Call Ways ® presse magazine » CANADA – SANTÉ – DOULEURS – L’utilisation médicale des dérivés du cannabis aurait des effets secondaires mineurs

CANADA – SANTÉ – DOULEURS – L’utilisation médicale des dérivés du cannabis aurait des effets secondaires mineurs

mercredi 25 juin 2008 - 10:11

MONTRÉAL – 17 juin 2008 – L’utilisation médicale des cannabinoïdes, des composantes dérivées du cannabis, ne provoquerait généralement que des effets mineurs sur le système nerveux, comme des vertiges et des engourdissements, selon une étude.
C’est du moins l’une des conclusions d’une étude réalisée conjointement par des chercheurs du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et de l’Université de Colombie-Britannique qui est publiée mardi dans le Journal de l’association médicale canadienne.
Le Dr Mark Ware, chercheur à l’Institut de recherche du CUSM, et son équipe ont passé en revue 31 études publiées de 1966 à 2007 sur les propriétés médicales des cannabinoïdes. Selon leurs observations, il n’y a pas eu d’incidents conduisant à la mort, à l’hospitalisation ou à un handicap sérieux à la suite de l’utilisation des cannabinoïdes en médecine. Dans 96,6 % des cas, il y avait plutôt augmentation des événements non sérieux, principalement des perturbations du système nerveux.
Les chercheurs s’attendaient à ces résultats, puisque les cannabinoïdes sont utilisés justement en raison de leurs effets sur le système nerveux. Ils servent notamment à réduire la douleur chronique provoquée par le cancer, la sclérose en plaques, l’arthrite et la fibromyalgie, à soulager la nausée et les vomissements associés aux traitements de chimiothérapie, et à stimuler l’appétit des personnes atteintes du VIH.
Présentement, il y a plus de médicaments à base de cannabinoïdes disponibles au Canada que dans n’importe quel autre pays du monde. Outre la marijuana, dont l’usage est autorisé à des fins thérapeutiques, le Sativex®, le Marinol et le Cesamet sont vendus en pharmacie. L’étude visait àrassurer les patients, les médecins et les décideurs publics sur les risques associés aux cannabinoïdes, soutient le Dr Ware.

©