Call Ways ® presse magazine

ALERTE INFO

jeudi 20 juillet 2017 - 12:29

Pytheas Technology lève 1,5 million d’euros pour ses génératrices piézoélectriques

La start-up Phyteas Technology, qui développe des génératrices piézoélectriques adaptées aux mouvements lents et irréguliers des énergies renouvelables, vient de lever 1,5 million d’euros po…

[Série d’été] Le quiz du Reflex Industrie

jeudi 20 juillet 2017 - 12:15

Toute cette semaine retrouvez le meilleur des Reflex Industrie publiés par L’Usine Nouvelle. Et testez votre mémoire grâce à notre quiz. Aujourd’hui,un regard presque humain… crédit : L’Usine Nouvelle/ Pascal Guittet   Dans quel endroit a été prise cette photo ? 1- Au musée d’histoire naturelle de Lille 2- Dans les […] Lire l’article

Discours d’ouverture des États généraux de l’alimentation

jeudi 20 juillet 2017 - 11:12

Seul le prononcé fait foi
 
Mesdames et messieurs les ministres,
Mesdames et messieurs les présidents d’organisations professionnelles et d’associations,
Mesdames et messieurs,
 
 
La scène se déroule au chapitre IX. Un métayer et son fils chargés de « pioches forgées pour des géants » s’apprêtent à arracher du sol gelé les sarments d’une vigne que le phylloxéra a tuée. Tandis qu’il s’échine à percer la croûte de glace, le fils, André, se convainc que son avenir se trouve ailleurs, loin de cette ferme qu’il n’a pas reconnue à son retour du service militaire. Son père, qui, je cite le texte, « possède cet amour fort et éprouvé qui renaît en espoirs à chaque coup du malheur », tente de l’en dissuader. Malgré ses efforts, malgré son « anxieuse tendresse », il n’y parviendra pas. Ce chapitre s’intitule « La vigne arrachée » ; le livre, La terre qui meurt. Son auteur, René Bazin, grand-oncle d’Hervé Bazin, l’a publié en 1898. Dès sa sortie, l’œuvre a connu un immense succès populaire.
 
J’aurais pu en choisir un autre, au titre plus gai. Je vous rassure : la « terre » de René Bazin, en réalité une métairie familiale, ne meurt pas. Au contraire, elle renaît. Sous une autre forme, mais elle renaît. Si j’ai choisi ce livre c’est qu’il me semble illustrer trois choses :
 

  1. D’abord, il permet de comprendre la violence psychologique qu’a représentée pour la France le passage d’une société rurale à une société urbaine. En cinquante ans, notre pays a mis fin à une tradition que Michel Serres fait remonter au néolithique.

 

  1. Ce qui m’a aussi frappé dans ce livre un peu désuet, c’est qu’il aborde des problématiques – les calamités, la paupérisation, la désertification, la difficulté d’attirer des jeunes – qui subsistent aujourd’hui. J’y reviendrai.

 

  1. Enfin, il illustre la relation ancestrale qui unit la France à son agriculture ainsi qu’à tous ces métiers qui formeront plus tard l’industrie agroalimentaire. Ces activités, vitales, n’ont pas fait que nourrir « physiquement » les Français. Elles ont nourri leur imaginaire, leurs souvenirs, leurs arts. Ne dit-on pas que Jean-François Millet a peint son célèbre Angélus –l’image d’Epinal par excellence- en se remémorant ses séjours chez sa grand-mère ? Vrai ou pas, l’agriculture, l’industrie agroalimentaire font partie de ce que Fernand Braudel appelle « notre histoire sous-jacente».

 
Les Français aiment leur agriculture ; ils aiment leurs agriculteurs, leurs artisans ; ils aiment leurs terroirs. Cet attachement n’est pas exempt de fantasmes, ni reconnaissons-le, de quelques clichés. Flotte également un petit air de nostalgie. Cet attachement est peut-être un peu agaçant pour la profession. Non, le bonheur n’est pas toujours dans le pré. Mais cet attachement est réel. Viscéral. Entier.
 
Vos métiers, vos activités, ont nourri la France. Ils continuent de le faire. Ils ont nourri sa culture. Ils nourrissent également sa puissance. Le mot n’est pas trop fort pour désigner un secteur – l’agriculture- dont la valeur de production s’élève à 70 milliards d’euros. Il n’est pas trop fort pour qualifier une industrie dont le chiffre d’affaires annuel s’établit à 165 milliards d’euros, 178 si l’on y inclut l’artisanat commercial. Le mot n’est pas trop fort pour embrasser ces 400 000 entreprises agricoles, 15 000 entreprises industrielles, grandes et petites, ces savoir-faire, ces terroirs, cet art de vivre érigé au rang de patrimoine de l’Humanité, ce haut degré de sécurité sanitaire.
 
La France est une puissance militaire. Elle est une puissance diplomatique, économique, culturelle. Elle est aussi une grande puissance agricole. Si le président de la République a voulu ces états généraux, s’il a souhaité en faire un des axes prioritaires de son action, c’est d’abord pour le dire, pour le répéter. Pour en être fiers. Et pour rappeler que cette puissance agricole est un élément de notre souveraineté nationale.
****
A nous de préserver et de renforcer cette puissance. Je ne vais pas dresser ici un tableau de la situation. Vous la vivez, vous la connaissez mieux que moi. Vous aurez également l’occasion d’y revenir durant vos travaux. Un mot peut-être pour dire que ces dernières années ont été difficiles. À la variation des volumes, s’est ajoutée celle des prix. Certains secteurs, comme ceux des céréales et de la viticulture, ont souffert de mauvaises conditions climatiques. D’autres, comme le secteur laitier ou celui de la viande, connaissent une crise durable, aux conséquences dramatiques. Bien évidemment, ces difficultés ne concernent pas tous les secteurs, ni toutes les entreprises. Certains s’en sortent bien et c’est tant mieux.
 
Pour autant, ces difficultés sont de mon point de vue, la face émergée d’enjeux qui vous concernent tous d’une façon ou d’une autre. J’en ai identifié au moins quatre :
 
 

  1. Il y a l’enjeu de la mondialisation des échanges, loin d’être nouveau dans le secteur agricole et de l’agroalimentaire. Après tout, un grand nombre de cultures classiques étaient, il y a encore 4 ou 5 siècles, réputées « exotiques ». Ce phénomène n’a évidemment rien à voir aujourd’hui avec ce qu’il était à l’époque des grandes découvertes.
    Déjà, rappelons que cette mondialisation bénéficie à un grand nombre de nos agriculteurs et de nos industriels. Nous exportons 40% de nos céréales dans les pays riverains de la Méditerranée. Les filières du vin, des produits laitiers, de la viande, des animaux vivants, des fruits et légumes contribuent à équilibrer notre balance commerciale.
    Le « prix » ou la contrepartie de cette ouverture, c’est l’aléa. Nos céréaliers doivent s’adapter aux  cours mondiaux du blé. Les éleveurs et industriels laitiers subissent les répercussions des enchères d’une coopérative néo-zélandaise sur le prix du lait.
    Les éleveurs de porc et les industriels dépendent en grande partie de la demande chinoise. Le marché des fruits d’été évolue en fonction des conditions climatiques et de l’équilibre entre les productions françaises et espagnoles. Enfin, la réduction des aides directes de la PAC sur les marchés agricoles renforce la nécessité de s’organiser au sein de chaque filière pour s’adapter aux variations des prix.
  2. Le deuxième enjeu est climatique. Ce n’est pas à vous que je vais expliquer que les phénomènes extrêmes se multiplient. Les inondations exceptionnelles du printemps dernier ont eu de graves conséquences sur les productions céréalières réputées pour leur régularité. Le gel de ce début d’année a suscité beaucoup d’inquiétudes chez les viticulteurs d’Alsace, du Jura, du Bordelais ou de Bourgogne. La sécheresse que nous connaissons cet été complique l’alimentation des animaux d’élevage. Ces phénomènes demeurent encore dans les bornes étroites de l’exception, mais ils pourraient, un jour, devenir la règle.
  3. Le troisième est numérique. J’ignore si cette évolution sera comparable à celle de la mécanisation. Une chose est sûre : elle gagne le secteur de la distribution, celui du commerce inter-entreprises, des services à l’agriculture. Robots, capteurs font également leur apparition dans les exploitations, souvent pour de bonnes raisons, en particulier pour réduire la quantité d’intrants ou d’eau. Dans une de ses interviews (JDD – 2009), Michel Serres s’exclamait : « Le paysan nouveau est quelqu’un d’admirable. Il est à la fois climatologue, chimiste, biologiste, commerçant et même commerçant international ». J’ajouterai qu’il est aussi un peu ingénieur et sans doute bientôt « start-uper ».
  4. Quatrième enjeu : le renouvellement des générations. Nous l’avons évoqué tout à l’heure : la problématique est ancienne. Comment attirer les jeunes ? Comment assurer la bonne transmission ou la bonne reprise d’une exploitation ou d’une PME ? Je sais que c’est un souci permanent pour bon nombre d’entre vous. Ce souci, je le partage. L’avenir de notre agriculture dépend en grande partie de notre capacité à susciter des vocations et à attirer et former des talents.

 
À ces enjeux « mondiaux » ou « globaux », s’ajoutent des défis plus franco-français. Certains les qualifieraient de faiblesses. Je préfère le mot de « défi ». Une faiblesse, ça se constate, ça se déplore, ça se compense. Un défi, ça se relève. Je me contenterai d’en citer trois.
 

  1. Le premier d’entre eux – et vous aurez compris qu’il s’agit d’un des objectifs prioritaires de ces états généraux – concerne la répartition de la valeur. J’ai rappelé le montant considérable des richesses que vous produisez. Je veux redire ici la volonté du Président de la République et du Gouvernement de permettre à chacun de vivre de son travail, dans un contexte où certains producteurs – agriculteurs comme dirigeants de TPE- se trouvent dans des situations de très grande détresse. Je ne suis pas là pour désigner des coupables, mais pour trouver des solutions. Pas des solutions de court terme en attendant la prochaine crise, mais des solutions pérennes, dans le cadre de relations commerciales normales. L’Etat ne peut pas et ne doit pas se substituer au marché.
    Cela implique de se poser les bonnes questions : pourquoi une partie de la valeur ne redescend-t-elle pas de la distribution vers la production ? Pourquoi certains producteurs se font mieux entendre que d’autres dans le cadre de leurs négociations ? Pourquoi certaines productions se vendent mieux que d’autres ? Pourquoi des investissements sont soutenables ici et non ailleurs ? Je souhaite que nous trouvions des réponses à ces questions connues, anciennes, dès les prochaines négociations commerciales.
  2. Le deuxième défi consiste à rétablir la confiance.
    Confiance « entre les acteurs » comme on dit pudiquement, c’est-à-dire, entre vous. Je n’ai ni la prétention, ni la naïveté de faire table-rase du passé. Je pense simplement qu’une discussion, franche, directe, difficile mais honnête vaut mieux que de mauvais compromis noués sur fond de défiance. S’il y a une chose que la mondialisation a changé, c’est qu’on ne peut plus combattre en ordre dispersé. Il faut s’organiser. Les filières qui l’ont fait sont d’ailleurs les plus dynamiques. Comme souvent dans ce pays, nous ne manquons pas de structures pour conduire la discussion. Pour autant, soyons lucides : notre efficacité collective laisse à désirer. Les résultats que nous obtenons ne sont pas toujours à la hauteur des moyens, du temps et de l’énergie que nous consentons. Ce sera long, imparfait, du moins au début. C’est un pari. Le pari de la bonne foi, de l’absence de préjugés. Le pari de la maturité et de l’avenir. Ce pari, je veux le tenter avec vous dans le cadre de ces états généraux.
    Rétablir la confiance aussi avec les consommateurs. Les « peurs alimentaires » ne sont pas nouvelles. On raconte que sous Louis XIV, la décision prise par les boulangers parisiens de fabriquer du pain avec de la levure de bière a déclenché une véritable crise. Certains dangers ont été surestimés ; d’autres sous-estimés. Les Trente Glorieuses ayant mis fin à  la « peur du manque », les peurs se sont déplacées.
    L’urbanisation, les nouveaux modes de préparation culinaire, la complexification de l’expertise ont distendu le lien entre le consommateur et le produit. Les risques ont changé de nature ; leur retentissement d’ampleur. On sait que moins le risque est élevé plus sa survenue paraît scandaleuse. On sait aussi que la confiance des consommateurs est fragile, friable. Et qu’il faut des mois voire des années pour la reconquérir à la suite d’une crise. Fondées ou pas, ces peurs, ces inquiétudes existent.
    Il faut en tenir compte. Il faut trouver les gestes, les mots justes, les attitudes pour s’adresser au consommateur du 21è siècle. Il faut que les filières alimentaires suppriment « boîtes noires » et autres « angles morts » qui suscitent inutilement la méfiance. Bien souvent, il n’y a d’ailleurs rien à cacher ! Le public ne faisant pas toujours la différence entre les filières, il existe, me semble-t-il dans ce domaine, une solidarité de fait entre vous.
  3. Troisième et dernier défi : les nouvelles attentes des consommateurs. Il n’y  qu’à parcourir les journaux, les magazines ou les sites internet, pour se rendre compte qu’elles sont légions ! Certaines relèvent du phénomène de mode. Manger répond à un besoin biologique. C’est aussi une façon de se distinguer sur  un plan culturel ou social. D’autres s’inscrivent dans la durée : l’alimentation durable, la nutrition, la baisse de la consommation de protéines animales, la recherche de proximité.

Derrière cet inventaire à la Prévert, on distingue des points communs. Ces tendances correspondent à des secteurs de niche, en forte croissance. Elles créent de la valeur. Elles se « mondialisent » : le citadin trentenaire français aspire peu ou prou à manger la même chose que son homologue américain ou asiatique. Elles sont les signes avant-coureurs de ce que sera le marché de demain. Un marché qui nous tend les bras, à nous Français, champions de la sécurité sanitaire, des terroirs, de l’authenticité et du savoir-faire.
 
Je faisais référence au pain tout à l’heure. Quelle renaissance ! Il y a vingt ans, tout le monde considérait que l’avenir de ce produit un peu suranné passait par l’industrialisation. Eh bien, grâce à une politique de labels, de montée en gamme, grâce à la valorisation de l’artisanat, de recettes ancestrales, le pain est aujourd’hui un produit phare de la mondialisation culinaire.
 
****
 
Des défis à géométrie variable ; une agriculture française « qui est diversité » ; des exploitations, des entreprises qui ont parfois le sentiment de ne pas appartenir au même monde. Je le reconnais : l’équation est complexe. L’Etat aurait pu tout décider seul, en vous rencontrant les uns après  les autres, dans le secret des bâtiments officiels.
 
Ce n’est pas ma vision du dialogue. Ce n’est pas la méthode qu’a voulue le président de la République pour ces états généraux. Comme pour d’autres priorités nationales – je pense à l’organisation des relations entre l’Etat et les collectivités, à l’avenir de l’Outre-mer ou à la question de la mobilité-, nous avons souhaité partir de vous : de votre analyse, de vos attentes, de votre énergie, de vos solutions, dans un double souci d’efficacité et de solidarité.
 
Forcément, les rôles changent. Dans cette démarche, l’Etat est une partie prenante parmi d’autres. Une partie éminente, incontournable, mais une partie parmi d’autres. Je ne dis pas que l’Etat « ne peut pas tout faire ». Je dis qu’il ne doit pas tout faire, parce qu’il risquerait de faire mal ou de faire moins bien que vous. Comme disent les juristes, dans le domaine de l’alimentation, nous avons tous – Etat, collectivités locales, organisations professionnelles, ONG- un « intérêt à agir ». Pour cette raison, nous avons tous intérêt à agir ensemble.
 
C’est l’objet de ces Etats généraux, de ces 14 ateliers, qui se dérouleront jusqu’en novembre et qui nous permettront, je l’espère, d’annoncer des initiatives concrètes lors de leur clôture, au mois de décembre. J’en profite pour remercier celles et ceux qui ont accepté de prendre de leur temps pour animer ces ateliers, les nourrir et en restituer les conclusions. Des réflexions qui doivent nous permettre d’atteindre quatre objectifs :
 

  1. Fixer un cap clair, stable et commun avec les entreprises des filières alimentaires, avec les agriculteurs, les transformateurs, les ONG pour répondre à ces enjeux de la création et de la répartition de la valeur.

 

  1. Conforter la confiance des Français en une alimentation toujours plus saine et plus durable. Pour moi, cela implique de proposer aux consommateurs des produits sains, offrant les meilleures qualités nutritionnelles qui soient.
    Mais si vous le voulez bien, cette mission doit aller plus loin : à l’heure où l’obésité progresse en particulier chez les jeunes et dans les catégories sociales les plus modestes, nous devons –pouvoirs publics, professionnels de santé et de l’alimentation- aider les Français à réapprendre à « bien manger ». J’y vois à la fois une question de santé publique – de prévention-, et d’égalité.

 

  1. Améliorer l’accès de tous à une alimentation de qualité. À cet égard, je compte sur vous pour nous aider à réduire le gaspillage alimentaire qui est sans doute, l’un des traits les plus détestables de la société de consommation.

 

  1. Réconcilier agriculture et environnement.

 
La transition écologique n’est ni une mode, ni une idéologie. Elle est encore moins un prétexte pour cesser telle ou telle culture. Elle est une tendance de fond. Une tendance mondiale dont la vitesse de propagation est considérable. Elle sera une menace si nous refusons de nous y adapter. Elle sera notre chance si nous la devançons.
 
Mon Gouvernement n’a qu’un seul but : aider les professionnels – vous comme les autres secteurs économiques- à réussir cette transition et à en tirer profit. S’adapter n’est jamais facile. Cela implique de modifier des pratiques et des modes de production. Cela implique aussi d’aborder sans tabou les sujets difficiles – je pense à la question des pesticides et des perturbateurs endocriniens-, mais le prix, le crédit et la valeur futurs de nos productions sont à ce prix.
 
Pour atteindre ces objectifs, nous aurons besoin de partager réussites, bonnes pratiques, expérimentations et idées neuves.
Nous aurons aussi besoin de l’engagement de chacun, des territoires comme des entreprises. Je me réjouis à cet égard, que ces états généraux s’ouvrent au grand public, grâce notamment à la mise en place d’une plateforme numérique. L’alimentation, ses métiers, sa qualité, les femmes et les hommes qui la produisent, doivent être replacés au cœur des préoccupations des Français et dans le cœur des Français.
 
L’Etat prendra sa part de responsabilité, bien sûr. En fonction de vos conclusions, il accompagnera, mettra en cohérence ses politiques publiques. Je pense en particulier au programme national de l’alimentation, au programme national nutrition santé, à l’encadrement des relations commerciales, à l’information des consommateurs, à l’organisation des filières, à l’évolution des pratiques agricoles. Nous le ferons avec vous, grâce à vous. Nous ne pourrons certainement pas le faire sans vous.
 
Ces messages, cette méthode, ces attentes, le président de la République, retenu à un déplacement à Istres, aura l’occasion de les exprimer devant vous au début du  mois d’octobre prochain, lorsque nous disposerons des premières conclusions relatives à la création et à la répartition de la valeur.
 
Je ne sous-estime pas l’ampleur de la tâche. La lucidité n’interdit pas l’optimisme. Au contraire !
 
Bon travail à tous !
Discours d’ouverture des États généraux de l’alimentation – 20 juillet 2017

Discours d’ouverture des États généraux de l’alimentation

jeudi 20 juillet 2017 - 11:12

Seul le prononcé fait foi
 
Mesdames et messieurs les ministres,
Mesdames et messieurs les présidents d’organisations professionnelles et d’associations,
Mesdames et messieurs,
 
 
La scène se déroule au chapitre IX. Un métayer et son fils chargés de « pioches forgées pour des géants » s’apprêtent à arracher du sol gelé les sarments d’une vigne que le phylloxéra a tuée. Tandis qu’il s’échine à percer la croûte de glace, le fils, André, se convainc que son avenir se trouve ailleurs, loin de cette ferme qu’il n’a pas reconnue à son retour du service militaire. Son père, qui, je cite le texte, « possède cet amour fort et éprouvé qui renaît en espoirs à chaque coup du malheur », tente de l’en dissuader. Malgré ses efforts, malgré son « anxieuse tendresse », il n’y parviendra pas. Ce chapitre s’intitule « La vigne arrachée » ; le livre, La terre qui meurt. Son auteur, René Bazin, grand-oncle d’Hervé Bazin, l’a publié en 1898. Dès sa sortie, l’œuvre a connu un immense succès populaire.
 
J’aurais pu en choisir un autre, au titre plus gai. Je vous rassure : la « terre » de René Bazin, en réalité une métairie familiale, ne meurt pas. Au contraire, elle renaît. Sous une autre forme, mais elle renaît. Si j’ai choisi ce livre c’est qu’il me semble illustrer trois choses :
 

  1. D’abord, il permet de comprendre la violence psychologique qu’a représentée pour la France le passage d’une société rurale à une société urbaine. En cinquante ans, notre pays a mis fin à une tradition que Michel Serres fait remonter au néolithique.

 

  1. Ce qui m’a aussi frappé dans ce livre un peu désuet, c’est qu’il aborde des problématiques – les calamités, la paupérisation, la désertification, la difficulté d’attirer des jeunes – qui subsistent aujourd’hui. J’y reviendrai.

 

  1. Enfin, il illustre la relation ancestrale qui unit la France à son agriculture ainsi qu’à tous ces métiers qui formeront plus tard l’industrie agroalimentaire. Ces activités, vitales, n’ont pas fait que nourrir « physiquement » les Français. Elles ont nourri leur imaginaire, leurs souvenirs, leurs arts. Ne dit-on pas que Jean-François Millet a peint son célèbre Angélus –l’image d’Epinal par excellence- en se remémorant ses séjours chez sa grand-mère ? Vrai ou pas, l’agriculture, l’industrie agroalimentaire font partie de ce que Fernand Braudel appelle « notre histoire sous-jacente».

 
Les Français aiment leur agriculture ; ils aiment leurs agriculteurs, leurs artisans ; ils aiment leurs terroirs. Cet attachement n’est pas exempt de fantasmes, ni reconnaissons-le, de quelques clichés. Flotte également un petit air de nostalgie. Cet attachement est peut-être un peu agaçant pour la profession. Non, le bonheur n’est pas toujours dans le pré. Mais cet attachement est réel. Viscéral. Entier.
 
Vos métiers, vos activités, ont nourri la France. Ils continuent de le faire. Ils ont nourri sa culture. Ils nourrissent également sa puissance. Le mot n’est pas trop fort pour désigner un secteur – l’agriculture- dont la valeur de production s’élève à 70 milliards d’euros. Il n’est pas trop fort pour qualifier une industrie dont le chiffre d’affaires annuel s’établit à 165 milliards d’euros, 178 si l’on y inclut l’artisanat commercial. Le mot n’est pas trop fort pour embrasser ces 400 000 entreprises agricoles, 15 000 entreprises industrielles, grandes et petites, ces savoir-faire, ces terroirs, cet art de vivre érigé au rang de patrimoine de l’Humanité, ce haut degré de sécurité sanitaire.
 
La France est une puissance militaire. Elle est une puissance diplomatique, économique, culturelle. Elle est aussi une grande puissance agricole. Si le président de la République a voulu ces états généraux, s’il a souhaité en faire un des axes prioritaires de son action, c’est d’abord pour le dire, pour le répéter. Pour en être fiers. Et pour rappeler que cette puissance agricole est un élément de notre souveraineté nationale.
****
A nous de préserver et de renforcer cette puissance. Je ne vais pas dresser ici un tableau de la situation. Vous la vivez, vous la connaissez mieux que moi. Vous aurez également l’occasion d’y revenir durant vos travaux. Un mot peut-être pour dire que ces dernières années ont été difficiles. À la variation des volumes, s’est ajoutée celle des prix. Certains secteurs, comme ceux des céréales et de la viticulture, ont souffert de mauvaises conditions climatiques. D’autres, comme le secteur laitier ou celui de la viande, connaissent une crise durable, aux conséquences dramatiques. Bien évidemment, ces difficultés ne concernent pas tous les secteurs, ni toutes les entreprises. Certains s’en sortent bien et c’est tant mieux.
 
Pour autant, ces difficultés sont de mon point de vue, la face émergée d’enjeux qui vous concernent tous d’une façon ou d’une autre. J’en ai identifié au moins quatre :
 
 

  1. Il y a l’enjeu de la mondialisation des échanges, loin d’être nouveau dans le secteur agricole et de l’agroalimentaire. Après tout, un grand nombre de cultures classiques étaient, il y a encore 4 ou 5 siècles, réputées « exotiques ». Ce phénomène n’a évidemment rien à voir aujourd’hui avec ce qu’il était à l’époque des grandes découvertes.
    Déjà, rappelons que cette mondialisation bénéficie à un grand nombre de nos agriculteurs et de nos industriels. Nous exportons 40% de nos céréales dans les pays riverains de la Méditerranée. Les filières du vin, des produits laitiers, de la viande, des animaux vivants, des fruits et légumes contribuent à équilibrer notre balance commerciale.
    Le « prix » ou la contrepartie de cette ouverture, c’est l’aléa. Nos céréaliers doivent s’adapter aux  cours mondiaux du blé. Les éleveurs et industriels laitiers subissent les répercussions des enchères d’une coopérative néo-zélandaise sur le prix du lait.
    Les éleveurs de porc et les industriels dépendent en grande partie de la demande chinoise. Le marché des fruits d’été évolue en fonction des conditions climatiques et de l’équilibre entre les productions françaises et espagnoles. Enfin, la réduction des aides directes de la PAC sur les marchés agricoles renforce la nécessité de s’organiser au sein de chaque filière pour s’adapter aux variations des prix.
  2. Le deuxième enjeu est climatique. Ce n’est pas à vous que je vais expliquer que les phénomènes extrêmes se multiplient. Les inondations exceptionnelles du printemps dernier ont eu de graves conséquences sur les productions céréalières réputées pour leur régularité. Le gel de ce début d’année a suscité beaucoup d’inquiétudes chez les viticulteurs d’Alsace, du Jura, du Bordelais ou de Bourgogne. La sécheresse que nous connaissons cet été complique l’alimentation des animaux d’élevage. Ces phénomènes demeurent encore dans les bornes étroites de l’exception, mais ils pourraient, un jour, devenir la règle.
  3. Le troisième est numérique. J’ignore si cette évolution sera comparable à celle de la mécanisation. Une chose est sûre : elle gagne le secteur de la distribution, celui du commerce inter-entreprises, des services à l’agriculture. Robots, capteurs font également leur apparition dans les exploitations, souvent pour de bonnes raisons, en particulier pour réduire la quantité d’intrants ou d’eau. Dans une de ses interviews (JDD – 2009), Michel Serres s’exclamait : « Le paysan nouveau est quelqu’un d’admirable. Il est à la fois climatologue, chimiste, biologiste, commerçant et même commerçant international ». J’ajouterai qu’il est aussi un peu ingénieur et sans doute bientôt « start-uper ».
  4. Quatrième enjeu : le renouvellement des générations. Nous l’avons évoqué tout à l’heure : la problématique est ancienne. Comment attirer les jeunes ? Comment assurer la bonne transmission ou la bonne reprise d’une exploitation ou d’une PME ? Je sais que c’est un souci permanent pour bon nombre d’entre vous. Ce souci, je le partage. L’avenir de notre agriculture dépend en grande partie de notre capacité à susciter des vocations et à attirer et former des talents.

 
À ces enjeux « mondiaux » ou « globaux », s’ajoutent des défis plus franco-français. Certains les qualifieraient de faiblesses. Je préfère le mot de « défi ». Une faiblesse, ça se constate, ça se déplore, ça se compense. Un défi, ça se relève. Je me contenterai d’en citer trois.
 

  1. Le premier d’entre eux – et vous aurez compris qu’il s’agit d’un des objectifs prioritaires de ces états généraux – concerne la répartition de la valeur. J’ai rappelé le montant considérable des richesses que vous produisez. Je veux redire ici la volonté du Président de la République et du Gouvernement de permettre à chacun de vivre de son travail, dans un contexte où certains producteurs – agriculteurs comme dirigeants de TPE- se trouvent dans des situations de très grande détresse. Je ne suis pas là pour désigner des coupables, mais pour trouver des solutions. Pas des solutions de court terme en attendant la prochaine crise, mais des solutions pérennes, dans le cadre de relations commerciales normales. L’Etat ne peut pas et ne doit pas se substituer au marché.
    Cela implique de se poser les bonnes questions : pourquoi une partie de la valeur ne redescend-t-elle pas de la distribution vers la production ? Pourquoi certains producteurs se font mieux entendre que d’autres dans le cadre de leurs négociations ? Pourquoi certaines productions se vendent mieux que d’autres ? Pourquoi des investissements sont soutenables ici et non ailleurs ? Je souhaite que nous trouvions des réponses à ces questions connues, anciennes, dès les prochaines négociations commerciales.
  2. Le deuxième défi consiste à rétablir la confiance.
    Confiance « entre les acteurs » comme on dit pudiquement, c’est-à-dire, entre vous. Je n’ai ni la prétention, ni la naïveté de faire table-rase du passé. Je pense simplement qu’une discussion, franche, directe, difficile mais honnête vaut mieux que de mauvais compromis noués sur fond de défiance. S’il y a une chose que la mondialisation a changé, c’est qu’on ne peut plus combattre en ordre dispersé. Il faut s’organiser. Les filières qui l’ont fait sont d’ailleurs les plus dynamiques. Comme souvent dans ce pays, nous ne manquons pas de structures pour conduire la discussion. Pour autant, soyons lucides : notre efficacité collective laisse à désirer. Les résultats que nous obtenons ne sont pas toujours à la hauteur des moyens, du temps et de l’énergie que nous consentons. Ce sera long, imparfait, du moins au début. C’est un pari. Le pari de la bonne foi, de l’absence de préjugés. Le pari de la maturité et de l’avenir. Ce pari, je veux le tenter avec vous dans le cadre de ces états généraux.
    Rétablir la confiance aussi avec les consommateurs. Les « peurs alimentaires » ne sont pas nouvelles. On raconte que sous Louis XIV, la décision prise par les boulangers parisiens de fabriquer du pain avec de la levure de bière a déclenché une véritable crise. Certains dangers ont été surestimés ; d’autres sous-estimés. Les Trente Glorieuses ayant mis fin à  la « peur du manque », les peurs se sont déplacées.
    L’urbanisation, les nouveaux modes de préparation culinaire, la complexification de l’expertise ont distendu le lien entre le consommateur et le produit. Les risques ont changé de nature ; leur retentissement d’ampleur. On sait que moins le risque est élevé plus sa survenue paraît scandaleuse. On sait aussi que la confiance des consommateurs est fragile, friable. Et qu’il faut des mois voire des années pour la reconquérir à la suite d’une crise. Fondées ou pas, ces peurs, ces inquiétudes existent.
    Il faut en tenir compte. Il faut trouver les gestes, les mots justes, les attitudes pour s’adresser au consommateur du 21è siècle. Il faut que les filières alimentaires suppriment « boîtes noires » et autres « angles morts » qui suscitent inutilement la méfiance. Bien souvent, il n’y a d’ailleurs rien à cacher ! Le public ne faisant pas toujours la différence entre les filières, il existe, me semble-t-il dans ce domaine, une solidarité de fait entre vous.
  3. Troisième et dernier défi : les nouvelles attentes des consommateurs. Il n’y  qu’à parcourir les journaux, les magazines ou les sites internet, pour se rendre compte qu’elles sont légions ! Certaines relèvent du phénomène de mode. Manger répond à un besoin biologique. C’est aussi une façon de se distinguer sur  un plan culturel ou social. D’autres s’inscrivent dans la durée : l’alimentation durable, la nutrition, la baisse de la consommation de protéines animales, la recherche de proximité.

Derrière cet inventaire à la Prévert, on distingue des points communs. Ces tendances correspondent à des secteurs de niche, en forte croissance. Elles créent de la valeur. Elles se « mondialisent » : le citadin trentenaire français aspire peu ou prou à manger la même chose que son homologue américain ou asiatique. Elles sont les signes avant-coureurs de ce que sera le marché de demain. Un marché qui nous tend les bras, à nous Français, champions de la sécurité sanitaire, des terroirs, de l’authenticité et du savoir-faire.
 
Je faisais référence au pain tout à l’heure. Quelle renaissance ! Il y a vingt ans, tout le monde considérait que l’avenir de ce produit un peu suranné passait par l’industrialisation. Eh bien, grâce à une politique de labels, de montée en gamme, grâce à la valorisation de l’artisanat, de recettes ancestrales, le pain est aujourd’hui un produit phare de la mondialisation culinaire.
 
****
 
Des défis à géométrie variable ; une agriculture française « qui est diversité » ; des exploitations, des entreprises qui ont parfois le sentiment de ne pas appartenir au même monde. Je le reconnais : l’équation est complexe. L’Etat aurait pu tout décider seul, en vous rencontrant les uns après  les autres, dans le secret des bâtiments officiels.
 
Ce n’est pas ma vision du dialogue. Ce n’est pas la méthode qu’a voulue le président de la République pour ces états généraux. Comme pour d’autres priorités nationales – je pense à l’organisation des relations entre l’Etat et les collectivités, à l’avenir de l’Outre-mer ou à la question de la mobilité-, nous avons souhaité partir de vous : de votre analyse, de vos attentes, de votre énergie, de vos solutions, dans un double souci d’efficacité et de solidarité.
 
Forcément, les rôles changent. Dans cette démarche, l’Etat est une partie prenante parmi d’autres. Une partie éminente, incontournable, mais une partie parmi d’autres. Je ne dis pas que l’Etat « ne peut pas tout faire ». Je dis qu’il ne doit pas tout faire, parce qu’il risquerait de faire mal ou de faire moins bien que vous. Comme disent les juristes, dans le domaine de l’alimentation, nous avons tous – Etat, collectivités locales, organisations professionnelles, ONG- un « intérêt à agir ». Pour cette raison, nous avons tous intérêt à agir ensemble.
 
C’est l’objet de ces Etats généraux, de ces 14 ateliers, qui se dérouleront jusqu’en novembre et qui nous permettront, je l’espère, d’annoncer des initiatives concrètes lors de leur clôture, au mois de décembre. J’en profite pour remercier celles et ceux qui ont accepté de prendre de leur temps pour animer ces ateliers, les nourrir et en restituer les conclusions. Des réflexions qui doivent nous permettre d’atteindre quatre objectifs :
 

  1. Fixer un cap clair, stable et commun avec les entreprises des filières alimentaires, avec les agriculteurs, les transformateurs, les ONG pour répondre à ces enjeux de la création et de la répartition de la valeur.

 

  1. Conforter la confiance des Français en une alimentation toujours plus saine et plus durable. Pour moi, cela implique de proposer aux consommateurs des produits sains, offrant les meilleures qualités nutritionnelles qui soient.
    Mais si vous le voulez bien, cette mission doit aller plus loin : à l’heure où l’obésité progresse en particulier chez les jeunes et dans les catégories sociales les plus modestes, nous devons –pouvoirs publics, professionnels de santé et de l’alimentation- aider les Français à réapprendre à « bien manger ». J’y vois à la fois une question de santé publique – de prévention-, et d’égalité.

 

  1. Améliorer l’accès de tous à une alimentation de qualité. À cet égard, je compte sur vous pour nous aider à réduire le gaspillage alimentaire qui est sans doute, l’un des traits les plus détestables de la société de consommation.

 

  1. Réconcilier agriculture et environnement.

 
La transition écologique n’est ni une mode, ni une idéologie. Elle est encore moins un prétexte pour cesser telle ou telle culture. Elle est une tendance de fond. Une tendance mondiale dont la vitesse de propagation est considérable. Elle sera une menace si nous refusons de nous y adapter. Elle sera notre chance si nous la devançons.
 
Mon Gouvernement n’a qu’un seul but : aider les professionnels – vous comme les autres secteurs économiques- à réussir cette transition et à en tirer profit. S’adapter n’est jamais facile. Cela implique de modifier des pratiques et des modes de production. Cela implique aussi d’aborder sans tabou les sujets difficiles – je pense à la question des pesticides et des perturbateurs endocriniens-, mais le prix, le crédit et la valeur futurs de nos productions sont à ce prix.
 
Pour atteindre ces objectifs, nous aurons besoin de partager réussites, bonnes pratiques, expérimentations et idées neuves.
Nous aurons aussi besoin de l’engagement de chacun, des territoires comme des entreprises. Je me réjouis à cet égard, que ces états généraux s’ouvrent au grand public, grâce notamment à la mise en place d’une plateforme numérique. L’alimentation, ses métiers, sa qualité, les femmes et les hommes qui la produisent, doivent être replacés au cœur des préoccupations des Français et dans le cœur des Français.
 
L’Etat prendra sa part de responsabilité, bien sûr. En fonction de vos conclusions, il accompagnera, mettra en cohérence ses politiques publiques. Je pense en particulier au programme national de l’alimentation, au programme national nutrition santé, à l’encadrement des relations commerciales, à l’information des consommateurs, à l’organisation des filières, à l’évolution des pratiques agricoles. Nous le ferons avec vous, grâce à vous. Nous ne pourrons certainement pas le faire sans vous.
 
Ces messages, cette méthode, ces attentes, le président de la République, retenu à un déplacement à Istres, aura l’occasion de les exprimer devant vous au début du  mois d’octobre prochain, lorsque nous disposerons des premières conclusions relatives à la création et à la répartition de la valeur.
 
Je ne sous-estime pas l’ampleur de la tâche. La lucidité n’interdit pas l’optimisme. Au contraire !
 
Bon travail à tous !
Discours d’ouverture des États généraux de l’alimentation – 20 juillet 2017

L’agriculture, un "élément de souveraineté nationale", affirme Edouard Philippe aux Etats généraux de l’alimentation

jeudi 20 juillet 2017 - 10:38

Le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert ont insisté, en ouverture des Etats généraux de l’alimentation, sur la nécessité de mieux faire cohabiter le triptyque producteurs-distributeurs-consommateurs. « La puissance agricole est un élément de notre […] Lire l’article

L’agriculture, un "élément de souveraineté nationale", affirme Edouard Philippe aux Etats généraux de l’alimentation

jeudi 20 juillet 2017 - 10:38

Le Premier ministre Edouard Philippe et le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert ont insisté, en ouverture des Etats généraux de l’alimentation, sur la nécessité de mieux faire cohabiter le triptyque producteurs-distributeurs-consommateurs. « La puissance agricole est un élément de notre […] Lire l’article

"Aujourd’hui, nos concurrents ne sont plus chinois ou brésiliens, ils sont Européens !", rappelle le patron du syndicat de l’industrie agroalimentaire

jeudi 20 juillet 2017 - 10:29

Les Etats généraux de l’alimentation pourront-ils régler la question du prix entre producteurs, industriels et la grande distribution ? Et comment répondre aux attentes parfois contradictoires du consommateur ? Jean-Philippe Girard, le président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), s’est confié à L’Usine […] Lire l’article

La dignité d’une démission

jeudi 20 juillet 2017 - 10:10

La démission est un geste extrêmement rare pour un haut responsable public. En général, le réflexe normal d’un grand patron de l’armée, de l’administration ou de la justice en disgrâce est de s’accrocher le plus longtemps possible à son rocher afin … Lire la suite

La délinquance routière devant la justice

jeudi 20 juillet 2017 - 10:00

En 2015, un peu moins de 400 000 auteurs ont été traités par la justice pour des infractions relatives à la sécurité routière (délits et contraventions de 5ème classe) soit un nombre équivalent aux auteurs d’infractions portant atteintes aux … […]

[Vidéo] En plein vol, un A380 et un A330 évitent la collision de justesse

jeudi 20 juillet 2017 - 09:00

Un A380 d’Emirates et un A330 d’Air Seychelles ont failli entrer en collision, vendredi 14 juillet, alors qu’ils survolaient une zone proche de l’aéroport international de l’Île Maurice. En cause : une mauvaise interprétation des instructions de la tour de contrôle. Même quand on parle la même langue, on ne se comprend pas […] Lire l’article

[Vidéo] En plein vol, un A380 et un A330 évitent la collision de justesse

jeudi 20 juillet 2017 - 09:00

Un A380 d’Emirates et un A330 d’Air Seychelles ont failli entrer en collision, vendredi 14 juillet, alors qu’ils survolaient une zone proche de l’aéroport international de l’Île Maurice. En cause : une mauvaise interprétation des instructions de la tour de contrôle. Même quand on parle la même langue, on ne se comprend pas […] Lire l’article

[Dossier] Les Etats généraux de l’alimentation, un chantier collaboratif de quatre mois

jeudi 20 juillet 2017 - 08:15

C’est parti ! Les Etats généraux de l’alimentation sont officiellement lancés jeudi 20 juillet  à Paris. Au programme, entre fin août et mi-novembre, la réunion de représentants des agriculteurs, industriels, distributeurs, ONG environnementales ou caritatives, associations de consommateurs pour travailler autour de deux […] Lire l’article

[Dossier] Les Etats généraux de l’alimentation, un chantier collaboratif de quatre mois

jeudi 20 juillet 2017 - 08:15

C’est parti ! Les Etats généraux de l’alimentation sont officiellement lancés jeudi 20 juillet  à Paris. Au programme, entre fin août et mi-novembre, la réunion de représentants des agriculteurs, industriels, distributeurs, ONG environnementales ou caritatives, associations de consommateurs pour travailler autour de deux […] Lire l’article

Cinq infos pour comprendre l’organisation des Etats généraux de l’alimentation

jeudi 20 juillet 2017 - 08:00

Les Etats généraux de l’alimentation démarrent leurs travaux ce jeudi 20 juillet à Paris, pour se terminer en décembre après un détour dans différentes régions de France. Une organisation en cinq étapes qui permettra également au public de s’exprimer lors d’une consultation publique. Annoncés […] Lire l’article

Cinq infos pour comprendre l’organisation des Etats généraux de l’alimentation

jeudi 20 juillet 2017 - 08:00

Les Etats généraux de l’alimentation démarrent leurs travaux ce jeudi 20 juillet à Paris, pour se terminer en décembre après un détour dans différentes régions de France. Une organisation en cinq étapes qui permettra également au public de s’exprimer lors d’une consultation publique. Annoncés […] Lire l’article

Le cognac de Rémy Cointreau décolle au premier trimestre

jeudi 20 juillet 2017 - 05:40

Rémy Cointreau a fait état jeudi d’une très forte accélération de sa croissance organique au premier trimestre de son exercice décalé, portée par un bond en avant de son cognac Rémy Martin. Le groupe, également propriétaire de la liqueur Cointreau et du rhum Mount Gay, a vu ses ventes progresser de 9,9% à 240,2 […] Lire l’article

Le cognac de Rémy Cointreau décolle au premier trimestre

jeudi 20 juillet 2017 - 05:40

Rémy Cointreau a fait état jeudi d’une très forte accélération de sa croissance organique au premier trimestre de son exercice décalé, portée par un bond en avant de son cognac Rémy Martin. Le groupe, également propriétaire de la liqueur Cointreau et du rhum Mount Gay, a vu ses ventes progresser de 9,9% à 240,2 […] Lire l’article

Une convention pour renforcer le partenariat scientifique entre le CNRS et l’université de recherche Paris Sciences & Lettres (PSL)

jeudi 20 juillet 2017 - 01:00

L’université Paris Sciences & Lettres (PSL) et les établissements qui la composent signent avec le CNRS, une convention pluriannuelle de site visant à expliciter et dynamiser une coopération scientifique déjà riche et fructueuse, couvrant la quasi-totalité des domaines de recherche au meilleur niveau européen et international.

Entretien avec M. Xavier Bettel, Premier ministre du Grand-Duché de Luxembourg

mercredi 19 juillet 2017 - 20:22

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre,
recevra M. Xavier BETTEL,
Premier ministre du Grand-Duché de Luxembourg

Jeudi 20 juillet 2017 à 17h00
Hôtel de Matignon

Dispositif presse :
 
Merci de bien vouloir vous accréditer avant ce jeudi 20 juillet 2017 à 09h à : communication@pm.gouv.fr et de bien vouloir nous communiquer votre numéro de carte de presse et vous munir de celle-ci, ainsi que d’une pièce d’identité.
La cour de l’Hôtel de Matignon sera ouverte ce jeudi 20 juillet 2017 à compter de 09h45 et jusqu’à 11h30.
Un tour d’images sera organisé pour les TV et photographes accrédités.

Contact : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15
communication@pm.gouv.fr

Entretien avec M. Philippe Gomès, député de la Nouvelle-Calédonie

mercredi 19 juillet 2017 - 20:18

M. Edouard Philippe, Premier ministre,
recevra M. Philippe Gomès,
Député de la Nouvelle-Calédonie
 
Jeudi 20 juillet 2017 à 10h15
Hôtel de Matignon

Dispositif presse :
 
Merci de bien vouloir vous accréditer avant jeudi 20 juillet 2017 à 12h à : communication@pm.gouv.fr et de bien vouloir nous communiquer votre numéro de carte de presse et vous munir de celle-ci, ainsi que d’une pièce d’identité.
La cour de l’Hôtel de Matignon sera ouverte jeudi 20 juillet 2017 à compter de 16h30 et jusqu’à 18h30.
Un tour d’images sera organisé pour les TV et photographes accrédités.

Contact : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15
communication@pm.gouv.fr

Le Maire espère un accord rapide sur de "nouveaux équilibres" concernant STX

mercredi 19 juillet 2017 - 19:06

Le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a déclaré, mercredi 20 juillet, espérer qu’un accord sur un « nouvel équilibre » au capital de STX France avec l’actionnaire majoritaire, l’italien Fincantieri, pourra être trouvé dans les jours à venir. « J’ose espérer que, dans les jours […] Lire l’article

Le Maire espère un accord rapide sur de "nouveaux équilibres" concernant STX

mercredi 19 juillet 2017 - 19:06

Le ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a déclaré, mercredi 20 juillet, espérer qu’un accord sur un « nouvel équilibre » au capital de STX France avec l’actionnaire majoritaire, l’italien Fincantieri, pourra être trouvé dans les jours à venir. « J’ose espérer que, dans les jours […] Lire l’article

Les États généraux de l’alimentation, le 20 juillet, à Bercy

mercredi 19 juillet 2017 - 18:14

Les États généraux de l’alimentation se tiennent au ministère, jeudi 20 juillet , en présence du premier ministre et des membres du Gouvernement. La manifestation est organisée sous l’égide du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Malgré le Brexit, BMW choisit l’usine d’Oxford pour sa Mini électrique

mercredi 19 juillet 2017 - 17:33

BMW semble porter son choix sur son usine d’Oxford en Angleterre pour produire la nouvelle Mini électrique, en dépit de la sortie programmée du Royaume-Uni de l’Union européenne, ont rapporté mercredi à Reuters deux sources proches du dossier. Une telle décision constituerait un bon point pour le gouvernement britannique que de nombreuses […] Lire l’article

Malgré le Brexit, BMW choisit l’usine d’Oxford pour sa Mini électrique

mercredi 19 juillet 2017 - 17:33

BMW semble porter son choix sur son usine d’Oxford en Angleterre pour produire la nouvelle Mini électrique, en dépit de la sortie programmée du Royaume-Uni de l’Union européenne, ont rapporté mercredi à Reuters deux sources proches du dossier. Une telle décision constituerait un bon point pour le gouvernement britannique que de nombreuses […] Lire l’article

La France donne des avions Jaguar à l’Inde… pour mieux lui vendre des Rafale ?

mercredi 19 juillet 2017 - 17:16

Selon des informations du site spécialisé Defense News, la France et l’Inde seraient discrètement en train de négocier un contrat pour des avions de combat… mais cela ne concerne pas une seconde commande tant attendue de Rafale ! Le commandant en chef de l’armée de l’air indienne, l’Air Chief Marshal Birender Singh Dhanoa, effectue une […] Lire l’article

Saint-Gobain PAM prévoit de supprimer 400 postes en France

mercredi 19 juillet 2017 - 17:13

Saint-Gobain PAM a présenté le 19 juillet en comité central d’entreprise son projet industriel qui prévoit notamment la suppression de 400 postes de travail d’ici à 2021. Les sites français du group…

Après Parrot Automotive, Faurecia prend le contrôle du chinois Jiangxi Coagent Electronics

mercredi 19 juillet 2017 - 16:53

Faurecia a annoncé, mercredi 19 juillet, avoir pris une participation majoritaire au capital du groupe chinois Jiangxi Coagent Electronics pour un montant de 193 millions d’euros. L’équipementier automobile indique dans un communiqué que l’entreprise chinoise, spécialisée dans l' »infotainment » et les solutions électroniques du […] Lire l’article

Les tarifs réglementés du gaz jugés non conformes avec le droit européen par le Conseil d’Etat

mercredi 19 juillet 2017 - 16:32

Le Conseil d’État a estimé, mercredi 19 juillet, que le maintien des tarifs réglementés du gaz naturel, encore appliqués aux particuliers et aux PME, est contraire au droit de l’Union européenne. Inscrits dans le code de l’énergie, ils ne seront pas pour autant supprimé tout de suite. Et les effets de l’annulation du […] Lire l’article

États généraux de l’alimentation

mercredi 19 juillet 2017 - 15:57

Édouard Philippe, Premier ministre, ouvrira les États généraux de l’alimentation

Jeudi 20 juillet 2017
Centre de conférences Pierre Mendès France
Ministère de l’Economie et des Finances

Déroulé prévisionnel :
 

08h00                        

Petit-déjeuner d’échanges avec Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’équipe lauréate du prix ECOTROPHELIA 2017 présidé par Dominique Loiseau, Florian Breton fondateur de MiiMOSA, Hélène Binet, porte-parole de La Ruche qui dit oui!, Cyrielle Boutaud, fondatrice de Illico Fresco, Arnaud Nicolas, Meilleur Ouvrier de France charcutier
Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
Hors Presse

08h55             

Arrivée du Premier ministre
Centre de conférences Pierre Mendès France – Ministère de l’Economie et des Finances
TV + photographes accrédités

09h00            

Discours d’ouverture du Premier ministre
Centre de conférences Pierre Mendès France du Ministère de l’Economie et des Finances
Pool TV + photographes accrédités + radios accréditées + rédacteurs accrédités

 

Dispositif presse :
 

                                                                                                                                                                                                                                              

  • Les journalistes accrédités sont invités à se présenter au 139 rue de Bercy, 75012 le jeudi 20 juillet entre 8h00 et 8h45.

 

  • Les images du pool TV seront mises à disposition par le SERTE.

 
 
Contacts : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15 – communication@pm.gouv.fr
Note aux rédactions – États généraux de l’alimentation – Premier ministre – 20 juillet 2017

Prélèvement à la source : la phase de tests est lancée

mercredi 19 juillet 2017 - 15:13

La mise en œuvre du prélèvement à la source (PAS) a été reportée au 1er janvier 2019. Une phase de tests est en cours depuis le début juillet 2017. Les inscriptions sont toujours ouvertes pour les entreprises qui souhaitent y participer.

 

Samsung va recycler près de 4 millions de Galaxy Note 7

mercredi 19 juillet 2017 - 15:06

Samsung a annoncé vouloir extraire 157 tonnes de métaux et une partie des composants des stocks du Galaxy Note 7 qui ne seront pas reconditionnés. Les ventes du smartphone avaient été interrompues à l’aut…

Bruno Le Maire s’est rendu sur le site de GM&S Industry pour tenter de rassurer

mercredi 19 juillet 2017 - 14:41

Alors que le tribunal de commerce de Poitiers (Vienne) a décidé de reporter sa décision au 24 juillet prochain, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, et Benjamin Grivaux, secrétaire d’Etat, ont rencontré les salariés de GM&S Industry à La Souterraine (Creuse). Le rendez-vous avait été fixé, tardivement la veille, […] Lire l’article

Les salariés de GM&S Industry devront patienter jusqu’au 24 juillet

mercredi 19 juillet 2017 - 14:41

Le sort de l’équipementier creusois GM&S Industry est toujours en suspens car le tribunal de commerce de Poitiers (Vienne) ne rendra sa décision que le 24 juillet. Le tribunal de commerce de Poitiers (Vienne) a décidé de reporter sa décision au 24 juillet prochain concernant la reprise de l’équipementier GM&S Industry basé à […] Lire l’article

Un nouveau cluster énergie et stockage en Nouvelle-Aquitaine

mercredi 19 juillet 2017 - 14:24

Un cluster (réseau d’entreprises) énergie et stockage a été créé le 12 juillet par région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec l’Ademe régionale et le CEA Liten. Son objectif : décloisonner les actions et promouvoir les nouvelles technologies pour la transition énergétique. Quand sa voisine Occitanie mise […] Lire l’article

"Les industriels travaillent pour limiter l’impact environnemental des crèmes solaires", selon la Febea

mercredi 19 juillet 2017 - 14:17

Alors qu’une bonne partie de l’Hexagone prend la route de la plage, un tube de crème solaire dans le sac à dos, ressurgissent les discussions sur la toxicité de ces lotions sur la faune et la flore marine. Chaque année, 25 000 tonnes de crèmes solaires sont déversées dans les océans, rappelle l’ONG Green Cross. Que font les […] Lire l’article

ArcelorMittal et Suez se dédouanent dans l’affaire de la pollution à l’acide, tandis que les premières analyses tombent

mercredi 19 juillet 2017 - 14:14

Alors qu’ArcelorMittal est accusé d’avoir déversé de l’acide dans la nature, la communauté d’agglomération du Val de Fensch a publié mardi 18 juillet les résultats de premiers prélèvements qui ne montrent pas de pollution. A considérer avec prudence. Pendant que la justice enquête sur l’affaire […] Lire l’article

L’armée en crise après la démission du général Pierre de Villiers

mercredi 19 juillet 2017 - 11:59

Le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers a démissionné mercredi 19 juillet. Le ministère de la Défense fait face à des restrictions budgétaires qui l’obligent à se con…

[Série d’été] Le quiz du Reflex Industrie

mercredi 19 juillet 2017 - 11:28

Toute cette semaine retrouvez le meilleur des Reflex Industrie publiés par L’Usine Nouvelle. Et testez votre mémoire grâce à notre quiz. Aujourd’hui, l’acrobate de l’industrie… crédit : L’Usine Nouvelle/ Pascal Guittet   Que fait ce cordiste ? 1- Il nettoie les baies vitrées d’un immeuble 2- Il peint les façades […] Lire l’article

Nigay mise sur les Hauts-de-France pour ses caramels

mercredi 19 juillet 2017 - 10:26

Le fabricant de caramels aromatiques et colorants Nigay va investir 20 millions dans une seconde usine dans les Hauts-de-France. Une vingtaine d’emplois sera créée. Alors qu’il avait assuré jusqu’à pr&eacut…

Nigay mise sur les Hauts-de-France pour ses caramels

mercredi 19 juillet 2017 - 10:26

Le fabricant de caramels aromatiques et colorants Nigay va investir 20 millions dans une seconde usine dans les Hauts-de-France. Une vingtaine d’emplois sera créée. Alors qu’il avait assuré jusqu’à pr&eacut…

"Rendre les métiers alimentaires plus intéressants et moins durs constitue une vraie révolution", pour le patron de l’Ania

mercredi 19 juillet 2017 - 10:00

L’agroalimentaire crée-t-il ou détruit-il des emplois ? Marketing, foodtech : comment innove désormais la première industrie de France ? A quelques heures de l’ouverture des Etats Généraux de l’Alimentation, Jean-Philippe Girard, le président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), a répondu aux […] Lire l’article

Microsoft et Baidu font alliance pour promouvoir la voiture autonome

mercredi 19 juillet 2017 - 08:10

Objectif du partenariat : développer la plateforme Apollo de Baidu à travers le monde grâce à la force de frappe de l’outil cloud Microsoft Azure. Alliance sino-américaine dans le domaine des véhicules aut…

Maladie de Lyme, la chasse à la tique est ouverte

mercredi 19 juillet 2017 - 08:00

Une application smartphone est mise à disposition du public pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme. 27 000 nouveaux cas de maladie de Lyme seraient recensés par an en France. Pour lutter contre cette maladie et mieux …

PSA lance une offre de vente de véhicules en ligne en France

mercredi 19 juillet 2017 - 07:57

PSA veut faire face à l’évolution des habitudes des acheteurs et mise sur la vente en ligne.  « 90% des clients engagent leur parcours sur internet » souligne PSA dans un communiqué. Pour faire face à cette évolution, le groupe au Lion a annoncé mercredi 19 juillet qu’il lançait une offre de vente en ligne de véhicules […] Lire l’article

Les pays les moins avancés font face à des défis pour financer leur développement durable, selon l’ONU

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

Le manque de financement fait partie des plus grands défis pour les 47 pays les moins avancés (PMA) dans leur mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), selon un rapport des Nations Unies publié mercredi.

Péninsule coréenne : le chef de l’ONU salue l’offre de réouverture du dialogue proposée par Séoul à Pyongyang

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a salué mercredi la décision de la République de Corée de réduire les tensions sur la péninsule coréenne.

En 10 ans, les politiques de lutte antitabac ont permis de sauver des millions de vies, selon l’OMS

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

Le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’épidémie mondiale de tabagisme, publié mercredi conclut que davantage de pays ont mis en œuvre des politiques de lutte antitabac, allant des mises en garde illustrées sur les paquets aux zones non-fumeurs, en passant par des interdictions de la publicité.

RDC : la MONUSCO va fermer cinq bases fixes au Nord-Kivu pour plus de mobilité

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

Dans le cadre de son changement de mode opérationnel, la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) fermera à partir du 31 juillet cinq bases fixes dans les territoires de Walikale, Masisi et Lubero dans la province du Nord Kivu, a annoncé mercredi le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, Maman Sidikou.

« L’environnement est une opportunité pour l’Afrique et le reste du monde » – Ibrahim Thiaw, PNUE

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

L’environnement est une source d’opportunité pour tous et partout. Tel est le message qu’Ibrahim Thiaw, le Directeur exécutif adjoint du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a souhaité transmettre lors de son passage à New York.

Le chef de l’ONU plaide pour un renforcement des capacités africaines dans les domaines de la paix et de la sécurité

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a plaidé mercredi devant le Conseil de sécurité pour un renforcement des capacités africaines dans les domaines de la paix et de la sécurité.

Yémen : le HCR choqué par les décès de civils dans le gouvernorat de Taëz suite à une attaque aérienne

mercredi 19 juillet 2017 - 07:00

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit profondément choquée et attristée par les nombreuses personnes décédées et blessées à la suite d’une attaque aérienne contre le district de Mawza, dans le gouvernorat de Taëz au Yémen.

La Navelbine® et le Taxotère®, histoires de sciences

mercredi 19 juillet 2017 - 01:00

Né d’un compagnonnage entre l’histoire et la chimie, l’ouvrage , publié en juin 2017 par ISTE Editions, retrace l’histoire de deux molécules anticancéreuses d’origine naturelle découvertes par des équipes de l’Institut de chimie des substances naturelles du CNRS. Cet ouvrage, réalisé par l’historienne Muriel Le Roux et la chimiste Françoise Guéritte, offre une réflexion sur la collaboration, au sein du système français, de la recherche publique avec la recherche industrielle.

"Pas de transformation digitale sans redéfinition radicale des équilibres de pouvoir", selon Antoine Gourevitch du BCG

mardi 18 juillet 2017 - 19:55

Antoine Gourevitch est senior partner du bureau parisien du Boston Consulting Group (BCG). Le BCG a réalisé avec IBM et l’EBG une étude sur le degré de maturité digitale.  Les entreprises françaises, petites et grandes, ont commencé leur transformation digitale, rassure l’expert. Mais elles n’arrivent pas encore à en tirer […] Lire l’article

Déplacement au Palais de Justice de Paris

mardi 18 juillet 2017 - 19:54

Déplacement de Edouard Philippe, Premier ministre, et de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice au Palais de Justice de Paris, mercredi 19 juillet 2017.
 
Dans la perspective de la réforme constitutionnelle annoncée par le Président de la République qui devrait renforcer l’indépendance de la Justice, et de la Loi de programmation pour la Justice qui devra donner les moyens d’une Justice accessible et lisible, efficace et humaine, le Premier ministre s’entretiendra avec les Chefs de la Cour de cassation ce mercredi 19 juillet 2017.

Il profitera de ce déplacement au Palais de Justice de Paris pour rencontrer l’ensemble des Magistrats et fonctionnaires chargés des affaires de terrorisme.

Il évoquera également avec l’ensemble des chefs de juridiction le devenir du site historique du Palais de Justice de Paris situé sur l’île de la Cité.
 

Déroulé prévisionnel :
 

SEQUENCE 1

 
16h30           Arrivée au Palais de justice
                        Cour de Cassation, 5 Quai de l’Horloge, 75001 Paris
                        Pool TV + photographes accrédités
 
16h35           Entretien avec Bertrand Louvel, Premier Président de la Cour de Cassation et Jean-Claude Marin, Procureur Général près la Cour de Cassation, consacré à la réforme constitutionnelle du CSM, du statut du Parquet et de la CJR et à la loi de programmation pour la Justice
                        Salle des délibérés de la Chambre criminelle de la Cour de Cassation
                        Tour d’images (Pool TV + photographes accrédités)
 
17h00           Echanges informels avec Régis de Jorna, Président de chambre représentant Chantal Arens, Première Présidente près la Cour d’appel de Paris, Catherine Champrenault, Procureure Générale près la Cour d’appel de Paris, Jean-Michel Hayat, Président du Tribunal de Grande Instance de Paris et François Molins, Procureur de la République près le Tribunal de grande instance Paris.
Au cours de ces échanges, seront abordées les questions du déménagement du TGI de Paris et du devenir du site historique du Palais de Justice
                        Tribunal de Grande Instance de Paris
                        Tour d’images (Pool TV + photographes accrédités)

 

SEQUENCE 2

 
17h30           Présentation par François Molins du fonctionnement de la cellule de crise antiterroriste du Parquet de Paris
                        Section antiterroriste « C1 »
                        Rédacteurs uniquement (aucune prise d’images)

 
17h45             Echanges informels avec les Cyberanalystes qui travaillent en appui des juges d’instruction antiterroristes
                          Hors presse
 
17h50             Présentation par Jean-Michel Hayat de l’activité des magistrats du siège en matière de lutte contre le terrorisme, suivie d’une réunion avec ces magistrats (Juges d’instruction, Juges d’application des peines, Juges des chambres correctionnelle, Juges des Libertés et de la Détention et Juges des enfants)
                        Salle de réunion de la Section Antiterroriste
                        Tour d’images en début de réunion (Pool TV + photographes accrédités)
                        Rédacteurs uniquement durant la réunion

 

SEQUENCE 3

 
18h10           Point presse informel relatif à ce déplacement
                        En bas des escaliers de la Cour du Mai                    
                        Toute presse accréditée

 
 

Dispositif presse :
 
▪ Merci de bien vouloir vous accréditer avant ce mercredi 19 juillet 2017 à 12h à :
communication@pm.gouv.fr et de bien vouloir nous communiquer votre numéro de carte de presse et vous munir de celle-ci, ainsi que d’une pièce d’identité.
▪ Merci de bien vouloir également préciser au moment de votre accréditation la/les séquences à laquelle/auxquelles vous souhaitez participer.
▪ Pour des raisons pratiques et de sécurité, voici les modalités d’accès pour les journalistes lors de leur arrivée au Palais de Justice :

  • Journalistes qui couvrent les séquences 1, 2 et 3 (Pool TV + photographes) :  rendez-vous à 16h à la Cour de Cassation, 5 Quai de l’Horloge, 75 001 PARIS
  • Journalistes qui couvrent les séquences 2 et 3 (rédacteurs) : rendez-vous à 16h45 au 4 bd du Palais, 75 001 PARIS, entrée des professionnels, entrée piétons sur la droite
  • Journalistes qui ne couvrent que la séquence 3 (tous les autres journalistes) : rendez-vous à 17h45 au 4 bd du Palais, 75 001 PARIS, entrée des professionnels, entrée piétons sur la droite

 
POOL TV : France TV
 
 
Contacts : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15
communication@pm.gouv.fr
Note aux rédactions – Déplacement au Palais de Justice de Paris – Premier ministre – 19 juillet 2017

Déplacement au Palais de Justice de Paris

mardi 18 juillet 2017 - 19:54

Déplacement de Edouard Philippe, Premier ministre, et de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice au Palais de Justice de Paris, mercredi 19 juillet 2017.
 
Dans la perspective de la réforme constitutionnelle annoncée par le Président de la République qui devrait renforcer l’indépendance de la Justice, et de la Loi de programmation pour la Justice qui devra donner les moyens d’une Justice accessible et lisible, efficace et humaine, le Premier ministre s’entretiendra avec les Chefs de la Cour de cassation ce mercredi 19 juillet 2017.

Il profitera de ce déplacement au Palais de Justice de Paris pour rencontrer l’ensemble des Magistrats et fonctionnaires chargés des affaires de terrorisme.

Il évoquera également avec l’ensemble des chefs de juridiction le devenir du site historique du Palais de Justice de Paris situé sur l’île de la Cité.
 

Déroulé prévisionnel :
 

SEQUENCE 1

 
16h30           Arrivée au Palais de justice
                        Cour de Cassation, 5 Quai de l’Horloge, 75001 Paris
                        Pool TV + photographes accrédités
 
16h35           Entretien avec Bertrand Louvel, Premier Président de la Cour de Cassation et Jean-Claude Marin, Procureur Général près la Cour de Cassation, consacré à la réforme constitutionnelle du CSM, du statut du Parquet et de la CJR et à la loi de programmation pour la Justice
                        Salle des délibérés de la Chambre criminelle de la Cour de Cassation
                        Tour d’images (Pool TV + photographes accrédités)
 
17h00           Echanges informels avec Régis de Jorna, Président de chambre représentant Chantal Arens, Première Présidente près la Cour d’appel de Paris, Catherine Champrenault, Procureure Générale près la Cour d’appel de Paris, Jean-Michel Hayat, Président du Tribunal de Grande Instance de Paris et François Molins, Procureur de la République près le Tribunal de grande instance Paris.
Au cours de ces échanges, seront abordées les questions du déménagement du TGI de Paris et du devenir du site historique du Palais de Justice
                        Tribunal de Grande Instance de Paris
                        Tour d’images (Pool TV + photographes accrédités)

 

SEQUENCE 2

 
17h30           Présentation par François Molins du fonctionnement de la cellule de crise antiterroriste du Parquet de Paris
                        Section antiterroriste « C1 »
                        Rédacteurs uniquement (aucune prise d’images)

 
17h45             Echanges informels avec les Cyberanalystes qui travaillent en appui des juges d’instruction antiterroristes
                          Hors presse
 
17h50             Présentation par Jean-Michel Hayat de l’activité des magistrats du siège en matière de lutte contre le terrorisme, suivie d’une réunion avec ces magistrats (Juges d’instruction, Juges d’application des peines, Juges des chambres correctionnelle, Juges des Libertés et de la Détention et Juges des enfants)
                        Salle de réunion de la Section Antiterroriste
                        Tour d’images en début de réunion (Pool TV + photographes accrédités)
                        Rédacteurs uniquement durant la réunion

 

SEQUENCE 3

 
18h10           Point presse informel relatif à ce déplacement
                        En bas des escaliers de la Cour du Mai                    
                        Toute presse accréditée

 
 

Dispositif presse :
 
▪ Merci de bien vouloir vous accréditer avant ce mercredi 19 juillet 2017 à 12h à :
communication@pm.gouv.fr et de bien vouloir nous communiquer votre numéro de carte de presse et vous munir de celle-ci, ainsi que d’une pièce d’identité.
▪ Merci de bien vouloir également préciser au moment de votre accréditation la/les séquences à laquelle/auxquelles vous souhaitez participer.
▪ Pour des raisons pratiques et de sécurité, voici les modalités d’accès pour les journalistes lors de leur arrivée au Palais de Justice :

  • Journalistes qui couvrent les séquences 1, 2 et 3 (Pool TV + photographes) :  rendez-vous à 16h à la Cour de Cassation, 5 Quai de l’Horloge, 75 001 PARIS
  • Journalistes qui couvrent les séquences 2 et 3 (rédacteurs) : rendez-vous à 16h45 au 4 bd du Palais, 75 001 PARIS, entrée des professionnels, entrée piétons sur la droite
  • Journalistes qui ne couvrent que la séquence 3 (tous les autres journalistes) : rendez-vous à 17h45 au 4 bd du Palais, 75 001 PARIS, entrée des professionnels, entrée piétons sur la droite

 
POOL TV : France TV
 
 
Contacts : 01 42 75 50 78/79 – 01 42 75 80 15
communication@pm.gouv.fr
Note aux rédactions – Déplacement au Palais de Justice de Paris – Premier ministre – 19 juillet 2017

Facebook, l’arme de la filière conserve pour désamorcer la crainte du bisphénol A

mardi 18 juillet 2017 - 17:55

Bien qu’interdit depuis deux ans dans les contenants alimentaires, le bisphénol A suscite toujours des craintes chez les consommateurs. Les industriels de la conserve ont choisi de s’appuyer sur les réseaux sociaux pour rassurer les jeunes consommateurs. Opération transparence pour la conserve. Si ce moyen de conditionnement, mis au point en 1795, jouit d’un […] 

Renault créé l’Ecole des savoirs dans son usine de Flins

mardi 18 juillet 2017 - 17:41

L’usine Renault Flins (Yvelines) lance son Ecole des savoirs ; un dispositif innovant pour permettre à tous ses collaborateurs de hausser leur niveau de compétences générales. L’usine Renault Flins, située à Aubergenville (Yvelines), a annoncé mardi 18 juillet le lancement de l’Ecole des savoirs. Il s’agit d’un […] 

Daimler va consacrer 220 millions d’euros pour améliorer ses moteurs diesel

mardi 18 juillet 2017 - 17:24

Daimler a annoncé, mardi 18 juillet, de nouvelles mesures pour réduire le niveau de pollution de ses moteurs diesel, y compris un investissement de 200 millions d’euros pour améliorer les moteurs de plus de trois millions de véhicules Mercedes-Benz en circulation en Europe. « Le groupe investit environ 220 millions d’euros. Ce service n’impliquera pas de […] Lire l’article

Lecture: Saint Louis, Jean Richard Fayard 1983

mardi 18 juillet 2017 - 16:42

Bien entendu, pour une lecture de vacance, dans une petite crique perdue de la Bretagne, le Saint Louis de Jean Richard, paru il y a plus de trois décennies, n’est pas le dernier best seller. Et pourtant, il se trouve … Lire la suite

Dangers pour l’environnement, dioxyde de titane… le dilemme des crèmes solaires

mardi 18 juillet 2017 - 16:11

Quel indice de protection, quelle texture, quelle marque… mais surtout quel filtre solaire ? Les filtres chimiques sont nocifs pour les écosystèmes marins tandis que les filtres minéraux soulèvent quelques questionnem…

Rencontres Scène Jeunesse : quand les arts forment la jeunesse

mardi 18 juillet 2017 - 16:07

Le festival artistique des Rencontres Scène Jeunesse (RSJ) s’est déroulé du 27 au 29 juin 2017 au domaine départemental de Roussières à Viols-en-Laval dans l’Hérault.Pour leur 17e édition, les Rencontres Scène Jeunesse (RSJ) ont été marquée… […]

Sort incertain pour les salariés de GM&S Industry

mardi 18 juillet 2017 - 15:41

Le sort de l’équipementier GM&S Industry dépend du résultat incertain du bras de fer auquel se livrent les constructeurs automobiles, le gouvernement et les salariés à la veille de la décision du tribunal de commerce de Poitiers sur la reprise. Le gouvernement a annoncé lundi 17 juillet au soir que le principal donneur d’ordres de […] 

Avec l’intégration de Skype for business, BMW transforme sa Série 5 en salle de réunion

mardi 18 juillet 2017 - 15:35

Téléphoner en conduisant… c’est so 2016. BMW va permettre à ses clients de tenir des réunions au volant, grâce à l’intégration de Skype for business dans sa Série 5. On dit souvent qu’avec la voiture autonome, les véhicules se transformeront en salons roulants, voire en bureaux mobiles où il sera possible de […] Lire l’article

Censé protéger les humains, un robot de sécurité disjoncte et se jette dans une fontaine

mardi 18 juillet 2017 - 14:40

Aux Etats-Unis, un robot de sécurité patrouillant dans un centre commercial s’est noyé en se jetant dans une fontaine. Cet « incident isolé », selon le fabricant, souligne les progrès à faire en termes de fiabilité des machines. A l’heure où les constructeurs nous promettent que les robots pourront conduire nos voitures, […] 

Interparfums évoque la signature d’une clause de confidentialité sur Jimmy Choo

mardi 18 juillet 2017 - 12:57

Interparfums a refusé, mardi 18 juillet, de commenter des informations de presse sur sa candidature au rachat du chausseur anglais Jimmy Choo, évoquant la signature d’un accord de confidentialité. « Nous n’avons aucun commentaire à faire car nous sommes liés par une clause de confidentialité », a déclaré mardi un porte-parole […] 

[Vidéo] Un diamant trop gros pour être vendu ? C’est possible !

mardi 18 juillet 2017 - 12:51

Découvert par la compagnie minière canadienne Lucara Diamond au Botswana, ce diamant de 1109 carats sera taillé en plusieurs pierres après que sa mise aux enchères est restée infructueuse. Le Lesedi La Rona (« Notre lumière » en Tswana, langue nationale du Botswana) ne trouve pas preneur. Aucun acheteur n’a souhaité […] 

Chez Goldman Sachs, le courtage de matières premières ne paie plus autant

mardi 18 juillet 2017 - 12:38

Pas assez volatils. C’est, en substance, ce que la banque américaine la plus connue dans le négoce de matières premières reproche aux marchés de matières premières. Au deuxième trimestre 2017, l’activité courtage – soit l’achat et les revente d’actifs, parmi lesquels les matières […] 

50 millions de dollars pour Leap Motion : la levée de fonds de la dernière chance ?

mardi 18 juillet 2017 - 12:30

La technologie de détection de mouvement de Leap Motion, d’abord pensée pour les PC, puis adaptée à la réalité virtuelle et augmentée, peine encore à s’imposer à grande échelle. Le bouclage de sa troisième levée de fonds (d’un montant de 50 millions de dollars) prouve en tout cas que son pivot […] 

[Série d’été] Le quiz du Reflex Industrie

mardi 18 juillet 2017 - 11:48

Toute cette semaine retrouvez le meilleur des Reflex Industrie publiés par L’Usine Nouvelle. Et testez votre mémoire grâce à notre quiz. Aujourd’hui, comme un air de cheveux d’ange… crédit : L’Usine Nouvelle / Pascal Guittet    Quelle est cette étrange matière que manipule cet ouvrier ? 1 – Du coton Egyptien destiné […] 

[Vidéo] Visitez le prototype d’avion en kit d’Airbus

mardi 18 juillet 2017 - 08:00

Le projet Transpose d’Airbus prend forme ! The Verge a visité un prototype de sa cabine d’avion entièrement modulable et personnalisable.  L’Usine Nouvelle vous en parlait en janvier dernier, le site américain The Verge a pu visiter en exclusivité le projet de cabine totalement personnalisable imaginé par Airbus. La journaliste a pu arpenter les […] 

Deux ou trois conseils du FMI à Emmanuel Macron

mardi 18 juillet 2017 - 07:50

Le Fonds monétaire international qualifie d’ambitieuses les réformes prévues par Emmanuel Macron. Mais il livre aussi quelques pistes pour renforcer leur efficacité.  « Programme de réforme ambitieux », « stratégie appropriée », « opportunité exceptionnelle »: le Fonds monétaire international a rarement […] 

Le décret rénovation énergétique des bâtiments tertiaire suspendu par le Conseil d’Etat

mardi 18 juillet 2017 - 07:30

Le Conseil d’Etat vient de suspendre l’application du décret sur la performance énergétique des bâtiments du tertiaire. Les échances, notamment pour fournir les études énergétiques, n’étant pas tenables. Le référé-suspension déposé conjointement par le Conseil du Commerce de France […] 

Le HCR demande un soutien pour les solutions alternatives aux voyages dangereux pour les réfugiés

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé un appel de fonds de 421,2 millions de dollars pour aider à apporter des solutions alternatives aux réfugiés et aux autres personnes qui effectuent des voyages dangereux en direction de l’Europe.

République du Congo : l’ONU et ses partenaires lancent un plan pour aider 138.000 personnes dans le département du Pool

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

Face à une situation d’urgence humanitaire dans le département du Pool, en République du Congo, le gouvernement congolais, le système des Nations Unies et 16 autres partenaires humanitaires ont lancé un appel de fonds de 23,7 millions de dollars pour financer un plan de réponse humanitaire afin de venir en aide à 138.000 personnes, a indiqué le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

A trois mois de la clôture de la MINUSTAH, Haïti demeure sur la voie de la stabilisation, selon l’ONU

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

À un peu moins de trois mois de la clôture, prévue le 15 octobre 2017, de la MINUSTAH, à laquelle succèdera la MINUJUSTH, Haïti demeure sur la voie de la stabilisation, a indiqué la Représentante spéciale du Secrétaire général pour ce pays, Sandra Honoré, devant le Conseil de sécurité.

Au Bénin, Angélique Kidjo et les stars de la musique béninoise appellent en chanson à dire non au mariage des enfants

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

L’Ambassadrice internationale de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Angélique Kidjo, et l’Ambassadrice nationale de bonne volonté de l’UNICEF Bénin, Zeynab Abib, accompagnées par sept artistes béninois se sont engagées dans une campagne nationale appelant la population du Bénin à dire non au mariage des enfants à travers une chanson qu’ils ont composée.

Au Bénin, Angélique Kidjo et les stars de la musique béninoise appellent en chanson à dire non au mariage des enfants

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

L’Ambassadrice internationale de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Angélique Kidjo, et l’Ambassadrice nationale de bonne volonté de l’UNICEF Bénin, Zeynab Abib, accompagnées par sept artistes béninois se sont engagées dans une campagne nationale appelant la population du Bénin à dire non au mariage des enfants à travers une chanson qu’ils ont composée.

Libye : l’ONU préoccupée par le sort de personnes détenues par l’Armée nationale libyenne à Benghazi

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est déclaré mardi préoccupé par le sort des personnes détenues par des membres de l’Armée nationale libyenne (ANL) après de récents combats à Benghazi, dans l’est de la Libye. L’Armée nationale libyenne contrôle de facto l’est du pays.

Syrie : la sécurité alimentaire s’améliore dans plusieurs régions, selon la FAO et le PAM

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

La sécurité alimentaire dans plusieurs régions de la Syrie s’est légèrement améliorée par rapport à la même période l’année dernière en raison d’une amélioration de la situation sécuritaire et d’un meilleur accès des organisations humanitaires aux zones isolées, mais la situation dans son ensemble demeure bien pire que celle précédant le conflit, ont averti aujourd’hui deux agences onusiennes.

Centrafrique : l’ONU appelle la communauté internationale à maintenir son appui en raison du regain de violences

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

Au terme d’une visite de trois jours en République centrafricaine, le Secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires, Stephen O’Brien, a appelé mardi la communauté internationale à maintenir son soutien et à éviter que ne se répète la crise qui avait frappé le pays il y a à peine quatre ans.

Dans un monde en proie à la peur et au cynisme, António Guterres appelle à agir en s’inspirant de Nelson Mandela

mardi 18 juillet 2017 - 07:00

A l’occasion de la Journée internationale Nelson Mandela, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé à tirer parti de l’héritage légué par l’ex-Président sud-africain, non pas en prononçant des discours ou en organisant des cérémonies, mais en s’employant « à rendre notre monde meilleur ».

Au Brésil, une tribu indigène bloque un projet de centrale hydroélectrique

mardi 18 juillet 2017 - 05:39

La construction d’une centrale hydroélectrique sur le Rio Sao Manuel, au Brésil, a été bloquée par des manifestants de la tribu amazonienne des Munduruku, a annoncé un des organisateurs à Reuters. Les manifestants réclament l’exclusion de leurs terres du projet de centrale électrique et la restitution d’urnes […] 

Nos ancêtres ont eu le sang chaud juste avant l’extinction du Permien-Trias

mardi 18 juillet 2017 - 01:00

Depuis quand a-t-on le sang chaud ? L’âge d’apparition de ce caractère chez les ancêtres des mammifères était jusque-là débattu. Des analyses de datation ont été menées sur 90 fossiles au sein d’une collaboration internationale impliquant notamment le Laboratoire de géologie de Lyon – Terre, planètes, environnement (CNRS/ENS de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1). Les chercheurs ont montré que les espèces à sang chaud sont apparues dans notre lignée au cours du Permien supérieur, il y a 252 à 259 millions d’années. Ce caractère nouveau aurait d’ailleurs favorisé leur survie lors de l’extinction du Permien-Trias, il y a 252 millions d’années. Ces travaux sont publiés le 18 juillet 2017 dans la revue .

Entretien entre Edouard Philippe et Doris Leuthard, présidente de la Confédération suisse

lundi 17 juillet 2017 - 20:43

M. Edouard PHILIPPE, Premier ministre, recevra Mme Doris LEUTHARD, Présidente de la Confédération Suisse Mardi 18 juillet 2017 à 15h30, Hôtel de Matignon


1/1 2161234567891011121314151617181920212223242550751001 216