16 février 2018Seul le prononcé fait foi
Mesdames et messieurs les parlementaires,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le chef d’Etat-major des armées,
Madame la directrice,
Mon général,
Mesdames, messieurs,
A peu près au moment où je faisais mon service militaire en 1994, j’ai lu pour la première fois un livre qui m’a profondément marqué et dont je parle souvent.
C’est un livre de Marc BLOCH qui s’appelle « L’Etrange défaite ». J’aime beaucoup Marc BLOCH, pas seulement pour « L’Etrange défaite » mais parce qu’il a une langue d’une très grande simplicité, d’une très grande précision, une érudition tout à fait remarquable sur la France, son histoire. Vous savez qu’avec d’autres – notamment avec Lucien FEBVRE – il a été un de ces historiens qui ont voulu intégrer le temps long dans l’approche historique. Il a été un officier, il s’est battu pendant la Première Guerre mondiale et dans ses œuvres complètes, il y a un recueil de lettres qu’il écrivait aux familles des soldats morts sous ses ordres, qui sont des lettres absolument magnifiques.
Il avait demandé à être remobilisé pour la Seconde Guerre mondiale. Il avait dépassé l’âge auquel normalement il aurait dû être remobilisé, mais il l’avait demandé de façon explicite. Et dans « L’Etrange défaite », il se livre à un exercice difficile pour un historien, difficile pour un officier et au fond probablement difficile pour un Français. Il s’interroge sur ce qu’il est en train de vivre ou plus exactement sur ce qu’il vient de vivre, les raisons de la défaite et d’une certaine façon de l’effondrement et de l’armée et de l’Etat.
C’est un livre formidable parce qu’il est d’une intelligence lumineuse. Il est à la fois très triste parce qu’au moment où Marc BLOCH écrit, la France est occupée, défaite et en même temps, il y a une forme de petit espoir dans ce livre parce que justement, c’est l’intelligence et la lucidité à l’œuvre, et que c’est la base sur laquelle on peut évidemment tout reconstruire.
Ce livre m’a beaucoup impressionné parce qu’il est pour moi une forme de cauchemar. Il montre que des Français en 1940 ont pu vivre alors même qu’ils pensaient que c’était impossible, inenvisageable. L’effondrement complet de leur pays, l’effondrement de tout ce qui constitue la nation française, l’armée et l’Etat.
Et depuis que j’ai effectué mon service militaire, depuis que j’ai commencé ma vie professionnelle, d’abord dans la fonction publique, ensuite dans l’engagement en politique et parallèlement dans des entreprises privées, j’ai ce cauchemar en tête. L’idée que si nous n’y prenons pas garde, notre pays peut lui aussi à nouveau s’effondrer.
Je sais que le dire comme ça un matin de février où il fait enfin un peu beau, où nous vivons sur le territoire national dans une forme de paix à laquelle nos concitoyens sont attachés, dire que le cauchemar récurrent de mes 30 dernières années c’est la possibilité qu’un jour nous voyions notre Etat s’effondrer a quelque chose de peut-être provocateur. Mais c’est un fait.
Nous devons toujours agir et préparer l’avenir comme si cette perspective, celle que je viens d’évoquer, celle que Marc BLOCH a décrite n’était pas impossible, comme si nous devions nous y préparer, comme si nous devions tout faire pour éviter qu’elle puisse advenir. C’est en tout cas l’esprit dans lequel je me place en vous parlant ce matin. Un esprit qui est donc à la fois sérieux et conscient des enjeux qui sont les nôtres.
* * *
Une des choses qui m’a beaucoup frappé dans les derniers mois, dans les dernières années, c’est évidemment l’élection du Président de la République, d’abord parce que quand vous êtes un acteur politique, le moment présidentiel est toujours un moment important, ensuite parce que directement après cette élection présidentielle, ma situation personnelle s’est trouvée un peu transformée, mais beaucoup plus fondamentalement que ça, parce qu’avec cette élection présidentielle s’est ouverte une forme de moment – particulier – dans lequel toute une série de choses, dont il apparaissait qu’elles étaient difficiles deviennent non pas simples mais plus aisément envisageables. Toute une série de décisions, de transformations, de réformes, qui étaient perçues comme nécessaires mais comme peut-être irréalisables, entrent dans le domaine du possible ; et qu’il nous appartient de profiter de ce moment pour transformer effectivement notre pays, notre Etat, notre armée, pour être à la hauteur des enjeux qui sont les nôtres.
Et c’est de ça au fond mesdames et messieurs que je voudrais vous parler ce matin, de la possibilité de profiter de ce moment politique, peut-être un jour dira-t-on de ce moment historique, mais peut-être ne le dira-t-on pas, ce n’est pas à moi qu’il appartient de le dire, mais en tout cas de ce moment politique pour transformer notre pays et le rendre plus fort, pour qu’il renoue non pas du tout avec une puissance qui l’aurait abandonné, mais avec des décisions qui lui permettent d’assumer cette volonté de puissance qu’il affirme depuis longtemps.
Ce qui est très intéressant, c’est que ce moment français, cette possibilité de prendre des mesures indispensables coïncide avec des hésitations et avec une forme de repli peut-être du monde occidental. Si l’élection du Président crée un moment français, si l’élection du Président français est un moment français, nous savons tous que dans le monde occidental d’autres élections ont conduit à des réactions de repli ou d’hésitations. C’est vrai au Royaume-Uni où nous voyons une forme de doute ; c’est vrai aux Etats-Unis où un certain nombre d’expressions font parfois naître une forme de doute sur la cohérence, la résolution d’un certain nombre d’engagements.
La décision du Président américain de se retirer de l’Accord de Paris illustre ce que je viens d’exprimer, c’est-à-dire ce doute sur la capacité des Etats occidentaux à formuler des objectifs collectifs et à s’astreindre aux efforts nécessaires pour les atteindre.
On a vu aussi un accroissement des tensions protectionnistes, des nationalistes, des populistes à certains égards. On a vu dans le même temps une émergence – elle est ancienne, elle s’accélère – de puissances ailleurs que dans le monde occidental. Puissances organisées, puissances animées par des ambitions, cohérentes, par des volontés de puissance assumée et, donc, une remise en cause de cet état de fait qui prévalait jusqu’à présent.
La façon dont la puissance française peut s’incarner dans le monde de 2018, c’est évidemment le recours à un dialogue ouvert mais ferme. Ce dialogue repose sur une vision la plus réaliste possible du monde tel qu’il est, une appréciation des nouveaux rapports de force.
Le réalisme commande d’entretenir le dialogue avec tout le monde, parler à tout le monde est une exigence française, une ligne rappelée régulièrement et à juste titre par le Président de la République et, ce, même quand nos interlocuteurs ne partagent pas nos valeurs.
Le Président de la République en a offert un exemple fondateur et remarqué immédiatement après son élection en accueillant le Président russe en France, à Versailles. Cette approche réaliste, soyons clairs, je ne la crois pas cynique. Elle est indispensable. Elle ne veut pas dire que parce que l’on parlerait avec tout le monde, on se tairait ou on accepterait tout, ou on acquiescerait à toutes les décisions qui seraient contraires, soit évidemment à nos intérêts soit au bien commun.
Il faut donc accepter que la France, dans tous les conflits et dans toutes les situations, assume de parler à chacun, assume d’entrer dans des logiques de rapport de force, mais assume d’essayer justement de créer des marges de manœuvre pour ne pas en rester au seul rapport de force.
* * *
Cette volonté de la France, elle doit s’asseoir et elle doit être fondée sur une crédibilité et sur une responsabilité. La crédibilité passe d’abord par une crédibilité militaire restaurée. Et j’ai bien conscience en utilisant ce terme de restaurée que certains ici pourraient penser qu’elle ne serait pas aujourd’hui assurée. Je veux dire les choses clairement, nous voulons avec le Président de la République une France forte, une France lucide, une France crédible. Et la crédibilité militaire de la France, c’est la pierre angulaire de notre défense et de notre sécurité.
Nous avons sous l’impulsion du Président de la République fait des choix très clairs. Et après les travaux de la revue stratégique, nous avons préparé une loi de programmation militaire qui sera présentée et discutée très rapidement par le Parlement.
Cette loi de programmation militaire, elle a été préparée en bonne intelligence avec l’ensemble de ceux qui sont concernés par ce sujet. Je voudrais saluer l’engagement de la ministre des Armées, du chef d’état-major des armées, du délégué général pour l’armement, du secrétaire général pour l’administration et des chefs d’état-major.
Cette loi de programmation militaire est une loi de reconquête. Sur la période de 2019-2023, l’Etat investira près de 200 milliards d’euros dans sa défense et ses armées, afin de porter sa trajectoire des ressources à 2 % du produit intérieur brut en 2025, comme cela avait été promis au cours de la campagne.
200 milliards d’euros sur la période 2019-2023, c’est une marche budgétaire de 1,8 milliard d’euros supplémentaires chaque année, dans un contexte où il n’a échappé à personne, mesdames et messieurs, que la volonté du Gouvernement et la nécessité des finances publiques commandaient une maitrise des dépenses publiques.
C’est donc un effort absolu important et un effort relatif considérable. Pourquoi consentir cet effort ? Parce que nous devons moderniser nos équipements et parce que nous devons pallier nos lacunes. Nous devons renforcer nos capacités dans les domaines émergents comme le cyber, nous devons commencer à renouveler les composantes de la dissuasion nucléaire, nous devons continuer à innover et conforter nos 5 fonctions stratégiques : la dissuasion, la connaissance et l’anticipation, la prévention, la protection et l’intervention. Enfin, nous devons consacrer une attention particulière et accrue à l’amélioration de la condition du personnel et à la mobilisation de nos partenaires européens.
En tant que chef du Gouvernement, je veux l’assurer, c’est un effort financier considérable que la Nation consent aux armées, à la défense, mais c’est un effort nécessaire, justifié et responsable. Et c’est un effort qui est la seule façon pour nous de remédier à l’érosion insidieuse que subissent nos capacités militaires depuis plusieurs décennies.
Cet effort, nous avons eu l’occasion d’en discuter avec les responsables militaires, il sera considérable. Il ne sera pas immédiatement visible mais il sera immédiatement réel car nous savons tous ici que lorsque nous partons avec un retard à rattraper, le fait de rattraper ce retard n’est pas toujours spectaculaire. Si je devais utiliser les mots les plus précis qui me viennent à l’esprit, je dirai que l’effort que nous allons tous consentir, il sera visible mais il ne sera pas spectaculaire. Mais il est indispensable et il sera efficace. Il nous permettra, il permettra aux armées de remplir leurs missions dans des conditions qui leur permettent d’être à la hauteur de nos attentes et elles sont élevées. Et donc c’est un effort considérable, qui doit à la fois nous permettre de tenir notre rang et d’éviter les mauvaises surprises dans un monde qui ne cessera pas d’être dangereux ou incertain.
Nous devons aussi, mesdames et messieurs, tirer parti d’une culture stratégique française, originale et responsable. Je voudrais notamment ici réaffirmer mon attachement à ce qu’on appelle « la culture stratégique française », parce que face à la complexité du monde, face au piège du manichéisme il faut garder dans toute la mesure du possible le recul de l’histoire.
Il se trouve que grâce à notre histoire exceptionnelle, peut-être à cause de notre histoire exceptionnelle, la France dispose d’une très riche culture stratégique. Elle appartient à un continent qui a été traversé, rythmé, détruit, plusieurs fois par des siècles de guerre. Et ces siècles, ils nous ont appris au moins 3 choses qui définissent, me semble-t-il, notre culture militaire et stratégique.
D’abord qu’on ne peut pas transformer le monde contre son gré. Je ne crois pas mesdames et messieurs que l’on puisse facilement importer, exporter ou décréter la démocratie ou tel modèle politique durable. Je crois qu’il faut avoir le courage d’apprendre de nos erreurs, je pense que les interventions militaires en Irak, en Afghanistan ou en Libye ont produit des conséquences délétères qu’il ne faut jamais mésestimer.
Et enfin, nous savons qu’il existe toujours un lendemain à la guerre. Il faut combattre avec une détermination inflexible bien entendu, tout en anticipant les projets qui scelleront ensuite une réconciliation durable pour soi et pour ceux qui viendront après.
La force de la culture stratégique française, c’est un équilibre entre la réflexion et l’action, avec une volonté de limiter le recours à la violence pour résoudre les conflits. Dans l’action, nos armées gardent constamment le souci du local, qui implique l’immersion dans les populations, et la vision large que permet notre excellence technologique. L’audace, le courage dont font preuve nos militaires au combat ne sont pas exclusifs d’un profond respect du droit international et de l’adversaire.
Et c’est une réflexion qui n’est pas neutre et gratuite dans le contexte dans lequel nous vivons, car les crispations, les affrontements, une certaine forme de manichéisme tendent à nous faire oublier cette dimension essentielle. Et d’une certaine façon, les deux instituts que vous incarnez aujourd’hui représentent le lieu par excellence où nous devons en permanence réfléchir et diffuser cette culture stratégique française.
On a beaucoup parlé ces dernières années du continuum sécurité défense, mais votre réflexion doit aussi porter sur le continuum de la pensée stratégique qui s’est construite au fil de notre histoire et qui doit être constamment actualisée.
Pour aller plus loin, je dirai volontiers que cette conception de la guerre doit innerver toute la culture stratégique européenne que le Président de la République appelle de ses vœux. Elle doit déterminer les initiatives que nous prenons au sein de nos alliances comme dans les dialogues stratégiques que nous entretenons avec nos partenaires. Nous ne construirons rien de durable, et la coopération européenne en matière de défense resterait un vœu pieux, s’il n’existe ni formation commune, ni culture stratégique partagée. Vous avez donc tous autant que vous êtes, quelles que soient vos fonctions, un rôle déterminant à jouer en la matière.
Et la souveraineté de la France ne peut se concevoir seule. Je voudrais insister sur le lien important et l’attachement essentiel qui est celui de la France à la question du multilatéralisme. L’illusion d’une autarcie n’est souhaitable ni pour la France ni pour l’Europe. Nous savons par notre histoire que nous désolidariser, nous désintéresser de l’ensemble des défis mondiaux du 21ème siècle ne peut constituer une solution pour nous, sauf à ce que ces défis finissent par nous atteindre sans que nous y soyons préparés.
Etablir un espace de sécurité commun constitue donc une nécessité impérieuse pour lutter contre la propagande sur Internet, pour lutter contre les circuits de financement du terrorisme, pour garantir la sécurité durable de nos concitoyens.
La maitrise de nos frontières, la réforme de nos politiques migratoires impliquent aussi que nous parlions d’une seule voix. La crise migratoire nous l’impose au risque de mettre en péril ce que nous avons construit dans l’Union européenne, ce marché, cet ensemble de pays, cette géographie qui nous permettent une libre circulation des biens, des personnes, des marchandises. Nous mettrions tout ça en cause si nous n’arrivions pas à avoir des réactions et une maitrise coordonnées des chocs migratoires qui peuvent se produire. Face aux drames humains qui se répètent, c’est ensemble que nous devons agir à la source par des actions de stabilisation et d’aide au développement en Méditerranée et en Afrique.
Nous allons porter notre effort d’aide publique au développement en France à 0,55 % du revenu national brut d’ici à 2022, conformément aux engagements pris par le Président de la République, ce qui représente plus de 7 milliards d’euros dans les 5 prochaines années. Et de nombreux partenaires européens s’engagent aujourd’hui à nos côtés, c’est tant mieux.
Dans le domaine de la défense, cette action coordonnée passe par trois avancées qui ont marqué l’année 2017, sous l’impulsion forte du Président de la République : la coopération structurelle permanente, le fonds européen de défense, l’initiative européenne d’intervention.
Ce qui est en jeu c’est notre capacité à agir, de façon plus autonome, et à développer une véritable culture stratégique européenne. Alors il faut sans doute s’entendre sur le bon équilibre à trouver avec l’OTAN, qui est en réalité très complémentaire de cette Europe de la défense. Mais pour durer, cette souveraineté requiert aussi une nouvelle donne, dans des domaines très variés, les domaines du numérique, de l’écologie, pour faire face à l’ensemble des transitions et des révolutions auxquelles nous sommes confrontés. De même, la convergence européenne de nos politiques, sociales notamment, me paraît indispensable pour garantir une cohérence à nos projets économiques et monétaires.
En somme, seule l’Europe est capable de concevoir et de mettre en œuvre une approche globale face à ces défis qui excédent largement les enjeux de la défense et de la sécurité. Au sein du continent européen, chaque peuple, chaque citoyen, devra rendre des comptes du monde que nous construisons. Relever les défis du 21ème siècle sera donc une des questions, essentielle, morale, politique, qui sera posée à l’Union européenne.
* * *
Je voudrais dire un mot, aussi, de la transformation de notre puissance, de notre pays. Sur notre sol, la France est confrontée à de multiples défis : le terrorisme, l’insécurité qui abîment certaines parties du territoire en métropole comme en Outre-mer, la problématique migratoire, je l’ai évoquée, la montée en puissance d’une radicalisation dans la contestation violente de grands projets d’aménagement. Le Gouvernement, évidemment, prend en compte tous ces sujets pour renforcer la cohésion nationale.
La menace terroriste demeure élevée, vous le savez bien, elle est aujourd’hui principalement d’origine endogène, et elle reste un défi que nous allons devoir relever pendant longtemps, un combat que nous allons devoir livrer pendant longtemps. Les réponses à ce défi ne sont ni simples, ni faciles. Ce à quoi nous devons nous opposer, ce contre quoi nous devons lutter, c’est une idéologie qui est mortifère, qui est brutale, qui détourne, qui travestit et transforme une religion, l’instrumentalise, pour diviser très profondément la société française, à certains égard pour la casser.
Nous avons souhaité renforcer la coordination du renseignement et sortir de l’état d’urgence tout en maintenant un dispositif solide face à la menace, c’était le sens de la loi Sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme ; elle est en œuvre aujourd’hui. Ce que nous voulons, avec le Président de la République, et avec le ministre de l’Intérieur, c’est assurer une réponse sécuritaire très ferme, efficace, et équilibrée. Je voudrais saluer l’action de tous les services de sécurité et de renseignement, comme l’appui des Armées dans ce combat, souvent discret, mais toujours essentiel.
Dans nos sociétés connectées, et assez largement sous influence, les enjeux du cyber sont également vitaux. Je me réjouis que vos instituts consacrent dès la rentrée une nouvelle session nationale à ce thème. Elle pourra profiter des travaux conduits sous l’autorité du SGDSN pour la Revue stratégique de cyberdéfense. Et à court terme, nous attendons des acteurs majeurs de l’Internet qu’ils accompagnent ce combat.
La culture du renseignement peut elle aussi encore progresser en France. Nous allons mobiliser le monde universitaire, en créant des formations dédiées à ce domaine. Comprendre est un préalable indispensable à l’action ; ce sera aussi la mission du Conseil scientifique en charge de la recherche sur les processus de radicalisation. Il sera piloté par l’INHESJ et nous l’installerons au printemps. Dès le 23 février je dévoilerai un ensemble de mesures qui s’inscrivent dans le plan national de prévention de la radicalisation.
Ce combat contre le terrorisme il n’est pas exclusif de toute autre forme de combat contre l’insécurité, bien entendu. Nos concitoyens, en ville comme dans nos campagnes, souffrent, parfois au quotidien, de l’insécurité, de la délinquance, des incivilités. La police de sécurité du quotidien, ainsi qu’une hausse de 10.000 effectifs pour les forces de sécurité intérieure sur l’ensemble du quinquennat, apporteront des réponses très concrètes à ces fléaux. Nos forces de sécurité intérieure, nous voulons les recentrer sur leur cœur de métier, en les délivrant des tâches, parfois administratives, et parfois inutiles, qui les éloignent des citoyens.
Nos responsabilités, nous voulons aussi les assumer face à ceux qui occupent illégalement des zones, et dont je constate, mesdames et messieurs, que nous avons trop longtemps accepté qu’ils les occupent. Si nous voulons éviter que ces choses se reproduisent, il faut donc que nous fassions en sorte que les procédures administratives soient menées, et que nous ne laissions pas s’enkyster, sur des parties du territoire national, des zones que, le moment venu, il est bien délicat de traiter, dès lors que nous nous sommes placés dans les pires dispositions pour pouvoir les traiter.
Je n’ai aucun doute sur le fait, mesdames et messieurs, que lorsqu’il faudra procéder à des évacuations de zones, ça viendra, que lorsqu’il faudra mettre en œuvre un certain nombre d’éléments qui ont pour objet de garantir ou de renforcer la sécurité des Français, ça viendra aussi, prévenir même des accidents ou des éléments, nous nous heurterons à des moments d’impopularité. Si je peux me permettre, je vous dirais volontiers que celui qui a pris la décision d’abaisser la vitesse sur nos routes bidirectionnelles sans séparateur à 80 km/h y est prêt.
Une France qui restaure sa capacité à agir, qui garantit la sécurité de ses concitoyens, c’est indispensable. C’est indispensable de lire cette France, et de la vivre, dans le cadre d’un Etat de droit, et probablement d’un Etat de droit renouvelé. Dans un Etat de droit, auquel nous sommes tous très attachés, rien n’est possible sans une justice forte. Si elle est lente, si elle est lointaine, si elle est inégalitaire, je dirais même si elle est complexe, et donc peu comprise, la confiance dans notre justice s’érode. Si ses décisions ne sont pas respectées, si elles tardent à être exécutées, si elles ne sont pas comprises, c’est la Justice qui perd en crédibilité.
Vous le savez, nous travaillons en ce moment à une réforme constitutionnelle qui permettra, notamment, de renforcer l’indépendance des magistrats du Parquet, et la garde des Sceaux présentera dans quelques semaines, en Conseil des ministres, un projet de loi de programmation quinquennale pour la Justice. La priorité budgétaire donnée à sa réforme sera actée.
En octobre dernier nous avons, avec madame la garde des Sceaux, lancé cinq grands chantiers pour la Justice. Ils ont pour objectif de permettre une simplification de la procédure pénale et de la procédure civile, d’amorcer la réforme numérique et la réorganisation territoriale de la Justice, et de revoir le sens des peines. Le projet de loi donnera à la justice les moyens d’engager un vaste mouvement de dématérialisation, de simplification, de réorganisation, avec, je l’ai dit, une réelle progression du budget de la Justice.
Ce projet de loi actera aussi la volonté de l’Etat de s’engager dans une réforme pénale et pénitentiaire audacieuse. L’ambition est d’exécuter plus vite, et mieux, les peines. Nous construirons évidemment des places de prison, car il est inadmissible qu’on ne puisse pas incarcérer ceux qui doivent l’être. Et là encore, disons les choses clairement, et disons-les d’autant plus clairement que, nous le savons tous, le sujet n’est pas en discussion : nous vivons aujourd’hui dans une situation où nous payons le prix d’un sous-investissement, ancien et considérable. Et lorsque pendant des années vous n’investissez pas en matière de Justice, comme en matière militaire, comme dans toute autre matière, suffisamment, eh bien la première année ce n’est pas grave, mais au fil du temps, et de l’accumulation de ce sous-investissement, vous finissez par vous trouver dans une situation périlleuse. Notre objectif, en la matière, sera d’apporter des réponses durables à ce sous-investissement manifeste. Construire des places de prison est donc devenu indispensable.
Je vois dans vos rangs un certain nombre de directeurs d’établissements pénitentiaires. Lorsque vous vous déplacez dans une prison construite pour 600 personnes, et qu’elle accueille 1080 détenus, eh bien vous voyez tout de suite que la façon dont vous allez envisager la peine, et l’éventuelle réinsertion à l’issue, ne peut pas se passer dans les conditions normales qui étaient celles qui ont prévalu au moment de la construction de la prison, et au moment du prononcé de la peine. Ce n’est pas raisonnable.
Nous devons donc en effet construire des places de prison, parce que c’est indispensable sur le plan des principes, parce que nous devons traiter dignement les détenus. Nous construirons des quartiers très sécurisés, mais notre réponse ne peut pas, en même temps, se réduire au tout sécuritaire, ni au tout carcéral.
Je pense notamment qu’il faut revoir la question des peines les plus courtes, car elles ne permettent pas, lorsqu’elles se traduisent par un emprisonnement, la mise en place d’un travail éducatif utile. Le plus généralement, nous disent les spécialistes qui vivent dans l’exécution et dans l’accompagnement de ces détenus, ces peines très courtes d’emprisonnement conduisent à une désocialisation accrue et à un taux de récidive important. Toutes les pistes seront donc explorées : diversifier les solutions, développer les peines sous bracelet électronique, travailler sur des centres qui mettent en responsabilité les détenus et qui favorisent leur réadaptation, tout en garantissant la sécurité de nos concitoyens et la surveillance des détenus.
Ambitieux, créatif et global, le projet de transformation de la Justice est un jalon incontournable pour renforcer la cohésion nationale, pour que la France reste une référence partout dans le monde, quand on parle de droits, et pour que nous n’ayons pas honte de ce que nous faisons en matière de Justice et d’administration pénitentiaire.
Enfin, notre souveraineté, militaire, diplomatique, régalienne est aussi un enjeu de souveraineté économique retrouvée. Pour réarmer notre Etat régalien il est bon d’avoir un discours de puissance, mais cette puissance s’appuie sur une force économique. Quand notre dette publique se rapproche de 100 % du PIB, quand elle est majoritairement détenue par des non-résidents, notre souveraineté passe aussi par la restauration de l’équilibre de nos finances publiques.
Une première tendance est enclenchée, dès 2017, nous en aurons bientôt la confirmation. L’action du Gouvernement, et les efforts entrepris par les Français nous permettront de ramener notre déficit public sous les 3 % du PIB, ce qui devrait nous permettre de sortir de la procédure pour déficit excessif qui a été ouverte à l’encontre de notre pays il y a déjà 10 ans. Accessoirement, à peu près tous nos partenaires européens sont sortis de cette procédure. L’idée que la France soit l’un des deux ou trois derniers Etats de l’Union européenne à vivre sous l’empire d’une procédure de déficit excessif a pour moi quelque chose d’insupportable. Avec ce premier résultat qui devrait être obtenu rapidement, c’est un signal de sérieux que nous allons envoyer à nos partenaires pour leur dire que la France est effectivement au rendez-vous des engagements qu’elle a pris. A moyen terme nous visons l’équilibre budgétaire structurel, ce qui nous permettra de faire face aux éventuelles attaques sur notre dette. Cet équilibre budgétaire, il conditionne aussi notre solidarité nationale en cas de crise. Enfin, seul l’équilibre budgétaire peut consolider notre système de santé et assurer la viabilité de notre système de retraite sur le long terme. C’est donc un objectif majeur de ce Gouvernement.
On pourrait l’atteindre en choisissant entre deux options. Première option : l’augmentation des prélèvements obligatoires afin d’assurer l’équilibre. Nous l’avons écartée pour une raison simple, c’est qu’ils atteignent déjà des niveaux records. Je pense qu’en la matière on doit pouvoir faire moins.
Deuxième option, indispensable : l’action sur la dépense publique, que nous privilégions, puisque le poids de cette dépense, dans le PIB, baissera de plus de 3 points, au cours du quinquennat, et que nous voulons faire baisser notre dette de 5 points de PIB sur le quinquennat. Ce qui, mesdames et messieurs, illustre, avec peut-être encore plus de force, ce que j’indiquais au début de mon propos sur l’effort consenti pour nos armées, pour la Justice, pour l’Intérieur. Nous augmentons, en la matière, nos dépenses nettement plus vite que le rythme de la croissance, alors que globalement, les dépenses publiques diminueront dans le même temps dans la proportion du PIB.
Pour atteindre cet objectif toutes les administrations publiques sont mises à contribution, conformément à la loi de programmation des finances publiques qui a été votée à la fin de l’année 2017, pour les années 2018 à 2022. Et pour y parvenir nous essaierons d’agir en évitant, dans toute la mesure du possible, la logique du rabot, parce que la logique du rabot qui produit des effets efficaces à court terme, est totalement déstabilisatrice et inefficace à long terme. Elle paupérise les services publics et leur interdit, d’une certaine façon, de se transformer.
Dès le budget 2018, des choix ont été assumés avec des économies structurelles et conséquentes dans les domaines du logement, de l’emploi, et des infrastructures de transport aussi. Ce sont des choix de transformation, car notre méthode consiste à transformer les politiques publiques avant d’en tirer les conséquences budgétaires, et pas l’inverse.
Pour l’emploi nous avons fait primer l’investissement dans la formation, dans les compétences, plutôt que le maintien dans la précarité des emplois aidés. Pour faire repartir notre pays, pour développer sa force, sa compétitivité, il faut avant tout faire le pari de l’intelligence, de la formation, depuis les classes préparatoires dédoublées, jusqu’à la transformation du baccalauréat, depuis la transformation de l’entrée au premier cycle universitaire jusqu’à la transformation de l’apprentissage, et bientôt de la formation professionnelle. Dans cet investissement sans précédent que nous voulons faire sur l’acquisition, la transformation, l’élévation du niveau de compétences, il y a là quelque chose de fondamental, et quelque chose que ceux qui ont une culture militaire peuvent parfaitement comprendre. Je n’ai jamais vu un lieutenant, un capitaine, un colonel ou un général douter une seconde de ce que la meilleure chance de réussir la mission était la formation de ses hommes et de ses femmes. Et donc nous devons, non pas pour reproduire le modèle militaire dans la vie civile, porter une attention considérable et première à l’élévation du niveau de compétences. C’est la plus grande sécurité pour nos concitoyens, dans le monde qui vient, pour affronter ces transformations.
Enfin, dernier mot, mais je ne m’appesantirai pas sur ce sujet car il justifierait à lui seul que je commence maintenant un discours plus long : nous allons transformer notre Etat. C’est l’objectif du programme Action publique 2022. Domaine par domaine, politique publique par politique publique, il doit nous permettre, non pas d’appliquer des logiques du rabot mais de transformer, de redonner du sens à ce que nous faisons, et de vérifier si les objectifs que nous nous assignons peuvent être atteints par l’organisation qui prévaut actuellement et qui est, parfois, héritée de choix, parfaitement légitimes, parfaitement rationnels, mais déjà trop anciens.
* * *
Mesdames et Messieurs, ces dernières années la France a été mise à l’épreuve, elle est, à bien des égards, encore en état d’alerte, mais, je citais Marc BLOCH au début de mon propos, je voudrais citer deux autres écrivains français célèbres, d’abord Saint-John PERSE, qui dans son discours de Stockholm disait, je le cite, « les civilisations mûrissantes ne meurent point des affres d’un automne, elles ne font que muer, l’inertie seule est menaçante ». Je pense que Saint-John PERSE avait parfaitement raison. L’inertie, l’immobilisme, la tranchée, sont les menaces que nous devons éviter. Nous devons rester en mouvement, nous devons nous transformer, par exigence individuelle, par exigence vis-à-vis de notre pays et vis-à-vis de ceux qui, après nous, le feront vivre.
Je vous avais dit que je terminerai par un auteur. Pendant longtemps j’ai été élu au Havre, mais j’ai travaillé à Paris, et donc j’ai fait beaucoup d’allers-retours en voiture. La grande menace, lorsqu’on fait beaucoup d’aller-retour en voiture, c’est l’excès de vitesse bien entendu, mais c’est aussi, peut-être encore plus insidieux, l’endormissement. Et pour lutter contre l’endormissement j’avais pris l’habitude d’écouter les discours enregistrés de MALRAUX, parce que ça réveille, parce que ça fait vibrer, parce que je suis bien persuadé ici, dans cette salle, que dès lors que vous entendez les mots et le ton de MALRAUX vous avez la chair de poule et les tripes qui se retournent. Il se trouve que MALRAUX – on connaît sa phrase célèbre « l’homme est ce qu’il fait » – a écrit dans le dernier chapitre de « La condition humaine », une phrase qui, compte tenu de ce que je viens de vous dire, doit nous faire réfléchir, mais donne finalement beaucoup de sens à ce que je crois. Il dit « sans doute les hommes ne valent-ils que par ce qu’ils ont transformé. » Eh bien, ce que nous voulons faire, ce n’est pas changer la France, parce que nous l’aimons, c’est la transformer, parce que c’est notre devoir.Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre devant les sessions nationales 2017-2018 de l’IHEDN et de l’INHESJ à Paris – V

+ Commentaires fermés sur Discours d’Édouard Philippe, Premier ministre, devant les sessions nationales 2017-2018 de l’IHEDN et de l’INHESJ

dimanche 18 février 2018 - 22:05

Entretien du Premier ministre avec Frédéric SAINT GEOURS, Guillaume PEPY et Patrick JEANTET

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre s’entretiendra avec
M. Frédéric SAINT GEOURS, président du conseil de surveillance de SNCF,
M. Guillaume PEPY, président du directoire de SNCF et
M. Patrick JEANTET, président directeur général de SNCF Réseau
en pr…

+ Commentaires fermés sur Entretien du Premier ministre avec Frédéric SAINT GEOURS, Guillaume PEPY et Patrick JEANTET

Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 19 février au vendredi 23 février 2018

Lundi 19 février 2018. 08h00 : Entretien avec M. Frédéric SAINT GEOURS, président du conseil de surveillance de SNCF, M. Guillaume PEPY, président du directoire de SNCF et M. Patrick JEANTET, président directeur général de SNCF Réseau
Hôtel de Matignon

+ Commentaires fermés sur Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 19 février au vendredi 23 février 2018

samedi 17 février 2018 - 17:29

Déplacement à Lyon – 19/02/2018

Le Premier ministre, Edouard PHILIPPE, se rendra à Lyon accompagné de M. Gérard COLLOMB, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur, pour rencontrer et échanger avec les acteurs d’initiatives et d’expérimentations menées localement en faveur de l’intégra…

+ Commentaires fermés sur Déplacement à Lyon – 19/02/2018

Discours du Premier ministre lors de la 54e édition de la Conférence sur la Sécurité de Munich – 17/02/2018

Je ne sais pas si le monde est plus incertain aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 50 ans, d’abord parce que je n’étais pas là il y a 50 ans et ensuite parce que fondamentalement,..

+ Commentaires fermés sur Discours du Premier ministre lors de la 54e édition de la Conférence sur la Sécurité de Munich – 17/02/2018

vendredi 16 février 2018 - 19:46

Discours du Premier ministre à l’Usine L’Oréal Lassigny

Discours de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre

Usine L’Oréal

Lassigny, le vendredi 16 février 2018

 

Seul le prononcé fait foi

On nous a toujours envié nos cheveux. Souvenez-vous, au milieu du Ier siècle, quand César décida d’envahir ce qu’on nommait alors « La Gaule chevelue », qui n’était pas encore soumise à Rome. Je sais, on devait sans doute ce nom à nos forêts feuillues au moins autant qu’à nos ondoyants cheveux gaulois. Et je sais qu’à Lassigny, vous produisez plutôt du rouge à lèvres que des shampoings. Mais il n’empêche : géographiquement, cette « Gaule chevelue» que convoitait César, vous êtes en plein dedans. Et aujourd’hui, grâce à L’Oréal, notre   «Gaule chevelue » continue à fasciner le monde entier.

Il y a donc au moins deux sources à Lassigny. La première est chère à mon cœur de Normand puisque c’est celle de la « Divette », cette rivière qui se jette dans l’Oise, puis dans la Seine, puis dans la Manche en passant bien sûr par le Havre.

Mais la seconde est encore plus chère au Premier ministre qui vous parle : c’est cette usine rachetée par L’Oréal en 2008. Elle est une source de beauté qui irrigue les salles de bain du monde entier en transitant là aussi, comme vous me l’avez confirmé, par le port du Havre. Elle est aussi une source de fierté et de prospérité pour la France.

Des produits mythiques se fabriquent ici : le rouge à lèvres Lancôme de Penelope Cruz, le vernis à ongles Yves Saint Laurent de Catherine Deneuve. En Chine, L’Oréal se transcrit d’ailleurs « Ouláiyǎ », « l’élégance qui vient d’Europe ». Rendons à Lassigny ce qui revient à Lassigny : la source de cette élégance jaillit entre vos doigts, de votre savoir-faire et de votre créativité, dans cette usine.

Cette usine, elle est  profondément ancrée dans son territoire depuis 1966. Elle est une vitrine de l’excellence française. Elle illustre la place que nos entreprises doivent occuper au cœur de la société, la vitalité de notre innovation et la nécessité de protéger ce patrimoine économique formidable.

Ce matin, je m’exprimais devant nos Instituts de sécurité et de défense : l’IHEDN et l’INHESJ. J’y évoquais notre volonté de renforcer la puissance de la France par la consolidation de notre souveraineté stratégique. Mais la préservation de nos intérêts appelle  aussi une vigilance toute particulière sur le champ économique. Et je tenais à vous en dire quelques mots.

Reconnaître la place de l’entreprise dans la société : L’Oréal est une entreprise qui pense mondial. C’est la clé de votre réussite. Les parfums et les cosmétiques que vous produisez se trouvent aujourd’hui dans les sacs à mains des Japonaises, la trousse de toilettes des Brésiliennes, sur les podiums à Cannes et les chariots des vendeurs ambulants à Delhi. Ces produits sont les ambassadeurs de notre pays à l’étranger et un moteur économique puissant : le secteur a représenté en 2016 six mois de notre facture pétrolière.

Mais on peut penser au niveau mondial, on peut être la troisième capitalisation boursière du CAC 40, présent sur les marchés mondiaux et être en même temps ancré durablement en France et notamment ici, en Picardie. En faisant vivre le dialogue social, l’investissement local, l’intéressement, la participation, la formation et le développement des compétences des salariés. Votre rayonnement mondial n’aurait aucun sens s’il n’était assorti d’un partage effectif de la valeur créée. L’Oréal prouve non seulement qu’on peut concilier ces deux ambitions, mais surtout que cette alliance est une source de prospérité partagée. Avec les salariés, les territoires, avec les sous-traitants et avec la société tout entière.

Cette « mission » que vous avez souhaité donner à L’Oréal, cher Jean-Paul Agon, je considère que c’est un modèle à suivre. C’est pourquoi, nous avons demandé à Jean-Dominique Sénard et à Nicole Notat, de nous faire des propositions, que nous recevrons d’ici quelques semaines, sur l’engagement sociétal des entreprises.

De fait, changer la place que les entreprises occupent dans la société, reconnaître leur contribution à l’intérêt général, au-delà du simple intérêt de leurs actionnaires, et, « en même temps », ou plutôt en conséquence, renforcer les entreprises françaises et les protéger face aux menaces ou aux risques auxquels elles sont confrontées, c’est l’ambition, qu’avec Bruno Le Maire, nous portons dans le projet de loi PACTE, que nous présenterons en Conseil des Ministres le 18 avril.

Qu’allons-nous faire dans PACTE pour cela ?

L’intéressement et la participation : l’une des pistes pour avancer, c’est de faire de l’intéressement une réalité pour un plus grand nombre de salariés. Parce que l’intéressement, vous le savez bien, ce n’est pas seulement un intérêt financier. C’est se sentir concerné par l’avenir de son entreprise. L’intéressement n’oppose pas le travail et le capital mais les réconcilie en une reconnaissance des efforts quotidiens. Il est la meilleure manière d’améliorer les relations, parfois conflictuelles et tendues, que les Français entretiennent avec l’entreprise.

Mais pour l’instant, ce mécanisme reste trop cantonné aux grands groupes. Vous êtes bien placés pour le savoir puisque L’Oréal donne l’exemple. Sur ce site, la moyenne est à 3 mois d’intéressement et de participation. Tous les salariés, en France, aimeraient pouvoir en dire autant.

Les partenaires sociaux vont nous faire des propositions. Muriel Pénicaud et Bruno Le Maire vont poursuivre cette concertation en s’appuyant sur deux principes, l’incitation et la simplification. Nous annoncerons des mesures simples et puissantes à l’issue de cette concertation. Mais ce que je peux déjà vous dire c’est que, pour encourager la diffusion de l’épargne salariale dans les PME, j’ai donné aux Ministres trois orientations claires :

Abaisser au maximum les charges sociales sur les versements d’épargne salariale dans les entreprises de moins de 50 salariés ; je pense bien sûr au forfait social. Il faut le diminuer autant que possible ;

Simplifier au maximum les dispositifs d’épargne salariale pour les PME, parce qu’ils ont d’abord été conçus pour les grands groupes. Or, vous en conviendrez, les chefs d’entreprise des PME ne doivent pas avoir besoin de se payer un expert-comptable et un avocat pour développer l’épargne salariale dans leur entreprise. Il faut promouvoir des accords d’intéressement « clefs en main », préparés au niveau des branches, qui pourront être repris facilement par les PME.

Simplifier également les dispositifs pour les salariés. Comment ? En assurant une transparence et une portabilité totales des droits acquis, car il est souvent trop complexe de basculer des dispositifs d’une entreprise à une autre. Dans un monde où les salariés sont de plus en plus mobiles, c’est essentiel.

Si vous êtes des « premiers de cordée » pour l’intéressement, vous l’êtes aussi pour l’innovation.

C’est la sagesse des grands : ils n’ont jamais innové seuls. L’innovation est souvent – pas toujours mais souvent – une réussite collective.

L’Oréal est d’ailleurs implantée dans ce qu’on appelle la Cosmetic Valley. C’est un pôle de compétitivité. Un écosystème riche qui lui permet de travailler avec une galaxie de startups et de PME innovantes, avec 6 universités et 200 laboratoires de recherche.

Les liens entre la recherche et l’industrie sont vitaux dans une économie de connaissance comme la nôtre. C’est pourquoi, Frédérique Vidal, la ministre en charge de la recherche et de l’innovation, et Bruno Le Maire, ministre en charge de l’économie et des finances, vont rencontrer les chercheurs et les représentants des universités pour essayer d’imaginer les dispositifs qui permettent de mieux associer la recherche et l’entreprise.

Dans PACTE, nous renforcerons aussi la flexibilité de la procédure de délivrance du brevet. Il s’agit d’inciter les entreprises à faire le choix de se protéger en France. Et il s’agit de renforcer leur confiance en la protection qu’offrent les brevets en France.

Enfin, je tiens à le préciser, l’innovation a besoin d’un cadre réglementaire strict, intelligent et réactif. On doit garder un très haut niveau d’exigence pour les consommateurs, mais on doit être très réactif dans nos procédures pour favoriser l’innovation et les bénéfices en matière de santé publique. Il peut arriver que certains considèrent qu’on règlemente mieux lorsqu’on réglemente plus lentement. Cette question de « timing » est vitale pour l’innovation, la production et l’emploi. Nous devons dire à l’ensemble des acteurs « venez innover chez nous, venez produire chez nous ». Le très haut niveau d’exigence réglementaire qui est le nôtre n’est pas un carcan, il est rapidement adaptable en fonction du progrès technologique et des innovations. Cette question du temps que l’on met à pouvoir mettre un produit sur le marché est souvent une question décisive en matière de localisation industrielle et donc en matière d’emploi.

Enfin, l’innovation nécessite aussi des investissements publics. Je salue l’action de Bruno Le Maire qui a, en janvier dernier, mis en place le fonds pour l’innovation et l’industrie, doté à terme de 10 milliards d’euros, destiné à financer l’innovation de rupture, c’est-à-dire les inventions qui assureront la croissance de demain.

La protection des entreprises stratégiques, troisième axe dans la loi PACTE.

Si la beauté est éternelle, une entreprise qui en fait commerce l’est-elle pour sa part ?

Tout ce que j’ai évoqué aujourd’hui, la plus grande implication des salariés dans l’entreprise, la force et la robustesse de notre écosystème d’innovation, tout cela ancre profondément une entreprise comme L’Oréal sur le sol français.

Et nous y veillons, car nous sommes extrêmement vigilants à ce que cet ancrage se perpétue.

Dans quelques jours, le pacte d’actionnaires qui lie la famille Bettencourt au groupe Nestlé va expirer. Le groupe Nestlé s’est exprimé hier et a précisé qu’il n’a pas souhaité renouveler ce pacte.

Face à la nouvelle période qui s’ouvre, je suis serein. A la fois serein et vigilant. Depuis 40 ans, L’Oréal a des actionnaires fidèles et soucieux de l’entreprise. Nous faisons confiance à leur esprit de responsabilité.

Mais nous devons être vigilants dans le cas de L’Oréal bien sûr, et plus généralement, pour l’ensemble des entreprises qui comptent pour la France.

C’est pourquoi, dans le cadre de PACTE, nous avons souhaité, avec Bruno Le Maire, muscler notre dispositif de veille et de protection des entreprises stratégiques. Nous souhaitons que nos usines, nos technologies, nos sièges sociaux, nos centres de décisions, nos centres de R&D s’épanouissent en France et s’y ancrent.

Nous souhaitons le faire sans aucune brutalité protectionniste. Je n’ai jamais compris comment, quand on connaît l’histoire, on peut défendre ce protectionnisme. J’ai toujours pensé que les protectionnistes étaient les ennemis de leur pays, quand ils menacent l’innovation. C’est peut-être parce que je viens d’une ville maritime, j’ai toujours été sensible à l’appel du large.

Et sans parler de grand large, je voudrais que les tenants du protectionnisme viennent ici pour expliquer comment ce serait une bonne chose que de fermer les frontières, à vous qui exportez 92 % de votre production.

Et, « en même temps », nous ne devons pas être naïfs.

Et les grands pays qui nous entourent, les grands blocs économiques qui sont à la fois nos partenaires et souvent nos amis et nos concurrents ne le sont pas plus que nous. Il le sont même parfois un peu moins.

C’est pourquoi, dans PACTE, nous créons et renforçons un arsenal de mesures qui visent justement à protéger nos entreprises car il faut consolider les instruments de protection des intérêts français.

Je note que c’est ce que font la Chine et les Etats-Unis depuis longtemps. C’est ce que, sous l’impulsion du Président de la République,  l’Europe commence à faire davantage.

Et nous, qu’allons-nous faire ?

Premièrement, nous allons renforcer le décret de 2014 qui oblige les investisseurs étrangers à obtenir, pour certains secteurs, une autorisation du Ministre de l’Economie et des Finances lorsqu’ils souhaitent investir dans une entreprise.

Cette autorisation leur est généralement accordée en contrepartie d’engagements à mettre en œuvre à l’issue de l’opération. J’ai demandé à Bruno Le Maire d’étendre le champ de ce décret aux secteurs d’avenir sur lesquels nous sommes aujourd’hui insuffisamment outillés. Je pense aux technologies clés de l’intelligence artificielle, au spatial, au stockage des données ou encore aux semi-conducteurs.

Nous allons ensuite renforcer le dispositif de suivi des engagements, en prévoyant, dès l’autorisation des investissements, un mécanisme de contrôle par un audit externe régulier. Lorsque des engagements sont pris, ils doivent être auditables et respectés. C’est la moindre des choses.

Nous allons enfin compléter la liste des sanctions applicables en cas de non-respect des engagements, afin que ces sanctions soient réellement dissuasives.    

Dans le même ordre d’idées, nous allons assouplir le cadre juridique de création des actions spécifiques, ces fameuses « golden share » qui permettent à l’Etat de disposer de droits exceptionnels, par exemple sur les transferts de propriété intellectuelle, sur les décisions d’implantations hors de France, ou sur certaines cessions d’actifs.

Troisièmement, nous allons rendre plus efficace l’organisation de l’Etat en matière de veille et d’anticipation des risques, notamment en cas d’entrée au capital ou de prise de contrôle hostile. Il existe aujourd’hui un Conseil de Défense et de Sécurité Nationale, sous la présidence  du Président de la République.

Nous le réunirons dans une formation économique afin d’assurer un pilotage de ces questions sensibles.

Quatrièmement, nous avons récemment renouvelé Nicolas Dufourcq à la tête de Bpifrance et nous lui avons demandé de travailler, en bonne coordination avec l’Agence des Participations de l’Etat, à la mise en place d’une enveloppe d’intervention financière pour assurer la protection de nos entreprises, notamment nos pépites susceptibles d’être la cible d’acquisitions hostiles.

Toutes ces dispositions ne visent pas à sortir l’économie française du monde dans lequel elle vit. Bien au contraire. Il n’a échappé à personne qu’avec l’élection du Président de la République et l’action du gouvernement, nous voulons faire en sorte que notre pays soit ouvert au monde et qu’il prenne toute sa place dans le monde. On peut être ouvert et vigilant.

La consolidation du capital des grandes entreprises françaises. C’est également l’une des priorités de la loi PACTE. Car lorsque l’actionnariat est patient, de long-terme et ancré dans le réel, ce mode de détention du capital permet d’assurer une réelle souveraineté économique et stabilise notre économie.

Pour cela comment allons-nous faire ? Tout d’abord, nous allons inciter les salariés à participer plus directement au capital de leur entreprise, car c’est la meilleure manière pour que les entreprises restent françaises. La France dispose d’un potentiel évident : près de ¾ des sociétés cotées ont développé des plans d’actionnariat salarié et environ 4% de leur capital est détenu par les salariés. Il faut amplifier cette tendance pour qu’elle devienne un atout de stabilité du capital de nos entreprises.

L’épargne des ménages français est abondante. Leur taux d’épargne est parmi les plus élevés en Europe. Mais nous voulons maintenant développer les produits d’épargne-longue. Je pense notamment à l’épargne-retraite : nous voulons simplifier le maquis de produits existants pour les rendre plus attractifs auprès des salariés. Je pense aussi aux nouvelles formes d’assurance-vie, eurocroissance et unité de compte, que nous souhaitons encourager. Promouvoir cette épargne longue, davantage investie en actions, c’est consolider le capital de nos entreprises. Bruno Le Maire dévoilera, dans quelques semaines, des mesures qui vont dans ce sens et qui seront intégrées au projet de loi.

Enfin, afin d’éviter l’ouverture du capital de nos entreprises à tous vents, nous devons faciliter la transmission des entreprises, notamment familiales. Pour cela, nous assouplirons les conditions des pactes Dutreil, y compris pour les entreprises cotées. Cela permettra d’éviter que la transmission ne soit un moment de vulnérabilité pour les entreprises.

Enfin, nous voulons faciliter la mise en place de fondations d’actionnaires en France, avec un cadre juridique adapté, inspiré de celui des pays nordiques, comme le Danemark. L’idée est de permettre à des actionnaires de long terme de détenir des participations dans une entreprise et d’accompagner son développement, tout en investissant dans la société les dividendes touchés par la fondation, ce qui favorisera les actions d’intérêt général.

Au mois de mai 2017, les Français avaient un choix, et il se trouve qu’au mois de mai c’était un choix entre une forme de repli frileux et un forme de confiance dans l’avenir. Un certain nombre d’entre nous se sont engagés pleinement dans cette voie d’un avenir que nous regardons en face, avec confiance, avec lucidité aussi. Avec l’idée claire qu’il y a beaucoup de chose à réparer dans notre pays si nous voulons aller au terme de nos ambitions.

Une des façons de préparer notre avenir, de réparer notre pays c’est de le doter d’entreprises puissantes qui vivent bien, qui se développent bien. Qui créent un lien particulier entre les salariés, qui sont la première richesse, et les perspectives à long-terme.

Mesdames et messieurs, si nous voulons regarder l’avenir avec confiance, il nous faut continuer à travailler, transformer et réparer et regarder l’avenir tel qu’il est, le monde tel qu’il est. Nous avons de formidables atouts à faire valoir, de formidables défis à relever.

Quand je suis ici à Lassigny, je regarde l’avenir avec confiance.

Je vous remercie.
Discours du Premier ministre – Usine L’Oréal – Lassigny – 16/02/2018

+ Commentaires fermés sur Discours du Premier ministre à l’Usine L’Oréal Lassigny

jeudi 15 février 2018 - 15:47

Déplacement d’Édouard Philippe, Premier ministre, à l’usine Lassigny de l’Oréal (Oise)

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre
et M. Bruno LE MAIRE, ministre de l’Economie et des Finances
visiteront l’usine L’Oréal de Lassigny
Vendredi 16 février 2018
A l’occasion de ce déplacement, le Premier ministre précisera les orientations du Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) et notamment les mesures que le Gouvernement souhaite prendre en matière de protection des entreprises stratégiques et du tissu économique français.Déroulé prévisionnel :15h30 : arrivée du Premier ministre et  du ministre de l’Economie et des FinancesPool presseVisite de l’entreprise et échanges avec les salariésPool presse16h15 : discours du Premier ministrePool TV + pool photo +radios + rédacteurs
Dispositif presse :
Merci de bien vouloir vous accréditer avant jeudi 15 février à 20h00 à : communication@pm.gouv.fr et de bien vouloir nous communiquer votre numéro de carte de presse et vous munir de celle-ci, ainsi que d’une pièce d’identité. Merci de nous communiquer votre numéro d’immatriculation si vous souhaitez garer votre véhicule sur le parking de l’usine.
Les journalistes accrédités sont invités à se présenter au plus tard à 14h45 à l’entrée du site située à la jonction de la rue de la croix Saint-Claude avec la rue de la Cavée Margot 60310 Lassigny
Une note de précision pool sera envoyée ultérieurement.
 
Note aux rédactions – M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre – Usine Lassigny de l’Oréal – 16.02.2018

+ Commentaires fermés sur Déplacement d’Édouard Philippe, Premier ministre, à l’usine Lassigny de l’Oréal (Oise)

Remise du rapport de M. Jean-Cyril Spinetta sur l’avenir du transport ferroviaire

Remise du rapport de M. Jean-Cyril SPINETTA

sur l’avenir du transport ferroviaire

 

Le Premier ministre a reçu aujourd’hui le rapport de la mission qu’il avait confiée à M. Jean-Cyril SPINETTA le 16 octobre 2017 afin de proposer une stratégie d…

+ Commentaires fermés sur Remise du rapport de M. Jean-Cyril Spinetta sur l’avenir du transport ferroviaire

Intervention devant les sessions nationales de l’IHEDN et de l’INHESJ

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre interviendra devant les sessions nationales 2017 – 2018 de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ), Vendredi 16 février 2018 École militaire, Amphithéâtre Foch, Paris 7e. Placés sous la tutelle du Premier ministre, l’IHEDN et l’INHESJ sont des lieux […]

+ Commentaires fermés sur Intervention devant les sessions nationales de l’IHEDN et de l’INHESJ

mercredi 14 février 2018 - 18:27

Remise du rapport de Jean-Cyril Spinetta sur le modèle du transport ferroviaire

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, recevra le rapport de M. Jean-Cyril SPINETTA sur l’avenir du transport ferroviaire en présence de Mme Elisabeth BORNE, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports Jeudi 15 février 2018 Hôtel de Matignon. Déroulé prévisionnel : 11h30 : remise du rapport Pool TV + pool photo Entretien avec M. […]

+ Commentaires fermés sur Remise du rapport de Jean-Cyril Spinetta sur le modèle du transport ferroviaire

Facebook Live du 13 février 2018

Edouard PHILIPPE, Premier ministre Bonjour à tous, bienvenue pour cette nouvelle édition de Facebook Live. Toutes les semaines j’essaye de répondre aux questions nombreuses que vous posez sur l’action du gouvernement et sur ce que nous sommes en train de faire. Cette semaine c’est une émission un peu particulière puisque ce matin avec Agnès BUZYN, […]

+ Commentaires fermés sur Facebook Live du 13 février 2018

lundi 12 février 2018 - 17:06

Discours à l’occasion de la rencontre avec la communauté française à Dubaï

Dans des moments où nos concitoyens jouent des choses qui peuvent être essentielles, soit leur survie, soit la sécurité de leur Nation, il y a, sur toutes les mers du globe, des Françaises et des Français, qui sont présents, qui sont compétents, qui sont formés, qui sont déterminés à servir leur pays, […]

+ Commentaires fermés sur Discours à l’occasion de la rencontre avec la communauté française à Dubaï

Déplacement au centre national des opérations ferroviaires de la SNCF

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, se rendra au centre national des opérations ferroviaires de la SNCF pour rencontrer et échanger avec des cheminots de tous métiers, Le lundi 12 février 2018. 

+ Commentaires fermés sur Déplacement au centre national des opérations ferroviaires de la SNCF

Discours d’Édouard Philippe au World Government Summit, à Dubaï

« Comment bien servir l’Etat ? » « Comment, avec cet Etat, bien servir son pays ? » Ces questions sont vastes, elles s’expriment simplement, elles sont presque sèches dans leur formulation. […]

+ Commentaires fermés sur Discours d’Édouard Philippe au World Government Summit, à Dubaï

Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 12 février au samedi 17 février 2018

16h00 : Entretien avec Mme Elisabeth BORNE, ministre auprès du ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des Transports …

+ Commentaires fermés sur Agenda prévisionnel du Premier ministre du lundi 12 février au samedi 17 février 2018

samedi 10 février 2018 - 11:18

Discours à l’occasion de la visite du Premier ministre au Louvre Abou Dhabi (Emirats arabes unis)

Des mirages, je savais avant de venir ici, que ça existait. Qu’on pouvait en être victime dans le désert. Et pas uniquement dans le désert d’ailleurs. Des miracles, il en survient parfois dans l’histoire des peuples. […]

+ Commentaires fermés sur Discours à l’occasion de la visite du Premier ministre au Louvre Abou Dhabi (Emirats arabes unis)

Discours de présentation des principaux axes de la transformation de l’apprentissage

Hôtel de Matignon, vendredi 9 février 2018
Seul le prononcé fait foi

C’est un plaisir de vous retrouver en présence de Madame la ministre du Travail, de Monsieur le ministre de l’Education nationale, de Madame la ministre de l’Enseignement supérieur, …

+ Commentaires fermés sur Discours de présentation des principaux axes de la transformation de l’apprentissage

Discours de présentation des principaux axes de la transformation de l’apprentissage

L’ambition est générale : c’est à la fois réparer le pays, tenir les engagements qui ont été pris par le président de la République pendant sa campagne et permettre de transformer le dispositif actuel d’organisation et de fonctionnement de l’apprentissage […}]

+ Commentaires fermés sur Discours de présentation des principaux axes de la transformation de l’apprentissage

vendredi 9 février 2018 - 15:23

Le Premier ministre participera à la 54e édition de la Conférence sur la Sécurité de Munich

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, participera à la 54ème édition de la Conférence sur la Sécurité de Munich Samedi 17 février 2018  à Munich. Déroulé …

+ Commentaires fermés sur Le Premier ministre participera à la 54e édition de la Conférence sur la Sécurité de Munich

Présentation du Plan transformation de l’offre de soins

Notre système de santé est confronté à de multiples défis, parmi lesquels on peut citer le développement des maladies chroniques, l’insuffisant développement de la prévention ou les difficultés d’accès aux soins.

+ Commentaires fermés sur Présentation du Plan transformation de l’offre de soins

jeudi 8 février 2018 - 18:40

Comité interministériel de la coopération internationale et du développement

Le CICID précise les objectifs, les moyens et les modalités de cette politique rénovée. […]

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel de la coopération internationale et du développement

mercredi 7 février 2018 - 21:55

Discours au Salon des Entrepreneurs

Elle est probablement le meilleur exemple de ce que peut-être l’humour, peut-être l’humour involontaire, je ne sais pas, ce que je sais en revanche c’est que les Français ont inventé le mot entrepreneur. […]

+ Commentaires fermés sur Discours au Salon des Entrepreneurs

Transformation de l’apprentissage

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, Mme Muriel PENICAUD, ministre du Travail, M. Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Education nationale, et Mme Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation présenteront …

+ Commentaires fermés sur Transformation de l’apprentissage

Comité interministériel de la coopération internationale et du développement

Déroulé prévisionnel :

14h30    Comité interministériel de la coopération internationale et du développement

               Tour d’images pour les TV et les photogra…

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel de la coopération internationale et du développement

Facebook live du 6 février 2018

Bonjour à tous, bienvenue pour ce Facebook live qui commence avec un tout petit peu de retard, je vous prie de bien vouloir m’en excuser et donc sans plus attendre je vais essayer de répondre aux questions que vous nous avez envoyées.

 

La premi…

+ Commentaires fermés sur Facebook live du 6 février 2018

mardi 6 février 2018 - 17:30

Discours à l’occasion de la remise des Étoiles Michelin

Avec lui, la cuisine avait gagné droit de cité parmi les beaux-arts nationaux. Pourtant, quand on s’appelle Carême, vous m’accorderez qu’on n’est pas exactement prédestiné à enchanter les papilles de ses concitoyens. Mais Antonin Carême …

+ Commentaires fermés sur Discours à l’occasion de la remise des Étoiles Michelin

lundi 5 février 2018 - 19:35

Déplacement d’Édouard Philippe à Ivry-sur-Seine

Au lendemain de l’activation du Plan Grand Froid, le Premier ministre se rendra au centre d’appel du Samu Social à la rencontre des équipes mobilisées. Il accompagnera ensuite une équipe du Samu Social en maraude avant d’aller à la rencontre de familles accueillies en hébergement d’urgence : le lundi 05 février 2018 Déroulé prévisionnel 20h30 Visite […]

+ Commentaires fermés sur Déplacement d’Édouard Philippe à Ivry-sur-Seine

Ouverture du 25ème salon des entrepreneurs

Le Premier ministre, accompagné de Bruno LE MAIRE, ministre de l’Economie et des Finances, de Muriel PENICAUD, ministre du Travail, de Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation,  de Mounir MAHJOUBI,…

+ Commentaires fermés sur Ouverture du 25ème salon des entrepreneurs

samedi 3 février 2018 - 19:14

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, prononcera un discours à l’occasion de la remise des Étoiles Michelin

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, prononcera un discours à l’occasion de la remise des Étoiles Michelin 2018
Lundi 05 février 2018
La Seine Musicale – L’Île Seguin
Le Premier ministre rendra hommage à l’excellence de la gastronomie française qui, …

+ Commentaires fermés sur M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, prononcera un discours à l’occasion de la remise des Étoiles Michelin

vendredi 2 février 2018 - 12:23

Communiqué de presse – mort accidentelle de cinq officiers de l’armée de Terre

Le Premier ministre, Édouard PHILIPPE, a appris avec une très grande émotion la mort accidentelle de cinq officiers de l’armée de Terre, dans le cadre d’une mission d’entraînement en vol dans le Var.

Le Premier ministre présente ses plus sincères cond…

+ Commentaires fermés sur Communiqué de presse – mort accidentelle de cinq officiers de l’armée de Terre

jeudi 1 février 2018 - 18:34

Discours à l’occasion du 1er Comité interministériel de la transformation publique

Nous avons la conviction que nous n’y parviendrons que si nous fixons, pour la sphère publique le même niveau d’ambition que celui que nous fixons aux acteurs économiques.

+ Commentaires fermés sur Discours à l’occasion du 1er Comité interministériel de la transformation publique

Comité interministériel de la transformation publique

Dossier de presse – 1er Comité interministériel de la transformation publique

+ Commentaires fermés sur Comité interministériel de la transformation publique

mercredi 31 janvier 2018 - 16:44

1er Comité interministériel de la transformation publique

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre,

réunira le 1er Comité interministériel de la transformation publique
en présence de :

M. Gérald DARMANIN, ministre de l’Action et des Comptes publics,
M. Nicolas HULOT, ministre d’Etat, ministre de la Transit…

+ Commentaires fermés sur 1er Comité interministériel de la transformation publique

mardi 30 janvier 2018 - 18:19

Déplacement aux Emirats arabes unis

Déplacement de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, aux Emirats arabes unis
les 10 et 11 février 2018

A l’invitation de Son Altesse Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, Vice-Président, Premier ministre, Ministre de la Défense des Emirats arabes un…

+ Commentaires fermés sur Déplacement aux Emirats arabes unis

Déplacement aux Emirats arabes unis

A l’invitation de Son Altesse Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, Vice-Président, Premier ministre, Ministre de la Défense des Emirats arabes unis et Emir de Dubaï, le Premier ministre se rendra à Dubaï pour ouvrir le World Gouvernment Summit, somme…

+ Commentaires fermés sur Déplacement aux Emirats arabes unis

lundi 29 janvier 2018 - 18:06

La lutte contre les violences faites aux femmes, Grande cause nationale 2018

Appel à candidature du label Grande cause nationale 2018 Un appel à candidature est lancé pour l’obtention du label «Grande cause nationale 2018 » Attribué par le Premier ministre, ce label valorisera les actions menées pour la lutte contre les violences faites aux femmes, thème de la Grande cause 2018, qui s’inscrit dans le cadre […]

+ Commentaires fermés sur La lutte contre les violences faites aux femmes, Grande cause nationale 2018

Déplacement de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, aux Emirats arabes unis

Déplacement de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, aux Emirats arabes unis les 10 et 11 février 2018.

+ Commentaires fermés sur Déplacement de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, aux Emirats arabes unis

Déplacement aux Émirats arabes unis

Déplacement de M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, aux Emirats arabes unis les 10 et 11 février 2018.

+ Commentaires fermés sur Déplacement aux Émirats arabes unis

3/1912345678910111213141516171819