Call Ways ® presse magazine tabloïd news » AF447 – 2 corps masculins repêchés

AF447 – 2 corps masculins repêchés

samedi 6 juin 2009 - 20:10

AF447 Carte 2 corps samedi 6 juin 2009Selon l’Armée brésilienne, 2 corps de sexe masculin ont été retrouvés au large de l’ïle de Fernando de Noronha (Brésil).

Des objets, tel qu’un ordinateur ont été repêchés. Cette information a été confirmée par les autorités françaises. La distance est de 740 à 900 km en direction de Paris.

Le premier objet découvert est un fauteuil bleu (08:14 heure locale), puis une mallette contenant des documents pouvant informer sur son propriétaire embarqué.

Les quatre dernières minutes

  • 23 h00: le commandant du vol AF 447 envoie manuellement un message informant que l’avion traverse une zone de fortes turbulences au-dessus des «cumulus nimbus», nuages noirs très chargés. Jusque-là, pourtant, tout va bien. 
  • 23h10, première alerte: «Autopilot disengaged». Le pilote automatique, qui normalement devait être en charge de cette phase du vol, est déconnecté. Même heure, autre alerte: l’appareil vole en régime dit d’«Alternative Law», un système auxiliaire qui se déclenche automatiquement suite à une panne électrique. 
  • 23h12: deux autres dispositifs fondamentaux tombent en panne. Le premier, appelé Air Data Inertial Reference Unit, contrôle et indique aux pilotes, sur les moniteurs, des données comme l’altitude et la direction de l’avion. Le second, appelé Integrated Standby Instruments System, est un écran auxiliaire qui indique des données comme la vitesse verticale et l’altitude.
  • 23h13: panne d’un système lié à l’ordinateur principal (Prim 1) et du système auxiliaire (Sec 1), responsable des spoilers (partie mobile des ailes utilisée dans l’atterrissage). L’A330 est équipé de dispositifs de secours pour ce genre de situation mais ceux-ci n’ont apparemment pas fonctionné.
  • 23h14: «Cabin Vertical Speed». C’est la dernière alerte. Selon des pilotes cités par le journal, celle-ci signifie que de l’air extérieur est entré dans la cabine, ce qui peut indiquer une dépressurisation voire que l’avion était déjà en train de tomber.

©